• Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières et agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché : pour éviter un accident, des pilotes s'engagent dans une solution qui les y mène progressivement ; les ingénieurs de Challenger maintiennent obstinément des joints défectueux sur les fusées d'appoint ; des copropriétaires installent durablement un sas de sécurité totalement inutile ; une entreprise persévère dans l'usage d'un outil de gestion au résultat inverse de l'objectif visé.
    Quels sont les raisonnements qui produisent ces décisions absurdes? Les mécanismes collectifs qui les construisent? Quel est le devenir de ces décisions? Comment peut-on à ce point se tromper et persévérer?
    Ces questions, auxquelles Christian Morel répond grâce à une analyse sociologique aux multiples facettes, conduisent à une réflexion globale sur la décision et le sens de l'action humaine.

  • Dans le premier tome des Décisions absurdes (Folio Essais n° 445), Christian Morel a posé les bases d'une «sociologie des erreurs radicales et persistantes». Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières et agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché.
    Aujourd'hui, Christian Morel reprend son enquête où il l'avait laissée et se penche sur l'émergence, dans des univers à haut risque, de dynamiques visant à favoriser la décision éclairée, à partir de cas d'école saisissants : le débat contradictoire a été déterminant pour la fiabilité des réacteurs nucléaires de la Marine américaine ; l'introduction d'une check-list de bloc opératoire a réduit la mortalité chirurgicale dans des proportions considérables ; ou bien encore, l'armée de l'air ne sanctionne plus les erreurs pour faciliter la remontée d'informations.
    À partir de ces expériences, l'auteur esquisse des «métarègles de la fiabilité», synthèse de lois sociologiques et de prescriptions cognitives, comme la formation aux facteurs humains, les politiques de non-punition, les processus d'avocat du diable ou l'interaction généralisée. La sociologie des décisions hautement fiables qu'il propose va à l'encontre des idées reçues et s'applique, par sa vision étendue, à toute activité.

  • Christian Morel s'attaque, dans ce troisième volet, à deux nouveaux gisements d'absurdités : l'enfer des règles et les pièges que ménage la vie des groupes.
    L'inflation des règles est devenue un boulet universel, pas seulement la prolifération des règles publiques, mais encore celle du vaste maquis de règles privées produites par les organisations : procédures, normes, règles de certification... À l'aide de nombreux exemples - aéronautique, maisons de retraite et crèches, normes ISO -, dont on se demande s'il faut en rire ou en pleurer, l'auteur met au jour les causes profondes de cet enfer et apporte des solutions aussi utiles qu'originales.
    Dans une seconde partie, Christian Morel identifie en sociologue les «pièges relationnels», trop négligés dans les organisations devenues des tours de Babel linguistiques et techniques. De nombreux cas viennent illustrer ce parcours, où le talent d'observateur décalé qui fait de Christian Morel un surprenant détecteur d'absurdités programmées se déploie. Son regard met en évidence des situations toujours inattendues, des engrenages toujours inaperçus. Et il se constitue par là un appel au bon sens, cette chose du monde si mal partagée.

  • Près de dix ans après son premier ouvrage, paru en 2002, Christian Morel reprend son enquête où il l'avait laissée et se penche sur l'émergence, au tournant des années 2000, dans des univers à haut risque, de dynamiques cognitives collectives visant à favoriser la décision éclairée.
    Le résultat de ses recherches, Les décisions absurdes II, se présente comme un digne successeur des Décisions absurdes. Renouant avec une marque de fabrique qui a fait ses preuves et contribué au succès de ses précédents ouvrages, son analyse est ponctuée d'une multitude d'exemples concrets aussi variés que surprenants, allant des sous-marins nucléaires aux randonnées hivernales en haute montagne, en passant par l'écriture d'une comédie par la troupe du Splendid, le cockpit autoritaire de Korean Air, l'introduction de check-lists dans les blocs opératoires, les atterrissages par temps d'orage ou un camp de prisonniers japonais.
    Exemple parmi cent, une étude américaine portant sur des catastrophes aériennes dans lesquelles l'erreur humaine est établie a abouti au constat qu'un accident a plus de chance de survenir quand c'est le commandant de bord qui est aux commandes. La raison à cela n'est pas que les commandants sont moins performants que leurs copilotes, c'est généralement le contraire mais que, par l'effet d'un mécanisme d'ordre sociologique, quand le pilote en fonction est le commandant et qu'il se trompe, il est plus difficile au copilote de lui dire qu'il commet une erreur et de la rectifier. Recueillant ce qu'il appelle les « métarègles de la fiabilité », synthèse de lois sociologiques et de prescriptions cognitives, comme les politiques de non punition des erreurs, la formation aux facteurs humains ou l'interaction généralisée, l'auteur dessine les contours d'un nouveau champ disciplinaire promis à un grand avenir dans une société hantée par le risque : la sociologie des décisions hautement fiables.

  • Tome I :
    Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières et agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché : pour éviter un accident, des pilotes s'engagent dans une solution qui les y mène progressivement ; les ingénieurs de Challenger maintiennent obstinément des joints défectueux sur les fusées d'appoint ; des copropriétaires installent durablement un sas de sécurité totalement inutile ; une entreprise persévère dans l'usage d'un outil de gestion au résultat inverse de l'objectif visé.
    Quels sont les raisonnements qui produisent ces décisions absurdes? Les mécanismes collectifs qui les construisent? Quel est le devenir de ces décisions? Comment peut-on à ce point se tromper et persévérer?
    Ces questions, auxquelles Christian Morel répond grâce à une analyse sociologique aux multiples facettes, conduisent à une réflexion globale sur la décision et le sens de l'action humaine.

    Tome II :Dans le premier tome des Décisions absurdes (Folio Essais n° 445), Christian Morel a posé les bases d'une «sociologie des erreurs radicales et persistantes». Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières et agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché.
    Aujourd'hui, Christian Morel reprend son enquête où il l'avait laissée et se penche sur l'émergence, dans des univers à haut risque, de dynamiques visant à favoriser la décision éclairée, à partir de cas d'école saisissants : le débat contradictoire a été déterminant pour la fiabilité des réacteurs nucléaires de la Marine américaine ; l'introduction d'une check-list de bloc opératoire a réduit la mortalité chirurgicale dans des proportions considérables ; ou bien encore, l'armée de l'air ne sanctionne plus les erreurs pour faciliter la remontée d'informations.
    À partir de ces expériences, l'auteur esquisse des «métarègles de la fiabilité», synthèse de lois sociologiques et de prescriptions cognitives, comme la formation aux facteurs humains, les politiques de non-punition, les processus d'avocat du diable ou l'interaction généralisée. La sociologie des décisions hautement fiables qu'il propose va à l'encontre des idées reçues et s'applique, par sa vision étendue, à toute activité.

  • Qui ne s'est trouvé dérouté devant un mode d'emploi indéchiffrable, un schéma incompréhensible, un article dénué de sens ou un bouton de commande énigmatique ? Après Les décisions absurdes, Christian Morel s'attaque dans ce nouveau livre à cette communication quotidienne que la société produit en masse et dont la qualité exécrable plonge le consommateur dans des abîmes de perplexité.
    Utilisant des grilles d'analyse simples empruntées à différents domaines des sciences humaines, il décrypte le langage et les mécanismes de cette information ordinaire (modes d'emploi, tableaux de commande, pictogrammes, graphismes, textes de vulgarisation) et explique pourquoi elle déçoit et irrite tant. Il en dégage plusieurs conséquences majeures : émergence d'un nouveau rôle social, les conseillers officieux d'usage, une fraction des usagers se transformant en experts improvisés qui aident les autres ; désarroi du consommateur, dont la portée économique est grandement sous-estimée ; statut paradoxal des nouvelles technologies.
    Partie d'une observation minutieuse des faits ordinaires, cette radioscopie de l'information quotidienne questionne au final tout un pan de notre monde moderne.

  • Il arrive que les individus prennent collectivement des décisions singulières : ils agissent avec constance dans le sens totalement contraire au but recherché. Ces décisions absurdes se traduisent par des erreurs radicales et persistantes. Elles sont observées dans des mondes aussi divers que ceux de la technologie, de la vie quotidienne et du management : pour éviter un accident, des pilotes s'engagent dans une solution qui les y mène progressivement ; les ingénieurs de Challenger maintiennent obstinément des joints défectueux sur les fusées d'appoint ; des copropriétaires installent durablement un sas de sécurité totalement inutile ; une entreprise persévère dans l'usage d'un outil de gestion au résultat inverse de l'objectif visé...
    Quels sont les raisonnements qui produisent ces décisions absurdes ? Les mécanismes collectifs qui les construisent ? Les jeux sur les finalités qui les justifient ? Quel est le devenir de ces décisions ? Comment peut-on à ce point se tromper et persévérer ? Ce sont les questions auxquelles Christian Morel répond à travers une analyse sociologique aux multilples facettes - l'interprétation cognitive qui fait ressortir la puissance des erreurs élémentaires de raisonnement ; l'explication collective qui permet d'identifier des modèles d'enchaînement vers l'absurde ; l'analyse téléologique qui examine la façon dont les individus gèrent leurs intentions -, nous conduisant à une réflexion globale sur la décision et le sens de l'action humaine.

  • Cancerologie et plantes

    Christian Morel

    • Vie
    • 25 Septembre 2015

    En aucun cas, ce livre ne peut se substituer à la médecine chimique mais constitue un très bon complément. L'auteur souhaite apporter par son expérience, le confort par le biais des plantes, des huiles essentielles et végétales ainsi que par l'homéopathie. De l'annonce du diagnostic médical, au protocole de chimiothérapie ou radiothérapie et jusqu'à la rémission partielle ou totale, le thérapeute procurera au malade le bien-être par l'écoute et la nature.

  • Il y a un temps pour tout, un temps pour soi et un temps pour les autres ; il y a le temps qui passe, le temps qu'il fait et le temps qu'il faudra...

    Quelques mots simples pour décrire les moments qui font une vie ; des images tendres et poétiques pour nous en raconter l'histoire.

  • Cet ouvrage met les élèves en activité à partir de situations de la vie courante et professionnelle - Des diaporamas personnalisables pour acquérir les automatismes.
    - Des exercices progressifs, avec l'accent mis sur le calcul numérique.
    - Un apprentissage régulier de l'utilisation de logiciels (GeoGebra, tableur et Scratch pour la partie algorithmique) et de la calculatrice.
    - Des évaluations dans chaque chapitre et des préparations à l'épreuve du CAP.

  • Cet ouvrage met les élèves en activité à partir de situations de la vie courante et professionnelle dans le cadre général de la co-intervention.
    - Des diaporamas personnalisables pour acquérir les automatismes.
    - Des exercices progressifs, avec l'accent mis sur le calcul numérique.
    - Un apprentissage régulier de l'utilisation de logiciels (GeoGebra, tableur et Scratch pour la partie algorithmique) et de la calculatrice.
    - Des évaluations dans chaque chapitre et des préparations à l'épreuve du CAP.

  • L'ouvrage pour mettre les élèves en activité à partir de situations de la vie courante et professionnelle Un « parcours co-intervention » pour identifier tous les exercices en contexte professionnel.
    Tous les « outils pour réussir » : fiches mathématiques, fiches sécurité, fiches électricité.
    Une situation de la vie quotidienne pour lancer chaque chapitre.
    Des activités expérimentales (Investigation ; ExAO).
    Les compétences mises en oeuvre clairement repérées.
    Un exercice expérimental ou d'investigation proposé dans chaque chapitre.
    Une évaluation par chapitre pour faire le point sur l'appropriation des capacités et des connaissances.

  • Entre les tenants du slogan de Mai 68 « il est interdit d'interdire » et ceux qui insistent sur la nécessité des limites, toutes les positions aujourd'hui sont possibles. Cette diversité constitue l'une des sources de malentendus les plus fréquentes entre les cultures, les familles, les personnes. La psychanalyse retrouve le même dilemme au coeur du fonctionnement psychique de chaque sujet où la tendance au laxisme total et l'attitude coercitive coexistent depuis les origines, entretenant des conflits permanents.Sans interdits et sans limites, aucune vie psychique n'est possible, aucune vie sociale non plus. Et la vraie question est de les clarifier, puis de les gérer, de telle sorte qu'ils ouvrent l'espace à l'expression et à l'échange, en chacun et entre les sujets, au lieu de le fermer. Une tâche indispensable, qui s'impose à chaque âge de la vie.Ce livre est le fruit d'une réflexion actuelle, en situation, qui n'apporte pas de recettes toutes faites, mais ouvre des voies accessibles et vivantes pour envisager les interdits et les limites et les gérer en connaissance de cause dans la vie de tous les jours.

  • L'ouvrage pour mettre les élèves en activité à partir de situations de la vie courante et professionnelle. Un ouvrage adapté à tous les groupements. Un « parcours co-intervention » pour identifier tous les exercices en contexte professionnel. Tous les « outils pour réussir » : fiches mathématiques, fiches sécurité, fiches ExAO, etc. Une vidéo et une situation de la vie quotidienne pour lancer chaque chapitre. Les compétences mises en oeuvre clairement repérées. Un exercice expérimental ou d'investigation proposé dans chaque chapitre. Une évaluation par chapitre pour faire le point sur l'appropriation des capacités et des connaissances. BONUS : une pochette connectée avec plus de 30 vidéos d'expériences et documentaires, des QCM d'auto-évaluation, des fichiers ExAO.

  • L'élève est rendu actif dans son apprentissage grâce à des investigations issues de situations de la vie quotidienne et à des activités expérimentales classiques ou s'appuyant sur l'ExAO. Chaque activité d'investigation est liée à la vie quotidienne, donnant du sens aux apprentissages. Les activités expérimentales proposent une exploitation classique et régulièrement des possibilités d'ExAO, qui s'appuient sur des fiches ressource pour guider l'élève. Les compétences mises en oeuvre sont clairement repérées : elles guident l'enseignant et familiarisent les élèves à cette forme d'évaluation. Un exercice expérimental ou d'investigation est proposé dans chaque chapitre. Une évaluation par chapitre permet de faire le point sur l'appropriation des capacités et des connaissances. Plusieurs préparations au CCF entraînent les élèves en vue de la certification intermédiaire.

  • Ce manuel propose une approche active des apprentissages. Il permet aux élèves de découvrir les notions au programme par une démarche expérimentale guidée qui favorise l'acquisition des connaissances et des capacités de manipulation et d'analyse.
    - Des activités expérimentales à partir d'un matériel courant pour construire les savoirs et les savoir-faire.
    - Des exercices variés et de difficulté graduée pour consolider les connaissances et les capacités.
    - Des exercices corrigés pour favoriser l'apprentissage de l'autonomie.
    - Des entraînements à l'épreuve et des préparations au CCF pour réussir au mieux son CAP.

  • Cet ouvrage est conçu pour rendre l'élève actif dans ses apprentissages grâce à des investigations issues de situations de la vie quotidienne et des activités expérimentales classiques ou s'appuyant sur l'ExAO. Une investigation permet de lancer les chapitres. Les activités expérimentales introduisent régulièrement de l'ExAO. Les compétences mises en oeuvre sont clairement identifiées tout au long de l'ouvrage. Des entraînements au CCF préparent à la certification intermédiaire, au baccalauréat et permettent d'évaluer les élèves sur un chapitre.

  • L'écologie d'aujourd'hui est plurielle. Mais quels sont les véritables clivages qui se cachent derrière la valse des étiquettes, entre décroissance, écosocialisme, buen vivir, croissance verte ou développement humain durable ?
    Face à ces différentes approches, les enjeux liés à l'urgence écologique restent quant à eux les mêmes :
    Réchauffement climatique, épuisement des énergies fossiles, risque nucléaire, stérilisation des sols, pollutions et impacts sur la santé, réduction de la biodiversité, accroissement des inégalités.
    Les divergences d'analyse et les différentes solutions préconisées par les grands acteurs de l'écologie politique aujourd'hui en France menacent-elles la sortie de crise ? Sont-elles facteurs de division stérile ou au contraire vecteurs de démocratie fertile ? Et en quoi dessinent-elles les contours de différents modèles de « transition écologique » ?
    Universitaire, élue, syndicaliste, les trois auteurs de cet ouvrage collectif confrontent les points de vue existants et reviennent sur les grandes questions qui traversent l'écologie politique aujourd'hui : le rapport au marché et au secteur privé, les questions d'emploi et d'activité, l'approche par la consommation ou la production, la place de la science, et enfin l'articulation entre Europe, État et décentralisation.

  • Comment faire pour que des hommes qui sont les produits de l'Histoire puissent individuellement et collectivement faire l'Histoire et construire leur devenir commun ? L'éducation populaire doit être pensée avant tout comme une praxis culturelle de transformation sociale et politique. On ne peut pas la réduire à la gestion d'activités au service d'une improbable paix sociale. L'auteur réinterroge notamment : l'acte éducatif, les manières de faire société, la production et le partage des richesses, la construction et la diffusion des savoirs, le travail du social et l'action collective.

  • La biographie de Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue peut sembler une gageure, tant elle conduit l'auteur à aborder des domaines différents. Les intérêts commerciaux et coloniaux de la famille - Fleuriau est né à La Rochelle dans une famille protestante de la bonne société - entraînent l'étude vers les îles à sucre, grande richesse de l'Ancien Régime. Les études du jeune homme à Genève conduiront vers la patrie du calvinisme. Son intérêt pour la science balbutiante qu'est la géologie le mènera dans différentes régions d'Europe et notamment en Italie, en compagnie des pionniers qui font alors naître cette nouvelle science. Fleuriau se fera ainsi un nom parmi les scientifiques du début du XIXe siècle par des réflexions et des études multiples sur le volcanisme. De retour à La Rochelle, ses objets d'intérêt scientifique vont toucher aussi bien les météorites que la forêt pétrifiée de l'île d'Aix, des améliorations utiles à l'agriculture... Le rôle de Fleuriau dans les institutions scientifiques et culturelles de La Rochelle et de la Charente situe également cette recherche parmi les études de régionalisme.

  • L'entrevue de Badajoz : Près de la frontière du Portugal, dans la chaleur de l'Estrémadure. Un général noble, cacique du régime franquiste, retrouve, après une longue séparation, son fils bohème et homosexuel, qui vient de faire la révolution des oeillets. Tout les sépare. La partie d'échecs peut commencer. Maille à partir : Une célèbre journaliste tient le "coup" de l'année : une rencontre l' "Homme au pull-over rouge" de la célèbre affaire judiciaire. Il parle, révèle tout. Elle note. Mais qui est-il vraiment ? Un hommage cynique et décalé au genre Théâtre du Grand-Guignol.

  • Cet ouvrage est conçu pour rendre l'élève actif dans ses apprentissages grâce à des investigations issues de situations de la vie quotidienne et des activités expérimentales classiques ou s'appuyant sur l'ExAO. Une investigation permet de lancer les chapitres. Les activités expérimentales introduisent régulièrement de l'ExAO. Les compétences mises en oeuvre sont clairement identifiées tout au long de l'ouvrage. Des entraînements au CCF préparent à la certification intermédiaire, au baccalauréat et permettent d'évaluer les élèves sur un chapitre.

  • Un ouvrage intégralement consommable qui met les élèves en activité à partir de situations de la vie courante. Une structure claire et accessible : une activité par page avec un objectif précis. Des exercices progressifs pour vérifier et approfondir ses connaissances. Un apprentissage régulier de l'utilisation des logiciels et de la calculatrice. Des évaluations dans chaque chapitre et des propositions d'entraînements à l'épreuve.

empty