• Une société privée de mémoire et d'enregistrements est inimaginable, car toute règle et tout accord reposent sur la mémoire, et tout comportement sur l'imitation : voilà pourquoi les archives et les documents sont centraux dans la vie de la société et des individus.
    La place centrale de la « documentalité » est plus évidente encore de nos jours où nous assistons à l'explosion des systèmes d'enregistrement et d'écriture, des ordinateurs et des smartphones, ainsi qu'à l'utilisation massive d'Internet. Ces nouvelles technologies ont non seulement transformé notre quotidien, mais ont également mis en lumière l'essence même de la réalité sociale : le fait de se fonder de façon non pas accidentelle mais essentielle sur des inscriptions et des enregistrements.
    Un maître ouvrage.

  • Chaque époque a ses menteurs, ses vantards, ses imposteurs et ses imbéciles.
    Qu'il s'agisse de l'imbécillité des masses ou de celle de l'élite, les figures que prend cette spécificité humaine sont infinies. Écrivains et philosophes se sont penchés sur ce redoutable moteur de l'action, quand ils ne se sont pas eux-mêmes laissés prendre à son piège.
    Dans une série de variations sur cette défaite de la pensée, Maurizio Ferraris s'interroge sur la puissance de l'imbécillité - qui n'est pas toujours, quoi qu'on en dise, le propre des autres - et la capacité de renouvellement des crétins.

  • Tout comme le capitalisme a été l'essence du xixe siècle et les médias celle du xxe siècle, la postvérité serait-elle l'essence de notre époque ? L'arrivée de Donald Trump au pouvoir a considérablement changé le monde : elle a démontré que refuser la vérité objective était bien devenu une option politique crédible. Mais en quoi cette « postvérité » dépasse-t-elle le mensonge ? Maurizio Ferraris démonte ce concept pour en étudier tous les rouages et en comprendre le succès. Il décrit, avec l'exactitude et l'engouement qui le caractérisent, la façon dont le nouveau paradigme du vrai découle d'une rencontre : celle de la philosophie postmoderne avec la technologie internet, de la parole avec son média, de l'acteur avec son théâtre. Pour peu que la voix porte, chaque énonciation devient potentiellement vraie et, si la vérité est parfois décevante, voire frustrante, la postvérité est réconfortante. Jusqu'à ce qu'elle se confronte aux autres.

  • Toutes les cinq secondes en moyenne, votre portable se manifeste à vous.
    Cet ouvrage se penche sur ce phénomène de société et montre comment cette sollicitation permanente se transforme en dispositif de mobilisation.
    Qui dit mobilisation dit militarisation. Ainsi le mobile nous transforme en militaires, abolissant la distinction entre public et privée, entre jour et nuit, entre travail et repos, en nous mobilisant en permanence : nous voilà sommés d'être sans cesse responsables, de ne rien oublier ni pardonner. Le portable aurait-il contribué à l'émergence d'un nouvel état de guerre ?

  • émergence

    Maurizio Ferraris

    Pendant trop longtemps, la philosophie nous a raconté une histoire déprimante. Il y aurait un Moi qui, à travers le langage et la pensée, construirait le monde, les autres moi et, si absurde que cela puisse paraître, le passé lui-même. Cette histoire est triste parce que cette position, qui se prétend révolutionnaire, est de fait profondément conservatrice : c'est la réaction pure, c'est la négation de tout événement. Elle nous enseigne que rien de nouveau ne pourra jamais nous frapper, au titre de menace ou de promesse, et cela parce que le monde est tout entier à l'intérieur de nous.
    Avec un langage créatif et des arguments aussi ironiques que contraignants, Ferraris nous raconte une autre histoire. La réalité et la pensée qui la connaît proviennent du monde, à travers des processus et des explosions, des chocs, des interactions, des résistances et des altérités qui ne cessent de nous surprendre. Du Big Bang aux termites, du web à la responsabilité morale, ce que le monde nous donne (c'est-à-dire tout ce qui existe) émerge indépendamment du moi et de ses claustrophobies.

  • La réalité serait-elle socialement construite et infiniment manipulable ? Et la vérité une notion inutile ? Non. On ne peut pas se passer du réel, il faut l'affronter et négocier avec lui. Il résiste ou insiste, maintenant et toujours, comme un fait qui ne supporte pas d'être réduit à interprétation. Le « nouveau réalisme » est la prise d'acte d'un changement de situation. Les populismes médiatiques, les guerres de l'après 11 septembre et la récente crise économique ont démenti les deux dogmes fondamentaux du postmodernisme : la réalité n'est pas socialement construite et infiniment manipulable ; la vérité et l'objectivité ne sont pas des notions inutiles. Ce qui est nécessaire n'est pas une nouvelle théorie de la réalité, mais un travail qui sache distinguer, avec patience et au cas par cas, ce qui est naturel, ce qui est culturel, ce qui est construit et ce qui ne l'est pas. Ainsi, s'ouvrent de grands défis éthiques et politiques et se dessine un nouvel espace pour la philosophie.

  • Goodbye, Kant !

    Maurizio Ferraris

    Good Bye Kant ! veut être une entreprise de ravalement de l'édifice kantien, deux cents ans après la mort du philosophe de Könisberg. Le débarrasser de sa « rouille » et de ses apories pour le rendre au XXIe siècle sous une forme qui en restituera toute l'actualité. L'auteur suit la partition de la Critique de la raison pure, pour en montrer le déséquilibre et les sources « cachées ». Il en analyse ensuite les « erreurs » et propose ses « corrections ». Le titre, inspiré du film de Wolfgang Becker Good Bye Lenin !, confirme bien qu'il ne s'agit pas d'une entreprise de destruction, mais de reconstruction bienveillante, comme le précise Pascal Engel dans la préface à l'édition française de ce livre impertinent et juste, qui a connu un grand succès en Italie.

  • « Mes intérêts privilégiés se sont orientés vers le grand canon de la philosophie - Platon, Kant, Hegel, Husserl ; mais, en même temps, vers des lieux dits « mineurs » de ces textes-là, de problématiques inaperçues, de notes en bas de page - vers ce qui peut gêner le système et en même temps rendre compte du souterrain dans lequel le système se constitue en réprimant ce qui le rend possible, qui n'est pas systémique. Donc, une explication à la fois canonique et non-canonique, avec le canon de la philosophie [...] » J. Derrida En juillet 1993, Maurizio Ferraris et Gianni Vattimo ont interrogé Jacques Derrida sur son projet philosophique, sur ses choix, ses stratégies d'écriture et de pensée. Le Goût du Secret est un bref entretien conçu, au départ pour le seul lectorat italien, comme une introduction simple et didactique à la philosophie derridienne.

    Ajouter au panier
    En stock
  • An illumination of the thoughts of French philosopher Jacques Derrida elaborating on some of the central themes of his work, such as the problems of genesis, justice, authorship and death. Also included is an essay by Maurizio Ferraris.

empty