Le jeune amour Le jeune amour
Le jeune amour Le jeune amour

À propos

Gil Blas, adolescent sans fortune, rêve de devenir écrivain. Engagé comme clerc dans un cabinet de perception, il se trouve au coeur des intrigues qui secouent Saint-Veillant, un petit bourg de Dordogne, durant l'après-guerre.
C'est l'heure des règlements de comptes, l'heure où les vérités enfouies de l'Occupation refont surface. Certains, qui se sont enrichis pendant la guerre, cherchent à asseoir leur pouvoir. D'autres veulent se venger. Les rancoeurs tournent au drame lorsqu'un notable est retrouvé " suicidé ". Le jeune Gil Blas connaît les secrets les plus dangereux... À travers lui, on découvre toute la vie d'un village, on comprend la vérité d'une époque.
A-t-on jamais décrit ce moment-là avec une telle verve, un tel bonheur d'écriture, une telle jubilation face à la vie et ses beautés ? L'ironie, le rire du romancier envers la folie des hommes affleurent à chaque ligne.
Gil Blas a beau se laisser entraîner dans d'obscurs complots, avoir la faiblesse de commettre des faux en écriture et craindre en permanence une explosion de la bombe atomique, il reste un jeune homme subjugué par les promesses que lui offre la vie, et par les femmes surtout. Les belles comme les moins belles, toutes ont le merveilleux don de lui faire oublier les angoisses de l'existence. Particulièrement Marie...

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782221106792

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    350 Pages

  • Longueur

    24.1 cm

  • Largeur

    15.6 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    515 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Jeury

Michel Jeury a été l'un des grands pionniers français de la science-fiction, signant une cinquantaine de romans, parmi lesquels Le Temps incertain (1973, prix du meilleur roman français de science-fiction l'année suivante), Les Singes du temps (1974), Soleil chaud poisson des profondeurs (1976), La Fête du changement (in Utopies, 1975). On lui doit aussi une centaine de nouvelles, des essais sur l'école et une quinzaine de romans dits « régionaux », dont une demi-douzaine ont été portés à l'écran. Il se décrit lui-même comme « un romancier du refus de la pensée dominante ».

empty