• Ici, Alain Mabanckou s'est fondu dans la masse, il a tâté le pouls de ceux qui ont sa couleur, et de ceux qui sont différents de lui, avec lesquels il compose au quotidien. Certains lieux lui soufflent leur histoire car il les connait intimement. D'autres lui résistent, et il lui faut quelquefois excaver longtemps pour voir enfin apparaître leur vrai visage. Entre les rebondissements de l'insolite, la digression de l'anecdote et les mirages de l'imaginaire, l'écrivain monde livre une autobiographie américaine, infiniment personnelle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Croisant la littérature, la vision politique, les cultures africaines et leurs ramifications à travers le monde, ces Huit leçons sur l'Afrique montrent à quel point l'histoire de France - mais aussi de l'Europe - est « cousue de fils noirs ». D'Aimé Césaire à Mongo Beti, de Camara Laye à Mariama Bâ, de Paulette Nardal à Léon-Gontran Damas et tant d'autres, ces créateurs de génie que nous avions laissé dans l'ombre ressurgissent dans la lumière, portés par la parole enthousiasmante et précise d'Alain Mabanckou.

    Le livre est enrichi d'un avant-propos inédit et de deux interventions d'Alain Mabanckou sur l'Afrique, dont sa fameuse lettre ouverte au président de la République sur la francophonie.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Petit piment

    Alain Mabanckou

    Petit Piment est un orphelin de Pointe-Noire comme il en court les rues. Il passe sa scolarité dans une institution religieuse dirigée d'une main de fer par Dieudonné Ngoulmoumako, représentant d'une autorité corrompue et abusive. À l'approche de la révolution socialiste, Petit Piment fuit et l'aventure commence. Dans les bas-fonds de la ville congolaise, il intègre une bande de rue jusqu'à sa rencontre avec Maman Fiat 500, une maquerelle qui tient un bordel de tôle isolé, et ses dix filles. Alors que tout semble enfin lui sourire, la maison close est rasée et Petit Piment épouse une vie de démence et de folie, avec pour seul compagnon, son désir de vengeance.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Au mois de mars 1977, le président congolais Marien Ngouabi est brutalement assassiné. La violence politique éclate jusque dans l'intimité du petit village de Pointe-Noire et balaye l'innocence du petit Michel qui fera, entre autres, l'apprentissage du mensonge. Avec beaucoup de candeur, il nous raconte les trois jours confus qui ont suivi cet attentat. Devra-t-il cesser de rêver ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Pour tuer ceux qui se dressent sur son chemin, Kibandi fait appel à son double animal : un porc-épic. La petite bête, philosophe, malicieuse, armée de ses redoutables piquants, exécute les souhaits macabres de son maître. Le couple meurtrier sillonne l'Afrique jusqu'au jour où Kibandi rencontre bien plus redoutable que lui...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Verre casse

    Alain Mabanckou

    Verre Cassé est un client assidu du Crédit a voyagé, un bar congolais des plus crasseux. Un jour, L'Escargot entêté, le patron, lui propose de mettre sur papier les prouesses héroïco-comiques des habitués... Dans un cahier de fortune, sous la plume désabusée de cet ancien instituteur ivrogne, prend vie l'histoire horrifique d'une troupe d'éclopés aux aventures fantastiques.

  • Black bazar

    Alain Mabanckou

    Parce que le derrière des femmes n'a pas de secrets pour lui, ses copains le surnomment le « fessologue ». Au Jip's, le bar où il a ses habitudes, plus rien n'amuse ce dandy congolais, déprimé par un chagrin d'amour. Un jour, déambulant dans Paris, sa curiosité est attisée par une librairie bondée. Il y croisera Jean-Philippe, un écrivain haïtien venu signer ses livres, et qui va bouleverser sa vie...

    Ajouter au panier
    En stock
  • African psycho

    Alain Mabanckou

    Agressions ratées, larcins minables, viols abrégés : Grégoire Nakobomayo n'est qu'un délinquant de faible envergure. Pourtant, il est sûr d'avoir l'étoffe d'un grand criminel. Depuis tout petit il rêve d'égaler les exploits de son « idole », le terrible Angoualima qui fait la une des journaux. Mais cette fois c'est sûr, Grégoire va commettre un crime parfait. La victime trouvée, l'arme dissimulée, le scénario rodé, il ne reste plus qu'à passer à l'acte...

  • Après vingt-trois ans d'absence, je suis retourné à Pointe-Noire, ville portuaire du Congo où j'ai grandi. Entre-temps, ma mère est morte et, moi, le fils unique, je ne suis pas allé aux obsèques. Pendant un mois, j'ai arpenté la ville en étranger : la cabane de maman Pauline, le lycée Karl-Marx, le cinéma Rex... Jour après jour, entre surnaturel et enchantement, j'ai ressuscité les lumières de mon enfance.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Suffit-il d'être Noirs pour être frères ? Qu'ont en commun un Antillais, un Sénégalais et un Noir né à Paris, sinon la couleur à laquelle ils se plaignent d'être réduits ? Et la généalogie qu'ils se sont forgée, celle du malheur et de l'humiliation (esclavage, colonisation, immigration)... Dans cet essai, Alain Mabanckou refuse de définir l'identité noire par les larmes et le ressentiment.

  • Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d'une dizaine d'années qui fait l'apprentissage de la vie, de l'amitié et de l'amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d'indépendance sous la houlette de « l'immortel Marien Ngouabi », chef charismatique marxiste. Les épisodes d'une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleur : le père adoptif de Michel, réceptionniste à l'hôtel Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l'oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l'ami Lounès, dont la soeur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d'hormones ; bien d'autres encore. Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges... Au fil d'un récit enjoué, Alain Mabanckou nous offre une sorte de Vie devant soi à l'africaine. Les histoires d'amour y tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante, pleine d'images cocasses, et sa fausse naïveté fait merveille.

  • L'Afrique a pendant plusieurs siècles été vue, imaginée, fantasmée par les Européens comme un continent sauvage, ténébreux matière première des récits d'aventures et d'exploration teintés d'exotisme, qui ne laissaient pourtant entendre qu'une seule voix  ; celle du colonisateur. Il faut attendre le milieu du xxe siècle pour qu'une littérature écrite par et pour les Africains se révèle. De la négritude à la «  migritude  », il appartient aux écrivains noirs d'aujourd'hui de penser et de vivre leur identité artistique en pleine lumière.
      Premier écrivain invité à la chaire annuelle de Création artistique du Collège de France, Alain Mabanckou est romancier, poète et essayiste. Ses oeuvres ont été traduites en une quinzaine de langues. Son premier roman, Bleu-Blanc-Rouge (1998), lui a valu le Grand Prix littéraire d'Afrique. En 2006, il obtient le prix Renaudot pour Mémoires de porc-épic. Il a récemment écrit Les Cigognes sont immortelles (2018), publié aux Éditions du Seuil.

  • Courts récits, interviews et rencontres : Alain Mabanckou donne un nouvel horizon à notre langue. De Pointe-Noire à Cuba, de Madagascar à Montréal, il interroge inconnus et célébrités sur leur rapport à la francophonie. Poète exilé, clochard céleste, écrivain de la brousse, tous ont ce point commun : ils trouvent dans le français un langage universel, la littérature.

  • Lettre à Jimmy

    Alain Mabanckou

    Comme James Baldwin, qu'il tutoie dans cette lettre en forme d'hommage, Alain Mabanckou est noir et écrivain. En découvrant Greenwich village et le Paris Jazz, Baldwin a forgé une identité au-delà des communautarismes. L'acuité de son regard sur la société américaine est remarquablement mise en lumière par cet « expéditeur » complice, admiratif, et jamais complaisant.

  • Tour à tour nostalgique, apaisé, révolté, le poète-romancier Alain Mabanckou évoque les odeurs et les sons qui ont bercé son enfance, rend hommage à la nature bienfaisante et célèbre ses racines. Sa poésie, tout comme le fleuve Congo, coule, fluide et méditative, là où se rencontrent les voix de l'Afrique, terreau de toutes les espérances.

  • Ancienne colonie d'Afrique centrale, la république du Viétongo est en proie à une terrible guerre civile. Le président Kabouya a perdu le pouvoir après un coup d'Etat, et Vercingétorix, le chef rebelle, se lance dans une entreprise de reconquête. Fuyant les violences avec sa fille, Hortense Iloki relate dans son journal les événements de cette guerre et reconstitue son passé en miettes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Lettres noires : des ténèbres à la lumière - c'est sous ce titre qu'Alain Mabanckou prononçait, le 17 mars 2016, sa leçon inaugurale en tant que professeur invité au Collège de France, une leçon qui vit se bousculer plus d'un millier d'auditeurs. Conforté par cet écho, Alain Mabanckou a battu le rappel des chercheurs, écrivains et penseurs de l'Afrique postcoloniale, les conviant à venir débattre sur le thème Penser et écrire l'Afrique aujourd'hui. Ce sont les actes de ce colloque, en date du 2 mai 2016, que nous publions, soit les interventions de 19 participants issus de tous les champs du savoir et de la création littéraire. Le souhait profond est que ce colloque « résonne comme un appel à l'avènement des Etudes africaines en France ». C'est une façon de s'interroger sur « le retard pris par la France dans la place à accorder aux études postcoloniales pendant qu'en Amérique presque toutes les universités les ont reconnues et les considèrent comme un des champs de recherche les plus dynamiques et les plus prometteurs. »

  • Tais-toi et meurs

    Alain Mabanckou

    Fraîchement débarqué de son Congo natal sous un faux nom, Julien Makambo est accueilli à Paris par Pedro, figure de proue du milieu congolais et roi de la « sape », qui prend le jeune Candide sous son aile. Entre petites magouilles et combines souterraines, les affaires tournent à Château-Rouge et Julien mène la belle vie... jusqu'à ce maudit vendredi 13, où il se retrouve mêlé malgré lui à la défenestration d'une jeune femme.
    En lingala, Makambo signifie « les ennuis ». Et face aux ennuis, une seule règle ici : Tais-toi et meurs.

  • Bleu blanc rouge

    Alain Mabanckou

    Massala-Massala a abandonné ses études depuis des années. Il rêve de venir un jour en FRANCE, à Paris, capitale de la consécration, afin de réussir comme Charles Moki, un des "grands" du quartier dont les retours au pays natal pendant les vacances de la saison sèche, ne laissent personne indifférent. Projeté dans un nouveau monde, Massala-Massala devra compter sur ses propres moyens pour se dégager d'un engrenage inextricable. Mais peut-il encore reculer ?

    Bleu-Blanc-Rouge, premier roman d'Alain Mabanckou, a été publié en 1998 par Présence Africaine et couronné par le Grand prix d l'Afrique noire. On découvre ici la liberté de ton de l'auteur, son humour corrosif et le regard caustique qui allaient marquer ses oeuvres ultérieures.

  • African psycho

    Alain Mabanckou

    Grégoire Nakobomayo, orphelin, a grandi dans une ville industrielle de l'Afrique post-coloniale.
    Accueilli quelques temps chez un couple instruit, il reçoit une éducation bourgeoise jusqu'au jour où il plante son crayon dans l'oeil du fils unique qui cherche à le violer. Obligé de fuir, il se réfugie dans le quartier le plus délabré de la ville et prend pour modèle « Angoualima », le célèbre serial killer qui depuis des années défie le pays, ses juges, ses flics et ses journalistes. Mais n'est pas serial killer qui veut !

  • tour à tour nostalgique et apaisé, le poète-romancier alain mabanckou évoque les odeurs et les sons familiers qui ont bercé son enfance, rend hommage à la nature bienfaisante et célèbre ses racines : sa mère tant aimée et sa terre natale, l'afrique, véritable terreau de l'espérance.

  • Un monde meurt et avec lui bien de nos repères, un autre monde naît dans le tumulte et le chaos, mais avec une formidable énergie. Et une nouvelle Afrique, qui entend prendre sa place dans le siècle qui commence. Une Afrique dont les artistes, les écrivains, les poètes nous dessinent aujourd'hui les contours. Lisez-les : ils nous parlent aussi de nous-mêmes et de notre futur. 28 écrivains nous disent ici, à travers 28 nouvelles, cette Afrique qui vient, surprenante, inquiétante, fascinante : un continent entier qui se met en marche et, dans le mouvement, s'invente. Le nouvel espace romanesque africain n'est plus, sur place, celui du village, de la répétition du discours anti-colonialiste, du mythe d'une Afrique à retrouver, de la tradition, mais celui tout à la fois de l'exil et celui de la ville monstrueuse, hybride, tentaculaire, où s'expérimentent également, mais d'une autre manière, métissage et multiculturalisme, se met en place un univers créole. La ville où s'invente, au-delà du roman, une culture de la rue, slam, hip-hop, rap, par laquelle la jeunesse exprime sa révolte et ses espoirs. Lisez-les : ils vont vous étonner.

  • Enfances

    Alain Mabanckou

    • Ndze
    • 1 Mars 2006

    L'enfance.
    Quoi de plus personnel? de plus universel? dans ces neufs récits à la diversité déconcertante -à l'image des auteurs- l'émotion et l'émerveillement sont au rendez-vous. qu'il ait les pieds rouges, la peau albinos, ou tout simplement qu'il voie des nains voler sur les lampadaires, l'enfant est un marginal à ses propres yeux. mais, pathétique ou plein d'humour, ce marginal n'a qu'un souci: ressembler aux autres.
    Quitte à rendre la vie moins monotone en frôlant la vérité. l'enfance n'est-elle pas le plus sincère des mensonges?.

empty