Atlantica

  • La Maison des Amants d'Edmond Rostand est le premier acte d'une pièce restée inachevée. Un premier acte émouvant, qui promettait une belle oeuvre. Mais la maladie, la guerre puis la mort d'Edmond en 1918 ne laissent qu'un cahier relié à l'écriture calligraphiée, ponctué de pages raturées et d'annotations à la marge de Rosemonde dont les repentirs et les nombreuses pages blanches augurent de ce qui aurait pu être et ne sera jamais.
    Grâce à Arnaga, la demeure-musée d'Edmond Rostand, gardienne du manuscrit, La Maison des Amants sort de l'ombre dans cet état d'inachèvement, cent ans exactement après la disparition du poète.
    Ce début de pièce plante le décor d'un amour absolu entre Joconde et Hermeril insufflant à ce premier acte un air léger, charmant, vif et poétique.
    Présentée en trois parties, l'édition d'Olivier Goetz en propose une retranscription annotée, suivie du fac-similé du manuscrit dans son intégralité permettant de mesurer l'oeuvre en train de se faire, ainsi que d'un commentaire pour mieux l'apprécier.
    Après la découverte du Gant Rouge, il y a quelques années, les spécialistes et les amateurs de Rostand sauront apprécier ce nouvel « inédit ».
    La Maison des Amants ravira également les visiteurs de sa « maison » pyrénéenne et inspirera sans nul doute les amoureux tout court.

empty