Dien Bien Phu ; la fin d'un monde

Dien Bien Phu ; la fin d'un monde

,

À propos

Printemps 1954. Dans la haute vallée de Dien Bien Phu, le Corps expéditionnaire français affronte les unités d'élite de l'Armée populaire du Vietnam, commandées par le général Giap. Féroce et inégal corps à corps, siège long et éprouvant, cette décisive bataille fut suivie par une implacable mais héroïque défaite, et une terrible captivité pour les vaincus. Événement majeur du XXe siècle, elle mena à un accord diplomatique entérinant la fin de l'Indochine française, qui annonçait la fin de l'ère coloniale.
Dans un essai incarné par de nombreux témoignages des deux camps, Pierre Journoud replace pour la première fois l'événement dans un cadre géographique et temporel considérablement élargi et nous fait revivre la bataille à travers les yeux des soldats qui l'ont faite.

Sommaire

AVANT-PROPOS. AUX ANGES DE DIEN BIEN PHU.
INTRODUCTION. UN « ÉVÉNEMENT MATRICE».
Dien Bien Phu à la lumière de la « nouvelle histoire-bataille ».
Sous l'écume des vagues.
GUERRE ET PAIX DANS LA CULTURE STRATÉGIQUE DES VIETNAMIENS.
L'Occident, l'Asie et la culture stratégique vietnamienne.
Une arme à double tranchant.
Un parent pauvre de l'historiographie occidentale du monde sinisé.
Le poids de la géographie et de l'histoire dans l'art de la guerre vietnamien.
Les principaux apports des stratégistes vietnamiens classiques.
Une longue expérience des guerres asymétriques contre la Chine.
Tran Hung Dao, premier théoricien de la « guérilla » et de la « guerre psychologique ».
Nguyen Trai, premier théoricien de la « guerre du peuple » et de la « stratégie intégrale ».
Tradition et innovation dans la guerre moderne.
Ho Chi Minh, le stratège.
Vo Nguyen Giap, le chef de guerre.
LA BATAILLE FRANCO-VIETNAMIENNE.
Le 7 mai 1954.
170 jours auparavant, le 20 novembre 1953.
La construction du camp sous haute surveillance des renseignements de l'APV.
Les 105 de l'APV.
13 mars 1954 : première offensive de l'APV sur le camp retranché.
30 mars-4 avril 1954, plus de 100 heures terrifiantes sur Éliane 2.
6 mai 1954.
7 mai 1954.
20 mai 1954.
22 mai 1954.
18 juin 1954.
UN « STRATAGÈME SINO-VIETNAMIEN».
Une opération secondaire en marge du plan Navarre.
Première inflexion au Plan Navarre : l'implantation d'une base aéroterrestre.
Deuxième inflexion : La base aéroterrestre devient un camp retranché.
La contribution chinoise, vue du côté français.
Pièce maîtresse d'un stratagème sino-vietnamien ?
Le rôle des Chinois.
« La décision la plus difficile » du commandant en chef.
Le succès du stratagème : déterminant mais pas inéluctable.
« Réunion de foudre », rectification et remobilisation.
Ruses contre ruses : la victoire de l'imagination.
L'« astuce diabolique » de l'APV.
Les ruses du désespoir.
« Si vous avez été battus, vous l'avez été par vous-mêmes ».
UNE CRISE FRANCO-AMÉRICAINE.
Dans le « brouillard stratégique ».
Intensifier la guerre ou faire la paix ? Les divergences entre Paris et Washington.
Une défaite américaine ?
Vautour : l'empreinte personnelle du président Eisenhower.
La « menace » chinoise au coeur du débat franco-américain.
Un nouveau rapport de forces.
« L'évaporation de la France comme grande puissance ».
La force du précédent.
Après DBP : une dynamique favorable à l'APV dans une situation de relatif équilibre stratégique.
Les débats internes sur l'opportunité d'une solution négociée.
LE « 14 JUILLET DE LA DÉCOLONISATION ».
De la fin de l'Indochine française au Vietnam des Américains.
Le soulagement et l'espoir d'une paix durable en France.
Un accord inédit par sa forme juridique.
Un compromis ambigu.
La France, les états-Unis et l'OTASE : une lutte d'influence discrète et inégale.
L'opération Exodus au coeur d'une nouvelle guerre psychologique.
La reconnaissance du leadership américain au Vietnam.
Le solde de la colonisation : héritages du passé et jalons d'avenir.
« Qui perdra Hanoi perdra Alger » : la concrétisation de la prophétie des marins.
De Saigon à Alger.
Vers la fin de la « nuit coloniale ».
Dien Bien Phu d'une guerre à l'autre : un accélérateur.
Anciens d'Indo et de DBP en lutte contre la domination coloniale de la France en Afrique du Nord.
Les « Centurions » et les leçons de DBP.
Le bref âge d'or d'une « guerre sans visage » : la guerre contre-révolutionnaire.
Lutter contre la déshumanisation de l'adversaire.
DU MYTHE À L'HISTOIRE.
Aux sources du mythe héroïque : instrumentalisation immédiate de l'événement et sacralisation de la mémoire.
Instrumentaliser la défaite en France : le mythe compensateur.
Le mythe au service de l'alliance franco-américaine.
Promouvoir la victoire au Vietnam : le mythe national refondateur.
De la RDV au Vietnam actuel : la transmission et les métamorphoses de la mémoire.
La difficile survie de la mémoire de la bataille en France.
Le mythe fissuré : de la mémoire à l'histoire.
Le retour du refoulé.
Entre commercialisation inévitable et nécessaire historicisation.
CONCLUSION. « CONCILIATION, RÉCONCILIATION » : L'HÉRITAGE DE DIEN BIEN PHU DANS LE RAPPROCHEMENT FRANCO-VIETNAMIEN.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799) > Guerre froide (1945-1989)

  • EAN

    9782363583253

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    608 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    14.5 cm

Infos supplémentaires : Broché  

empty