Cerf

  • L'angle mort

    Régis Debray

    L'acte souvent suicidaire du terroriste nous force à penser ce qu'on ne veut plus et même ce qu'on ne peut plus penser : la place de la mort dans notre vie.
    R. D.

  • Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, en pleine campagne présidentielle, un franco-malien de 27 ans pénètre, par effraction, dans le domicile de Sarah Halimi, paisible retraitée juive qui vit dans un HLM à Paris. Il la roue de coups tout en récitant des sourates du Coran, avant de jeter son corps par la fenêtre. Sans être entendu par la police judiciaire, l'assassin est envoyé en hôpital psychiatrique.
    Le frère de la défunte, William Attal, révolté, appelle une jeune journaliste, Noémie Halioua, et lui confie son sentiment d'injustice. Pour elle, c'est décidé : elle fera la lumière sur ce meurtre et alertera les médias ! Ce livre est le récit de son enquête. De Belleville à la préfecture de Police de Paris, elle a interrogé, traqué tous les témoins, tous les acteurs, avocats, voisins, policiers, journalistes avec une obsession : que vérité soit faite ! Elle est même parvenue à obtenir le dossier d'instruction, qui révèle de nombreux scandales d'ordre politique et procédural.
    Au-delà des révélations sur une affaire d'Etat, cet ouvrage est l'occasion d'aborder des sujets brûlants d'actualité, tel la sécurité dans les banlieues, l'antisémitisme banalisé, la psychiatrisation des criminels, les rapports entre la communauté juive et la communauté musulmane. Un document explosif.

  • À côté de nous, tous les jours, des vies innocentes sont détruites. Des jeunes filles abusées doivent ajouter à leurs malheurs le silence dans lequel leurs familles tentent de les enfermer. Rares sont celles qui s'opposent à leurs proches et qui prennent la parole. Alors, lorsque ces femmes courageuses témoignent : il faut les écouter.
    Tout le monde croit que Marie est heureuse, puisqu'elle grandit dans une famille bourgeoise et catholique, sans histoire, du moins en apparence. La réalité est différente : deux de ses frères abusent d'elle. Marie en parle à sa mère : celle-ci refuse d'écouter, pensant d'abord à la réputation de la famille. Alors la jeune fille doit se taire.
    Elle vivra longtemps avec ce secret, accablée et traumatisée ; jusqu'à ce qu'un prêtre révolté par tant d'hypocrisie l'aide à trouver la force de confondre ses agresseurs. Dans ce combat pour faire triompher la vérité, sa foi en un Dieu miséricordieux l'aidera à rester debout.
    Voici le récit d'une lutte quotidienne pour garder l'espérance, malgré les horreurs et les mensonges.
    Âgée de quarante ans, Marie-Philothée Mallais a surmonté ses années d'agression. Elle vit aujourd'hui en Bretagne, et se bat pour faire connaître son combat.

  • Tout a été dit sur les attentats qui frappent la France. Sauf l'essentiel. Nation, État, Europe, islam, monde et, surtout, religion, politique : tels sont les termes qu'il s'agit de penser et que repense ici David Djaïz en s'emparant du spectre de la guerre civile qui hante la Cité des hommes.
    Des origines à aujourd'hui, des conflits intestins dévorant la Grèce antique au djihad global enflammant désormais la planète, en passant par la Saint-Barthélemy, l'ère coloniale et la bataille d'Alger, cette archéologie historique éclaire comme jamais les malentendus du présent. Convoquant Thucydide et Hobbes, Montaigne et Schmitt, Ibn-Khaldûn et Sayyid Qutb, cette enquête philosophique désencombre l'horizon des peurs et des préjugés de l'heure. Dénonçant dérives communautaristes et illusions sécuritaires, cette critique des fausses réponses actuelles restitue le débat à ses vrais enjeux.
    À moins de comprendre pourquoi et comment le conflit interne est inhérent au fait de société et en détermine la vie même, nous ne saurons ni résister, ni avancer.
    Un premier essai flamboyant qui soumet l'espérance à la lucidité.

  • Une guerre se gagne d'abord dans les esprits. Mais au nom de quel héritage et pour quels idéaux les Européens seraient-ils encore prêts à se battre ? Cette question est la seule qui vaille. Surtout face à un adversaire qui possède, lui, de la transcendance hideuse et mortifère à revendre.
    Dès 2002, avec une cruelle ironie, Philippe Muray invitait les djihadistes à « craindre le courroux de l'homme en bermuda ». Il annonçait la suite en ces termes : nous serons les plus forts car nous sommes les plus morts.
    Souhaitons-nous lui donner raison ? Ou au contraire nous arracher au somnambulisme, au déni et à la lâcheté dans lesquels nous nous complaisons depuis « Charlie » ?
    Après le succès de La Pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme : essai sur les penchants suicidaires de l'Europe, salué comme un livre « prophétique » à « l'écriture étincelante », la philosophe Alexandra Laignel-Lavastine signe ici un manifeste choc et courageux.

empty