L'atalante

  • Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à doss de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapce de la Grande Tortue. Oui, c'est le Disque-monde.

    Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes.

    Tellement inoffensif que le Praticien avait chargé le calamiteux mage Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Bord du Disque.

    Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste' À la lumière de l'octarine, la huitième couleur, découvrez l'univers fantastique et cocasse de Terry Pratchett.

  • Dans un futur proche ravagé par la pollution, un vieil homme nous raconte qu'une Corneille nommée Dar Duchesne - la première de tous les temps à avoir porté un nom - lui a raconté ses nombreuses vies et morts au pays de Kra...
    - Kra est une épopée de l'anthropocène.

    La Corneille, oiseau de mauvais augure, égoïste et chapardeur, mangeur de cadavres ? Nous décrions une espèce avec laquelle nous coexistons et qui a géré nos déchets et nos morts depuis le début de l'humanité.
    Or, dans ce roman, on en apprend beaucoup sur la Corneille, qui a tant appris de nous. Qui vit en communauté. Qui n'est pas un oiseau migrateur, mais se déplace, se repose, se déplace à nouveau et revient au nid. Et on en apprend beaucoup sur nous, puisque la Corneille est notre commensal.
    - Kra est un livre miroir.
    Dar Duchesne s'interroge, nous interroge, sur la mort et le rapport à nos morts ; ce faisant, il bâtit une histoire où s'occuper des morts, et vouloir les faire revivre par la mémoire, équivaut à faire l'expérience du temps et à entrer dans l'Histoire, et en littérature.
    - Kra est un mythe.
    La mélancolie inhérente à l'histoire de Dar Duchesne se réalise avec une autodérision du personnage, qui apporte des touches de légèreté en contrepoint du lyrisme de son auteur. D'un sujet sombre, il parvient à nous émerveiller. Et c'est du règne de la nature que sort une fresque poétique magistrale.
    - Kra est un pont, qui nous donne l'espoir que le monde qui a déjà tant évolué le peut encore. Sa geste nous soulage de l'inévitabilité de la mort. Son conte nous enjoint au changement.
    Un roman de la trempe de Jonathan Strange & Mr.
    Norrell de Suzanna Clarke.

  • Un trouble malaise s'est emparé du Causse. Les chouettes et les renards le perçoivent, et Tiphaine Patraque aussi à travers ses chaussures. Un vieil ennemi rassemble ses forces. Or, comme le dit la kelda des Nac mac Feegle, « le vwale est fragile entre les mondes et se daekire facilmaet. » C'est un temps de déclins et de recommencements, d'anciens et de nouveaux amis, et de frontières incertaines. Un temps où le fardeau de la succession s'abat sur une jeune sorcière désormais appelée à se tenir entre la lumière et les ténèbres.
    La horde des fées prépare son invasion, et Tiphaine devra battre le rappel de toutes les sorcières pour protéger le pays.
    Son pays.
    Ça sent le règlement de comptes...

  • Un roman de fantasy d'avant le Déluge, avec des elfes, des lutins, des fées, des bourdons magiques... et des ograins. Ce peuple de métis ogres et nains est prolifique et agressif, en tout cas plus que les autres. De génération en génération, ils en arrivent à coloniser toute la planète, décimant la moitié des peuples natifs et réduisant le reste à la misère.
    L'histoire est vue par les yeux de deux fées, uniques rescapées d'une époque où la magie s'exerçait librement sur la planète. Elles vivent parmi les mortels, dans une grande ville puante nommée Scrougne (parce que Ankh Morpork, c'était pris). Parmi leurs amis, un couple mixte - un sylvain et une ondine de rivière - ont pondu un petit gamin nommé Figuin, qui vit très mal le racisme et la misère auxquels il est confronté.
    C'est alors qu'entre en scène un banquier.... Froid, inusable, immensément riche, il cherche à l'être plus encore. Il décide alors de creuser un fossé au beau milieu de la population scrougnaise, afin de jeter une moitié aux trousses de l'autre qui lui achètera des armes au passage.
    Et pour cela, il lui faut un gamin un peu paumé à endoc- triner - ce sera Figuin - et à envoyer se faire exploser au milieu d'une fête, avec son bourdon en poirier savant.

    Catherine Dufour, avec la verve désopilante qui a fait le succès de Blanche-Neige et les lance-missiles, renoue avec la fantasy, pour mieux dire l'histoire de la violence dans laquellle nous vivons et, en par- ticulier, le terrorisme et les deuils qui s'ensuivent.

  • Alors qu'Odalrika revient d'un parcours initiatique qui la laisse sur sa faim, la capitale est en proie à une épidémie qui décime les jeunes, condamnant ainsi les draks à leur tour à l'extinction.
    L'infection ayant été transmise par les scientifiques an-kis, ceux-ci décident d'emmener Odalrika tombée malade et un guerrier drak, Gavryël, pour tenter de les hybrider avec une espèce qui présente des similitudes avec eux : les humains.
    Au terme de six siècles de voyage interstellaire, ils arrivent sur Terre cinq mille ans avant Jésus Christ au Moyen-Orient, où ils vont apporter la connaissance de l'écriture, mais aussi implanter sept embryons hybridés en différents points de la planète, comptant sur le temps et les croisements de sang pour faire renaître les étranges pouvoirs des draks - en particulier la capacité de s'alléger pour parcourir en l'air de longues distances.
    Tous ces enfants ont une peau bleutée due à la couleur de leur sang. Leur très grande longévité, leur force peu commune et leurs origines célestes vont être à l'origine de bien des religions, et du mythe de la noblesse et de la couleur supposée de son sang.
    De millénaire en millénaire, nous suivons les deux draks - Odalrik, dans le rôle du mystique errant, et Gavryël, le plus souvent reclus dans un laboratoire installé sur une base lunaire. Ils infléchissent, en fonction de leur projet initial, les politiques humaines, jusqu'au moment où la maîtrise du nucléaire, le progrès des armements et la conquête spatiale les poussent à se mettre en retrait.
    Auraient-ils renoncé ou échoué ?
    Les siècles suivants voient éclore un monde où, de milices privées en laboratoires secrets, les consortiums façonnent un monde où l'air est devenu irrespirable, et où les habitants, trop nombreux, vivent dans des villes couvertes de verrières.
    Le fil narratif se concentre alors sur une des poches de résistances : une microsociété établie dans un squat, où un informaticien altermondialiste reçoit accidentellement un code incompréhensible.
    Pourchassé par un magnat sans scrupules du nom de Maddox, lequel veut à tous prix récupérer ce programme, il rejoint à contrecoeur un projet de voyage interstellaire qui a pour but la recherche d'une autre planète habitable pour l'humanité. Or ce vaisseau abrite deux passagers clandestins...

  • "Vous auriez de très jolis pieds si vous en preniez soin, dit la vierge Bethan.

    ' Ch'est bien aimable à toi, répondit Cohen le Barbare. Mais des pédicures j'en rencontre pas chouvent dans ma profechion." Octogénaire, borgne, chauve, édenté, Cohen, le plus grand héros de tous les temps, réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ?

    Car une étoille rouge menace de percuter le Disque-monde, dont la survie repose sur le sorcier calamiteux : dans son esprit brumeux se tapit le Huitième Sortilège' Avec une distribution prestigieuse dans les seconds rôles : le Bagage, l'In-Octavo, Herrena la Harpie, Kwartz le troll, Trymon l'enchanteur maléfique et, naturellement, la Mort.

    Une aventure fantastique sans précédent. Ou peut-être une gigantesque fumisterie, plus encore que La Huitième Couleur.

  • L'étau se referme... Dans ce septième et dernier tome du Sang des 7 rois, la menace qui plane au-dessus des sept royaumes se concrétise. Maddox dispose désormais des informations nécessaires à l'envahissement de la planète et des ressources qui lui faisaient défaut. L'avance technologique dont il dispose et la division de ses ennemis posent les bases d'une chasse à l'homme dont Jahrod est le gibier. Mais rien ne presse...
    Méthodiquement, il rabat les rescapés des rafles de Lothar et des luttes intestines, massacrant et poussant la population résiduelle vers la crête qui constituera son ultime refuge, illusoire. MC10, l'ordinateur militaire du vaisseau, a calculé qu'en concentrant les survivants, Jahrod finirait par se révéler au grand jour pour sauver ce qu'il reste d'humains. Mais un obstacle demeure.
    Est-ce l'évolution génétique ? Est-ce du fait de Jahrod et de son code décrypté ? Maddox l'ignore, mais le doute n'est plus permis : les pilotes qui vivent sur cette planète sont surpuissants et Fletcher, celui qui travaille depuis des siècles au service de Maddox, ne fait pas le poids.
    Orville, Rosa, Sylvan, Pétrus et les autres protagonistes poursuivent leurs quêtes personnelles, réalisant peu à peu la nature réelle du danger. À mesure de leur prise de conscience, les diverses factions jadis rivales se concentreront pour tenter de survivre tandis que, sous la puissance de feu de Maddox, le monde s'enfonce inexorablement dans le chaos et la ruine.

  • Les chroniques d'Alvin le Faiseur T.5 ; flammes de vie Nouv.

    En 1822, à Philadelphie, Alvin s'apprête à partir vers la Nouvelle-Angleterre, où les gens qui usent de leurs talents sont traqués et voués au bûcher. Il a pour compagnons le jeune Arthur Stuart, En-Vérité Cooper, son avocat anglais, Mike Fink, un voyou repenti, et Jean- Jacques Audubon, le célèbre peintre animalier d'origine française.
    Mais quand Alvin et ses compagnons rencontrent Purity Orphelan, une orpheline dont les parents ont été pendus en raison d'une accusation infondée de sorcellerie, c'est au tour d'Alvin de risquer la mort pour de semblables raisons.
    De son côté, Peggy la torche, alias Margaret Smith, mariée et enceinte d'Alvin, se dirige vers Camelot, capitale des comtés esclavagistes du Sud avec l'espoir de rencontrer le roi Arthur. Mais sa croisade abolitionniste lui laisse un goût amer, car ce qu'elle voit, c'est l'affrontement et le conflit comme seuls espoirs de mettre fin à l'esclavage.
    Et tout cela sans compter les agissements de Calvin, accompagné par Honoré de Balzac, qui tournent également à la catastrophe.
    Un cinquième et avant-dernier volume avec de nouveaux personnages qui relancent une action autour des thèmes principaux de la série que sont l'esclavage et la chasse aux sorcières, dont Card dénonce l'indignité. Les chapitres consacrés au procès intenté à Alvin sont de petits bijoux d'intelligence et d'humour.
    Et on prend peu à peu conscience que la guerre de Sécession se profile à l'horizon aussi sûrement que la quête d'Alvin arrive à son terme. La cité de cristal est en vue.

  • Prévu en trois tomes, ce roman de fantasy historique raconte les aventures croisées de deux personnages : Émile - ou Milo - paysan du bocage vendéen élevé par un prêtre ouvert aux idées révolutionnaires, et Cornuaud - ou Belzébuth - originaire du pays de Retz dans la périphérie nantaise, contraint de s'embarquer à bord d'un navire négrier. Nous les suivons dans la tourmente révolutionnaire des années 1792 à 1794. 1793 : Le roman commence en janvier 1793, au moment de la mort de Louis XVI. Incapable de supporter la séparation d'avec Perrette, Émile a sauté du cheval Mallet qui l'emmenait vers son destin. Il a perdu le contact avec le monde magique et erre comme âme en peine dans un bocage enfermé dans un long hiver. Il revient chez Norbert, assiste à la mort du vieil homme et de ses deux loups, avant de partir enfin vers Paris pour traquer l'esprit du mal. Pendant ce temps, Cornuaud sort de prison grâce, croit-il, à l'intercession du marquis d'Ambert. En réalité, il est mandaté par des agents de sûreté pour rejoindre une conjuration contre-révolutionnaire et servir d'indicateur aux forces de police. Grâce à lui, le projet pour délivrer le roi sur le trajet de son supplice échouera. À Paris, Émile fera la connaissance d'Armande la comédienne et du policier Schwarz. Ce dernier continue de mener ses enquêtes dans les arcanes de la secte de Mithra, recherches qui le mèneront du côté du comité de sûreté générale, la police politique de la Révolution. Mais les sentiments de la belle comédienne pour Émile compliquent tout : Schwarz, jaloux, deviendra son ennemi mortel. Cornuaud, toujours envoûté par la sorcière vaudoun, continue de commettre des meurtres en série qui le contraignent à s'engager, au début du printemps, dans les armées partant combattre le soulèvement des populations de l'Ouest.
    Du même auteur à l'Atalante : la trilogie des Guerriers du silence, Warg, Abzalon-Orchéron, Rohet, Griots célestes-Qui-vient-du-bruit / Le Dragon aux plumes de sang, l'Enjomineur, 1792.

  • Ce roman de fantasy historique raconte les aventures croisées de deux personnages : Émile - ou Milo - paysan du bocage vendéen élevé par un prêtre ouvert aux idées révolutionnaires, et Cornuaud - ou Belzébuth - originaire du pays de Retz dans la périphérie nantaise, contraint de s'embarquer à bord d'un navire négrier. Nous les suivons dans la tourmente révolutionnaire des années 1792 à 1794. Aux figures historiques tels Robespierre ou Charrette se mêle une foule de personnages secondaires et d'êtres de légende qui nous font vivre la fin d'un monde et de ses archétypes.
    1794 - Le dernier livre débute à la fin de l'année 1793, au moment de la Terreur. Près du Père des Pères, qu'il n'a pas eu le courage de tuer, Émile prend connaissance des secrets de sa naissance et du rôle qui lui est destiné au sein de l'organisation de Mithra, la religion favorite des légionnaires romains évincée au IIIe siècle par le christianisme. Il oublie le monde des créatures de la nuit et seul le souvenir de Perrette continue de le hanter.
    Pendant ce temps, Cornuaud, enrôlé dans l'armée des volontaires de la Nation, se bat contre les insurgés, avant de croiser la route du marquis de Lescure et de Jean Augereau... et de changer de camp. D'ailleurs il ne cessera de passer, au gré des circonstances, de l'armée républicaine aux troupes vendéennes avant de rejoindre Nantes où sévit le sinistre Carrier, puis d'incorporer l'une des terribles colonnes infernales qui le mènera au coeur de la Vendée. Ainsi s'accomplira la vengeance de l'enjomineuse africaine qui le possède et se sert de lui pour moissonner les vies dans le pays de l'homme blanc.

  • Sentant venir sa mort prochaine, le mage Tambour Billette organise le legs de ses pouvoirs, de son bourdon, de son fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-monde. (Vous y êtes ? Nous y sommes.) La succession s'y opère de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi procède le mage. Puis il meurt.

    Or il apparaît que le huitième fils en cause est' une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n'a vu pareille incongruité.

    Trop tard ; la transmission s'est accomplie au profit de la petite Eskarina. Elle entame son apprentissage sous la houlette rétive de la sorcière Mémé Ciredutemps'

  • Compagnon forgeron, compagnon Faiseur, Alvin est de retour chez les siens. Mais quelle est sa tâche aujourd'hui ? « Je ne peux pas apprendre aux gens comment bâtir la Cité de Cristal si je ne sais pas moi-même de quoi il s'agit. » Cette vision dans la tornade du lac Mizogan, en compagnie du prophète des Rouges, très peu des chemins de sa vie y conduisent ; Peggy Larner, Peggy la torche, le sait bien.
    Et l'ennemi de toujours choisit à présent des voies plus subtiles pour le détruire. Pièges, fuite, menaces, mensonges, délation, prison, tribunal, Alvin n'est-il pas condamné au renoncement ?
    Et le pire danger viendra peut-être de son frère Calvin, qui le jalouse au point de bientôt lui vouer une haine amère et décide de s'expatrier vers l'Ancien Monde afin de rencontrer Napoléon, dont on sait le pouvoir redoutable.
    L'Amérique n'est-elle pas trop petite pour deux hommes aux talents en puissance si formidables ?

  • " ta qu'as appris à lire, milo, te pourrais trouver bérède meu qu'un failli travail de commis.
    " emile ne l'entend pas ainsi; lui qu'on dit l'enfant d'une fée, élevé par un prêtre ouvert aux idées nouvelles, s'engage comme saisonnier dans une ferme de la plaine de luçon. nous sommes en 1792. dans le bocage vendéen ulcéré par la constitution civile du clergé, agité par une aristocratie crispée sur ses privilèges, la révolte couve. cornuaud, lui, rentre au pays. deux ans qu'il s'est embarqué sur un négrier.
    La guinée, le bénin, puis saint-domingue. retour à " la fosse " auprès d'une pègre nantaise qui s'investit désormais dans le club révolutionnaire saint-vincent. les temps ont changé. lui aussi, d'ailleurs. une sorcière vaudou l'a enjominé pour avoir violé une captive africaine. a paris, la rue est en ébullition. mais derrière les affrontements oeuvre une société secrète, la secte de mithra, dont les maîtres demeurent dans l'ombre.
    La trilogie de l'enjomineur s'inscrit entre paris, nantes et la vendée, de 1792 à 1794. au roman historique se mêle la fantasy, à l'engrenage des événements la quête et le combat contre les forces du mal.

  • Rude existence que celle d'une sorcière de seize ans dans le Causse. Outre le quotidien d'une infirmière doublée d'une assistante sociale, il faut aussi gérer les crises qui fermentent et la mort prochaine du vieux baron.
    Guère de magie là-dedans, guère de sommeil non plus.
    Alors, si quelque part une pelote inextricable de malveillance et de frustration s'est réveillée pour inciter à la haine des sorcières et à leur destruction, voilà Tiphaine Patraque soudain démunie...
    « J'ai la trouye pou la ch'tite michante sorcieure jaeyante. » Il reste les Nac Mac Feegle, me direz-vous, toujours prêts à la bataille. Mais si eux-mêmes se mettent à douter...

  • La famine est partout et la ruine guette le monde, symbole morbide de la faillite d'un système politique basé sur le très court terme : celui de Lothar.
    Toujours aussi peu conscients des enjeux réels qui menacent leur monde, les personnages phares des tomes précédents poursuivent leur chemin...
    Mais les fantômes de Lulius Never et de Sébélia pèsent comme une ombre sur la vallée hantée.
    Peu à peu, au contact des deux mages disparus, Orville comprend qu'il est l'héritier en ligne directe du roi maudit.
    - Sylvan, au nord, continue de participer à la conquête d'un cinquième royaume affaibli.
    - Aldemond et Aléïde tentent de rejoindre l'archipel du Goulet.
    ... alors que Maddox, un industriel venu d'un autre monde avec mille huit cents ans d'avancées technologiques, se met en orbite autour de la planète et en prépare l'invasion. Ce coûteux et interminable voyage ne sert qu'un but : récupérer le code ouvert de Jahrod pour accéder à l'immortalité et créer une armée de pilotes surpuissants qui lui offriront les clés de l'univers habité.
    Jahrod qui vient juste de se procurer l'énergie nécessaire à la remise en marche d'un antique laboratoire, sera-t-il de taille à vaincre Maddox ?
    Dans cet avant-dernier volume de la série, l'histoire « médiévale » de l'origine du sang bleu croise plus clairement encore les chemins de la science-fiction. L'histoire des mystérieux pilotes, dont l'autorité semblait supplanter celle du dictateur en place, Lothar, a commencé d'émerger de façon plus nette au volume 5 avec le personnage de Jahrod, à l'arsenal technologique étonnant. Et sur fond de combats, présents et à venir, on en apprend un peu plus sur la peuplade qui occupait la planète à ses origines, les draks.

  • Le pacte du hob

    Patricia Briggs

    Haïe et redoutée, la magie avait disparu du pays. Elle s'en revient aujourd'hui, libérée des sortilèges des mages de sang. Et Aren sent croître son propre pouvoir, la «vue» qui lui révèle des instants du passé comme d'obscurs éclats d'avenir.
    Peut-elle s'en servir au profit de son village, que des maraudeurs menacent de piller et détruire? Ils ont tué son mari et sa famille. Le peuple sauvage, fées, farfadets, spectres et gobelins, qui se manifeste de nouveau, peut-il lui venir en aide? Et, surtout, le hob de la montagne acceptera-t-il de se mettre au service des villageois?
    Ah! c'est que l'assistance de cet être qui dit se nommer Caëfann a un prix, et qu'alors il faudra se résoudre à signer son pacte.
    Une fantasy émouvante où les petites gens, pris dans la tourmente de conflits qui les dépassent, doivent abandonner leurs pré­jugés pour survivre.

  • Orville quitte la crête, décidé à enlever Armine de Vallade dont il est amoureux, mais il apprend qu'elle a été emmenée par les Gardiens sur l'île du Goulet. Alors qu'il tente de la sauver et de détruire la substance qui sublime la force des Gardiens, il est happé par le courant, sans espoir de retour. Orville trouve des moyens de survivre en haute mer où il développe enfin la pleine mesure de ses pouvoirs : son bateau ayant coulé, le voyage se termine sur une route de glace qu'il fabrique à mesure de son avance. Quand il rejoint la terre, il fuit à travers la Crête de l'Est, où il rencontre Rosa, dont une partie des compagnons ont entrepris de créer un ordre militaire et de fédérer les réseaux de rebelles. Les hommes, les rebelles et les mages doivent unir leurs forces.
    Le temps de la guerre est venu...

  • La trilogie des "livres du Nord" réunit en un seul volume les trois premiers romans de la Compagnie noire avec dix illustrations originales en bichromie de Didier Graffet, présentées en encarts dépliants à l'intérieur de l'ouvrage.
    Nous sommes la dernière des compagnies franches du Khatovar. Nos traditions et nos souvenirs ne vivent que dans les présentes annales et nous sommes les seuls à porter notre deuil. Mercenaires nous sommes et nous resterons. Depuis l'embauche de la Compagnie noire dans le port de Béryl par le mystérieux Volesprit, l'un des "Dix qui sont Asservis", jusqu'à l'affrontement final de la Rose Blanche, de la Dame et du Dominateur sur le site des Tumulus, tels que rapportés par Toubib, son médecin, dans ses annales, les pérégrinations, malheurs et affrontements de la Compagnie durant une génération.
    Un joyau de la fantasy noire.

  • Orville a rejoint Léo et Pétrus dont la mission est de libérer l'odieux marquis de Vallade, Rosa est ensablée dans le désert du Jourd, et Rouault fait le plus difficile des choix : intégrer un convoi d'esclaves pour infiltrer la crête et ses secrets. Quant à Aléïde, la femme du marquis de Hautterre, elle avance sur le chemin de la vengeance en devenant Compagne du Verrou.
    Lothar, le général de la Garde, continue, lui, de placer ses gens sur l'échiquier d'une réorganisation politique dont il espère rester le maître. Que restera-t-il bientôt du système féodal vieux de huit siècles ? Quel nouveau modèle social pourra se construire ?
    L'archipel du Goulet sera-t-il le dernier espace où les hommes pourront vivre libres ?

  • Tout au nord, à l'issue de la bataille tant attendue par les rebelles, les sept royaumes retrouvent un nouvel équilibre dans un monde en ruine. Tous ceux qui ont oeuvré pour renverser le pouvoir en place sont à la dérive. Orville dans l'océan extérieur, celui dont on dit, non sans raison, qu'il est sans retour. La compagnie du Verrou ne subsiste plus que dans de maigres poches de résistance et dans l'errance sans but de ses membres. Quant à Rosa, elle s'enfonce toujours plus loin dans le désert à la recherche de Sébélia, la mage mythique.
    Lothar, le général de la Garde, a-t-il réussi ?
    L'intérêt du lecteur est soudain happé par un personnage mystérieux, perçu jusque-là comme l'un des trois « maîtres » de Lothar, agissant en sous-main et obsédés par la recherche de titane. Ledit Jahrod - un pilote ? - parvient à réparer un modeste astronef...
    L'histoire se dédouble alors, promettant une nouvelle tension, et un combat sans merci entre fantasy classique et science-fiction.

  • Par-dessus le raffut, Henri Roi brailla : « Comment s'appelle ce machin, tu m'as dit, mon gars ?
    - Poutrelle-de-Fer, m'sieur, répondit Richard Simnel. Et, si vous nous autorisez à poser des rails, on peut vraiment vous montrer de quoi elle est capable.
    - Des rails ?
    - Ouais, m'sieur. Elle roule sur un chemin de fer, vous allez veir. » Henri Roi a du flair et des moyens financiers : le chemin de fer a du potentiel. Alors ? cap sur le progrès teque-nol-ogique ?
    Pas si sûr. Certains fondementalistes parmi les nains du Schmaltzberg sont prêts à tout pour lui barrer la route, prêts au terrorisme et prêts au coup d'État.
    Sous la houlette menaçante du seigneur Vétérini, il n'aura pas trop de tout son talent et de sa faconde, le Moite von Lipwig, ex-escroc désormais directeur des Postes et de la Banque royale, pour graisser les rouages du train de l'avenir et déblayer la voie.

  • Alvin Miller naît en 1800 au bord de la rivière Hatrack dans le territoire de l'Ohio. Le cadre du roman est donc l'Amérique des pionniers venus de la côte Est à la poursuite du rêve américain, plus précisément une communauté villageoise de la « nouvelle frontière ». Arrivés par familles, au terme d'équipées hasardeuses, ils ont défriché, bâti de leurs mains nues et se sont établis sur ces terres nouvelles dans un statu quo avec les Indiens fait d'ignorance et de méfiance partagées.
    Tel est le cadre réaliste, d'une extrême justesse, des- Cchroniques d'Alvin. À quoi s'ajoutent les croyances et pratiques populaires de ces mêmes pionniers sur lesquelles Card fonde sa fantasy. Dans ces chroniques à la géographie et à la temporalité politique subtilement décalées, la magie fonctionne :
    - charmes et sortilèges opèrent - les talents accordés aux gens par la nature prennent la dimension de véritables pouvoirs. Le père d'Alvin possède un talent d'ajusteur ; Mesure, son frère, a le « compas dans l'oeil » au sens le plus fort de l'expression ; Alvin, qui est appelé à détenir les immenses pouvoirs d'un « Faiseur », a ceux d'un créateur.
    Et dans le combat entre le bien et le mal, qui est le propre de la fantasy, l'ennemi d'Alvin est le « Défaiseur », version païenne du démon que l'on pourrait rapprocher de l'entropie ou du chaos.

  • Orville reprend la mer pour rejoindre Oldarik, un mage puissant et colérique, sur lequel les rebelles comptent pour le former, tandis que Rosa et les siens, au cours de leur fuite éperdue à travers déserts et montagnes, rencontrent une civilisation cachée. Il s'agit des survivants de la purge pratiquée par les hommes quatre cents ans auparavant dans la Crête.
    Du côté de Hautterre, le vicomte succombe sous les mauvais traitements infligés par le capitaine-ambassadeur-militaire qui les a asservis, mais sa femme Aléïde survit, recueillie par un homme qui vit reclus au plus profond des bois avec son chien Rhombus.
    C'est un Compagnon du Verrou, un guerrier qui possède le savoir des poisons.
    Sur l'île du Goulet, le Gardien Aldemond poursuit le déchiffrage de l'ancienne langue et apprend ce qu'est devenue l'épée du roi Kradath : elle a été fondue et son métal utilisé pour en faire sept poignées d'épée, une pour chaque royaume, gardées dans les niches des chambres royales du fort du Goulet. Orville, dans sa fuite, est parti avec celle qui revenait au premier royaume...

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Ankh-Morpork...
    Sans jamais avoir su à qui le demander.

    Complément idéal à Tout Ankh-Morpork, le guide touristique exhaustif de la plus grande ville du Disque-monde, Les Archives d'Ankh-Morpork offrent aux curieux de tout poil (mais aussi de plumes, de peau, de chitine et de granit) une occasion unique d'en apprendre plus sur les lieux d'enseignement, les guildes et les administrations qui forment les rouages de cette mécanique urbaine bien huilée sous la vigilante férule du seigneur Havelock Vétérini.
    Ce premier volume s'intéresse tout particulièrement à l'Université de l'Invisible, à la Guilde des Assassins, à celle des Voleurs ainsi qu'à la poste. Le lecteur y découvrira les règlements intérieurs, les personnels enseignants et administratifs, les membres tant célèbres qu'infâmes de ces institutions, sans lesquelles Ankh- Morpork ne serait pas la même.
    Les Archives d'Ankh-Morpork est un album illustré par Paul Kidby qui reprend une partie des textes écrits par Terry Pratchett pour les agendas du Disque-monde qui ont paru en Grande- Bretagne entre 1998 et 2008 auxquels a été ajouté du contenu inédit tant textuel que graphique.

empty