Le journal de la jungle

À propos

Mathieu Sapin est un dessinateur médiocre, qui ne doit son succès qu'au vol, aux sens figuré et littéral, au mensonge et au meurtre. Vivant reclus sur son île natale, ressassant le moment de gloire rencontré avec sa série Rififi et Biscoto, il fait l'erreur d'ouvrir la porte à un jeune scout venu lui vendre des calendriers. C'est le début des complications pour cet auteur aigri qui tente un énième come-back. Cherchant à retrouver la pipe de Lovecraft, les différents personnages qui se croisent dans cette oeuvre de fiction - Mathieu Sapin est bien évidemment une projection - vont mettre à jour un passé peu glorieux, des histoires sordides, de bien sombres mystères, et vivre des aventures inattendues.
Dans cette histoire feuilletonnesque à souhait, on retrouve le plaisir de la narration, des mystères et des rebondissements, et le charme désuet d'un univers propre à l'auteur, qu'il développe dans l'un ou l'autre de ses albums. La fameuse île, les colliers de fleur, les marécages, les boy-scouts, Mathieu Sapin lui-même, sans oublier, bien sûr, l'érotomane Crispin Sucre : bref, un fantastique récit d'aventure comme on voudrait en lire plus souvent.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes

  • EAN

    9782844144713

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    24.5 cm

  • Largeur

    16.5 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    700 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Mathieu Sapin

Né en 1974, Mathieu Sapin reste, avec une quarantaine de livres à son actif, un des auteurs les plus insaisissables de sa génération. Il mélange les genres et les casquettes, multiplie les aventures éditoriales fascinantes. Comme sa mère était bibliothécaire (son père archéologue), il a eu, gamin, dans les mains des albums qui ne lui étaient pas destinés. Si bien que, depuis ses débuts dans l'édition, il pratique le grand écart entre ?uvres pour adultes et pour la jeunesse.

Après avoir appris à dessiner aux Arts Déco de Strasbourg, il effectue son objection de conscience à la Cité Nationale de la Bande Dessinée et de l'Image à Angoulême. En même temps qu'il réalise des travaux d'adaptation littéraire ou d'illustration pour les magazines de Bayard Presse (Je Bouquine, Grain de Soleil) il publie des planches délirantes dans la revue underground le Psikopat. En s'inspirant du Fantôme, la série d'aventure très 1er degré de l'Américain Lee Falk, il invente son personnage phare, Supermurgeman. Dindon de la farce de ses propres aventures, cet anti-héros tire sa force des bières qu'il ingurgite !

Feuilletoniste moderne, il dissémine des coups de théâtre dans les albums de Supermurgeman (trois chez Dargaud, le premier aux Requins Marteaux) mais aussi dans Le Journal de la Jungle, Salade de Fluits ou Saga Poche. Ses personnages vont parfois d'une série à l'autre. Dans Le Chant du rastaman, l'album de Francis Blatte, gentil illuminé qui se croit en contact avec l'esprit de Bob Marley, on croise Paulette Comète, l'étudiante qui revêt la nuit son costume de Justicière à mi-temps. Précisons que c'est Christian Rossi, dessinateur au trait réaliste (Jim Cutlass, WEST) qui s'amuse à mettre en image les aventures de Paulette.

Aucun style n'effraie celui qui partage l'atelier de la Société National de Bandes Dessinée avec Christophe Blain, Riad Sattouf et Joann Sfar. Mathieu, avec Patrick Pion (Chrome, C?ur de glace) au pinceau, s'est attaqué à l'heroïc fantasy avec Megaron (deux volumes) en jouant, comme d'habitude, avec les codes. Il aime aussi se mettre au service des autres. Depuis Les Secrets de l'univers, il anime une des séries préférées des enfants, Sardine de l'espace, sur scénario d'Emmanuel Guibert. Autre carton chez les jeunes : Akissi (2 volumes, Gallimard), petite s?ur d'Aya de Youpougon inventée par Marguerite Abouet.

Pour la collection Shampooing de Lewis Trondheim, Mathieu a ajouté une nouvelle corde à son arc, celui du reportage dessiné. Que ce soit sur la conception du film Gainsbourg une vie héroïque (Feuille de Chou – Journal d'un tournage et Feuille de Chou – Journal d'un après-tournage) ou du journal Libération (Journal d'un Journal), il promène son regard amusé et faussement innocent. Enfin, ce prolifique auteur est présent sur internet avec le blog « Jus de Fluits » : http://blogs.lexpress.fr/bd/

empty