• Écrit dans le feu de l'Histoire, Suite française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard... Peu à peu l'ennemi prend possession d'un pays inerte et apeuré. Comme tant d'autres, le village de Bussy est alors contraint d'accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l'occupant, les tensions sociales et les frustrations des habitants se réveillent...
    Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l'âme de chaque Français pendant l'Occupation, enrichi de notes et de la correspondance d'Irène Némirovsky, Suite française ressuscite d'une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Antoinette vient d'avoir quatorze ans ; elle rêve de participer au bal qu'organisent ses parents, les Kampf, pour faire étalage de leur fortune récemment acquise. Mais sa mère, plus pressée de jouir enfin de cette opulence tant attendue que de faire entrer sa fille dans le monde, refuse de convier Antoinette au bal. La vengence d'Antoinette, aussi terrible qu'inattendue, tombera comme un couperet, révélant le vrai visage de chacun.
    Roman fulgurant et initiatique sur l'enfance et ses tourments, Le Bal est l'un des premiers livres d'Irène Némirosky, disparue prématurément en déportation, en 1942. Irène Némirovsky a obtenu le Prix Renaudot 2004 pour son oeuvre posthume Suite française. Bibliocollège propose : le texte intégral annoté, une présentation d'irène Némirovsky et de son époque, un aperçu du genre du roman et de la nouvelle, des questionnaires de lecture et d'analyse de l'oeuvre, un document iconographique exploité, un groupement de textes : "L'enfant : un personnage de roman".

  • Soudainement devenus riches, les Kampf donnent un bal pour se lancer dans le monde. Antoinette, quatorze ans, rêve d'y participer mais se heurte à l'interdiction de sa mère. Plus que le récit d'une vengeance, {le Bal }(1930) compte parmi les chefs-d'oeuvre consacrés à l'enfance.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Anne, une jeune fille de dix-sept ans, quitte sa province et sa tante tyrannique pour rejoindre sa mère, Éliane, qui vit à Paris. Ce que l'innocente Anne ignore, lorsqu'elle met pour la première fois les pieds au Willy's Bar, c'est qu'Éliane est une courtisane, un oiseau de nuit fascinant et insaisissable. Blessée par l'absence de sa mère, perdue dans ce monde nocturne effervescent dans lequel elle ne parvient pas à trouver sa place, Anne va trouver l'amour en la personne de Luc, un habitué du Willy's Bar. Mais le chemin vers le bonheur est semé d'embûches, et malgré son désir d'émancipation, Anne aura besoin de sa mère une dernière fois pour y accéder...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Écrit dans le feu de l'Histoire, Suite française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique de nombreuses familles françaises. De son village de Saône-et-Loire où elle est réfugiée, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute. Au fil de l'écriture et de l'avancée allemande, son roman se fait le miroir inquiétant du quotidien d'un pays sous le joug, jusqu'à ce que la réalité dépasse tragiquement la fiction lors de son arrestation en juillet 1942.

  • Irène Némirovsky David Golder Malade, trahi et abandonné par les siens, David Golder, financier redoutable, pourrait accepter la ruine de sa banque. Mais pour sa fille Joyce, frivole et dépensière, sur laquelle il n'a d'ailleurs aucune illusion, le vieil homme décide de reconstruire son empire, et entame cet ultime combat avec une énergie farouche.
    Paru en 1929, ce roman marquait les débuts d'une jeune romancière d'origine russe, aussitôt saluée comme un écrivain de premier ordre. Elle devait mourir en 1942 à Auschwitz.
    Irène Némirovsky est également l'auteur de Suite française, roman écrit en 1940, resté inédit jusqu'en 2004, et couronné à titre posthume par le prix Renaudot.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Remarquable romancière, observatrice souvent cruelle des lâchetés humaines, irène némirovsky est l'auteur d'une oeuvre singulière à laquelle la barbarie nazie a mis un terme en 1942. largement autobiographique, le vin de solitude (1935) retrace le destin d'une famille russe réfugiée à paris. le déracinement, l'isolement, mais aussi la farouche volonté de s'affranchir de tous les carcans sont au coeur de ce huis clos familial oppressant. irène némirovsky brosse le portrait sans concession d'une jeune fille qui tente d'échapper à l'emprise de sa mère, une grande bourgeoise mariée à un « juif obscur », pour laquelle elle n'éprouve que de la haine. récit d'une douloureuse libération, ce roman subversif confirme, s'il en était besoin, le talent d'un des plus grands écrivains du xxe siècle.

  • « Rien n'est plus amer que de voir de surhumains efforts donner si peu de bonheur. Il ne reste qu'une consolation possible : se dire qu'il n'y a pas de bonheur. »
    Paru pour la première fois en 1938, ce roman aux ressorts stendhaliens raconte l'ascension sociale puis la chute d'un jeune ambitieux, Jean-Luc Daguerne, dont l'amour pour sa belle le mènera à sa perte. Sur cette trame éprouvée, Irène Némirovsky fait danser les mots avec humour et se joue brillamment des passions humaines et des cruautés du sort. Mais cette Proie doit pourtant beaucoup aux années 1930, à leur énergie tragique, à tous leurs espoirs brisés. C'est cette course folle vers le gouffre qui en fait sa modernité.
    On redécouvre avec plaisir l'oeuvre d'Irène Némirovsky depuis la publication posthume de Suite française en 2004. Romancière très en vue du Paris des années 1930, Irène Némirovsky, née à Kiev en 1903, morte à Auschwitz, a été arrêtée le 13 juillet 1942 par la police française.

  • Il y a un peu moins d'un siècle paraît pour la première fois L'Ennemie, petit bijou d'une jeune romancière encore inconnue du public. Dans ce roman, publié sous le nom de Pierre Nerey, Irène Némirovsky dissèque sous couvert de la fiction toutes les ambivalences de sa relation avec sa mère. Ici, Irène devient Gabri, une jeune fille de dix-sept ans en révolte, avec toute la violence confuse de l'adolescence, contre une mère indifférente, vieille coquette sur le déclin aux prises avec son dernier amour.
    Ce conte cruel du Paris des années folles suit le terrible apprentissage par Gabri d'une féminité déchirée entre désirs naissants et solitude irréductible, où le visage de l'être détesté devient d'autant plus haïssable pour la jeune fille que ces traits se confondent peu à peu avec les siens. Telle une nouvelle Électre, Irène Némirovsky n'épargne pas cette mère qui ressemble furieusement à la sienne et dont elle dresse le portrait-charge sous les traits d'une coquette aussi vaine que cruelle.
    Toute une société déboussolée renaît ainsi sous la plume acide d'une auteure emblématique de l'entre-deux-guerres.

  • Procès d'une très belle femme, plus très jeune, qui écoute dans le boxe des accusés le récit de sa propre vie : l'enfance, l'exil, l'absence du père, le mariage, les relations houleuses avec sa fille, l'âge et le déclin, jusqu'à l'acte irréparable. Un huis clos qui questionne aussi la culpabilité du temps, l'érosion des sentiments et l'illusion passionnelle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • TROIS NOUVELLES ANNOTÉES :

    Avec Le Spectateur, M. Rose et L'Inconnu, Irène Némirovsky met en scène des personnages au coeur de la tourmente dont l'existence et le caractère vont être bouleversés par des événements qui les dépassent. L'auteure déploie tout son talent pour raconter l'éclatement de la guerre, l'exode et la confusion de l'individu face à l'Histoire qui se déchaîne.

    NOUVEAUX PROGRAMMES DOSSIER : L'INDIVIDU À L'ÉPREUVE DE L'HISTOIRE PAR RHIZLAINE EL COHEN Biographie de l'auteure, histoire des oeuvres Contexte historique Guide de lecture Analyse des oeuvres Prolongements interdisciplinaires : HISTOIRE DES ARTS

  • Les paillettes, les plumes et les strass, les bouquets de fleurs, les hommes fous d'amour, l'ivresse des applaudissements... tel est le quotidien de la belle Ida Sconin, célèbre meneuse de revue parisienne. Mais le temps passe impitoyablement et il devient de plus en plus difficile de faire illusion. L'auteur de l'inoubliable Suite française nous offre deux nouvelles d'une douloureuse lucidité, deux destins de femmes cruels et intimistes.

  • Irène Némirovsky, morte à Auschwitz en 1942, est l'auteur d'une oeuvre étonnante qui fait d'elle un des plus grands écrivains de l'entre-deux-guerres.
    À la croisée des cultures juive, française et slave, cette romancière ne cesse de surprendre par sa modernité.
    Comme la plupart de ses romans, Les Chiens et les Loups (1940) n'est pas étranger à son histoire personnelle. La douleur de l'exil (issue de la haute bourgeoisie, Irène Némirovsky fuit Kiev et la révolution d'Octobre avec sa famille avant de trouver refuge en France), le poids de la société et la fatalité du destin sont au centre de ce roman qui évoque l'amour insensé de deux jeunes gens, Ada, une artiste révoltée, et Harry, un riche banquier, les deux facettes d'une même personne.
    Tragiquement attirés l'un vers l'autre, rien ne peut les réunir, si ce n'est le sentiment de leur propre perte.
    Empreint de mélancolie, Les Chiens et les Loups est un texte bouleversant sur l'enfance et l'innocence perdues, un chef-d'oeuvre de la littérature, à découvrir ou à redécouvrir.

  • Qu'est-ce qui peut attirer la belle et sage Thérèse vers Bernard, ce rebelle un peu voyou, qui s'engage à dix-huit ans dès que la guerre éclate

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans un hameau du centre de la fiance, au début des années 1930, un vieil homme, silvio, se souvient, observant la comédie humaine des campagnes, le cours tranquille des vies paysannes brusquement secoué par la mort et les passions amoureuses.
    Devant lui, françois et hélène erard racontent leur première et fugitive rencontre, le mariage d'hélène avec un vieux et riche propriétaire, son veuvage, leurs retrouvailles. lorsque leur fille colette épouse jean dorin, la voie d'un bonheur tranquille semble tracée. mais quelques mois plus tard, la noyade de jean vient détruire la fausse quiétude de ce milieu provincial. l'un après l'aune, les lourds secrets qui unissent malgré eux les protagonistes de cette intrigue vont resurgir dans le récit de silvio, jusqu'à une ultime et troublante révélation...
    Ce drame familial, entrepris dès 1937, conduit comme une enquête policière, raconte la tempête des pulsions dans le vase clos d'une société trop lisse. ce roman d'irène nemirovsky refait surface près de soixante-dix ans après sa composition.

  • Entre Antoine et Marianne, ainsi que sa soeur et l'ancien ami d'Antoine, mariages, liaisons, maternités se succèdent et sont révélateurs des moeurs de l'entre-deux-guerres, à la recherche de passion ou d'accomplissement social.

  • Le malentendu

    Irène Némirovsky

    Yves Harteloup est un rejeton déclassé de la grande bourgeoisie, meurtri par la guerre.
    En vacances sur la côte basque, il retrouve les matins radieux de son enfance et s'éprend de Denise, une femme mariée qui appartient à son milieu d'autrefois. Très vite, Denise l'aime et ne vit que pour lui. Dans ce premier roman publié en 1926 alors qu'elle avait à peine vingt-trois ans, Irène Némirovsky nous décrit la passion et les dangers qui guettent les amants. Et le goût que pouvait prendre le bonheur, au milieu des années folles.

  • La rue Las Cases était tranquille comme au coeur de l'été, chaque fenêtre ouverte abritée d'un store jaune. Les beaux jours étaient de retour ; c'était le premier dimanche de printemps. Tiède, impatient, inquiet, il poussait les hommes hors des maisons, hors des villes. Le ciel brillait d'un tendre éclat. On entendait le chant des oiseaux dans le square Sainte-Clotilde, un doux pépiement étonné et paresseux, et, dans les rues calmes et sonores, les rauques croassements des autos qui partaient vers la campagne. Nul autre nuage au ciel qu'une petite coquille blanche, délicatement roulée, qui flotta un instant et fondit dans l'azur. I. N.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Léon M... a reçu l'ordre d'exécuter Valerian Alexandrovitch Courilof, ministre de l'Instruction publique du tsar Nicolas II. Mais ses chefs attendent le moment propice : l'attentat doit porter un coup fatal au régime impérial. Sous la fausse identité de Marcel Legrand, médecin suisse, le jeune terroriste entre au service de Courilof. Les jours du ministre, atteint d'un cancer du foie, sont comptés. Il n'est plus alors aussi aisé d'assassiner un homme qui inspire plus de pitié que de haine...
    Roman terrible, fresque au vitriol d'une Russie où corruption et complot font bon ménage, fable désabusée et cynique sur la vanité du pouvoir, l'Affaire Courilof est une oeuvre dont on sort ébranlé et meurtri. Qui a mieux écrit que l'auteur du Bal et de David Golder la solitude et la désespérance oe

  • Personne n'a oublié le coup de tonnerre médiatique provoqué par l'attribution en 2004 du prix Renaudot au roman posthume d'Irène Némirovsky, Suite française, événement jusqu'alors inédit. Ses romans ont été régulièrement réédités, et 7 sont au catalogue du Livre de Poche. Pour la première fois rassemblées en deux tomes de près de 2000 pages chacun, les oeuvres complètes d'Irène Némirovsky (textes de jeunesse, articles de presse, nouvelles, scenari, romans) sont présentées par ordre chronologique, précédées d'une notice (voir Table des matières). Le tome 1 réunit les textes écrits avant la guerre, le tome 2 ceux écrits pendant la guerre et posthumes. Chaque tome comprend des textes inédits ainsi qu'un cahier photos de 8 pages en couleurs. L'oeuvre d'Irène Némirovsky, morte à Auschwitz en juillet 1942.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rarement l'ironie d'Irène Némirovsky aura fait autant de ravages ! Fils et filles hantés par leur hérédité côtoient des hommes brusquement dépouillés de leurs atouts, des femmes abîmées dans le regret, des maris jaloux ou amers.
    Et pourtant, si fragile que soit le sort de ces personnages, un fil les relie à la vie. Il court d'un bout à l'autre de ces douze nouvelles, où Irène Némirovsky emprunte des chemins nouveaux, du scénario aux histoires de fantômes. Jusqu'à ce dernier et éblouissant récit, " Les vierges ", publié en 1942 avant qu'elle ne soit déportée à Auschwitz, et ce cri poussé par Camille : " Je suis seule comme vous à présent, mais non pas d'une solitude choisie, recherchée, mais de la pire solitude, humiliée, amère, celle de l'abandon, de la trahison.

  • La Niania (1924) est le premier texte jamais paru sous le nom d'Irène Némirovsky, dans Le Matin. C'est la version condensée d'une nouvelle - ici intégralement reproduite - entreprise après l'arrivée en France de ses grands-parents maternels, évacués de Crimée. La Niania (la bonne d'enfants), avec ses accents tchékhoviens, illustre la vie absurde des familles russes déracinées dans la France d'après-guerre. Cet embryon des Mouches d'automne en révise la source autobiographique. Pour Irène Némirovsky, comme pour ses parents et pour la plupart des émigrés russes, la Révolution russe était synonyme d'arbitraire et d'arrachement à la terre natale. Adolescente lors des événements de février 1917, elle en conservait des souvenirs ambigus, rapportés en 1938 dans Naissance d'une Révolution, qui relate le simulacre d'exécution dont elle fut le témoin. On jugera de son antibolchevisme teinté d'ironie en découvrant Deux Romans Russes, une chronique de littérature étrangère parue en 1935 : nullement dupe des lourdeurs du réalisme socialiste, Irène Némirovsky s'y réjouit d'entendre chez les auteurs soviétiques les accents mal réprimés d'une « nostalgie inavouée ». Deux figures de la Russie - le sourire d'une vieille bonne, le rictus d'un cocher fanatisé - composent la physionomie ambivalente des Mouches d'automne, chef-d'oeuvre d'Irène Némirovsky. Comme dans La Niania, la vieille bonne s'y suicide par noyade, reflet d'une autre mort, bien réelle, celle de la chère gouvernante française de l'auteur, qui se précipita dans les eaux glacées de Saint-Pétersbourg un jour d'hiver 1917, folle d'exil dans un pays barbare. Ce mélange d'horreur et de nostalgie forme le motif principal du présent « Cahier rouge ». Nouvelle édition complétée d'un des « classiques » des Cahiers rouges.

  • Pendant l'invasion allemande, Irène Némirovsky écrit des récits à la campagne, entre l'été 1940 et le début de l'année 1942. Ils mettent en scène des petites gens de la France de la débâcle qui semblent vivre en parallèle de l'histoire dans une sorte de quasi-insouciance. Pourtant, elle donne la vision prémonitoire du créateur qui, même en se voulant non engagé, ne peut pas être inconscient de l'issue fatale.

    Une sélection de trois nouvelles présentées accompagnées de notes, d'aides à la compréhension de l'oeuvre et de clés d'analyse.

    Un matériel documentaire qui situe l'oeuvre et l'auteur dans le contexte de leur époque.  Une collection qui, à travers la découverte de l'oeuvre, fait découvrir un genre littéraire, ici la nouvelle.
    />

  • Personne n'a oublié le coup de tonnerre médiatique provoqué par l'attribution en 2004 du prix Renaudot au roman posthume d'Irène Némirovsky, Suite française, événement jusqu'alors inédit. Ses romans ont été régulièrement réédités, et 7 sont au catalogue du Livre de Poche. Pour la première fois rassemblées en deux tomes de près de 2000 pages chacun, les oeuvres complètes d'Irène Némirovsky (textes de jeunesse, articles de presse, nouvelles, scenari, romans) sont présentées par ordre chronologique, précédées d'une notice (voir Table des matières). Le tome 1 réunit les textes écrits avant la guerre, le tome 2 ceux écrits pendant la guerre et posthumes. Chaque tome comprend des textes inédits ainsi qu'un cahier photos de 8 pages en couleurs. L'oeuvre d'Irène Némirovsky, morte à Auschwitz en juillet 1942.

empty