• Deux ans seulement après avoir signé son premier contrat professionnel, Kylian Mbappé mit l'univers du football à ses pieds en remportant la coupe du Monde avec l'équipe de France. Depuis la question n'est pas de savoir s'il sera le meilleur joueur de la planète pour les années à venir, mais s'il restera comme le plus grand de toute l'histoire du ballon rond.
    Même s'il porte le maillot du PSG, l'équipe la plus honnie sur toutes les pelouses de France en dehors de celle du Parc des Princes, le jeune attaquant est l'idole de tout un pays aussi bien pour ses prouesses sur le terrain que pour son sourire et sa personnalité attachante.

    Comment ce gamin de Bondy est-il devenu cette machine à remporter des victoires ? D'où lui vient cette maturité et cet acharnement au travail qui font défaut à tant de footballeurs des nouvelles générations ? Qui se cache derrière ce sourire de gamin qui semble encore s'amuser dans une cour de récréation alors qu'il a déjà atteint les plus hauts sommets ? Un gamin programmé pour devenir le meilleur.

    Luis Ocatarina est journaliste d'investigation. Il est l'auteur de nombreuses enquêtes dans les domaine de la politique, de l'économie et du sport.

  • Rire de ce que les autres ne trouvent pas drôle n'est plus seulement une faute de goût, c'est désormais une incitation à la haine. Les pitres d'hier, qui paraît-il osaient tout, ont droit aux louanges. Comparé aux impertinences de Coluche, Desproges ou Hara-Kiri, l'humour actuel s'autocensure à plaisir. Que s'est-il passé ? Chacune dans son genre, l'affaire Siné, la publication des caricatures de Mahomet, ou le duel Guillon_besson, symbolise le resserrement de l'étau politiquement correct. Sous prétexte de défendre des victimes, les nouveaux gardiens de la morale, souvent chantres de valeurs de gauche, sont devenus eux-mêmes les responsables d'une société aseptisée où l'humour est maintenant réglementé.

  • Entre 1978 et 1980, une flopée de jeunes gens usaient leurs pantalons chics sur les bancs de l'ENA. François Hollande, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres, Michel Sapin, Frédérique Bredin, ou encore Henri de Castries et Jean-Pierre Jouyet, ambitionnaient déjà de devenir l'élite de l'élite. Leur jeunesse, comme celle de leurs camarades, fut marquée par une concurrence exacerbée pour obtenir les « grands corps » de l'Etat grâce au classement de sortie, par un engagement politique souvent marqué, par une contestation du fonctionnement de l'école, ou par une distinction entre une majorité d'enfants de grands bourgeois et une petite minorité de fils de prolos. La promotion Voltaire est issue d'une génération qui était adolescente en Mai 68 et qui a été diplômée à l'aube de l'alternance socialiste de 1981. Elle était composée de gamins trop sérieux qui se sont hissés au sommet de l'Etat ou du CAC 40, qui ont hanté les cabinets ministériels ou qui sont restés fidèles au service de la République. Anecdotes cocasses, affrontements politiques, amitiés durables ou liaisons amoureuses, les « Voltairiens » ont connu des destins croisés. En s'appuyant sur les témoignages de 70 d'entre eux ainsi que d'autres témoins de l'époque, le journaliste Martin Leprince retrace l'histoire de la plus célèbre promotion de l'ENA.

  • Ancien maire d'Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville a été mis en examen en 2009 pour détournement de fonds publics et placé en détention provisoire durant 8 mois. Après avoir gardé le silence face à la justice pour protéger son parti, il a révélé les pratiques plus que douteuses de nombre d'élus socialistes dans le Pas-de-Calais. À la juge d'instruction d'abord, ensuite en écrivant un livre témoignage, Rose Mafia. Il a fait savoir qu'Hénin-Beaumont était loin d'être la seule commune touchée par les irrégularités, qu'un système, beaucoup plus vaste, s'étendait sur tout le bassin minier, et même au-delà. Ce système est bâti sur des relations contraires à l'intérêt général entre les élus et les chefs d'entreprises, s'articule autour de marchés publics truqués et a pour dessein de financer l'activité politique. Mais ce système ne manque pas de servir au passage les intérêts personnels, à travers des emplois de complaisance ou fictifs, des fausses factures, des prises en charge de frais privés.
    Suite à la contestation de certains faits voire le déni qui entoure ces affaires, il fallait publier les preuves matérielles et demander à un journaliste indépendant la réalisation d'une enquête sur les faits et les pratiques dénoncés par Gérard Dalongeville, au sein même du bassin minier.
    Martin Leprince, correspondant à Paris du quotidien régional Nord Éclair a mené, d'un regard neutre, ses investigations sur des pratiques politiques où se mêlent soupçons et faits avérés.

  • Quel militant de droite n'a jamais rêvé de faire disparaître François Hollande de l'espace médiatique ou de donner des coups de règle sur les doigts de Eva Joly ? Eh bien désormais, "yes we can" ! Les cahiers énervés pour adultes offrent l'opportunité de tester ses connaissances en actualité politique et de faire le point sur l'ensemble des programmes de la présidentielle, tout en passant ses nerfs sur des politiciens qui savent si bien tendre le crayon pour se faire battre.

  • Quel militant de gauche n'a jamais rêvé de faire disparaître Nicolas Sarkozy de l'espace médiatique ou de donner des coups de cuillère sur la tête de Marine Le Pen ? Eh bien désormais, "yes we can" ! Les cahiers énervés pour adultes offrent l'opportunité de tester ses connaissances en actualité politique et de faire le point sur l'ensemble des programmes de la présidentielle, tout en passant ses nerfs sur des politiciens qui savent si bien tendre le crayon pour se faire battre.

empty