• Pour cette cité dont le coeur historique a été anéanti le 20 mai 1940.
    Pour cette ville qui fut pourtant le théâtre de bien des événements, au cours de l'Histoire, il fallait un livre essentiel.
    A travers cet ouvrage qui se lit et se vit comme une grande aventure dans le temps et l'espace, où l'histoire d'Abbeville côtoie celle de la France, l'auteur nous apprend à mieux connaître, aimer et respecter la deuxième ville de la Somme, « capitale » de la belle Picardie Maritime.

  • Le Maître d?école raconte l?histoire d?un enfant du peuple, prédestiné à prendre la succession de ses parents à la ferme, mais qui parvient à sortir de son milieu afin de poursuivre des études et de s?élever sur l?échelle sociale, en tant qu?enseignant.
    Ce douzième livre de l'auteur est un roman du terroir, dont l'action se déroule en Picardie, dans les années 1950 à 1980. Le héros de cette fiction est un maître ressemblant à beaucoup d'autres ayant été formés à la même époque. L'auteur s'appuie sur l'évolution réelle de l'école républicaine dans ces années d'après-guerre, notamment après les événements de 1968. S?ajoute le problème de l'exode rural et les difficultés du maître d'école-greffier de mairie, un personnage à la fois adulé et montré du doigt. Maintenant retraité, néanmoins très actif, Gérard Devismes raconte ce long épisode, qu'il a vécu ou imaginé, avec beaucoup de sérieux et quelques pincées d'humour ou de dérision.

  • Le troisième millénaire avait bien commencé en Picardie. Aucune grande peur ne s'était propagée comme lors du passage au second millénaire.
    Pourtant, dans les débuts de l'an 2001, chose incroyable, la Somme, ce paisible fleuve côtier, sort de son lit et inonde sa vallée pendant près de deux mois, semant le désarroi et le désastre.
    Ce n'est pas la fin du monde... mais tout de même, que se passe-t-il ?
    « On n'a jamais vu cela de mémoire d'homme ! » affirment les plus anciens. Certes ! Mais une mémoire d'homme, c'est au mieux une centaine d'années, souvent moins. Alors, pendant que la rumeur court (la faute au canal du Nord et aux Parisiens), des "sages" se penchent sur le problème, compulsent les archives, recherchent dans les bibliothèques, donnent des raisons et des solutions. Sans oublier ceux qui se portent au secours des sinistrés.
    Et puis l'histoire - car cet ouvrage est d'abord historique - révèle que ces inondations ne datent pas d'hier. A vrai dire, les causes n'ont pas toujours été les mêmes au cours des siècles, elles sont aujourd'hui encore différentes.
    Même s'il ne se prétend pas exhaustif, ce livre très documenté aborde de nombreux aspects de la catastrophe. Espérons qu'il nous aidera à réfléchir et à susciter des actions pour que ce drame ne se reproduise plus.

  • Ce livre traite de l'histoire, depuis les origines jusqu'au début du XXIe siècle, des douze villages qui forment la Communauté de Communes d'Abbeville, soit : Bellancourt-Monflières, Drucat-Le-Plessiel, Grand-Laviers et Petit-Laviers, Cambron, Mareuil-Caubert, Yonval, Bray-les-Mareuil, Epagne-Epagnette, Eaucourt-sur-Somme, Vauchelles-les-Quesnoy, Caours-L'Heure, et Neufmoulin. Y sont ajoutés les aspects géographique, scientifique, administratif et touristique. Illustrés.

  • A l'origine, le fleuve Somme a été le refuge des premiers hommes. C'est sur ses  versants et sur ses rives, où l'on pouvait trouver facilement l'eau, la nourriture, le  bois de chauffage et les matériaux de construction, que se sont établis les villages  et les villes. Dès les premiers siècles de notre ère, il devint un vecteur de  communication, de transport de marchandises et de passagers.
    Le commerce se  développant avec l'intérieur et les autres pays d'Europe, il fallut rendre le fleuve  plus navigable. On le canalisa  donc du XVIIe au XIXe siècles, en le dotant de barrages, d'écluses, de ponts levants ou tournants, et il devint un fleuve canalisé. Jusqu'aux dernières guerres terrestres du XIXe siècle, la Somme a toujours constitué une barrière infranchissable  pour les armées ennemies venues du Nord ou de l'Est, facilement défendable pour les armées françaises ; elle permettait de protéger la capitale et le coeur de la France, donc le royaume, puis la république. Ce n'est plus le cas depuis l'utilisation des armes aériennes, maritimes et  intercontinentales, téléguidées et de longue portée.
    Néanmoins, la Somme canalisée reste un fleuve important sur les plans historique, géographique, scientifique, économique, environnemental et touristique. Son cours, celui de ses affluents, ainsi que les zones humides de sa vallée, constituent une importante réserve d'eau, utile en cas de canicule et de sécheresse.
    Enfin, son bassin versant présente un vaste biotope, nécessaire à la préservation des espèces animales et végétales, dont beaucoup auraient disparu sans cela.
    Avec ce livre, apprenons à mieux connaître ce fleuve attachant ainsi que sa vallée si bucolique, apprenons à aimer cette « Somme d'histoire et de nature » afin de le transmettre aux générations futures.

  • En consultant différents ouvrages d'écrivains du passé et du présent, et en recueillant des témoignages, l'auteur a remarqué que de nombreuses histoires de sa Picardie maritime étaient inconnues ou peu connues du grand public. Parce que pouvant être classées dans la petite Histoire, elles ont été peu diffusées. Ces histoires qualifiées d'insolites peuvent se rattacher à l'Histoire de France ou de Picardie, concerner des anecdotes vécues ou racontées, des légendes qui se perpétuent, des traditions tenaces, etc.  Elles ont un point commun : leur registre s'ouvre du peu ordinaire à l'extraordinaire, en passant par l'étonnant et autres synonymes.
    Malgré leur insignifiance apparente, elles peuvent témoigner d'une époque, des caractères d'une contrée et de son peuple, de l'identité de ladite région... Elles méritent donc d'être soulignées, notamment si elles aident à comprendre certaines situations présentes. Illustrés de photos et illustrations.

  • Après Histoires insolites de Picardie maritime, voici une nouvelle série de ces histoires qualifiées d'insolites qui peuvent se rattacher à l'Histoire de France ou de Picardie, concerner des anecdotes vécues ou racontées, des légendes qui se perpétuent, des traditions tenaces, etc. Elles ont un point commun : leur registre s'ouvre du peu ordinaire à l'extraordinaire.
    Cet ouvrage redonne vie à des personnages et à des situations méconnus que l'histoire a laissés sur le côté de la route... Les faits sont tirés de sources indiscutables : actes officiels, presse locale, témoins ou acteurs, auteurs reconnus. Illustrés de photos et illustrations.

  • Au centre de ce roman, il est un personnage qui a tout pour être heureux. Il est dans la force de l'âge et en excellente santé. La plupart du temps, entre mer et terre : la baie de Somme. Cette baie aux mille visages, l'une des trente plus belles du monde, dans la région de Picardie maritime, entre Normandie et Artois. De plus, il exerce avec passion l'un des plus vieux métiers du monde : celui de berger. Il aime les gens et les bêtes de son coin de paradis, réciproquement on le lui rend bien. Que demander de plus ?
    Il n'y songe même pas, puisque rien ne semble lui manquer. Mais un jour, il fait une rencontre inattendue, qui va bouleverser sa vie tranquille et sans histoires. Dès lors, à cause d'une belle, il est ballotté entre acceptation et rejet, certitude et incertitude, espoir et désespoir... Cette situation instable, jamais vécue auparavant, ne peut perdurer. Comment va-t-il s'en sortir ? Le dénouement va-t-il s'imposer de lui-même ? Ou des circonstances vont-elles s'en charger ? C'est ce qu'on découvre, au fil des pages, dans ce roman du terroir tout imprégné de beauté, d'émotion et de sensibilité. Un roman qui concilie le réalisme des temps actuels avec le charme suranné du pastoralisme et la poésie du site inchangé depuis des lustres.

  • Dans les années 1945-1960, en Picardie maritime peut-être un peu plus qu'ailleurs, les paysans étaient plutôt discrets. Tous imprégnés par l'expérience et la sagesse de leurs ancêtres, ils s'appliquaient simplement à rendre fertile leur dur labeur.
    Déjà cependant, la mécanisation se généralisait, et avec elle, l'atmosphère des campagnes changeait lentement.
    À travers ce premier roman qui est aussi un éloge pour le beau pays de son enfance, l'auteur décrit avec réalisme et bonheur ce monde paysan aujourd'hui disparu auquel il souhaite rendre un hommage bien mérité.  « Une écriture simple et imagée, narrant l'épisode d'une enfance heureuse au contact de la nature. »  - Le Courrier Picard

  • "Voilà comment cela se passa. Le huitième comte de Ponthieu, Guillaume Ier dont la charge avait été rendue héréditaire en 696 par le roi franc Chidebert III, fit donation, vers 950, d'une terre située à Guines (seigneurie d'Ardres) à son quatrième fils nommé Orland. Manque de chance ! Un seigneur danois du nom de Siegfried s'empare de Guînes avant qu'Orland ait le temps de s'y installer. Il s'agissait d'un descendant de ces envahisseurs normands qui s'étaient installés chez nous à la suite des invasions du IXe . Mais il y eut alors un arrangement entre le comte de Ponthieu et Renault, seigneur danois de Saint-Valery, de sorte qu'Orland épousa sa fille qui lui apporta en dot la terre de Vismes. Voilà donc le premier représentant de la branche directe des seigneurs de Vismes qui prend racine dans le Vimeu. C'est d'ailleurs Orland qui construit le nouveau château, non plus en bois et terre cette fois mais en pierre selon la technique apparue au Xe siècle comme partout en France : le premier château féodal de Vismes était né, en même temps que la féodalité.

    Avec illustrations, photos, et plans."

  • "La rivière nommée définitivement la Somme, ne promène plus maintenant que des pénichettes de loisir et des barquettes de pêche. Les habitants de la vallée pensent tous qu'elle est entrée en retraite et qu'elle se repose au fond de son lit. Néanmoins, par les automnes pluvieux et les printemps capricieux, il lui est arrivé de déborder d'un regain d'énergie et de s'épancher au-delà de ses rives."

empty