Littérature générale

  • Traduction du roman à succès édité en breton "N'eus ket garantez eurus".
    On ne parlait pas d'amour entre hommes, au tout début du XXe siècle, chez les goémoniers du pays Pagan. Cela ne veut pas dire qu'il n'existait pas, tout au contraire.

    Goulc'han Kervella raconte, avec sensibilité, l'histoire de deux jeunes hommes, Jaïg et Franz, en 1914, dans les parages de l'île Molène.
    Il parvient à nous faire comprendre la naissance des sentiments, favorisés par l'isolement.
    Mais, la Grande Guerre viendra séparer les amants... Franz reviendra-t-il ? Leur histoire peut-elle avoir un avenir ?
    Face à ce parcours contrarié, une grande émotion saisit le lecteur.

  • Glenmor Dizuj est une oeuvre poétique et théâtrale réussie, et maintenant une publication, nées de la volonté et du talent d'une poignée d'artistes bretons désireux de redonner vie et actualité à un personnage hors norme, dont les apports culturels et politiques en faveur de la Bretagne sont encore loin d'avoir été appréciés à leur pleine valeur.
    Certes, il est vrai que ses disques et ses livres n'ont jamais cessé d'être repris par l'association Glenmor an Distro et qu'ils ont toujours bénéficié de la diffusion de Coop Breizh. Mais comme il arrive souvent aux esprits novateurs et contestataires, plusieurs années de recul, même d'oubli, et ici sans doute aussi de deuil, ont été nécessaires pour que l'impressionnante silhouette du barde ressurgisse vraiment de l'ombre dans toute sa force émotionnelle et poétique.
    Sur la scène, quatorze interprètes, acteurs, chanteurs et musiciens, endossent chacun dans sa partie, les facettes multiples de l'inspiration féconde du barde et s'activent sur un fond de projection d'images d'époque. Le cadre dépouillé du spectacle et les développements sensibles ou cocasses qu'il comporte, veillent jalousement à ne jamais s'écarter d'une stricte fidélité à la musique et aux paroles de l'auteur.
    La pièce sera jouée dans les mois à venir sur différentes scènes en Bretagne par la troupe Ar Vro Bagan.

  • E-kichen ar c'hoariva relijiel, ar Misterioù, e oa er Grennamzer ur C'hoariva farsus. Pezhioù- c'hoari laouen, fentus, gros a-wechoù ; pezhioù flemmus, goapaus, un tammig kentelius lod anezho.
    "La farce du Cuvier" a zo e Bro-C'hall, unan eus ar re vrudetañ. E brezhoneg ez eus deut betek ennomp un nebeut gwerzennoù eus "Amourousted an den kozh"... Ouzhpenn ar pezhioù farsus edo ivez ar Fablennoùigoù - "Fabliaux" e galleg...
    Kavet e vo da lenn el levr-mañ "En-dro d'ar poull" diwar "La farce du Cuvier" ha div fablennig, renket e doare pezhioù-c'hoari : "An div glujar" hag "Ar pallenn etre daou". Ha da echuiñ tri fennad eus "Romant al louarn". Displeget eo bet - hag e vez c'hoazh - ar pezhioù berr-se gant Strollad Ar Vro Bagan.

    Au Moyen-Age, les pièces de théâtres farcesques côtoyaient les pièces religieuses et les mystères. Pièces gaies, drôles, quelquefois grossières ; comédies satiriques, moqueuses, un peu moralisatrices pour certaines.
    " La Farce du Cuvier " est une des plus connues en France. Quelques versets des " Amours du Vieillard " ne nous sont-ils pas parvenues en breton ? Outre les comédies, les fabliaux étaient également très répandus.

  • Ur pezh-choari savet diwar enklaskoù tud Ar Vro Bagan, komzoù tud
    divroet, o bugale pe o bugale-vihan ; skridoù (barzhonegoù, kanaouennoù,
    danevelloù) barzhed ha skrivagnerien ha labourioù istorourien ha
    kazetennerien.
    Renket gant Goulchan Kervella evit Ar Vro Bagan.
    Une pièce de théâtre constituée des recherches de Ar Vro
    Bagan sur les exilés bretons : témoignages d'éxilés, de leurs
    enfants ou de leurs petits-enfants ; des écrits sur l'exil (poèmes,
    chansons, nouvelles) par des artistes et des écrivains ainsi que
    des travaux d'historiens et de journalistes.
    Mis en forme par Goulc'han Kervella.


  • Des tranchées, près de Verdun, en 1916, ne pouvait rien sortir de positif. Il ne restait que corps mutilés et esprits malades.
    Voici l'histoire de Jarl, jeune homme de 23 ans, blessé à l'issue d'un assaut terrifiant et sauvage.
    De retour en son pays, trois ans après son départ, il ne trouve pas la tranquillité d'esprit. Malgré le travail de pêcheur-goémonnier, qu'il reprend malgré son handicap, sa vie d'avant a disparu irrémédiablement.

  • Enez an amerikaned Nouv.

    Marianna se remémore alors l'année 1918: la Marine des États-Unis avaient installé une base d'hydravions sur l'île d'Erc'h qui allait devenir l'île aux Américains (500 marins et officiers). Les femmes des villages voisins avaient été réquisitionnées pour laver le linge des marins. C'est ainsi que Marianna fit la connaissance de Nat, jeune marin de couleur noire. Ils s'aimèrent, en cachette des voisins et surtout des marins blancs qui courtisaient la jeune fille et haïssaient le marin noir. Leur aventure dure plusieurs mois, entrecoupée de séjour dans les îles de l'archipel de Molène où Marianna fait la saison des laminaires avec son père malade, et de voyages à Brest et à Pontanezen, dans le camp des Américains, Ponty Camp, où travaille sa cousine.

    Après l'armistice du 11 novembre, Nat disparait alors qu'ils avaient tous deux envisagé leur mariage et le départ pour l'Amérique. La jeune fille pense qu'il l'a abandonnée. Elle reprend sa vie de lavandière, pleine d'amertume. A la fin de cette semaine de mars 1919, on apprendra que le cadavre trouvé dans la vase était celui de Nat. Il porte les traces d'un assassinat. On découvre dans une doublure de son vêtement une lettre où il faisait état du mariage à venir et du départ de tous-deux pour les USA...
    Le roman s'inspire de faits historiques: la base d'hydravions de l'Aber Wrac'h ; le travail des femmes lavandières des Américains, le travail des goémoniers des îles, le camp américain de Pontanezen, leur débarquement dans la rade de Brest, la grippe espagnole...
    Il traite du racisme, en particulier dans l'armée américaine.
    C'est le troisième roman que G.Kervella a consacré à la guerre 14-18.

  • Breton Maro evit ar vro

    Goulc'Han Kervella

    Mort pour la patrie ! Voilà ce qu'on lit sur les monuments aux morts construits dans les paroisses de la Basse-Bretagne après la guerre 14.
    La boucherie durera quatre ans. 130000 bretons seront tués.
    Pendant ces 4 années, les soldats ont envoyés des lettres à leur proches; et écrit des cahiers de souvenirs, dans la fange et le sang, la boue et les larmes. C'est à partir de ces lettres et de ces cahiers qu'à été rédigée cette pièce, les soldats écrivant, les femmes lisant leurs lettres, alternativement.

    "Pa soñjan ez oa tud a grede lavaret en defe graet vad ar brezel ! Diskouezet em eus, gwir eo, an tu-enep, an tu-enep, an tu-gin eus ar brezel : rak kaer em eus bet sellet ha kompren n'em eus ket gwelet an tu brao anezhañ... (Loeiz Herrieu ; "Kammdro an ankou")

  • Prizioù 2016 - Prizioù Dazont ar Brezhoneg.
    (Le prix de l'avenir de la langue bretonne).
    2ème prix dans la catégorie Livre Fiction.

    C'est l'histoire peu commune d'un amour homosexuel entre deux jeunes goémoniers, originaires du pays Pagan, qui se rencontrent à la faveur d'une campagne estivale dans les parages de l'île Molène. Leur passion est alors contrariée par la guerre.

    1915, Jaïg et Franz sont appelés à servir la Patrie et connaissent la séparation pendant de longues années. Jaïg, dont le lecteur suit le parcours de guerre, les espoirs et les émotions, après avoir connu la captivité, est de retour au pays, vieilli prématurément par les épreuves.
    Il espère le retour de son bien aimé. Reviendra-t-il ?
    />

  • Textes et nouvelles en breton. Live lenn 3/5.

    Voici des textes écrits sur le vit, la plupart du temps en rapport avec l'actualité.
    Setu skridoù savet war ar prim peurliesañ da geñver darvoudoù nevez c'hoarvezet. Un doare da gomz diwar-benn an nevezintioù en un doare goapaus, flemmus... pe siriusoc'h.
    Ar pezh a glev hag a lenn ar skrivagner diwar-benn ar c'heleier a laka anezhañ da lavaret e sonj dre ur skrid a faltazi awenet gant ar c'heleier-se, un doare preder.
    Klask a ra ar hemañ skrivañ en un doare poblek ha reizh, aes da lenn evit ar re zo o teskiñ ivez. An holl danevelloù zo bet embannet e Ya !
    Perak embann anezho en ul levr neuze ? Aesoc'h d'an dud o lenn evel-se, en ur stumm brav.

empty