• Voici un des grands classiques de la spiritualité contemporaine. Entré à 26 ans, en 1892, au mont Athos, Silouane aurait vécu jusqu'à sa mort, en 1938, sans laisser de traces si le jeune Sophrony n'avait trouvé en lui un témoin incarné de la grâce, apte à répondre aux multiples formes de désespoir qu'étreint l'humanité contemporaine.
    À la fois récit de la vie de Silouane et présentation de sa doctrine, cette remarquable synthèse, qui livre aussi ses écrits, explicite la tradition ascétique et mystique de l'Orient chrétien, sa théorie de la divinisation et sa pratique de la prière perpétuelle.
    Un ouvrage essentiel alors que Silouane a été canonisé et que son rayonnement fait de lui un Père pour notre temps, capable d'exprimer dans les mots les plus simples la plénitude de l'expérience chrétienne qui tient dans la rencontre personnelle avec le Christ.
    Né à Moscou en 1896, le futur père Sophrony étudie les beaux arts et peint. En 1921, il quitte l'Union soviétique, se rend en France et y expose avant de s'inscrire à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. En 1925, cherchant la vie contemplative, il entre comme moine au mont Athos. Dès 1930, il devient le disciple de Silouane et, à la mort de ce dernier, se fait ermite tout en étant confesseur de plusieurs couvents athonites. En 1947, il retourne à Paris pour publier la vie et les écrits de son starets, puis fonde en Angleterre le monastère de Maldon où il décède en 1993.
    Traduit du russe par l'archimandrite Syméon

  • Disciple de saint Silouane l'Athonite, l'archimandrite Sophrony (1896-1993) a été tour à tour moine, ermite et père spirituel de plusieurs monastères, dont celui qu'il a fondé en Grande-Bretagne.
    Voir Dieu tel qu'Il est, publié ici pour la première fois dans sa version définitive et intégrale, est son autobiographie spirituelle : " Mémoires intérieurs " qui suivent non pas une logique événementielle, mais qui nous plongent au coeur de son expérience du mystère de Dieu. Une expérience paradoxale, marquée par la plongée de l'âme dans les gouffres du néant et la révélation bouleversante de l'Être absolu comme personne : " Je suis Celui Qui Suis " (Ex 3, 14).
    Créé à l'image de Dieu, l'être humain est appelé à la déification et à la vision de la Lumière incréée. D'individu centré sur lui-même, il doit devenir une personne : un être en communion avec la Sainte Trinité et avec son prochain, capable de porter dans son coeur l'humanité entière et de compatir à ses souffrances. Le père Sophrony, à partir de sa propre expérience, nous décrit la voie qui mène à la réalisation de cette vocation originelle.
    Un chemin paradoxal en trois mouvements don gratuit de la grâce, souffrance de l'abandon de Dieu et recouvrement de la grâce par le combat ascétique et la prière. La purification du coeur s'obtient par l'humilité et par les larmes du repentir. Cette spiritualité exigeante, incandescente, nous rappelle qu'il n'y a pas de résurrection en Christ sans crucifixion du vieil homme. C'est par la Croix, la traversée des ténèbres de son propre enfer intérieur, que le chrétien accède à la Lumière du royaume des cieux.
    C'est en se voyant soi-même tel qu'il est - dans sa faiblesse et captif de ses passions - qu'il peut voir Dieu tel qu'If est, s'unir à Lui, accéder à la joie infinie et à la vraie liberté. Le père Sophrony le démontre magistralement la théologie n'est pas un exercice spéculatif, mais " l'état de l'être inspiré par la grâce divine " ; la connaissance spirituelle n'est pas un savoir, mais " l'expérience, dans l'existence, de la communion avec Dieu " ; le " christianisme n'est pas une doctrine, mais la vie ".
    Et le contenu de cette vie, plus forte que la mort, c'est l'amour.

empty