• L'objectif de cette réflexion est d'examiner le rôle joué par les élites stratégiques du régime du président Ben Ali dans son fonctionnement, sa chute puis sa transformation. En prenant appui sur l'analyse des relations intersectorielles et interélitaires qui structurent ce régime, il est possible de rendre compte de l'activité de ces acteurs en période de crise politique. On remarque que la chute de régime de Ben Ali s'est déroulée en l'absence de crise de régime avant le départ de ce dernier. La transition politique est marquée par une continuité des caractéristiques sociales des agents, malgré un remarquable bouleversement institutionnel.

  • Dans son premier chapitre, cette étude présente la poétique chez les penseurs, poètes et critiques confondus, dans le patrimoine arabe traditionnel jusqu'au XIVe siècle en en faisant la synthèse. Son deuxième chapitre expose le soufisme dans ses grandes lignes et dans ce qui le distingue en tant qu'approche existentielle de l'ensemble de la vision islamique. Ces mêmes caractéristiques se reflètent dans le troisième chapitre à travers la production poétique de trois de ses plus célèbres représentants à savoir Râbia Al- Adawiyya (m. 725), Umar Ibn Al-Fâridh (m.1235) et Mohyî Al-Dîn Ibn Arabî (m.1240). L'analyse de leurs ?uvres respectives démontre que Râbia dans sa quête de purification, Ibn Al-Fâridh dans sa recherche à propager sa foi soufie à travers sa Tâiyya Al-Kubrâ (La Grande Tâiyya), et Ibn Arabî avec son dessein de réfuter tout écrit stable et rigide dans son recueil Turjumân Al-Achwâq (l'Interprète des désirs), ont eu trois approches différentes de la création poétique. Râbia l'utilise comme catharsis. Ibn Al-Fâridh, en s'adressant essentiellement à son lecteur, essaye de l'imprégner de sa propre foi soufie, alors qu'Ibn Arabî cherche à instaurer « un Texte » idéal. Aussi conclut on que ces poètes soufis ont eu trois approches différentes de la création poétique. L'analyse de leurs ?uvres respectives démontre qu'« émetteur », « récepteur » et « message » sont les trois pôles d'intérêts de ces poètes. Dans le quatrième chapitre de cette étude, trois ?uvres poétiques de trois poètes contemporains sont analysées afin de déceler les filigranes soufis de leurs poèmes. Il s'agit de « Al-Tûfân Al-Aswad » (Le déluge noir) de Muhammad Miftâh Al-Faytûrî (1936-...), d'Al-Kibrît wa Al-Asâbi (l'Allumette et les doigts) de Nizâr Qabbânî (1923-1998), et de Qa?îdat Al-Takwîn (le poème de la genèse) d'Adonis (1930-...). Ainsi cette analyse prouve-t-elle l'influence du soufisme dans la pratique de la création poétique arabe. Quant au cinquième chapitre, il démontre cet héritage soufi dans les théories poétiques arabes contemporaines et son influence dans l'instauration de trois approches poétiques différentes constituant ce que l'on appellerait « l'école purificatrice », « l'école imprégnatrice » et « l'école de la réfutation» ; ces théories ne tenant nullement compte du corpus littéraire exposé dans le premier chapitre. Outre la traduction de Claudine Chonez de « la Grande Tâiyya », les poèmes analysés sont cités en annexe à la fin de cette étude avec une traduction personnelle, qui bien qu'elle ne prétende nullement refléter la profondeur et la beauté des poèmes arabes, ne désespère pas pour autant de la laisser entrevoir.

empty