Comment asphyxier un elephant

Comment asphyxier un elephant

À propos

Pierre Larousse décida vers l'âge de quarante-cinq ans de réaliser une idée qui le hantait depuis toujours : un gigantesque ouvrage encyclopédique qui contiendrait toutes les connaissances humaines sans exception. Il se mit aussitôt à rédiger son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. La publication commença en 1864 ; le tome 15 parut en 1876, suivi par deux suppléments en 1878 et en 1890. L'oeuvre de Larousse tient un grand rôle dans la culture française par ce qu'elle reflète et transmet sur les moeurs, les attitudes, le caractère des Français. On la connaît pourtant très mal. Qui dispose d'assez de temps pour lire les 24 033 grandes pages de ce dictionnaire phénoménal dont l'ensemble correspond à une centaine de volumes de « La Pléiade » oe Parmi les textes reproduits ici, le lecteur pourra apprécier, comme si ces jugements dataient d'aujourd'hui, ce qui concerne certaines notions intemporelles, la justice sociale, la philosophie politique, l'économie. Mais dans un grand nombre de domaines, la relativité de tout savoir apparaît de façon éclatante. Il serait fort aventureux de vouloir mettre en pratique les méthodes conseillées par Larousse pour soigner une bronchite, traiter le chômage, chasser la baleine, calmer un taureau, reconnaître un Bulgare, régénérer les Chinois, faire fuir un grand fauve, établir la paix dans le monde, et cetera. Et beaucoup de ses vérités scientifiques reconnues, approuvées alors par la plupart des esprits modernes et éclairés, seront perç ues aujourd'hui comme des absurdités ridicules ou monstrueuses. Le dictionnaire est aussi un remarquable témoin de la France de son temps, pays fort bizarre à nos yeux. On y ouvre les boîtes de sardines avec un fer à souder. Les pharmaciens y proposent à leurs clients de l'eau des fées et du tord-boyaux. La loi punit de prison les mendiants enrichis. Le gouvernement s'oppose patriotiquement à l'usage du méridien de Greenwich, méprisable invention anglaise. L'autopsie mutuelle est recommandée par l'élite de la société. Les habitants de la Nièvre meurent comme des mouches, les Basques s'entre-tuent en faisant la fête, la virginité est testée à l'aide d'un fil au bout du nez, les facteurs font sept tournées par jour, tandis que Paris exporte à Londres, avec d'importants bénéfices, des cheveux morts et des crapauds vivants... Mais ce qui frappe le plus, c'est l'ampleur des préjugés que Larousse exprime ouvertement, en toute sincérité. L'innocence apparente avec laquelle il écrit les horreurs les plus révoltantes sur les femmes, sur les colonisés et sur tous les autres peuples quels qu'ils soient, la douce certitude qu'il a du génie de la France et de sa mission civilisatrice, sa foi absolue dans les pouvoirs bénéfiques de la science sont sans doute conformes à la mentalité de l'époque. Personne, semble-t-il, n'en fut particulièrement choqué, et le dictionnaire, avec tout ce qu'il véhicule, constitua au contraire pendant longtemps une sorte de bréviaire républicain. Le livre comporte une vingtaine de sections thématiques classées alphabétiquement, comprenant chacune de quinze à vingt questions. La réponse à chaque question est donnée dans les propres mots du dictionnaire de Pierre Larousse. Les citations sont précisément référencées ; à la fin de l'ouvrage figure une table des articles d'où elles proviennent. Tout est vérifiable. Tout, dirait Larousse, est donc vrai.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Dictionnaires / Encyclopédies / Documentation > Dictionnaires de français > Dictionnaires de langage

  • EAN

    9782847342185

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    205 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    194 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty