• Montagnes

    Valérie Linder

    Quatre randonneurs se mettent en route, une famille ? des amis ? peu importe, ils s'unissent dans la marche et le paysage. Paysage aux points de vue mouvants, qui tantôt les domine, tantôt les engloutit mais que toujours ils redécouvrent. Le randonneur entre en montagne comme on entre en méditation ; doucement, un pas après l'autre, concentré sur sa foulée, sa respiration, ce qui l'entoure. La marche en montagne invite à l'introspection, à la réflexion.
    Le randonneur se moque du confort habituel, prend des chemins étroits, affronte ses peurs et ses faiblesses, entre solitude et entraide. Le chemin, sans autre ambition que de l'emmener vers l'ailleurs, le fait grandir.

  • Lisbonne, balades dessinées est pensé comme un carnet de croquis, composé de dessins sur le vif. Les textes évoquent des prises de notes par petites touches, écrites au fil des déambulations. Valérie Linder invite le lecteur à se laisser porter au gré d'une balade poétique dans les rues de Lisbonne. Elle appréhende la ville de son regard et l'immortalise de son pinceau.

    Se préparer, déambuler, s'installer, repartir, choisir... l'illustratrice et auteure, nous offre sa vision de la capitale portugaise et nous donne des clefs pour en faire de même. Son enseignement : apprendre à regarder pour aller à l'essentiel..

    Prendre le temps d'observer, assouplir la main, le geste, pour traduire « les cartes postales intérieures » de nos voyages.

    Valérie Linder a dessiné dans de nombreuses villes et de nombreux paysages, sans jamais parvenir à combler sa soif de chercher, d'apprendre et de comprendre. Le Portugal et Lisbonne (l'architecture, les murs recouverts d'azulejos, l'articulation des quartiers, l'organisation urbaine, le relief, le fleuve, les jardins, l'histoire, les habitants) la touchent. Marcher au rythme du dessin a peu à peu relié entre eux, les fragments perçus les premiers jours. Séjourner à Lisbonne lui a permis de recoudre le plan de la ville.

  • Maisons poèmes

    Valérie Linder

    • Grandir
    • 27 Février 2012

    Il est un monde où il suffit d'ouvrir un livre pour habiter quelque part, un monde où chaque matin apporte une jolie surprise.
    Un très bel hommage aux livres et à la poésie.

  • Grammaire de l'amante

    Valérie Linder


    un vrai-faux journal intime qui évoque les rapports amoureux avec douceur, profondeur, subtilité et malice.
    valérie linder parle de l'attente, du sommeil et des jours perturbés, transfigurés. elle parle des sentiments d'abandon et de complicité qui lient les amoureux et dit combien l'érotisme peut être liberté,
    éloge du désir, du plaisir, de la caresse, de la complémentarité et de la fusion. une vraie-fausse grammaire oú les conjugaisons dépaysées deviennent des chansons méditatives chuchotées.

  • Les gestes de la cuisine Nouv.

    On mélange, émiette, mouline, saupoudre, tamise, malaxe... dans la cuisine d'Amandine Marembert et Valérie Linder. Poète et illustratrice posent leurs regards attentifs et délicats dans ce lieu si commun où petits et grands se retrouvent pour composer chaque jour des menus savoureux. Elles racontent les gestes simples, appris, répétés et échangés au fil du temps.
    Elles nous transmettent le plaisir de cuisiner pour soi ou pour les autres, de préparer et se régaler ensemble, reliés aux générations qui nous suivent ou nous précèdent.
    Et puis, ça marine ou ça mijote dans la casserole... Et c'est tout un paysage - où se mêlent jardins, forêts et souvenirs - qui se répand dans la maison et dans les pages.
    Ici, on fait sauter des crêpes, là, on sauce un saladier, on se délecte d'une purée de châtaignes, ou on partage une galette...
    Ouvrir ce livre, c'est être invité chaleureusement à la table des autrices, se laissant porter par le rythme des saisons en goûtant mots et images, plaisirs simples et infinis.
    Les gestes de la cuisine est le troisième volet de cette exploration des gestes du quotidien. Il fait suite aux gestes du linge et du jardin dans une trilogie qui trouve ici son aboutissement.

  • Après Les gestes du linge, Amandine Marembert et Valérie Linder explorent ensemble les gestes du jardin.
    On retrouve avec plaisir la poésie du quotidien, la transmission familiale, le labeur du potager, la joie simple d'être ensemble les mains dans la terre que ces deux observatrices nous racontent par petites touches impressionnistes...
    Le jardin, c'est surtout du travail, mais ausi la joie de la récolte ou la douceur de la rêverie et de la sieste. Le jardin devient alors échappatoire, un lieu hors du temps où les mains prennent le relais et mènent le corps.
    Les mots d'Amandine Marembert et les aquarelles de Valérie Linder jouent tout cela et à leur tour transmettent ce bonheur au jour le jour et au fil des saisons.

  • Les gestes du linge nous parlent de la transmission, de mère en fille, de mains en mains. Les gestes ne s'oublient pas, ils s'accordent pour entamer une danse délicate, celle des mains qui apprennent à plier, repasser et repriser.
    Les textes courts évoquent la douceur de la lessive, les souvenirs de linge frais flottant au vent, les draps fraîchement pliés dans l'armoire, les mains qui s'activent. C'est une histoire de famille, entre la grand-mère qui montre à sa fille, la petite qui imite la première et suspend sa peluche sur les fils du linge, l'épouse qui plie les affaires du mari.
    Les dessins, bleus comme l'eau, le vent et le ciel, délicats comme le linge, esquissent ces gestes avec légèreté.
    />

  • Les paroles des enfants sont souvent d'une poésie brute magnifique. Qui n'a pas un jour noté ces mots si frais et inédits qu'ils s'échappent immédiatement de nos oreilles et de nos bouches de grands ? Il s'agit ici d'un tissage de paroles de Martin, fils de l'illustratrice, et de Rose, fille de l'auteure, recueillies et notées telles des trésors, par les mères.

  • - Il est toujours vivant ?
    - Nan.
    Corps plié en deux sous le coup Poumons rétractés Air expulsé Vagissement de celle que je deviens à l'instant même Ni chaud ni froid ni faim ni soif ni fatigue ni sommeil Pas de nuit pas de journée non plus Boule d'émotion en état de choc Comment vivre après la perte brutale d'un être aimé ?
    C'est ce thème du deuil qu'explore Claudine Paque, entre émotion, tristesse, soutien des proches et souvenirs heureux.
    Comment avancer après la perte ? Comment réinventer la vie quotidienne ? Par touche sensible ce cahier, véritable livre d'artiste tente une réponse imagée.
    Les dessins de Valérie Linder accompagnent avec justesse et légèreté le chemin intérieur de cette femme repliée, portée par une énergie qui donne son titre au livre.
    Vibrionnante se veut le reflet d'une expérience humaine : la traversée d'un chagrin et la force de la vie.

  • Un texte poétique qui parle de l'amour, simple et si compliqué à la fois.
    Un texte qui parle des émotions qui nous traversent chaque jour de notre vie et que nous prenons rarement le temps de dire et d'écouter. Des émotions qui souvent nous submergent mais nous construisent petit à petit et nous permettent de grandir.
    Un livre pour ne pas oublier de dire « Je t'aime ».

  • Ce livre est un hommage à la beauté de la nature, aussi forte que fragile, un appel à prendre soin d'elle.

  • Un bijou de poésie qui plaira. en toutes circonstances.
    La particularité de la collection du « Farfadet bleu » est de rendre la poésie accessible aux enfants, en leur donnant à lire des textes qui leur parlent et qui les aident à grandir, sans pour autant les infantiliser et les enfermer dans du «prêt-à-lire». Ces poèmes ne sont donc pas spécialement écrits pour un jeune public, mais s'adressent aux lecteurs à partir de 5 ans (et jusqu'à plus que centenaires !) Illustrations en couleurs (couverture et intérieur) de Valérie Linder.

empty