• SAS T.60 ; terreur à San Salvador Nouv.

    Malko réalisa en un éclair que toute l'histoire n'était qu'une mise en scène. Que le macho en face de lui avait un merveilleux prétexte pour le tuer.
    - Alors, insista le macho, elle me suit ou je te descends ?
    Pour Malko, il n'y avait pas d'alternative. S'il n'obligeait pas Maria Luisa à se lever, le macho l'abattait, et s'il prenait sa défense, l'autre le tuait aussi.

  • Les poignets et les chevilles attachés par des menottes aux montants du grand lit de cuivre, Malko savourait la caresse de Maryam Nassiri, les yeux fermés. Soudain, il les rouvrit et aperçut, derrière la jeune femme agenouillée sur le lit, un homme debout dans l'encadrement de la porte de la chambre. Des traits brutaux, les cheveux gris, vêtu d'un blouson de cuir et d'un jean. Un long pistolet dans sa main gantée de noir. L'homme qui venait le tuer.

  • Une silhouette venait de surgir près de Malko. La lueur d'un des projecteurs tournant éclaira figitivement le visage de Juanita Cayon, la femme qui avait juré sa mort. Mercedes sentit sa crispation : - ; Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-elle. Malko n'eut pas le temps de répondre. Le bras de la Cubaine se détendit à l'horiz- ontal, prolongé par un long poignard éffilé. Les services secrets cubains se sont alliés, dans les années 80, au mouvement marxiste M-19, et peut-être aux FARC, pour vendre des armes aux narcotrafiquants, tan- dis que ces derniers leur fourniront de la cocaïne.
    La CIA et la DEA pensent que le narcotrafiquant à l'origine de l'exécution de deux passeurs de drogue, dont l'un travaillait en réalité pour la DEA et l'autre pour la CIA, est Esteban Contador, dit El Gordo (" le Gros "), et que l'agent cubain responsable de la livraison d'armes est Juanita Cayon (" La Loca "), une révolutionnaire exaltée.

  • Malko regarda autour de lui et aperçut aussitôt, le long d'une rame à l'arrêt, deux jeunes Chinois. L'un tenait un fléau : un bâton prolongé d'une chaîne, elle-même se terminant par une longue pointe aiguisée. L'autre se préparait à lui lancer une étoile à cinq branches, avec un trou au milieu. L'arme des triades. Terrible. Qui, à vingt mètres, vous tuait silencieusement. Comme il était sorti parmi les derniers, il n'y avait pratiquement plus personne avec lui. Un des deux Chinois rejeta le bras en arrière et, se détendant comme pour un lancer de javelot, projeta une seconde « étoile » qui tournoya à une vitesse diabolique, droit vers Malko.

  • SAS T.138 ; l'amour fou du colonel Chang Nouv.

    Malko se retrouva à quatre pattes dans une eau tiède et nauséabonde. Choqué. Il n'avait rien vu venir et, de toute façon, à quatre contre un, n'aurait pu empêcher d'être jeté dans cette fosse de crocodiles. Son cerveau bascula automatiquement sur « survie ». Il se redressa, de l'eau jusqu'à la taille, terrifié.Contre un crocodile affamé, il n'avait pas le quart d'une chance.

  • SAS T.68 ; commando sur Tunis Nouv.

    Pour d obscures raisons personnelles, le leader libyen Kadhafi a décidé d'éliminer le guide de Tunisie : le président Bourguiba.
    Malko doit remonter la filière pour éviter que ce complot aboutisse.

  • Malko regarda l'entrée de l'immeuble, distante d'une vingtaine de mètres. S'il restait dans la voiture, Joseph et lui allaient être abattus, sans pouvoir se défendre. Le chauffeur se retourna, les traits déformés par la peur.
    - Ils vont nous tuer ! dit-il d'une voix blanche.
    Malko saisit le Webley, ouvrit la portière et sauta à terre.
    - Filez ! lança-t-il à Joseph.
    Lui n'avait qu'une chance très minime d'atteindre l'immeuble pour s'y réfugier. Personne ne court plus vite qu'une balle de Kalachnikov.

  • - Je veux savoir à quelle heure ils arrivent, hurla Bangaré.
    Malko banda ses muscles.
    - Je ne sais rien, dit-il.
    - Très bien, tu vas crever !
    Bangaré aboya un ordre en moré. Ils l'entraînèrent vers une baignoire pleine d'eau sale, où il bascula la tête la première. Il se débattit violemment pour en sortir, mais une main de fer lui maintint la nuque sous l'eau. En 1983 en Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso) le capitaine Thomas Sankara a renversé le régime favorable à l'Occident et installé un régime socialiste pro-soviétique.
    Les Etats-Unis, les Etats africains limitrophes et les chefs coutumiers locaux voient d'un mauvais oeil le nouveau rég

  • SAS T.33 ; rendez-vous à Boris Gleb Nouv.

    L'eau glaciale gicla avec une violence inouïe, giflant le visage de Malko, inondant Mathilda Larsen. La Volvo s'était enfoncée à mi-hauteur dans le port de Bodo. Elle allait couler rapidement. Une énorme masse noire surgit le long de la portière qu'il essayait d'ouvrir. Le Novosibirsk les coinçait contre le quai, condamnant toute sortie. Mathilda Larsen hurla de terreur.

  • Malko est invité à participer à titre de consultant , à une petite "manip" : Les services occidentaux ainsi que les Israéliens pensent pouvoir kidnapper ou éliminer Hassan Nazrallah , le chef du Hezbollah au Liban . Malko fonça dans l'escalier de pierre et partit d'un pas rapide vers l'entrée du port. La silhouette désignée par le garçon était à peine visible dans la pénombre. Il contourna le bassin, zigzaguant au milieu d'énormes caissons métalliques et de bâteaux sur cale.
    La zone était à peine éclairée. Il entendit soudain un frôlement derrière lui et voulut se retourner. Il n'en eut pas le temps. Un bras musculeux entoura son cou, l'étranglant à moitié, tandis qu'une main énorme pesait sur sa nuque. Un homme d'une force herculéenne, surgi derrière lui, était en train de lui briser les vertèbres cervicales.

  • « Ivan, tu nous déposes à côté d'eux et ensuite, rasvarot, prêt à repartir. Vous deux, venez avec moi. On les rafale, on prend l'argent et on repart ! - Karacho », firent en coeur les deux spetnatz, prenant sur le plancher deux Kalach- nikovs à crosse pliante. La Mercedes où se trouvait Malko Linge, l'agent de la CIA et ses complices, n'était plus qu'à cinquante mètres. Ses occupants seraient morts avant de réaliser ce qui se passait.

  • Le gouvernement japonais, en grand secret, en 1970, a chargé ses services spéciaux d'influencer le vote des délégués, aux Nations unies, de voter " pour " le remplacement de Taïwan par la Chine. Pour le gouvernement japonais, il est temps que la Chine, un futur partenaire stratégique, évince Taïwan à l'ONU. Le colonel Minoru Tanaka a été chargé de la "sale besogne". - ; Couvrez-moi, Chris tira tellement des deux mains que le panneau commença à ressembler à de la dentelle.
    Malko traversa et grimpa les marches. Les cris de femme venaient de la porte du milieu. Malko se jeta dessus et elle vola en éclats. Un jeune Noir se dressa devant lui, un automatique au poing. Il tira deux fois. Les balles atteignirent Malko en pleine poitrine. Sous le choc, il recula jusqu'au mur, sonné. Le Noir eut le tort de baisser son arme. Malko tira trois fois coup sur coup. Les balles atteignirent leur but et le Noir tomba en avant.

  • Daphné Price fixait Malko, appuyée à une commode de bois noire, moulée dans une somptueuse chemise de nuit crème, rehaussée de dentelle, à peu près décente jusqu'au ventre, s'ouvrant ensuite sur les bas argentés. Elle avait conservé ses escarpins. Cette vision de rêve comportait un détail insolite : Daphné Price serrait dans son poing droit un automatique Walter P. 38. Le Zimbabwe (la Rhodésie en 1976) s'engage dans une course à l'indépendance.
    Les Etats-Unis n'y sont pas vraiment opposés. Dans quel camp le pays va-t-il basculer ? Pour la CIA, il n'est pas question que cela tourne " à l'angolaise ". Malko y est envoyé pour " déminer " ce qui se trame et contrôler ainsi un processus de transition qui serait conforme aux vues américaines.

  • Malko aperçut derrière lui une moto noire, chevauchée par un homme en turban et comprit que c'était son "contrôleur". Celui chargé de déclencher la charge explosive dissimulée dans la voiture qu'il conduisait. Délibérément, il cessa de penser et chercha devant lui l'endroit où il allait terminer sa course et sa vie. Un des talibans lança une longue déclaration, traduite aussitôt par Aziz, l'interprète.
    - C'est le mollah Mahmoud Shah Nazay. Il va nous juger au nom de l'islam. Ron Lauder sentit son sang se glacer dans ses veines et Suzie devint livide.
    - Nous juger ! Mais nous n'avons rien fait ! Le chef taleb le foudroya d'un regard luisant de haine et éructa quelques mots.
    - Vous êtes des espions ! traduisit Aziz. La CIA voulait absolument savoir comment des armes iraniennes - explosifs, missiles sol-air ou armes antichars - parvenaient entre les mains des talibans.

  • Le bras du lieutenant plongea jusqu'au coude, salissant l'uniforme. Mais il en avait cure. Vingt centimètres plus bas, dans le pétrole, il sentait la tête de Malko luttant contre l'asphyxie. L'image d'Oliveira passa devant ses yeux et il appuya encore plus fort. Malko ne serait pas le premier suspect décédé au cours d'un interrogatoire. Carlos Geranios est l'un des chefs du " MIR ", groupe armé chilien d'extrême-gauche, réfugié à l'ambassade d'Italie, il voit que la DINA dépose devant l'ambassade un paquet contenant les restes de sa petite amie, qui a été torturée à mort.

  • Début 1983, la mort de Becik Galata, tué par l'explosion de son téléphone. L'explosif situé dans le combiné a été actionné à distance. Becik Galata était l'intermédiaire secret pour faire passer à l'Ouest un général russe, Fedor Storamov, faisant partie du KGB et actuellement en poste à Sofia en Bulgarie. Ce général a informé la CIA qu'il souhaitait faire défection. Sous la couverture de chauffeur routier et l'identité de Klaus Frost, Malko est envoyé en Bulgarie pour tenter de le faire passer à l'Ouest. L'opération est très importante car le général Storamov avait eu pour mission, deux ans auparavant, d'organiser l'attentat contre Jean-Paul II. Il craint que la direction générale du KGB ne le fasse exécuter pour éliminer tout témoin gênant. Malko se rend donc à Sofia et parvient, grâce à Leïla Galata, à entrer en contact avec le général Storamov. Mais une difficulté inattendue surgit : un colonel des services secrets bulgares, Emil Borovo, fait chanter le général Storamov et exige de bénéficier lui aussi de l'exfiltration. Sinon, il menace de dénoncer Storamov et son projet d'évasion.

  • La Cherokee blindée fut balayée comme un fétu de paille et projetée contre une pile de containers. Malko, sonné, aperçut à travers le pare-brise gondolé un mur de flammes. Instinctivement, il tenta d'ouvrir la portière pour s'échapper du véhicule qui commençait à brûler. Impossible. Des flammes commençaient à lécher le capot. Il allait mourir asphyxié ou brûlé vif. Le fourgon Mitsubishi Canter déboita au moment précis où la Mercedes conduite par Amir Shehadi passait devant lui.
    Son conducteur donna un coup de volant brusque qui le progeta sur la Mercedes blindée de Rafic Hariri. Au moment où les deux véhicules se touchaient, le conducteur du fourgon appuya sur le déclencheur de la charge explosive de plus d'une tonne dissimulée sous une toile sur le plateau du pick-up. A 12h57 une explosion d'une violence inouïe secoua Beyrouth, détruisant la Merc- edes blindée de Rafic Hariri.

  • Ce 28 décembre 1991 l'Hercule C130 de l'US Air Force fit jaillir des gerbes d'eau lorsque ses roues touchèrent la piste de l'aéroport militaire de Dovers, dans le Delaware. Le C130 fit demi-tour en bout de piste et se dirigea vers un des hangars. Une douzaine d'hommes et une femme attendaient debout, engoncés dans des imperméables. Un peloton de Marines en tenue d'apparat sortit du hangar au pas de course et prit rapidement position sur deux rangs en face de l'ouverture béante de l'arrière du C130. Six Marines s'engouffrèrent dans le fuselage. Ils en ressortirent portant sur leurs épaules un cerceuil de chêne verni recouvert du d'un drapeau américain. Le cerceuil de William J. Buckley, responsable de la Central Intelligence Agency pour le Moyen-Orient, enlevé à Beyrouth par trois hommes, le 16 mars 1984, alors qu'il gagnait son bureau à l'ambassade américain, dans Beyrouth ouest. Personne ne l'avait revu vivant. L'enlèvement avait été le fait du Hezbollah, groupe intégriste libanais, manipulé par Téhéran. William J. Buckley avait été affreusement torturé pendant de longs mois; il en était mort.

  • SAS T.67 ; rouge grenade

    Gérard de Villiers

    • Sas
    • 21 Janvier 2021

    Grenade est en passe de devenir un autre Cuba. En effet, des Cubains, insidieusement pilotés par les Russes, encouragent l'installation de la révolution pour couvrir un projet plus ambitieux : faire de Grenade une base de missiles menaçant le Venezuela voisin qui à l'époque n'est pas très perméable aux idées marxistes. Malko assisté d'une espionne vénézuélienne va tenter d'y récupérer un pacte qui aurait été signé entre Maurice Bishop, premier ministre de Grenade, et Cuba.

  • - Malko ! C'était la voix de Ratwa. Un immense soulagement l'envahit. Fidèle à son personnage, la Palestienne était venue avec ses gardes du corps. Avant même de se relever, il répondit : Je suis là. Le tonnerre éclata aussitôt au-dessus de sa tête. Au moins deux armes automatiques tiraient à travers la porte de tôle, à hauteur d'homme. Les balles ricochaient partout. Il ressentit tout à coup une violente douleur à la jambe droite. Comme un coup de bâton. Il roula sur lui-même.

  • SAS T.36 ; furie à Belfast

    Gérard de Villiers

    • Sas
    • 10 Décembre 2020

    Au moment où Malko va être exécuté d'une balle dans la nuque, les policiers britanniques et Conor Green interviennent. Les activistes de l'IRA s'échappent. Malko parvient à découvrir qui est l'homme qui a dénoncé ses camarades depuis plusieurs mois et qui a voulu le tuer, c'est Trevor McGuire. Malko sait que Maureen va tenter de le tuer. Il suppose qu'elle va lui tirer dessus depuis un immeuble en construction en face de son hôtel. Le même soir, il se met en position d'attente. Il voit Maureen se placer en position de tir, intervient, la maîtrise et l'emmène au QG de la Special Branch. Il lui fait écouter les bandes audio sur lesquelles a été enregistrée la voix du délateur de l'IRA. Elle reconnaît la voix de Trevor McGuire. Malko lui révèle le dessous des cartes. McGuire est un agent soviétique infiltré au sein de l'IRA. C'est lui qui veut éliminer les activistes libéraux non communistes et qui a fait venir des armes d'Union Soviétique.

  • Nous reprenons une affaire démarrée par les "cousins"... Vous savez qu'ils se sont toujours intéressés à ce pays et qu'ils font une fixation sur Milosevic. - Ce n'est pas un personnage sympathyque, remarqua Malko. Ils veulent le chasser du pouvoir ? - Non, fit froidement l'américain. Le tuer. - Ils ont le feu vert des plus hautes autorités politiques de Grande-Bretagne, y compris de Tony Blair. Ils ont décidé de l'éliminer à Belgrade même.

  • Les Libyens expédient 200 tonnes d'armes à l'IRA. En contrepartie, l'IRA doit leur livrer Salman Rushdie, ce qui permettrait au colonel Khadafi, en exécutant la fatwa émise par l'ayatollah Khomeini à l'encontre de l'écrivain, de prendre symboliquement la tête du monde musulman. Malko, assisté du bureau de la CIA à Londres, doit empêcher cet échange. Il sera aidé dans sa mission par la passionnée Mandy Brown et par Mairead O'Connor dont le frère Kevin a été assassiné par Brian Savage. En dépit des avertissements pressants donnés par la CIA au MI-5 et au MI-6, Salman Rushdie est fait prisonnier par l'IRA à la suite d'un coup de main sanglant et audacieux.

  • Les gorilles maltais, voyant la bagarre, accouraient. Malko entendit un léger chuintement. Il cria :
    - N'approchez pas, il a une grenade ! C'était une question de secondes. Le Libyen s'accrochait à lui, les yeux fous. Malko comprit qu'il n'aurait jamais le temps de s'enfuir avant l'explosion. Le colonel Kadhafi veut faire de Malte la tête de pont de son influence en Méditerranée et au Proche-Orient.
    Les services libyens noyautent financièrement les hommes politiques et les chefs d'entreprise locaux. Le gouvernement socialiste maltais, anti-américain, entend se concilier les grâces des Libyens et des Chinois. Un dissident maltais, Godfrey Borg, aurait des preuves de cette collusion, les documents qu'il détient se trouvent dans une banque suisse, lui-seul y a accès. Un agent des services secrets britanniques, John Fitzpatrick, chargé de l'exfiltrer de Malte par avion, est assassiné.
    Malko est envoyé en mission à Malte pour retrouver Borg et l'exfiltrer sans danger.

empty