• Mustafa Belrhiti Alaoui est un passeur d'idées, un témoin des indignations qu'il retranscrit, ici, sans obéir à une quelconque volonté de moralisation mais pour nous donner à voir son point de vue de poète. Et sur des sujets aussi variés que sensibles, il nous livre le fond de ses pensées poétiques. Qu'est-ce que l'amour ? Comment vivre la solitude ? Quelle considération apporter au métier d'agriculteur ? L'amitié aussi, qu'il ne faut pas « visiter comme des touristes »... Nous trouvons même un hommage à Charles Aznavour.

  • Ne dites pas qu'un poète est détaché des préoccupations du monde. Bien au contraire, la poésie est puissante pour faire passer des messages, tant sur l'immigration, que sur la corruption des élites ou les institutions internationales, quel que soit le pays du monde concerné. Et l'on se prend à slamer certains textes, preuve que le message du poète peut tout à fait être entendu et diffusé !

  • «?On dit souvent que les blessures morales sont plus handicapantes que celles corporelles.
    En effet, à la différence de ces dernières, qui sont apparentes, les blessures morales sont invisibles et profondes, difficiles à comprendre, et leur guérison parfois longue à atteindre.
    Certaines chutes engendrent des déceptions, de la consternation suivie de divers maux?: l'asthénie, l'adynamie, la lassitude, le découragement, la prostration, le stress et la dépression.
    À ces maux, il faut faire attention et s'assurer de leur prévention.
    C'est l'objet de notre leçon.?»

empty