Daniel Deronda t.2 Daniel Deronda t.2
Daniel Deronda t.2
Daniel Deronda t.2

Daniel Deronda t.2

Traduction ALAIN JUMEAU  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

Le jeune Daniel Deronda, qui a été élevé par son " oncle " en gentleman anglais, se voit attribuer des fonctions de passeur entre deux cultures, entre deux traditions religieuses : le hasard d'une rencontre l'amène à fréquenter la communauté juive de Londres. Son comportement généreux et chevaleresque le rapproche de la petite chanteuse Mirah et de son frère, véritable prophète des temps modernes rêvant d'un retour en Terre Sainte pour son peuple ; mais Daniel reste attaché à la belle Gwendolen, qu'il a vue se précipiter dans un mariage d'intérêt désastreux, tournant au tragique. Dans ce roman novateur, qui, un quart de siècle avant le freudisme, pressent l'existence de territoires non cartographiés de la conscience, le héros est écartelé entre le rôle de confident que Gwendolen veut lui imposer pour échapper à ses peurs et à l'enfer de sa vie conjugale, et la mission qui lui est réservée dans le monde juif.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782070356454

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    592 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    282 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

George Eliot

Mary Ann Evans (1819-1880), plus connue sous le pseudonyme de George Eliot, est contemporaine de Dickens. Dans les pays anglophones, on voit en elle son égale et souvent même on la juge plus profonde, plus subtile, plus complexe, et surtout plus sensible à la condition féminine - et cependant dotée d'humour, elle aussi. Cette femme cultivée vient d'un milieu modeste : son père est régisseur de domaines et elle passe sa jeunesse dans une ferme des Midlands. Indépendante, elle traduit David F. Strauss et Ludwig Feuerbach, deux penseurs allemands qui ont contribué à la critique du christianisme. Associée à une revue « radicale », elle y rencontre George Henry Lewes, un journaliste, homme de lettres, séparé de sa femme, avec lequel elle va vivre désormais. C'est lui qui l'encourage à écrire de la fiction. Pour éviter des jugements hostiles en raison de ses publications et de sa vie privée, elle adopte un pseudonyme.

empty