• Poèmes

    Constantin Cavafy

    Traduit et présenté par Ange S. Vlachos, ce recueil rassemble les 154 poèmes écrits par Constantin Cavafy. L'ensemble de son oeuvre. Le célèbre poète grec nous emmène à travers eux en voyage, au sein de son art comme de son pays. Des Thermopyles à Sparte, d'Achille à Jason, c'est une bonne part de l'histoire, de la Grèce qui ressort au travers des pérégrinations littéraires de l'auteur, comme des vestiges du passé surgissant dans le présent.

  • Constantin Cavafy, le grand poète d'Alexandrie de langue grecque (1863-1933), reste encore trop peu connu du public français malgré de nombreuses traductions et l'enthousiasme de Marguerite Yourcenar. Issu d'une famille aisée soudain ruinée, Cavafy, devenu humble fonctionnaire, fréquentera toujours l'élégante société mais aussi les quartiers interlopes où il vivra, en secret, d'homosexuelles amours. On évoque souvent la froideur de son style, son contrôle des émotions. Il laisse, en réalité, des poèmes érotiques parfois incandescents, parfois pleins d'un charme retenu. Mais Eros, force de vie et de sensualité, est déjà condamné par Thanatos, la mort et son cortège d'empêchements. Quel sera le rôle d'Hypnos, le gardien de la nuit et troisième force symbolique en jeu dans cet étrange essai ?

    /> Une cinquantaine de poèmes présentés in extenso offrent ici une nouvelle traduction.

  • Constantin Cavafy, né et mort à Alexandrie (1863-1933) est révéré en Grèce malgré l'odeur de souffre de certains de ses poèmes. En effet, s'il est une oeuvre à laquelle qualificatif d'«érotique», au sens étymologique, c'est-à-dire inspiré par l'amour, à la fois du corps et de l'esprit, peut-être appliqué, c'est bien aux poèmes intimistes de cet homosexuel voluptueux, parfois décadent et étonnamment pénétré de l'histoire de sa ville, de son peuple et de la culture néo-hellénique de l'époque de la «Megalé Idea» (la grande idée), lorsque la Grèce règnait culturellement en de nombreux coins d'Asie mineure et d'Égypte, entre les deux grandes guerres.
    Laissant de côté celles inspirées par l'histoire antique, celles des épitaphes et des tombeaux, Jours anciens s'attache aux pièces intimistes, courts traits fulgurants dont les leitmotive sont la beauté physique aperçue ou possédée, la nostalgie du passé, le temps, le crépuscule de la vie.

  • Je n'ai jamais vécu à la campagne. Je n'y ai pas même fait, comme d'autres, de courts séjours. J'ai pourtant écrit un poème dans lequel je célèbre la campagne, dans lequel j'écris que je lui dois mes vers. Le poème ne mérité guère d'éloges. C'est la chose la moins sincère qui soit : un parfait mensonge. Pourtant je m'interroge à présent : est-ce vraiment un manque de sincérité ? L'art ne ment-il pas toujours ? N'est-ce pas quand il ment le plus qu'il est le plus créateur ?

    Constantin Cavafy aura, presque malgré lui, marqué profondément la poésie grecque. Il avait pourtant masqué sa poésie ne publiant rien avant cinquante ans. Il avait de même masqué sa vie d'employé de bureau et sa sexualité qui l'amenait dans les tavernes interlopes à la recherche des garçons. Toute une vie en chuchotements et grisaille, et des poèmes qui ont pourtant fondé vers le début du vingtième siècle la poésie grecque contemporaine. Comme Kafka, il fut cet employé obscur qui vivait une autre vie dans la projection des mots. Homme du secret, sa voix est unique par sa beauté discrète, chuchotée. Écrites entre 1902 et 1911, ces vingt-sept notes de Cavafy sont une réflexion sur son oeuvre, ses lectures et la création artistique.

  • L'intégrale du grand poète d'Alexandrie, annexant l'histoire et le mythe pour exprimer la quête d'idéal et les tourments de l'âme. Une des grandes oeuvres majeures du siècles.

  • Constantin Cavafy, le grand poète d'Alexandrie de langue grecque, (1863-1933) est encore bien troppeu connu du public français malgré de nombreuses traductions. Ainsi, si de nombreux témoins nous révèlent un personnage austère, parlant seul dans la rue, renfermé, isolé, E M Forster nous en fait un portrait amusant et déconcertant. Issu d'une famille très aisée d'Alexandrie qui va se retrouver soudain ruinée, Cavafy, devenu humble fonctionnaire, fréquentera cependant l'élégante société d'Alexandrie mais également les quartiers les moins recommandables de la ville où il pourra vivre, en secret, d'homosexuelles amours. On évoquera souvent la froideur de son style, le contrôle des émotions. Il nous laisse, en réalité, des poèmes érotiques parfois incandescents, parfois pleins d'un charme retenu. Mais comme toujours chez Cavafy, Eros, force de vie et de sensualité, est déjà condamné par Thanatos, la mort et son continuel cortège d'empêchements. Que sera le rôle d'Hypnos, troisième force symbolique en jeu, dans cet étrange essai ? La cinquantaine de poèmes présentés in extenso dans cet ouvrage sont traduits par l'auteur.

empty