Hôtel Vénus
Hôtel Vénus

À propos

L'épaisseur des choses m'est tombée dessus comme un coup de tonnerre. J'aurais pu comprendre avant, lorsque j'ai passé quelques semaines dans ce qui était alors Leningrad, puis à Varsovie. Mais la bureaucratie était difficile à ignorer, surtout à Leningrad, et j'avais laissé mon irritation prendre le dessus. Pourtant, j'avais fait des rencontres formidables, passé des soirées inoubliables. Mais on était dans une époque où l'URSS était dans la crispation qui a précédé l'arrivée au pouvoir de Gorbatchev, et mettons que les contraintes faisaient que le reste passait au deuxième plan. Je n'avais jeté qu'un regard distrait sur une société jugée d'avance.
J'avais toujours raisonné comme, implicitement, la pensée dominante me le demandait. Il y avait deux mondes - eux et nous. Nous n'avions peut-être pas parfaitement raison, mais ils avaient absolument tort. Ils persécutaient des populations qui n'attendaient que notre intervention.
Mes quelques expériences dans les pays de l'Est avaient confirmé cette façon de voir (même si je n'avais guère eu de contact avec les populations).
Et puis, je suis allée à Cuba, prête à condamner selon mes schémas préétablis. Je m'étais attendue à des chicaneries à l'arrivée, et j'ai commencé par être servie: le garde-frontière qui a contrôlé mon passeport à l'aéroport de La Havane a exigé de moi que j'aille dans un hôtel de luxe...

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782882413802

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    90 Pages

  • Longueur

    18.5 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    0.4 cm

  • Poids

    100 g

  • Distributeur

    Bernard Campiche

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Anne Cuneo

Née à Paris de parents italiens, Suissesse par mariage. Licenciée ès lettres et ès sciences pédagogiques de l'Université de Lausanne, puis formation de Conseil en publicité et de journaliste. Écrivain de livres « littéraires » et « documentaires ». Écrit et met en scène pour la radio, la télévision et le théâtre. Depuis 1981 travaille aussi dans les mé tiers du cinéma, comme assistante, scénariste, puis comme journaliste et réalisatrice, soit de façon indépendante, soit à la Télévision suisse.
Après une première phase autobiographique, Anne Cuneo découvre, à travers l'expérience théâtrale et cinématographique, les potentialités d'une forme de roman inspirée de la réalité mais susceptible de prendre des libertés avec elle pour en mettre en valeur certains aspects. Utilisée pour la première fois avec Station Victoria, elle a permis l'écriture d'oeuvres basées sur des personnages réels. Dans Le Trajet d'une rivière, c'est la redécouverte d'un personnage oublié, et capital, de l'histoire de la musique. Dans Objets de splendeur, il s'agit d'un regard différent sur la vie amoureuse du jeune Shakespeare. Le Maître de Garamond raconte l'histoire d'Antoine Augereau, imprimeur à qui l'on doit maintes caractéristiques de l'orthographe moderne, et de ses rapports avec le plus célèbre de ses apprentis, Claude Garamond. Et enfin Zaïda est l'itinéraire d'une femme née en 1860, qui a vécu tous les bouleversements européens y compris deux guerres mondiales, et qui, l'année de ses cent ans, entreprend le récit de sa vie.
Anne Cuneo est également l'auteur d'une série de romans policiers (qu'elle qualifie plutôt de « romans sociaux ») solidement enracinés dans la réalité sociale contemporaine, et dont la narratrice est l'enquêteuse Marie Machiavelli.

empty