• Cet ouvrage présente les nombreuses applications de la géomatique dans le monde des affaires : monitoring de flottes de véhicules, marketing spatial croisé, analyse des parcours clients en magasin, traçabilité des colis dans la chaîne logistique, etc.

    Il explore ce croisement fascinant entre la géomatique et l'intelligence d'affaires à travers des mises en situation pratiques et des préoccupations décisionnelles types. Dans un contexte hautement compétitif, ces technologies géospatiales apportent une connaissance essentielle à la stratégie des affaires tout en générant une surabondance d'informations.

    Geobusiness, la géomatique dans le monde des affaires illustre les différentes facettes concrètes de ce champ disciplinaire dynamique, devenu un outil précieux pour la prise de décision et la gestion opérationnelle des organisations

  • La construction d'un espace politique, économique, social et culturel européen n'est pas une idée neuve. Mais au 19e siècle, l'idée se heurta à la force de la nation comme modèle politique.  De 1815 à 1871, l'Europe des nations domine la vie politique du temps : du congrès de Vienne et de la Sainte- Alliance à l'achèvement de l'unité italienne et allemande, des peuples aspirent à former des nations érigées en États, sous l'oeil bienveillant ou hostile des grandes puissances. Tout en dressant le portrait de ces puissances et des régions particulièrement concernées par la question des nationalités, cet ouvrage s'intéresse aux grands mouvements culturels européens comme le romantisme et montre l'essor économique parallèle de l'Europe.  Il analyse ensuite l'Europe des nationalismes de 1871 à 1914, période de tensions politiques, économiques, culturelles, militaires (naissance de la Triple-Entente et de la Triple- Alliance). L'accent est mis sur les mouvements d'idées, sur l'émergence simultanée de courants socialistes pacifistes et internationalistes et de courants nationalistes bellicistes et antisémites.
    L'Europe domine le monde par la colonisation et par la culture, mais cette domination externe s'accompagne de déchirements internes, autour des Balkans ou du Rhin, qui entraînent l'Europe sur la voie de la « marche à la guerre ». 

  • En révélant à Adolphe Thiers au printemps 1832 la cachette de la duchesse de Berry, clandestine depuis l'échec du soulèvement de la Vendée, Simon Deutz devient la réincarnation de Judas, « l'homme qui a livré une femme » stigmatisé par Victor Hugo. Mais au moment de sa trahison, ce fils du grand-rabbin de France est catholique, depuis sa conversion à Rome en 1828. C'est l'histoire de ce parcours, commencé en Allemagne en 1802 et achevé en Louisiane en 1844, qu'on retrace ici : celle d'un homme aux identités multiples dans la France postrévolutionnaire. Incarnation du « traître juif » avant que Dreyfus ne le supplante, Deutz cristallise l'émergence d'un antijudaïsme multiforme. Et si ce nouveau juif errant meurt oublié en exil, la littérature perpétue sa mémoire en construisant sa légende.

  • Ce manuel de référence sur l'histoire de la France à l'époque de la monarchie constitutionnelle est entièrement revu et et mis à jour par les derniers apports historiographiques. L'accent est mis sur l'histoire politique, sociale et culturelle, ainsi que sur la politique extérieure et modifie sensiblement l'approche traditionnelle des années 1815-1848 en montrant qu'elles sont essentielles et novatrices dans ces domaines.

  • Le temps des Restaurations est pluriel, marqué par des discontinuités chronologiques, l'élaboration de modèles politiques différents et des formes de résistance multiples. Ce volume regroupe les contributions de spécialistes représentant près d'une dizaine de nations, revisitant le temps des Restaurations en Europe. Ces contributions témoignent de l'actualisation permanente de l'historiographie contemporaine, que ce soit dans le domaine politique, militaire, social, économique, culturel ou religieux.

    Avec le soutien du CHEC et de l'IUF.

  • Difficile d'imaginer un monde sans champignon, ils sont partout. et pourtant.

    Que savons-nous d'eux, quand sont-ils apparus, quels sont leurs modes de vie ? Ce que nous commençons à percevoir du monde fongique est fascinant. Les champignons ne se limitent pas à ces chapeaux colorés que nous cueillons dans les bois au fil des saisons. Ces organismes vivants, aussi discrets que résistants, ont réussi le challenge de coloniser tous les milieux de la planète jusqu'au plus profond des océans.
    Nous avons exploité, depuis des millénaires, les capacités de ces travailleurs infatigables pour produire des aliments comme le pain, la bière, le vin ou le fromage. Que ferions-nous sans ces champignons qui fournissent de précieux antibiotiques pour traiter les infections, ou des immunosuppresseurs pour les greffes d'organes ?
    Ils ont noué des relations intimes avec le monde végétal et sans eux nos récoltes seraient catastrophiques. Nous commençons seulement à comprendre combien leur rôle est crucial dans la préservation de la biodiversité.
    Mais les champignons ont également leur côté obscur et peuvent aussi bien provoquer des dommages aux cultures que s'attaquer aux animaux et à notre propre espèce. Certains vont même jusqu'à s'en prendre à nos habitations ou nos livres.
    Pour répondre à toutes ces interrogations et tenter de mieux dévoiler ce « paradoxe fongique », nous vous invitons à plonger dans cet univers encore méconnu, riche de beauté, et qui nous fascine depuis l'enfance à travers les livres, les contes, tout comme il enchante nos promenades en forêt. Seule une parfaite connaissance de leur biologie pourra assurer l'avenir de l'humanité.

  • Général des armées napoléoniennes, puis leader de l'opposition libérale sous la Restauration, Maximilien Sébastien Foy (1775-1825) a mené deux guerres. La première sur les champs de bataille, en particulier dans la Péninsule ibérique, théâtre d'une « sale guerre » immortalisée par l'oeuvre de Goya. La seconde, à la tribune de la Chambre des députés, où il se fait le défenseur des valeurs de 1789 face aux tenants d'une réaction contre-révolutionnaire. Pleuré comme un « héros-citoyen », le général Foy connaît son heure de gloire quand ses funérailles rassemblent quelque 100 000 personnes dans les rues de Paris. Cette biographie de l'homme public comme privé retrace son ascension sociale entre Révolution et Restauration et s'interroge aussi sur les causes du déclin de sa mémoire.

  • Durant l'été 1841, la France est le théâtre d'une multitude de révoltes populaires. Le recensement des portes et fenêtres est perçu par la population comme une intrusion intolérable de l'Etat dans la sphère privée. Dans la moitié sud du pays, les portes se ferment, les agents du fisc sont conspués, les barricades se dressent et l'émeute tourne à l'insurrection sanglante à Toulouse et Clermont-Ferrand. Villes et campagnes, bourgeois et ouvriers, propriétaires fonciers et paysans se retrouvent, le temps d'un été, unanimes contre le pouvoir en place.
    Quelle est donc la nature de cette violence populaire soudaine, que les autorités, confrontées à une menace imprévue, ont tôt fait d'attribuer aux «communistes» ? Est-ce la résurgence d'une forme archaïque de protestation antifiscale d'Ancien Régime ? Ou les émeutes de l'été rouge marquent-elles le passage d'une violence sociale traditionnelle à une violence véritablement politique, caractéristique de l'ère moderne ?
    En s'appuyant sur des archives judiciaires inédites, l'auteur retrace la chronique de cet épisode paradoxal de l'histoire de la violence populaire, où la question fiscale cristallise le problème de l'intégration d'une communauté à un espace national pré-industriel.

  • Ce livre analyse l'étroite relation que la République entretient avec la peur depuis ses origines antiques jusqu'à nos jours. Quel rôle les peurs ont-elles joué dans l'élaboration et la construction de la République ? Constituent-elles un obstacle ou un moteur à l'édification de ses valeurs et de ses pratiques ? Comment sont-elles produites, contrôlées ou instrumentalisées ?

    Publié avec le soutien de l'IUF et du CHEC.

  • Commentaire sur les coustumes du gouvernement de Péronne, Mondidier et Roye . Fait par Me Claude Le Caron,... imprimé après son déceds Date de l'édition originale : 1660 Appartient à l'ensemble documentaire : Picardi1 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Au Québec, les municipalités ont été récemment reconnues comme gouvernement de proximité. Si elles sont familières aux citoyens, leurs actions et leur fonctionnement interne ne sont pas pour autant bien connus. Le présent ouvrage apporte une vue d'ensemble sur le rôle et sur la place qu'occupent les municipalités dans l'action de l'État, et il ouvre la boîte noire de leur mode d'opération politico-administratif.

  • Héritière de la Révolution de 1789, la France du me siècle se déchire à intervalles réguliers, accréditant l'image d'une nation vouée à la guerre civile.
    L'insurrection de Juin 1848 et la Commune de Paris (1871) sont les pics de ces affrontements révélateurs de profondes divergences idéologiques. Ce livre explore la façon dont cette lutte fratricide alimente la vie politique française, interroge la société sur sa capacité à dépasser ses divisions, suscite des peurs, instrumentalisées pour discréditer l'adversaire. On réactive des événements (guerres de Religion, Terreur) qui inscrivent la guerre civile dans un registre archaïque, ce qui permet au vainqueur d'user de violences extrêmes envers le vaincu.
    Mais une question reste en suspens : le " (re)vivre ensemble " est-il possible au terme de l'affrontement ?

  • Le recours au feu, loin d'être une nouveauté, s'ancre dans l'histoire. La France d'avant 1914 est éclairée de flammes qui ne s'éteignent qu'épisodiquement : le monde rural est familier des incendies de granges ou de fermes, signes de conflits économiques et sociaux entre possédants et pauvres. L'incendie est également manifestation politique : à Paris, en 1871, le feu signe la chute de la Commune. La ville brûle et mettra des décennies à reconquérir les ruines. Utilisé par les militaires lors des guerres qui rythment le XIXe siècle, loeincendie est une arme redoutable et redoutée : la politique de la terre brûlée hante loeimaginaire des populations civiles. Derrière l'incendie perce la figure de loeincendiaire : un être malade ? un criminel ? un désespéré ? autant d'images qui angoissent les esprits du siècle et les criminologues. Jean-Claude Caron met ici en lumière un mode de protestation radical, une expression de la colère et du désespoir qui atteignit son paroxysme au XIXe siècle mais ne s'est jamais éteinte depuis.

  • Les auteurs passent en revue cent ans d'histoire européenne : de l'Europe de la Sainte-Alliance à celle d'avant la Première Guerre mondiale. Ils étudient toutes les données - démographie, frontières, civilisation, nationalités, guerres régionales, systèmes d'alliances - qui permettent de comprendre aujourd'hui l'idée de nation et les origines des nationalismes.
    L'Europe de 1815 à 1830. Démographie, frontières, régimes. La France de 1815 à 1848. La nation entre ordre et mouvement. L'Europe des grandes puissances. Royaume-Uni, Autriche , Russie (1815-années 1970). De la nationalité à l'État. La formation de l'unité italienne (1815-1871). De la nationalité à l'État. La formation de l'unité allemande (1815-1871). La France de 1848 à 1871. La nation entre conservatisme et démocratie. La question d'Orient et les Balkans de 1815 à 1914. Nationalités, minorités et modèles nationaux. Cultures nationales ou culture européenneoe Le temps des nationalismes. L'Allemagne et l'Italie de 1871 à 1914. Le temps des nationalismes. La France de 1871 à 1914. Le temps des nationalismes. Royaume-Uni, Autriche , Russie (années 1870-1914). La colonisation et les impérialismes européens.

  • Une double approche qui envisage aussi bien la violence de nature pédagogique (les différentes formes du châtiment corporel et de la violence verbale, leurs rapports avec les textes réglementaires) que la violence à caractère proprement sexuel. Partant de la place de la violence dans la société du XIXe siècle, l'auteur montre comment se dessine un refus de l'inacceptable.

empty