Faits de société / Actualité

  • La revue dessinée n.33 Nouv.

  • « Un homme qui ne marche pas ne laisse pas de traces », disait le dessinateur Georges Wolinski. Cette phrase pourrait décrire la petite révolution en cours dans la protection de l'environnement : la création d'espaces où l'être humain s'aventure peu et n'intervient quasiment plus, autrement dit le « réensauvagement ».
    Le terme n'a rien de commun avec celui lancé dans le débat public pour nourrir les peurs et provoquer des polémiques sécuritaires, il évoque au contraire des formes de cohabitations harmonieuses basées sur la contemplation et l'apaisement. Il désigne surtout une conception de la conservation où l'humain se fondrait parmi les autres espèces et laisserait la nature reprendre ses droits. Parfois jugée simpliste ou utopiste, cette approche, taxée par ses détracteurs de « nature sous cloche », se propage sur tous les continents. Au-delà des frictions qu'elle suscite, elle a le mérite de soustraire certains territoires aux activités destructrices et d'apporter une lueur d'espoir face au déclin du vivant.
    Car là où l'homme marche, parfois les traces ne s'effacent pas. Ces dernières décennies, Martiniquais et Guadeloupéens l'ont constaté à leurs dépens. Leurs sols, cultures, rivières, poissons sont devenus toxiques sous l'effet du chlordécone, un pesticide épandu par centaines de tonnes pour permettre l'exportation massive des bananes produites en monoculture. Dès 1975, des décisions auraient pu être prises pour éviter le désastre. Mais rien n'a été fait.
    Pire, des dérogations ont été accordées pour que ce produit continue à empoisonner les Antilles après avoir été banni de l'Hexagone. Alors des voix s'élèvent pour dénoncer le mépris des autorités. Faut-il voir dans leur inertie la volonté d'ignorer un héritage qui dérange ? La question pourrait également être posée pour les objet africains qui peuplent les allées du Quai Branly et les devantures des galeries privées. Quelle histoire viennent-ils nous raconter ?

  • Les arts dessinés n.2 ; Laurent Durieux : l'art de l'affiche : les grands entretiens Nouv.

  • En collaboration avec Mediapart, La Revue Dessinée publie une Édition spéciale intitulée « Ne parlezpas de violences policières ». Cette revue de 160 pages décrypte les rouages d'une violence d'État, desmanifestations des Gilets jaunes à la mort de Cédric Chouviat.Au sommaireLes enquêtes édifiantes de Pascale Pascariello et Camille Polloni racontéesen bande dessinée. Sous les traits des dessinateurs Thierry Chavant et AurorePetit, les journalistes de Mediapart passent au crible le fonctionnement de la policedes polices et l'histoire d'une arme controversée, le LBD.Un reportage inédit de l'autrice Marion Montaigne au Salon mondial del'armement. Plongée dans cet univers riche en testostérone, la dessinatrice passeaux rayons X des innovations dignes de la science-fiction qui composeront peutêtrele futur arsenal des forces de l'ordre.Un documentaire sur les origines et l'essor de Black Lives Matter, de lamort de Trayvon Martin à celle de George Floyd. Ce n'est pas un moment, c'estun mouvement , préviennent les militants. Parfois présenté comme un acte II dumouvement pour les droits civiques, leur combat est devenu mondial.Des témoignages de l'intérieur. Officier de police judiciaire ou CRS, gradé ousimple flic, six membres des forces de l'ordre tombent le casque pour parler de leurinstitution. Leur parole est rare. Plus encore lorsqu'elle est critique.« Mourir dans les rues de Paris ou en banlieue n'a pas la même valeur »,dans un entretien au long cours Assa Traoré raconte son combat.

  • A l'occasion de l'année de la BD 2020-2021, et d'un programme ambitieux d'expositions consacrées à la bande dessinées en Afrique, Les Cahiers de la BD ont décidé - une fois n'est pas coutume - de changer de point de vue et d'apporter un regard neuf sur la bande dessinée qui vient du Sud, et tout particulièrement de l'Afrique subsaharienne. Avec, notamment, un reportage en pays Bamoun, dans l'actuel Cameroun où, dès le xixe siècle, un peuple inventa un langage qui mêlait texte et dessin, une étude de l'épopée de Soundiata Keita écrite et dessinée par le griot Konate Dialibe, une analyse des tendances en présence et un petit historique des différentes acculturations de la bande dessine en Afrique.

  • Couverture Voutch ou Gérard Dubois Philippe Dana Judith Vanistendael Emmanuel Guibert Mattotti par Frédéric Bosser Philippe Ghielmetti Gérard Dubois / les 7 Peches Patrick Chappatte Philippe Geluck José Parrondo Christophe Blain Rutu Modan studio Bobypills Bailly pour Petit Poilu Vincent Bioules par Corréard Georges schwizgebel Guillaume Dégé Alain Galeron

  • Qui était réellement Hergé ? Personne ne le sait vraiment, tant l'homme était discret sur sa vie personnelle et l'auteur effacé derrière sa créature omnipotente : Tintin. À travers une nouvelle analyse des différentes interviews qu'Hergé donna tout au long de sa carrière, dans la presse francophone et internationale et à la télévision, Les Cahiers de la BD dressent le portrait d'un auteur ambigu, à la fois maître de sa création et emporté par un succès qui fera naître chez lui une profonde dépression. Le titre de ce hors-série est à prendre au pied de la lettre :
    Hergé se raconte lui-même, avec plus ou moins de mystère, tout comme la vie d'Hergé peut se raconter de différentes façons.

    /> Des premières interviews, dans les années 1930, où la BD est encore considérée comme un divertissement pour les enfants, aux émissions comme « Apostrophe » ou « Les rendez-vous du dimanche », dans lesquelles Hergé passe au mieux pour un amuseur public, ce hors-série exceptionnel montre aussi comment, à travers Hergé et sa créature, la perception de la bande dessinée a évolué. Avec de nouveaux témoignages des principaux biographes et spécialistes du corpus hergéen comme Numa Sadoul, Benoît Peeters et Pierre Assouline.

  • Sixième album des aventures de Blake et Mortimer paru dans le journal Tintinà partir de 1953, La Marque jaune est incontestablement un sommet du genre. Au moment où sort un nouvel opus de la dernière série, qui reprend le personnage de Septimus et sa fameuse lette M, paraît en librairirie (Le Signe du Moloch, éd. Blake et Mortimer), Les Cahiers de la BD reviennent sur les origines de cet album hypnotique afin d'en décrypter tous les rouages.
    Avec, notamment, une contribution exclusive du scénariste François Rivière et une uchronie inédite de Nicolas Tellop et Christophe Blain.

  • Antiracisme, féminisme, écologie... la bande dessinée peut-elle s'engager ? A l'heure où des problèmes de société saillants ressurgisssent, Les Cahiers de la BD s'interroge sur la capacité de mobilisation des auteurs de bande dessinée à travers leurs productions les plus récentes. Avec également un imposant cahier monographique consacré à Chris Ware, qui publie son dernier roman graphique : Rusty Brown (éd.
    Delcourt). Et aussi, une enquête exclusive sur les origines de la BD chinoise.

  • Shônen désigne les manga destinés à un public adolescent de sexe masculin et généralement conçu par des hommes. Ce genre privilégie laction, les combats, ou même le sport et les histoires de lycéens. Le plus souvent le shônen suit une trame établie : le héros est orphelin ou vit loin de ses parents. Il est honnête et innocent, il est doté de pouvoirs hors normes et parfois magiques, et se bat pour terrasser le Mal.

  • Le livre événement de cette fin d'année est une BD. Alexandre Benalla raconté par les deux journalistes qui ont révélé l'affaire.

    C'est l'histoire d'un presque inconnu, sans hommes ni parti, qui déjoue tous les pronostics et devient, à moins de 40 ans, Président de la République.

    C'est l'histoire d'un gamin de 25 ans, démerdard et astucieux, qui, en six mois de campagne, se rend indispensable, gagne l'Elysée et, le soir à 23 heures entre un whisky et un cigare, fait rire ou renseigne le Président.

    C'est une histoire de pieds-nickelés et de corneculs, d'amateurs et de barbouzes, de technocrates et d'escrocs dont aucun scénariste n'aurait osé imaginer l'enchaînement terrifiant et gaguesque : une Coupe du monde cachée dans le bureau du Président pendant que les joueurs la cherchent, des béliers face à une porte qui résiste, un sous-marin de paparazzi qui sert à transporter un coffre, deux copains sous contrôle judiciaire en grande conversation enregistrée, des passeports de service qui disparaissent et réapparaissent au Château...

    À la fin de l'histoire, un ministre de l'Intérieur démissionne, le stratège de l'Élysée s'en va, des tas de hauts gradés sont mutés. Mais l'affaire raconte bien davantage. Le tabassage de la place de la Contrescarpe inaugure des dérives répétées du maintien de l'ordre ; chacun des épisodes du feuilleton se retrouve au dos des Gilets Jaunes ; le Président se met à détester la presse.

    Voici l'histoire banale et pourtant extraordinaire d'un conseiller et de son Président.

    Tous deux journalistes du Monde, Ariane Chemin et François Krug, à l'origine de l'affaire, s'associent au dessinateur Julien Solé et publient sous forme de bande-dessinée le récit complet de ce feuilleton politique, de ses ramifications à ses derniers rebondissements, dévoilant à travers des scènes inédites l'envers désespérant, amusant parfois, souvent inquiétant d'un scandale qui n'a pas fini d'ébranler la Présidence Macron.

  • Shônen désigne les manga destinés à un public adolescent de sexe masculin et généralement conçu par des hommes. Ce genre privilégie laction, les combats, ou même le sport et les histoires de lycéens. Le plus souvent le shônen suit une trame établie : le héros est orphelin ou vit loin de ses parents. Il est honnête et innocent, il est doté de pouvoirs hors normes et parfois magiques, et se bat pour terrasser le Mal.

  • Les reportages autour de One Piece se poursuivent, pour le plus grand plaisir des fans.  Dans cette une revue entièrement consacrée à la série, découvrez interviews, visuels inédits, poster, roman sur l'histoire de Trafalgar Law, hommage de la part d'autres artistes... des contenus exclusifs pour vous plonger dans l'univers inventé par Eiichiro Oda. À ne manquer sous aucun prétexte !

  • Au sommaire de ce numéro, une grande enquête de Lucie Servin sur la bande dessinée engagée politiquement. Écologie, gouvernance, antiracisme... un dossier d'actualité. Et aussi :
    Un cahier spécial sur Pablo Picasso à l'occasion de l'exposition «Picasso et la bande dessinée» présentée au musée national Picasso-Paris, un cahier vidéoludique, l'histoire secrète de Fluide Glacial et un gros dossier sur Chris Ware à l'occasion de la parution de Rusty Brown (éd. Delcourt) avec une interview fleuve exclusive et de nombreux dessins inédits.

  • Les reportages autour de One Piece se poursuivent, pour le plus grand plaisir des fans. Dans cette une revue entièrement consacrée à la série, découvrez l'importance du rakugo dans le pays des wa, une poupée Chopper à monter soi-même, la suite du roman sur l'histoire de Trafalgar Law, sans oublier les interviews, visuels inédits et poster... Des contenus exclusifs pour vous plonger dans l'univers inventé par Eiichiro Oda. À ne manquer sous aucun prétexte !

empty