Récits de l'apocalypse, catastrophes, cataclysmes et fins du monde dans la littérature et au cinéma

Récits de l'apocalypse, catastrophes, cataclysmes et fins du monde dans la littérature et au cinéma

À propos

Qu'y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov ? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu'à en faire un spectacle inoubliable : une oeuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires.
À l'heure du Covid-19 et d'Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?
Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d'après, c'est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.
La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782363583598

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    16 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Pierre Andrevon

Jean-Pierre Andrevon, né à Bourgoin-Jallieu en 1937, est l'une des plus incontournables figures de la science-fiction française contemporaine. Après une intense collaboration à la mythique revue Fiction (auteur, critique, essayiste), il publie son premier roman, Les Hommes-Machines contre Gandahar, en 1969 (adapté par René Laloux en long-métrage d'animation sur des dessins de Philippe Caza). C'est le début d'un parcours littéraire aussi dense (plus de quatre-vingts romans) qu'engagé, une ½uvre traduite dans une dizaine de langues, plusieurs fois adaptée à la télévision et saluée par le Grand Prix de l'Imaginaire à deux reprises.


empty