Journal d'une combattante

Journal d'une combattante

Traduction LORI SAINT-MARTIN  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

depuis la publication de no logo, best-seller traduit en une vingtaine de langues, naomi klein contribue sans relâche au débat contemporain sur la mondialisation, son impact, son avenir. ce journal d'une combattante réunit deux années de chroniques publiées dans le globe and mail et le new york times à l'occasion de manifestations ou de sommets tenus aux quatre coins du monde. radioscopie de la société actuelle, entreprise de dénonciation des grandes sociétés et des institutions internationales, ces textes rendent également compte de la nature même de la résistance, avec ses manifestations populaires, les allures de carnaval qui ont marqué cette nouvelle forme de subversion jusqu'à l'apparente désorganisation du mouvement - en réalité sa plus grande force. provocant, intelligent et passionné, ce journal de bord constitue tout à la fois un manuel de survie face à la prédation de l'économie mondiale, un bilan de la mondialisation et de ses conséquences et un témoignage unique sur un moment marquant de notre histoire.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Entreprise, économie & droit > Economie mondiale > Economie française

  • EAN

    9782742755639

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    360 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11 cm

Naomi Klein

Journaliste, essayiste et réalisatrice, diplômée de la prestigieuse London School of Economics, NAOMI KLEIN est l'auteur du best-seller international No Logo, traduit dans 28 langues et devenu une référence incontournable dans le monde entier. Elle contribue régulièrement à la rubrique internationale de The Nation et de The Guardian et s'est rendue en Irak pour le magazine Harper's. En 2004 elle a réalisé un film documentaire, The Take, sur l'occupation des usines en Argentine, qu'elle a coproduit avec le réalisateur Avi Lewis.

empty