• Juillet 1461. En son hôtel particulier du quartier Saint-Georges, l'épouse du riche changeur Annequin de Sure est victime d'un meurtre cruel qui lui a ménagé une fin douloureuse. Pour découvrir les mobiles d'une telle exécution, le prévôt Arthaud de Varey soulèvera les secrets que dissimule cette belle maison et les tractations louches dont le banquier s'est rendu responsable dans le contexte politique incertain de la fin du règne de Charles VII. Auprès de lui, le zèle importun et brouillon de l'adjoint que lui impose le juge Jehan de Villeneuve, sera-t-il un obstacle ou une aide sur la voie de la solution  ? Au fil des témoignages et des preuves recueillis, l'enquête se dédouble, change d'objectif et quitte l'enceinte de Lyon. Lorsque la vérité éclatera, elle aura le goût amer de la trahison et du désespoir.

  • La mort et la soie vont-elles de pair, à Lyon, en ce mois de janvier 1470 ? C'est ce que laisse supposer l'enquête atypique qu'entame le prévôt de l'archevêque, Arthaud de Varey, lorsque le Rhône rejette le cadavre d'un inconnu dans les limites de la seigneurie de l'abbaye d'Ainay. Le meurtre est-il lié aux âpres rivalités entre courtiers ou est-il la preuve d'une conspiration ourdie par les Genevois contre les foires de Lyon ? Et s'il accusait le lieutenant du bailli et les consuls pour leur douteuse gestion de la fabrique des soies imposée par Louis XI ? Querelles de juridiction, témoignages erronés ou mensongers, rumeurs contradictoires, identification aléatoire de la victime, tout semble se conjuguer pour empêcher le prévôt de mener à bien ses investigations. Ce n'est qu'après avoir éprouvé les intrigues et les compromissions diverses des hommes de pouvoir, suivi moult fausses pistes et risqué la mort, que le prévôt parviendra à la solution de l'énigme. Cependant, plus précieuse encore que cette ultime satisfaction sera la vérité intime et bouleversante dont il aura finalement la révélation.

  • Lyon, octobre 1454. Tandis que la ville est cernée par les armées affrontées du roi Charles VII et du dauphin de France, son fils, futur Louis XI, l'administrateur de l'hôpital du pont du Rhône est retrouvé assassiné dans une rue proche de l'établissement. A t'il été victime des sortilèges d'une sorcière comme le clame sa veuve et comme le croient les frères dominicains dépêchés par le vice-inquisiteur?
    Pour conduire sa première enquête, le jeune prévôt de police, Arthaud de Varey décide d'explorer toutes les pistes notamment celle d'une bande de voleurs dont il met au jour les malversations et celle de réseaux politiques clandestins dont il identifie les adeptes. Au fil de ses investigations, surgiront tout à la fois les secrets inavoués des serviteurs de l'hôpital, les pratiques condamnables menées au sein d'un établissement décadent et les intrigues de quelques puissants notables dans une cité convoitée par des princes ennemis.

  • Lyon, février 1473.
    Rechercher le véritable coupable du meurtre de Clément de Lerre et réhabiliter André Prest, le menuisier incriminé par une justice partiale ? en relevant un tel défi, Arthaud de Varey, prévôt de l'archevêque de Lyon ne peut imaginer l'hostilité que déclencheront ses investigations et l'impression qu'il gardera, tout au long de l'enquête, de servir les intrigues politiques des chanoines cathédraux. Alors que la beauté radieuse d'Hélène nourrit tous les souvenirs, pourquoi ces fausses allégations et ces fourberies de la part des protagonistes de l'affaire ? Qui commandite le tueur dont la main s'abat sur les témoins trop bavards ? Quels secrets sordides nécessitent tant de mensonges et de violences afin de rester enfouis ? Autant de questions qui trouveront réponse au sein de la lèpreuverie de Balmont, aux portes de l'enfer où victimes et coupables sont réunies dans une ultime confrontation, afin de réveiller la mémoire des crimes passés.

  • Septembre 1472 - au bourg Saint-Vincent de Lyon. La guerre vient d'être officiellement déclarée entre France et Bourgogne. Les Savoyards, alliés des Bourguignons, cantonnent leurs troupes près de Cuire. L'heure est à la défense, à la méfiance vis-à-vis des étrangers. Pis encore ! Il faut se soumettre aux mesures tyranniques de commissaires royaux indifférents aux intérêts lyonnais. Alors, qui est donc cet homme qui git, poignardé, devant la porte du bourg ? Est-il la première victime de la guerre et des tensions qu'elle engendre ? Était-il chargé d'une mission secrète par le puissant gouverneur du Lyonnais ? Quel rôle a-t-il tenu dans la contrebande des épices que l'enquête met au jour ? Les investigations du prévôt Arthaud de Varey révèleront la collusion entre crime et politique, entre fraude et notabilité, et son énergie contribuera à sauver la ville d'un grave péril.

  • Lyon, avril 1473. Dans la ville cernée par une épidémie de peste, une succession de meurtres frappe les frères du couvent des Cordeliers et l'on découvre bientôt le cadavre d'un notaire influent. Devant chaque corps, le meurtrier a déposé un extrait de la prophétie d'Isaïe qui identifie les victimes comme des cibles de la colère divine. Quel est donc le secret dissimulé par les religieux qui leur vaut ce sort terrifiant ? Qui est en vérité ce saint homme qu'ils tiennent reclus dans une de leurs cellules et dont ils affirment qu'il est un miraculé de la Vierge Marie ?
    L'enquête que mène le prévôt Arthaud de Varey le conduit tour à tour au coeur des couvents où se révèlent des rivalités et des vices inavouables, dans la société des imprimeurs tout récemment implantée à Lyon, auprès du jeune et dynamique médecin François Montpansier, protégé par un célèbre physicien qui a ses entrées chez le roi.
    Si des reliques prétendues miraculeuses semblent à l'origine des crimes, c'est pourtant du passé des suspects et des victimes que surgira, mêlant amour et mort, l'insoutenable vérité.

    Création Studio Flammarion Photomontage d'après église © Jim Richardson / Getty Images / National Geographic RF et chaîne © Dave Wall / Arcangel

  • Qui a étranglé Catherine, l'accorte servante d'un éminent notable de Lyon ? Qui a jeté son cadavre dans le puits d'un puissant juriste, au printemps 1465 ? C'est ce que s'emploie à découvrir le prévôt de police, Arthaud de Varey, avec l'aide d'un jeune artisan, Pierre Mulat, dont le frère est, de toute évidence, trop vite accusé du meurtre. Alors que l'affaire leur apparaît à l'origine comme une banale histoire de moeurs, l'enquête, de plus en plus périlleuse, va les conduire au coeur des intrigues politiques qui agitent la ville. Car celle-ci est devenue un enjeu stratégique pour plusieurs princes du sang royal, révoltés contre Louis XI. Tous les hommes de pouvoir ne semblent-ils pas disposés à livrer Lyon au plus offrant, quitte à projeter l'empoisonnement du roi ? Il faudra l'opiniâtreté et la prudence d'Arthaud de Varey, le courage de Pierre Mulat, l'amour que lui prodigue la douce Jehanne et l'industrie de deux amis, pour triompher d'adversaires redoutables et faire éclater une lourde vérité.

    Photomontage d'après puits © dutourdumonde / Fotolia, traboule © Franck Guiziou / hemis.fr et silhouette © Gettyimages

  • Mars 1476. Les Lyonnais se préparent, ornant portes et rues, à fêter le roi Louis XI qui vient séjourner plusieurs mois dans leurs murs. Mais voici que la découverte d'un riche drapier assassiné sur le parcours de l'entrée royale semble mettre en cause le peintre en charge des décors. Pour le prévôt de police, Arthaud de Varey, trouver les mobiles de ce meurtre n'est pas chose aisée tant la victime suscitait la haine de tous : intrigue familiale impliquant l'épouse ou les fils ? Vengeance d'un subordonné ou élimination d'un concurrent ? Crime passionnel ou assassinat politique ?
    Dans cette ville où le roi installe son gouvernement, négocie ses alliances contre Charles le Téméraire et retient prisonnier un prince rebelle, basses besognes, corruption et manoeuvres politiques compliquent la recherche de la vérité. Confronté aux mensonges de tous les protagonistes et aux erreurs de l'instruction, le prévôt aura besoin tout autant de l'astuce du jeune Guillaume que du secours armé du bailli royal pour démasquer l'auteur du crime et faire échec à de sombres projets.

  • Automne 1482. Sur la piste d'un tueur en série qui émascule ses victimes, le prévôt Arthaud de Varey doit mener l'enquête dans les bordels lyonnais les plus sordides où les moeurs pédophiles trouvent satisfaction aux dépens de garçons prostitués.
    Le diable aurait-il pris possession de la cité ? La peste qui sévit, la famine qui accable les petites gens, les exigences tyranniques du roi de France Louis XI - vieillissant et malade -, les transgressions et les malversations des plus éminents citoyens, le mépris des interdits, tout démontre une décadence générale.
    À l'écart de ces misères, l'école cathédrale, où les enfants de choeur apprennent l'art du chant liturgique, n'est pourtant pas épargnée par la corruption. Monde clos et secret au sein duquel s'imposent les personnalités attachantes de deux jeunes choristes, Tristan et Arnaud, elle renferme la solution de l'énigme et fournit au prévôt la clef de ces meurtres à répétition. Lorsque la vérité éclate, nul ne peut éviter qu'elle ait les couleurs de la tragédie et du sacrifice.


  • qui se ferait traiter aujourd'hui de " menteur ", de " rouquin ", de " glouton ", de " malheureux ", d' " orgueilleux " ou de " sanglant " rirait sans doute de l'apostrophe, car elle serait, pour l'homme de notre temps, dépourvue de tout contenu critique.
    pourtant ces termes constituent des invectives très graves au moyen age. pour en concevoir la portée négative, il faut comprendre les critères d'exclusion que les mots recouvrent. plus qu'aucun autre langage. celui de l'injure révèle en effet les normes qui dessinent la frontière entre le bien et le mal, le licite et l'interdit.
    c'est à la découverte des valeurs et des tabous partagés par les sociétés de la fin du moyen age que cet ouvrage convie le lecteur.
    une première partie présente la réalité sociale et judiciaire de l'injure, en propose une typologie, analyse son pouvoir criminogène ou son utilisation vindicative, mesure ses rapports ,à la sociabilité, à la fama, à l'honneur, apprécie la façon dont elle est proférée, reçue, jugée, pénalisée. la seconde partie de l'ouvrage est conçue comme un lexique des paroles insultantes les plus usitées ou les plus insolites.
    les 82 notices exposent le sens étymologique des mots puis les normes éthiques et religieuses qui leur confèrent une spécificité injurieuse.
    en découvrant les termes crus de l'injure médiévale, le lecteur entre ainsi dans la familiarité des sociétés de cette époque et discerne en abyme les valeurs et les mentalités qui en font l'originalité.

  • Ce manuel de droit fiscal traite l'intégralité du programme du diplôme de comptabilité et de gestion (DCG).
    Il prépare à l'épreuve numéro 4 - Droit fiscal. Cette édition est à jour de la loi de finances pour 2010. Elle intègre la loi portant création de l'EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Elle comporte vingt-neuf chapitres regroupés en six parties, qui présentent l'intégralité du programme de l'examen du DCG 4. Les concepts fondamentaux et les outils sont illustrés de nombreux exemples.
    L'objectif de cet ouvrage est de conduire le lecteur vers la maîtrise transversale des principes fondamentaux de notre droit fiscal, de lui permettre de réussir parfaitement la préparation de l'UE 4 du DCG et de lui donner envie de poursuivre dans une discipline où les débouchés professionnels sont nombreux. Pour parvenir à cet objectif, l'ouvrage est illustré d'exemples, d'éclairages, de conseils et d'exercices pratiques.

  • " Apprends tout, tu verras que rien n'est superflu ".
    Après ce que les historiens sont convenus d'appeler la " Renaissance du XIIe siècle ", le développement de l'instruction est intense, toutes les sources, bibliques et patristiques, grecques et romaines, arabes et juives sont mises à profit. Cependant l'instruction ne recouvre pas toute l'éducation. Dans ce domaine la part de la famille, de l'Eglise, des maîtres et des gouvernants est essentielle. Une acculturation chrétienne progresse par le biais des divers enseignements.
    Les efforts pour diffuser le savoir réduisent le monopole des clercs, élargissent le champ des langues vernaculaires, mêlent plus confusément cultures orales et écrites, populaires et savantes. Les disparités demeurent cependant en raison de divers obstacles : la condition féminine, la pauvreté, un médiocre accès aux livres et au latin. Si une culture européenne assez unifiée se dessine à travers l'expression théorique des savoirs, les styles et les thèmes littéraires, les courants artistiques, les comportements culturels continuent à indiquer l'existence parallèle de plusieurs cultures qui se rencontrent parfois dans des idéaux et des mythes communs.

empty