• Une balade ironique entre novlangue et boboïtude.
    En établissant leur liste (non exhaustive) au hasard des rencontres et des lectures, Jean-Marie Audignon et Pierre Laurendeau ont dressé un portrait amusé des outrances langagières de la « modernitude » : création de franglismes et de néologismes reflétant une évolution permanente des us et des coutumes de nos contemporains ; remise au goût du jour de métaphores et d'antonomase vieilles comme le (vieux) monde. Michel Guérard les accompagne ici en proposant rien moins qu'un nouveau code de la déroute langagière !

  • «Connaissez-vous beaucoup d'inventeurs d'instruments de musique ? Ceux dont l'histoire a retenu les noms se comptent sur les doigts d'une main. Jean-Christophe Denner a inventé la clarinette, Adolphe Sax le saxophone. Et puis ? On connaît des facteurs d'instruments, Stradivarius, par exemple. Mais il n'a pas inventé le violon. Alors qui ? Qui le piano ? Qui a inventé le tambour, la flûte, la harpe ? Autant demander qui étaient Adam et Ève ! » .

    En octobre 1980 mourait accidentellement, à Paris, Maurice Martenot, musicien, pédagogue, inventeur des ondes musicales. Trois mois plus tôt, l'auteur était allé l'interviewer à sa maison de campagne de Noirmoutier.
    Ce livre relate l'histoire des ondes Martenot, instrument électronique de musique exceptionnel qui a séduit des personnalités aussi diverses que Maurice Ravel, Rabindranath Tagore ou Jacques Brel, et des compositeurs connus, tels Olivier Messiaen, Darius Milhaud, André Jolivet, Arthur Honegger, Edgar Varèse, Maurice Jarre, Akira Tamba - auxquels se sont ajoutés, depuis la première édition de ce livre, parmi bien d'autres, Jacques Hétu, Jonny Greenwood, ou encore Akira Nishimura.



    Au-delà de la technique, c'est à une nouvelle aventure de l'âme que le lecteur est ici convié : à une rencontre du génial inventeur et rusé bricoleur qu'était Maurice Martenot - lui qui passa une grande partie de sa vie dans son atelier, qu'il avait baptisé « La Lutherie électronique ».



    Cette nouvelle édition comprend un supplément évoquant les « Nouveaux luthiers de l'électronique - type Martenot », pour tenir compte des vingt-six ans écoulés depuis la première édition.



    Après des études en ondes Martenot à Paris avec Jeanne Loriod et Maurice Martenot, Jean Laurendeau revient au Canada en 1965. Depuis, il a fait des tournées pour les Jeunesses musicales du Canada et donné des concerts sous l'égide d'organismes tels la Société de Musique Contemporaine du Québec, le New Music Concert, Espace Musique. Plusieurs fois artiste invité des principaux orchestres du Canada et des États-Unis, ses tournées l'ont également emmené dans divers pays d'Europe ainsi qu'au Japon.

  • "La Grande évasion (à vélo) d'un petit soldat français. Rien ne prédisposait Lucien Laurendeau à vivre une telle aventure. Fait prisonnier avec des dizaines de milliers de soldats dans l'est de la France en juin 1940, il choisit de s'évader du camp de Champ-le-Boeuf, près de Nancy. Avec des moyens de fortune et en prenant beaucoup de risques, Lucien Laurendeau a traversé la France d'est en ouest, Cette évasion, facilitée par de nombreuses personnes, témoigne du fait que, même ballotté dans une aussi grande tragédie que la Seconde Guerre mondiale, un homme peut, du moins en partie, forcer le destin et trouver son chemin. Sorte de road-movie de la Débâcle, son récit retrouvé par ses enfants constitue un rare témoignage sur une époque troublée de l'histoire."

  • 4 f. - 3 h. - Décor : un salon bourgeois - Durée : 45min.
    Pas de chance, l'expert venu constater les dégâts des eaux dans la salle de bain de Pierre et Béatrice Grandin, perd la mémoire, suite à la chute d'une tuile. Là-dessus Judith, la maîtresse de Pierre, fait son apparition, ayant une grande nouvelle à lui annoncer. Celui-ci essaiera de la faire passer pour la femme de l'expert devenu amnésique. De son côté, Béatrice avait engagé un détective privé, soupçonnant son mari d'avoir une liaison. Une série de mensonges feront passer le détective pour le fiancé de la domestique de la maison qui n'en reviendra pas. Les révélations qui suivront plus l'arrivée de la véritable femme de l'expert mettront Pierre dans une situation très inconfortable. L'expertise est une comédie rythmée et enthousiasmera à coup sûr le public.

  • Les sièges de Soissons en 1814, ou Dissertation sur le récit de la campagne de France, en ce qui concerne la ville de Soissons : publié en 1860 dans le tome XVIIe de l'"Histoire du Consulat et de l'Empire", de M. Thiers / par Maxime Laurendeau Date de l'édition originale : 1868 Appartient à l'ensemble documentaire : Picardi1 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Trop sensible ou assez sensible pour être art-thérapeute ? Et si la sensibilité loin d'être une faiblesse était plutôt une condition, un pré-requis à l'exercice de cette fonction. Dans son travail de fin d'étude, l'auteur retrace son cheminement au travers des expériences cliniques et de son travail de recherche découvrant au fil du temps à quel point cette sensibilité peut être une grande force si acceptée et bien gérée. L'éthique, le cadre et la supervision entre autres sont autant d'éléments indispensables à la pratique du métier. Extrait : "L'art-thérapeute ne plonge pas dans la se ance avec le sujet. Ceci est important pour ne pas coller aux dires ou faire du sujet, afin de mettre de la distance avec ses propres affects. L'art-the rapeute propose un autre espace temps, un ailleurs. Ce n'est pas un espace social. Il accueille le sujet dans sa singularite et l'invite en stimulant sa cre ativite psychique (...). Il invite le sujet a "aller rencontrer l'autre mais en soi et propose une ouverture vers le sujet de l'inconscient"."

  • Extrait : " Le sujet de l'imagination et de l'imaginaire est aussi pre?sent dans ma vie personnelle que dans le cadre de la formation en art-the?rapie que j'ai suivi de fin 2016 a? 2018. En commenc?ant par le sujet de la de?finition de l'art-the?rapie. J'avais une ide?e, une image, une vision de ce qu'elle e?tait pour moi avant de rentrer en formation, fruit de mon expe?rience personnelle, de quelques lectures et de rencontres avec des art-the?rapeutes certifie?s. Je mesure aujourd'hui l'e?cart entre les deux. " Au travers de repères historiques et théoriques, quels liens peuvent être fait entre l'imagination sollicitée en médiations artistiques et l'art-thérapie faisant appel à l'imaginaire du sujet ? Effets thérapeutiques pour l'un, thérapie pour l'autre pouvant permettre un champ des possibles au sujet, l'auteur, vous accompagne dans ce cheminement.

  • Kho Nouv.

    Kho

    ,

    KHO : trois lettres, prononcées « rho », pour désigner le mot « frère », un vocable de solidarité que Romain Laurendeau entend chaque jour à Alger, ville dont il a entrepris de faire le récit photographique depuis 2014.
    En immersion dans les quartiers populaires, il capte au plus près les enjeux d'une société dont la jeunesse semblait jusqu'à peu paralysée par l'absence totale de perspectives. En bon documentariste, il privilégié l'étude de lieux qui sont autant d'espaces de résistance et qui ont contribué à la chute récente du pouvoir : le mythique quartier de Bal El Oued, les stades de football devenus des lieux de contestation et les « dikis », des territoires insoupçonnés et secrets, véritables bulles de liberté où la jeunesse algéroise abrite ses amours, ses excès et ses espoirs.

  • Personne ne mettrait en doute le fait que les enfants pensent naturellement. Mais, de là à affirmer qu'ils peuvent faire une différence sur l'avenir, le leur et celui de nos sociétés, par le développement de leur pensée, il est évidemment permis d'en douter. Le présent ouvrage répond précisément à ce doute. D'abord, en mettant en évidence des habiletés de penser chez l'enfant. Ensuite, en faisant connaître ce que l'approche de philosophie pour enfants de Matthew Lipman, utilisée dans plusieurs dizaines de pays, a proposé et ce qu'il en est résulté. Finalement, en présentant l'application qui a été faite de cette approche dans un programme de prévention de la violence et des résultats qui en ont découlé. C'est un voyage dans l'univers des enfants qui pensent que vous propose ce livre. Sans faire de nos enfants de petits rois, il semble bien qu'ils aient des choses importantes à nous dire sur le futur qui les attend. Des enseignants en ont d'ailleurs fait l'expérience.

  • Bien antérieure à la République, la commune, aujourd'hui encore, demeure l'espace territorial le plus proche des habitants : conseils d'enfants, de jeunes, de quartiers. associent toutes les générations constituant la population d'une ville et réfléchissent avec le conseil municipal aux actions à mener pour l'amélioration de leur cadre de vie.

  • Voici treize petits contes, articulés autour de trois thèmes indépendants : Contes factuels, où la mouvance légère du don floral côtoie la dure contingence spinoziste, réglant le sort des amoureux pour des raisons dictées par les faits inexorables de ce monde. Contes érotiques, qui donnent à lire une brillante variation dun « Barbe bleue », victime de la lubricité d'une Anne froidement cupide, ou qui évoquent le cruel destin de Valentine, perdue pour ne pas s'être aimée assez... Contes sardoniques, enfin, à l'étrangeté aiguë, mettant en scène des créatures improbables, recherchant un meilleur taux de densité symbolique ou la preuve de leur inexistence, quand d'autres attendent avec une impatience extraordinaire l'arrivée du Jour Ordinaire...

  • L'assimilande

    Laurendeau-P

    Un petit objet qui permet d'apprendre de façon ultra rapide la langue de son interlocuteur vient d'être conçu par le laboratoire de la professeure Cartier: le glottophore. S'ouvrant profondément à la culture linguistique de l'autre, la personne qui le porte devient l'assimilande. Avant la mise sur le marché de cette découverte révolutionnaire pour un pays comme le Canada, confronté à deux langues officielles, la professeure Cartier décide de tester sur une de ses brillantes élèves, Kimberley Parker, l'impact psycholinguistique et ethnolinguistique du glottophore. Alors que tout se passe bien et que Kimberley Parker prépare son intervention au Congrès des Sociétés Savantes de Montréal pour faire le point sur son statut expérimental d'assimilande, le glottophore commence à provoquer des effets secondaires insoupçonnables...

  • Aude Brémont, Corinne LeVayer, Églantine LeMarbre, Bertrande Girandole. Dix-sept personnalités féminines composent l'univers insolite et imaginaire mais tellement réel de la grande cité-état de Nouvelle-Navarre et de la mystérieuse contrée qui lui est limitrophe, la République Domaniale, moderne et bigarrée, dont les immenses provinces se connaissent si mal entre elles. Dix-sept personnalités féminines qui confient leurs passions, leurs désirs, leurs déceptions. Certaines de ces femmes se battent, en duel ou à la guerre, d'autres fuient ou rusent, d'autres se laissent dévorer par le feu insatiable de la curiosité ou de l'amour. Et chacune de ces femmes fantastiques, qui se croisent et se décroisent au gré de ces nouvelles, nous confie un bout de sa destinée, nous émouvant parfois, nous faisant rire d'autres fois.

    Le lecteur sort grisé de cette suite d'aventures pleine d'originalité, écrite d'une main experte, avec beaucoup d'imagination et d'humour.

  • Pour les amoureux de la langue française, cent pièges d'usage : orthographe, syntaxe, faux amis, subtilités le tout agrémenté d'exemples insolites et drôles.

empty