Felix Holt, le radical Felix Holt, le radical
Felix Holt, le radical
Felix Holt, le radical

Felix Holt, le radical (préface Mona Ozouf)

Traduction ALAIN JUMEAU  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

Ce grand roman politique oppose deux sortes de radicaux réclamant des changements politiques profonds, lors d'une campagne électorale dans l'Angleterre des années 1830 : Harold Transome, riche propriétaire terrien, candidat sous cette étiquette par opportunisme, et Felix Holt, homme du peuple qui n'a pas le droit de vote et dont le radicalisme est un engagement de l'être entier, désireux de changer l'organisation sociale, la répartition des richesses, de redonner à chaque individu une « part d'homme » dans la vie. Les deux hommes se disputent également l'amour d'Esther Lyon, la fille adoptive d'un pasteur.
Dans cette lutte entre ancien et nouveau monde, le mérite personnel l'emportera-t-il sur la naissance, pour signer l'entrée dans le monde démocratique ? La collision des destins personnels avec l'histoire collective est le vrai sujet de ce roman peu connu de l'auteure, traduit pour la première fois en français.

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques

  • EAN

    9782072858505

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    802 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    3.3 cm

  • Poids

    408 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

George Eliot

Mary Ann Evans (1819-1880), plus connue sous le pseudonyme de George Eliot, est contemporaine de Dickens. Dans les pays anglophones, on voit en elle son égale et souvent même on la juge plus profonde, plus subtile, plus complexe, et surtout plus sensible à la condition féminine - et cependant dotée d'humour, elle aussi. Cette femme cultivée vient d'un milieu modeste : son père est régisseur de domaines et elle passe sa jeunesse dans une ferme des Midlands. Indépendante, elle traduit David F. Strauss et Ludwig Feuerbach, deux penseurs allemands qui ont contribué à la critique du christianisme. Associée à une revue « radicale », elle y rencontre George Henry Lewes, un journaliste, homme de lettres, séparé de sa femme, avec lequel elle va vivre désormais. C'est lui qui l'encourage à écrire de la fiction. Pour éviter des jugements hostiles en raison de ses publications et de sa vie privée, elle adopte un pseudonyme.

empty