• Ouvrage historique magistral, venant tout juste d'être traduit en français, qui retrace les moyens qu'ont pris les politiciens du 19e siècle pour exterminer les peuples des Premières nations. L'historien James Daschuk y trace un portrait peu flatteur des bâtisseurs canadiens, à commencer par John A. Macdonald. Celui qu'on connaît comme le " Père de la Confédération " a joué un rôle actif dans le confinement dans les réserves, l'extermination des bisons et la distribution de viande avariée, tout en empochant des pots-de-vin pour " nettoyer " le territoire pour la construction du chemin de fer transcanadien." En quelques années seulement, des milliers d'Autochtones sont morts; les survivants ont été réduits en sujétion. Dans cet ouvrage passionnant et bouleversant, James Daschuk analyse les causes de cet effroyable massacre : les maladies venues de l'Ancien Monde; les rigueurs du climat; mais surtout, la politique ethnocidaire du gouvernement canadien. Ce livre est un véritable tour de force. En particulier, l'ouvrage pulvérise ce cliché tenace selon lequel le Canada aurait toujours traité les populations autochtones avec bienveillance. James Daschuk montre au contraire que les maladies infectieuses et les famines orchestrées par le gouvernement ont enclenché une mécanique implacable de destruction qui poursuit son oeuvre dévastatrice aujourd'hui encore. Écrite de main de maître, cette analyse percutante et captivante oblige le lecteur à revoir toutes ses idées préconçues.

empty