• Propos sur le bonheur

    Alain

    Voici le jardin du philosophe. On y cueillera des fruits mûris sur le tronc de la sagesse commune et dorés à cette autre lumière des idées. Ils en reprennent leur saveur d'origine, qui est le goût de l'existence. Saveur oubliée en nos pensées ; car on voudrait s'assurer que l'existence est bonne et on ne le peut ; on en déçoit donc l'espérance par précaution, prononçant qu'elle est mauvaise. De là s'étend l'empire de l'imagination déréglée, en quoi Alain, se confiant à la sagesse du corps, restaure la souveraineté claire de l'homme heureux et qui n'attend pas pour l'être, ici et non ailleurs, que l'événement lui donne raison, acteur enfin et non spectateur de soi-même.

  • Propos sur les pouvoirs

    Alain

    Quel sens revêt l'avènement de la démocratie, faisant triompher l'idéologie du peuple souverain a Vient-il consacrer la puissance de l'État en lui apportant sa légitimation ? Ou introduit-il la légitimité d'un contrepouvoir qui vise précisément à empêcher l'unification dans l'État souverain des forces actives d'une nation, intégrées au système de la compétence, à dissocier ainsi les pouvoirs, à les limiter, c'est-à-dire à les contrôler. Le sens de la démocratie est l'enjeu d'une prise de conscience des droits du citoyen, droit à la différence et à la résistance dans des espaces non unifiables d'obéissance.

  • Partant des principes fondamentaux de la connaissance, de la morale, de la philosophie des sciences et de la métaphysique, Alain définit les passions (bonheur, colère, amour, peur, etc.) et les vertus (courage, justice, sagesse, etc.). Il se sert de ces notions pour cerner les relations humaines.

  • Des principes fondamentaux de la connaissance aux questions de morale, de la philosophie des sciences à la métaphysique, Alain donne une vue d'ensemble de ce qu'est la philosophie.
    Tous les élèves d'Alain ont gardé un souvenir inneffaçable de son enseignement. Dans les Éléments de philosophie, on retrouve le grand professeur qui a marqué tous ses disciples : ses cours constituent l'introduction à la fois la plus claire et la plus profonde aux problèmes essentiels de la philosophie.

  • Propos sur la nature

    Alain

    «Le thème de la nature est la toile de fond de toutes mes pensées. Autant que je pouvais deviner la situation de ceux qui pensent subjectivement, je les voyais enfermés dans des rêves et séparés du monde et développant une existence sans fenêtres, à peu près comme les monades de Leibniz, existence où il y avait pourtant une sorte de monde au-dehors. Et je ne crois pas avoir jamais fait autre chose, quand je décrivais, que nettoyer ce monde de toute la buée humaine, et le voir comme il serait sans nous.»

  • Dans ses quelque cinq mille Propos, écrits de 1906 à 1914, puis de 1921 à 1936, Alain avait pour méthode de confronter toujours l'événement quotidien aux exigences pures de l'esprit : aussi la plupart d'entre eux continuent-ils de faire écho aux inquiètes contestations de notre temps.

  • Deux textes sont ici rassemblés. Les Propos sur l'éducation sont des réflexions générales et théoriques, parfois lapidaires, publiées en un volume en 1932. La Pédagogie enfantine correspond à une série de trente et une leçons (octobre 1924 - juin 1925) rédigées à la demande de la directrice du Collège Sévigné qui souhaitait un cours destiné à ses élèves, futures « jardinières d'enfants ». « Ce texte assurera une meilleure intelligence des Propos, dans la mesure où il en explicite la cohérence doctrinale et l'assise philosophique », note Robert Bourgne dans un Avertissement.

  • Alain a quarante-six ans quand il s'engage, en août 1914, pour une guerre dont il était dispensé et contre laquelle il s'est toujours battu. Du champ de bataille où il sert comme artilleur, il écrit beaucoup et surtout à ses deux complices, Marie Salomon et Marie-Monique Morre-Lambelin, correspondance patiemment rassemblée, pour la première fois, par Emmanuel Blondel dans ces Lettres aux deux amies. La guerre décrite par l'écrivain, de son vrai nom Émile Chartier, professeur de philosophie au Lycée Henri-IV et au collège Sévigné, s'oppose à tous ces récits voués à l'héroïsme, à cette littérature des tranchées qu'il juge « laide » et bourrée de mensonges. Dans ces lettres parfois écrites « au galop » sous les volées d'obus, il y a d'abord la grâce du style, mais aussi une profonde humanité, une clairvoyance absolue sur le cataclysme du premier conflit mondial et des sentences sans appel contre « les crétins et les calotins qui se partagent le pouvoir.» Préférant le front à l'insupportable arrière, rappelant toujours avec Descartes que l'irrésolution est le pire des maux, Alain le pacifiste a choisi d'être aux côtés des « meilleurs », ceux qu'on envoie au massacre, ces spectres qu'il voit revenir des assauts, hagards, le long des chemins. Parmi tous ces morts, ses anciens élèves « mes braves petits, presque tous tués » dont les noms s'égrènent au fil des mois de carnage. Mais il faut se tenir droit et c'est pendant ces années de combat que se construit la future oeuvre, foisonnante, du philosophe. Il faudra gagner la paix grâce à l'écriture même si Alain n'est pas dupe et se sent déjà bien seul face aux discours moralisateurs.

  • Stendhal et autres textes

    Alain

    • Puf
    • 1 Décembre 1994

    Avertissement, par FRANÇOIS FOULATIER, 5, I 1935 - STENDHAL Dédicace à Mme Morre-Lambelin, 9 CHAPITRE PREMIER. - L'INCRÉDULE, 11 Descartes jugé par Stendhal, 11. - Stendhal contre le Jésuite, 11. - Politique de Fabrice, 12. - L'esprit libre en Stendhal, 14. - Fabrice et Blanès, 16. - Pressentiments, 17. - Stendhal comparé à Balzac, 18. - Religion de Stendhal, 19. - L'art de sentir, 20.

    CHAPITRE II. - L'HONNTE HOMME, 22 Si La Chartreuse est un livre immoral, 22. - Qu'est Julien Sorel ?, 23. - Julien et Tascheron, 24. - Le repentir de Fabrice, 24. - L'Abbesse de Castro, 25. - Mosca, 27. - Analyse toute claire, 28. - Morale intérieure, 28. - Le géomètre, 29. - Fouqué, 30.

    CHAPITRE III. - LE POLITIQUE, 31 Le gouvernement de Rome, 31. - Réalisme, 32. - Violence politique, 34. - L'égalité, 35. - Le despotisme, 36. - Le réel, 37. - Politique et passion dans Julien, 38. - Le Rouge et le Noir, 38. - Lucien Leuwen, 40.

    CHAPITRE IV. - L'AMOUREUX, 43 Cynisme, 43. - Fabrice léger, 44. - Mosca, 45. - Sanseverina, 46. - Le génie féminin, 47. - Jalousie, 47. - L'amour de soi, 49. - L'amour généreux, 50. - Les héroïnes, 51. - Stendhal Cornélien, 52. - Cristallisation, 53. - Libre obéissance, 54. - Lamiel, 55.

    CHAPITRE V. - L'AMATEUR DE MUSIQUE ET DE PEINTURE, 59 La musique, 59. - Vie de Haydn, 60. - Musique et solitude, 62. - Mélodie et harmonie, 63. - Culture contre vanité, 64. - Sentir juste, 65. - La peinture, 66. - Les autres, 69. - Tant de Français incapables de sentir les arts, 70. - Simplicité en Stendhal, 71. - La Cène, 72. - La Pieta, 74.

    CHAPITRE VI. - L'ÉCRIVAIN, 76 La langue commune, 76. - Style comédien, 77. - Style heureux, 79. - L'emphase et l'esprit, 80 - Style de La Chartreuse, 82. - L'épique, 83. - L'inspiration, 85. - Stendhal dans l'histoire de la prose française, 86. - Le sublime, 90. - Lucien Leuwen, 91. - Lamiel, 92. Sommaire biographique, 94 II AUTRES ÉCRITS SUR STENDHAL 1. - 1910-1930 - Douze propos sur Stendhal, 99 2. - 1935 - L'art d'écrire. L'Auberge Rouge, 125 3. - 1939 - Du romanesque d'ambition ou de l'amour selon Stendhal, 135 4. - 1938-1949 - Journal, 149 5. - 1949 - Introduction à Lucien Leuwen, 171 Les leçons du manuscrit "Stendhal", par FRANÇOIS FOULATIER, 187 Notice bibliographique, par PIERRE ZACHARY, 193 Postface, par ROBERT BOURGNE, 199

  • Les dieux

    Alain

  • En 1932, Alain, le professeur Émile Chartier (1868-1951), qui a enseigné en khâgne au lycée Henri-IV pendant près de vingt ans, publie le fameux recueil de ses Propos sur l´éducation. C´est en 1906 qu´il met au point cette forme littéraire qu´il affectionnera jusqu´à la fin de sa vie : il donne alors de brefs billets très incisifs à La Dépêche de Rouen et de Normandie. Bon nombre d´entre eux concernent ce qui est le combat majeur d´Alain : l'instruction, l´enseignement de la démocratie, l´émancipation de l´esprit et de l´intelligence. Les 48 propos sur ce sujet parus entre 1906 et 1914 sont ici rassemblés pour la première fois, ils n´avaient jamais été réédités. Plusieurs gardent une grande justesse d´appréciation de l´institution scolaire qui, en dépit de son idéal républicain affirmé, défaille : un enseignement positiviste pour formater les esprits ; la tentation du réformisme et la novation pédagogiste permanente ; la difficile lutte contre la bêtise et la soumission. Ces 48 propos d´un Normand sont suivis de deux propos inédits : l´un, retrouvé récemment dans les manuscrits d´Alain et qui aurait pu être rédigé pendant la Première Guerre mondiale pour Le Roi Pot ; l´autre, destiné à une revue de gauche roumaine qui devait se voir interdire de publication en 1940, est une formidable conclusion : il n´y a d´autres issues pour l´humanité que de cultiver le culte de l´esprit. Quelques mots appelant à cette véritable Grande Révolution, quelques mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. INEDIT édition établie par Emmanuel Blondel / Institut Alain

  • Au milieu des matelots endurcis de l'Astrolabe, Shawn, l'orphelin, embarqu comme mousse sur un baleinier l'ge de 13 ans, va vivre le fabuleux priple de la chasse la baleine. A partir de 11-12 ans.

empty