Régionalisme (métropole)

  • La petite Fadette

    George Sand

    • Paleo
    • 15 Janvier 2014

    Berry, début du XIXe siècle. Landry et Sylvinet sont jumeaux. Ils s'adorent et à quinze ans n'ont jamais été séparés. Pourtant Landry doit aller travailler à la ferme voisine. Et il tombe amoureux de Fadette que tout le village considère comme un peu sorcière. Landry et Fadette parviendront-ils à vivre leur amour au grand jour malgré les préjugés des paysans et la jalousie de Sylvinet ?

  • La mare au diable

    George Sand

    • De boree
    • 29 Septembre 2007

    Germain, Petit Pierre et Marie sont forcés de passer la nuit au lieu-dit « La mare au Diable ». Le laboureur et la jeune fille ont le coeur triste : Germain va chercher une mère pour ses enfants, mais l'amour n'y est pas, et Marie a quitté sa mère pour se louer comme bergère à la ferme des Ormeaux. Seul Petit Pierre est heureux et confiant : de lui dépendra le sort de ceux qu'il aime tant.

  • Francois le champi

    George Sand

    Un champi, c'est un enfant abandonné dans un champ. Un champi suscite la crainte et la méfiance des paysans. Un champi a mauvaise réputation. François est un champi élevé par sa nourrice Zabelle. Mais Cadet Blanchet, le meunier chez qui elle loge, l'oblige à s'en séparer. Le jeune garçon est alors recueilli par Madeleine, une femme au grand coeur qui n'est autre que l'épouse de... Cadet Blanchet. Avec l'aide de Zabelle, elle le nourrit et l'instruit en cachette. Petit à petit, une relation particulière va unir François à sa mère adoptive.

  • «Je ne suis pas de ceux qui disent, en présence des superstitions rustiques: mensonge, imbécillité, vision de la peur ; je dis phénomène de vision, ou phénomène extérieur insolite et incompris. Je ne crois pour cela ni aux sorciers ni aux prodiges. Ces contes de sorciers, ces explications fantastiques données aux prétendus prodiges de la nuit, c'est le poème des imaginations champêtres.
    Mais le fait existe, le fait s'accomplit, qu'il soit un fantôme dans l'air ou seulement dans l'oeil qui le perçoit, c'est un objet tout aussi réellement et logiquement produit que la ré exion d'une  gure dans un miroir.
    Les aberrations des sens sont-elles explicables ?
    Ont-elles été expliquées ? Je sais qu'elles ont été constatées, voilà tout ; mais il est très faux de dire et de croire qu'elles sont uniquement l'ouvrage de la peur. Cela peut être vrai en beaucoup d'occasions ; mais il y a des exceptions irrécusables. Des hommes de sang-froid, d'un courage naturel éprouvé, et placés dans des circonstances où rien ne semblait agir sur leur imagination, même des hommes éclairés, savants, illustres, ont eu des apparitions [...]» George Sand, 1851.

  • Contes d'une grand-mère t.2

    George Sand

    • De boree
    • 13 Février 2009

    « [...] je t'écris les contes que je te disais pour t'instruire un tout petit peu en t'amusant le plus possible. » Tel est le projet de George Sand quand elle décide de rédiger ces contes de grand-mère : instruire ses petites-filles Aurore et Gabrielle. De la Dame voilée qui hante le château de Pictordu aux aventures du craintif Clopinet qui apprend le courage aux côtés des oiseaux, en passant par la légende de la grenouille qui se prend pour une reine ou celle du nuage rose capturé par la naïve Catherine, George Sand offre de véritables leçons de vie à travers des histoires merveilleuses qu'elle parcourt de sa plume avec son aisance habituelle.

  • - « [...] je t'écris les contes que je te disais pour t'instruire un tout petit peu en t'amusant le plus possible. » Tel est le projet de George Sand quand elle décide de rédiger ces contes de grand-mère : instruire ses petites-filles Aurore et Gabrielle. De la Dame voilée qui hante le château de Pictordu aux aventures du craintif Clopinet qui apprend le courage aux côtés des oiseaux, en passant par la légende de la grenouille qui se prend pour une reine ou celle du nuage rose capturé par la naïve Catherine, George Sand offre de véritables leçons de vie à travers des histoires merveilleuses qu'elle parcourt de sa plume avec son aisance habituelle.

  • Près du cabinet d'études de la séduisante yseult de villepreux s'activent le père huguenin, maître menuisier, et sont fils pierre, compagnon du tour de france.
    Les deux artisans ont été chargés par le comte de villepreux de rénover les antiques boiseries de la chapelle du château. hélas ! le père huguenin se blesse. afin de respecter les délais, pierre doit lui trouver un remplaçant. il quitte donc le chantier, et la discrète yseult dont la présence le trouble profondément, pour renouer avec d'anciens compagnons. mais rien ne se passe comme il l'avait prévu.

  • Pierre huguenin a trouvé en amaury, dit le corinthien, une aide précieuse pour mener à bien le chantier commandité par le comte de villepreux.
    Idéalistes et talentueux, les deux compagnons, attachés au monde du travail, s'éprennent cependant chacun d'une " femme du monde ". l'amour de pierre pour yseult de villepreux restera-t-il impossible ? et que réservera à amaury la secrète aventure qu'il vit avec la marquise des frenays ? fidèle à ses convictions, george sand met en scène le choc des classes sociales à travers le destin exemplaire de deux compagnons.

  • Dans le « Trou-d'Enfer » de la Ville noire, les usines de coutellerie et de papeterie dévorent le prolétariat dans un vacarme assourdissant. Mais un ouvrier habile et intelligent peut espérer quitter la fournaise de la vallée pour gagner la ville haute, là où la bourgeoisie coule des jours plus heureux. C'est le cas d'Étienne Lavoute, dit Sept-Épées, orgueilleux travailleur qui rêve de s'accomplir loin de la servitude des hauts-fourneaux. Mais l'amour qu'il porte à Tonine est un frein à son ambition car la jeune ouvrière n'a qu'un désir : soulager la misère que l'industrie locale impose aux hommes. Entre l'amour de cette femme et son désir de réussite, Sept-Épées fera-t-il le bon choix oe

  • belle histoire d'amour entre gilberte de châteaubrun, le fruit du péché, et émile cardonnet, au prénom tout droit venu de jean-jacques rousseau, le péché de monsieur antoine est aussi un roman écologique avant la lettre.
    la rivière la gargilesse balaiera en effet par une "dribe" (une inondation) les travaux de monsieur cardonnet destinés à la dompter au profit d'une usine moderne. la rivière est au carrefour de tous les conflits romanesques, entre monsieur cardonnet et jean jappeloup, entre émile et son père, entre l'usinier et les paysans d'alentour, entre la tradition et le modernisme. un an avant la révolution de 1848 où elle jouera un rôle important, george sand brosse, avec le péché de monsieur antoine, un palpitant tableau romanesque où se reflète pour notre plaisir la société de son temps.

empty