• Après une vie parcourue main dans la main, en parfaite harmonie, en pleine connivence, se retrouver seul devient détresse.
    Et s'il suffisait de tendre la main pour renouer avec l'être aimé qui vous interpelle de l'au delà à travers cette lettre de Charles Péguy:

    « Je ne t'ai pas quitté. Je suis seulement passé dans la pièce d'à côté. Je suis moi, tu es toi. Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours... » « Un impossible rêve » ?

    Mélancolique mais jamais larmoyant, l'auteur nous prouve que face à la perte et la souffrance, l'amour nous transcende et nous permet de rêver l'impossible. Lecteurs, laissez-vous porter par Claude Cattey et faites du rêve une réalité !

empty