Essais t.2 Essais t.2
Essais t.2
Essais t.2

À propos

Collection dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Montaigne Essais - Livre second Publié en même temps que le Livre I, en 1580, ce deuxième Livre en poursuit le dessein. Mais il comporte aussi un curieux chapitre, de loin le plus long des Essais puisqu'il occupe à peu près la moitié de ce Livre : l'«Apologie de Raimond de Sebonde». Montaigne, qui a traduit intégralement la Théologie naturelle du théologien catalan, s'y essaie à une attitude philosophique difficile et exigeante, celle du scepticisme, sans pourtant l'affirmer. Est-ce parce qu'il n'y adhère que par provision ? Est-ce parce que l'affirmation du scepticisme reviendrait à le dénaturer, le scepticisme contestant toute affirmation, fût-ce de lui-même ? A qui cherche des certitudes, Montaigne n'offre que cette incertitude, si inconfortable mais si séduisante : par là il inaugure profondément la modernité.

L'édition proposée ici reproduit celle de 1595. C'est dans cette édition en effet - ou l'une de ses descendantes - que pendant les deux siècles qui suivirent la mort de l'auteur les Essais ont été lus ; nous en avons modernisé l'orthographe tout en en respectant la ponctuation, la disposition, et en la faisant précéder de la préface de sa première éditrice, Marie de Gournay. Cette petite révolution renouvellera sans doute, pour bien des lecteurs, la lecture des Essais.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782253036364

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    16.5 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    375 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Michel de Montaigne

Né dans une famille de négociants anoblis, au château de Montaigne en Périgord, Michel Eyquem reçoit une éducation inspirée des idées de la Renaissance, apprenant le latin comme langue maternelle. Il est pensionnaire au Collège de Guyenne à Bordeaux et suit des cours de Droit à Toulouse.
En 1554, il devient conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, puis au Parlement de Bordeaux et rencontre Etienne de la Boétie. En 1571, il se retire dans son château pour consacrer le reste de son existnce "à sa liberté, à sa tranquillité, à son loisir". Il entreprend alors un long voyage, de Paris en Italie, dont il existe un "Journal". De 1581 à 1585, il devient maire de Bordeaux et se révèle un habile diplomate. Il continue à enrichir les livres I et II des Essais et les augmentent d'une troisième partie. Il meurt sans avoir terminé la réédition de son oeuvre.
Pour Montaigne plus que tout autre, la culture humaniste fut un style de vie. En revivant les leçons des lettres antiques, il leur a ajouté l'enseignement de sa propre expérience, de son regard lucide sur un monde en train de changer. La vraie sagesse, selon lui, se reconnaît à la mesure qu'elle garde en toute chose. Montaigne l'a totalement séparée de la religion. Elle n'a pas l'ambition de rendre les hommes parfaitement raisonnales: elle se contente de modérer leurs passions.
En se prenant pour thème de son étude, Montaigne apprend à se connaître. Il ouvre la voie à l'humanisme moderne en cherchant à promouvoir un ordre des choses où seraient garanties la sécurité, la liberté et la dignité de l'homme.

empty