Histoire du monde

  • Des grands empires de l'Antiquité à la chute de l'URSS, de l'Europe de Charlemagne au Japon du xixe  siècle, de l'Asie des Mongols à l'Afrique de la décolonisation, François Reynaert nous convie, à travers une synthèse simple et claire, à un voyage extraordinaire au fil des siècles. Procédant par étapes chronologiques, il suit l'évolution des grandes civilisations les unes par rapport aux autres. Il réussit en même temps à nous faire comprendre la façon dont chaque peuple considère son passé.
    Face à la montée de nouvelles puissances, à l'importance de la Chine, de l'Iran, de l'Inde, au rôle essentiel que vont jouer l'Afrique et l'Amérique latine, il paraît urgent de mieux connaître l'histoire du monde.
      Synthétique et pédagogique, un ouvrage stimulant sur la complexité de notre monde globalisé.  Simon Blin, Libération.

    Une lecture revigorante.  Maurice Szafran, Challenges.

  • Plus de soixante-dix ans après le soulèvement militaire contre la république qui marqua le début de la guerre d'espagne,antony beevor réussit un véritable tour de force en nous proposant,sur ce sujet encore brûlant, un livre capital.
    La terreur rouge, la terreur blanche,les règlements de comptes dans chaque camp, les interventions étrangères, intéressées (les soviétiques et les nazis) et désintéressées (les brigades internationales) sont racontés ici avec rigueur et objectivité, à la lumière, notamment, d'archives soviétiques et allemandes récemment et brièvement rendues accessibles, et qu'a consultées l'auteur à moscou.
    Ce livre fondamental éclaire bien des zones d'ombre d'une guerre particulièrement cruelle qui devait sonner le glas des espérances et montrer le vrai visage des totalitarismes prêts à se déchaîner en europe.
    />

  • « À treize ans, je perds toute ma famille en quelques semaines. Mon grand frère, parti seul à pied vers notre maison de Phnom Penh. Mon beau-frère médecin, exécuté au bord de la route. Mon père, qui décide de ne plus s'alimenter. Ma mère, qui s'allonge à l'hôpital de Mong, dans le lit où vient de mourir une de ses filles. Mes nièces et neveux. Tous emportés par la cruauté et la folie khmères rouges. J'étais sans famille. J'étais sans nom. J'étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant, car je n'étais plus rien. » Trente ans après, l'enfant, devenu cinéaste, décide de questionner un des responsables de ce génocide : Duch, qui n'est ni un homme banal ni un démon, mais un organisateur éduqué, un bourreau qui parle, oublie, ment, explique, travaille à sa légende.
    L'Élimination est le récit de cette confrontation hors du commun. Il a été traduit dans de nombreux pays.
    Prix Joseph Kessel, Prix Aujourd'hui, Prix essai France Télévisions, Grand prix des lectrices de ELLE, Grand prix SGDL de l'essai.

  • Une histoire du bassin méditerranéen sur 25 siècles, sans les clichés, de l'Antiquité grecque aux printemps arabes. L'auteur donne des clés pour comprendre la situation politique dans la région : les origines des guerres entre chiites et sunnites qui déchirent la Syrie, l'importance historique de l'Egypte dans le monde arabe, le rêve de puissance du Premier ministre turc, etc.

  • La Russie éternelle est au coeur de l'oeuvre de Vladimir Fédorovski. Dans La Volupté des neiges, l'auteur, russe lui-même, évoque les grandes amoureuses de son pays - tsarines redoutées, égéries exaltées ou femmes de l'ombre -, nous conte leur destin et explore les paysages de leur âme. Relations orageuses de Sophie et Léon Tolstoï, passion folle d'Eva Hanska pour Honoré de Balzac, ou encore d'Olga Knipper pour Anton Tchekhov, amours de la Grande Catherine et du beau Potemkine, de la flamboyante Katia Dolgorouki et du tsar Alexandre II...
    Des ors du Kremlin aux steppes enneigées de Sibérie, d'Odessa à Iasnaïa Poliana, voici le roman de ces femmes en quête d'absolu, en proie à tous les excès. Irrésistiblement entraînant. Marie-Lucile Kubacki, La Vie. Un tourbillon de passions historiques aussi brûlantes qu'un cocktail Molotov. Gilles-Martin Chauffier, Paris Match.

  • A la fois céleste et terrestre, Jérusalem est la ville universelle, capitale de deux peuples, lieu saint de trois religions. De la naissance du judaïsme, du christianisme et de l'islam au conflit israélo-palestinien, voici l'histoire de trois mille ans de foi et de fanatisme, de conquête et d'occupation, de guerre et de coexistence entre diverses croyances. Simon Sebag Montefiore raconte les batailles, mais aussi les histoires d'amour et de haine de ceux qui ont fait Jérusalem : citoyens ordinaires comme grandes figures historiques, de Salomon et Cléopâtre à Soliman le Magnifique ; d'Abraham à Jésus et Mahomet ; du monde ancien aux temps modernes de Flaubert, Chateaubriand, Raspoutine et Lawrence d'Arabie. Ce livre ambitieux, documenté et captivant, retrace l'histoire d'une ville qui a façonné l'histoire du monde.

  • Qui était Francisco Franco Bahamonde, dernier survivant parmi les grands dictateurs du xxe siècle, né en 1892 et mort en 1975 ? " Un militaire chimiquement pur ", répondait un prêtre qui le connaissait depuis l'enfance. À l'âge des radars et des fusées, des missiles atomiques et des bombes à laser, pouvons-nous comprendre un militaire du temps de la baïonnette ? Michel del Castillo s'y est essayé, commentant les grandes étapes de la vie de Franco : enfance, études, guerre coloniale au Maroc, direction de l'académie de Saragosse... Il évoque la guerre à travers différents thèmes - soulèvement des gauches, mort de la République, la Phalange, l'Église, la répression -, mais aussi le décollage économique, l'instauration de la monarchie avec Juan Carlos et l'épilogue interminable de la mort du Caudillo... Le Temps de Franco ne se contente pas d'analyser, non sans ironie, le mythe de Franco : il nous raconte un demi-siècle de l'histoire d'Espagne.

  • «L'histoire de France, quel ennui...» C'est votre opinion ? Alors ce livre a été écrit pour vous. Car l'histoire de France, en réalité, c'est mille ans de film d'action. La scène ? Grande comme l'Europe. Le décor ? Des palais, des gibets, des bals masqués, des bûchers et des champs de bataille encore fumants. Le pitch ? Des rois fastueux chevauchent de défaites en victoires, escortés par des chevaliers sanguinaires, des ministres sournois et des moines déments. Avec, en guest stars, une princesse qui collectionne dans des boîtes d'argent les coeurs de ses amants, un vieux souverain qui gagne une guerre en soûlant toute l'armée ennemie et un fier guerrier bouilli dans un chaudron, comme un vulgaire pot-au-feu.

    (NB : ce livre n'est pas l'oeuvre d'une historienne, mais d'une amateur de livres d'histoire. Il a été relu et approuvé par un véritable historien.)

  • le monde entier nous hait et nous le méritons bien, telle est la conviction d'une majorité d'européens et a fortiori de français. depuis 1945, notre continent est habité par les tourments de la repentance. ressassant ses abominations passées, les guerres incessantes, les persécutions religieuses, l'esclavage, le fascisme, le communisme, il ne voit dans sa longue histoire qu'une continuité de tueries. à ce sentiment de culpabilité, une élite intellectuelle et politique donne ses lettres de noblesse, appointée à l'entretien du remords comme jadis les gardiens du feu. dans cette rumination morose, les nations européennes oublient qu'elles, et elles seules, ont fait l'effort de surmonter leur barbarie
    pour la penser et s'en affranchir. et si la contrition était l'autre visage de l'abdication ?

  • Des écrits qui témoignent de la carrière politique de G. Pompidou et donc d'une partie d'histoire de France. Des détails, des anecdotes, des impressions pour mieux comprendre les relations entre le Président et son Premier ministre dans la conduite des affaires de l'Etat.

  • >
    Dans l'introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865), claude bernard, biologiste éminent et professeur de médecine au collège de france, ne se contente pas de fixer les règles de la méthode expérimentale; en exhortant à expérimenter sur le vivant, et en montrant la dépendance de la pathologie et de la thérapeutiqueà l'égard de la physiologie, il pose les fondements empiriques et conceptuels de la médecine moderne.
    Dans sa présentation, fabrice gzil met en relief les enjeux contemporains de cette démarche : de fait, les réflexions de claude bernard sur les intérêts et les limites des modèles animaux, son analyse des problèmes liés à l'expérimentation sur les sujets humains,ou encore son plaidoyer en faveur de l'articulation entre la clinique et la recherche médicale, font de l'introduction une référence fondatrice pour aborder les questions que rencontre la médecine à l'heure actuelle.

  • Tout a été dit du règne et des secrets d'alcôves des grands hommes de l'histoire de France. Jusqu'à présent, nul ne les avait examinés sous l'angle de leurs démêlés familiaux : père absent, mère abusive, famille recomposée, rivalités, jalousies, frustrations, manque d'amour, préférences...  Forte d'une centaine de lectures orientées, Clémentine Portier-Kaltenbach livre un point de vue inédit sur les familles notoires qui constituent l'histoire collective. Saviez-vous que le futur Louis XI quitta la cour après avoir giflé publiquement la maîtresse de son père ? Que Saint Louis a attendu l'autorisation de sa mère, Blanche de Castille, pour consommer son mariage ? Que Louis XIV était jaloux de son petit frère ?
      Quand Clémentine Portier-Kaltenbach s'amuse au jeu des sept familles avec la généalogie nationale, on rigole beaucoup. Laurent Lemire, L'Obs.

    On en apprend de belles sur ceux qui ont écrit l'histoire. C'est passionnant ! Pierre Vavasseur, Aujourd'hui en France. 

  • HISTOIRE DE FRANCE Sous la direction de Jean Favier Les affrontements qui se produisent tout au long du Second Empire et de la iiie république entre la France cléricale et la France anticléricale, entre la France dreyfusarde et la France antidreyfusarde, entre la France paternaliste et la France socialiste, dissimulent le consensus qui rassemble les Français autour de certaines valeurs : la foi dans le progrès, qui les unit à travers l'effort ; l'irrésistible montée de la démocratie qui, en dépit des apparences, se réconcilie sous l'Empire avec le parlementarisme ; la ferveur pour la patrie, humiliée à Sedan et vengée à Verdun dans un sacriÞce unanime.
    Ces affrontements et ce consensus sont évoqués selon une périodisation dictée par les événements politiques, culturels, économiques - qui sont autant d'éléments constitutifs des mémoires individuelles comme de la mémoire collective de la nation tout entière.

    Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Dijon puis de Paris-Sorbonne, François Caron, né en 1931, étudie principalement l'essor économique de la France et de l'Europe aux xixe et xxe siècles. Créateur du Centre de Recherche en histoire de l'Innovation, il mène des travaux pionniers sur l'incidence des sciences et des techniques et sur le rôle des entrepreneurs dans le développement des sociétés industrielles.

  • En guise de bilan d'une existence vouée à la recherche, Henri-Jean Martin livre ici une grande synthèse à l'érudition surprenante sur l'histoire des instruments de connaissance et des systèmes de communication au sein des sociétés européennes.
    Qu'est-ce qui distingue Homo sapiens des autres vivants ? De quels instruments dispose-t-il pour appréhender l'univers ? Comment fonctionne sa pensée et comment s'exprime-t-elle ? Pourquoi organisa-t-il sa vie au sein de sociétés structurées et comment évoluèrent-elles à mesure que s'accumulaient ses acquis conceptuels ? Comment expliquer le dynamisme qui l'incite à chercher à progresser sans cesse ?

  • Ancien combattant, ferdinand a aimé la guerre comme une mère... bien mieux que sa femme et ses propres enfants. lorsque ce père la terreur est arrêté par la gestapo puis disparaît, son plus jeune fils souffle : « enfin, une journée tranquille. » tranquille ? personne ne le sera jamais plus dans la famille et sur plusieurs générations.

  • Hélène Carrère d'Encausse La Russie inachevée Y a-t-il en tout, mais d'abord dans le malheur, une exception russe ? Une fatalité qui ferait échapper ce peuple et ce pays aux convergences de la mondialisation, qui les ferait diverger d'une évolution favorable qui profite même aux plus déshérités de leurs anciens vassaux ? Des pesanteurs qui, à chaque pas en avant, les tirent à nouveau en arrière ou vers le bas oe Le mieux est d'y aller voir, comme toujours, mais, à la manière de Michelet brossant ses Tableaux de la France, d'aller, si l'on peut dire, sur le terrain du Temps, là où l'on voit mieux affleurer ou saillir les grandes permanences d'un pays.
    Dans le cas russe, ce sont : l'immense espace, et donc ses décompositions et recompositions successives ; le pouvoir total, ses chutes et ses restaurations ; la tentation européenne ou le rejet de cette appartenance ; le retard sur tout et sur tous et les effets de la conscience de ce retard ; la peur de l'extérieur avec sa double traduction dans l'expansion et l'agressivité.
    De quel poids pèsent ces grands traits du passé dans l'évolution de la Russie actuelle, confrontée à un problème qui menace son avenir : une régression démographique sans précédent ? Un tel phénomène, inconnu partout ailleurs, est-il compatible avec la survie d'un pays et la permanence de son identité oe Tout est-il perdu pour la Russie affaiblie, alors que jamais les chances de renaître à la liberté et de se «mondialiser» n'ont été aussi grandes pour elle ?

  •   Faut-il avoir peur de la Russieoe Face au déferlement des revendications nationales ou identitaires, aux désordres du passage à l'économie de marché, l'Occident va-t-il ,regretter, après soixante-dix ans de lâchetés, le totalitarisme communiste oe   Auteur voilà quinze ans d'un prophétique Empire éclaté, Hélène Carrère d'Encausse nous incite à redécouvrir ce pays au seuil d'une nouvelle ère : la Russie. Un grand pays, placé au coeur d'une des révolutions les plus gigantesques et les plus rapides de notre temps, et qui doit maintenant prendre en charge les aspirations des peuples qui le composent, et retrouver son destin en Europe.


      Une utopie totalitaire enterrée, des nations rendues à la souveraineté, des institutions démocratiques en cours d'instauration, un dialogue ouvert avec le monde dans le respect du droit international : telle est le bilan de la victoire russe. À nous d'en prendre la mesure et de relever le défi qui nous est lancé...

  • En 1973 paraissait Quand la Chine s'éveillera..., enquête monumentale et demeurée classique sur la Chine de Mao et de la Révolution culturelle. Où en est aujourd'hui ce pays qui représente un quart de l'humanité ? A partir des observations consignées au cours d'une quinzaine de voyages, Alain Peyrefitte a voulu mesurer le chemin parcouru.

    La Chine s'est modernisée à toute allure, s'ouvrant aux marchés et aux technologies de l'Occident, améliorant de façon spectaculaire la vie matérielle de ses habitants. Mais le même pouvoir qui a encouragé ces évolutions n'a pas voulu en payer le prix - démocratisation, évolution des moeurs... Cette contradiction - analysée entre-temps par Alain Peyrefitte dans La Tragédie chinoise (1990) - reste au coeur d'une société qui se projette déjà dans le XXIe siècle comme la première puissance mondiale.

    Cet essai-reportage clair et documenté, ponctué d'anecdotes vivantes, nous donne un saisissant tableau de ce pays que l'avenir, en tout état de cause, ne pourra ni oublier ni ignorer.



    La Chine s'est éveillée récapitule magistralement, à coups de choses vues, la fantastique et dramatique épopée de ce pays qui sort de l'ombre. Georges Suffert, Le Figaro.



    Le prophète de Quand la Chine s'éveillera... avait raison ; l'empire du Milieu sera bien la surpuissance du XXIe siècle. Un ouvrage essentiel de géopolitique. Jérôme Béglé, Paris-Match.

  • De l'an mil aux débuts de la Renaissance, c'est l'histoire de cinq siècles aux couleurs bien diverses. C'est le temps des dynamismes que manifestent les défrichements, le réveil des villes, l'élargissement des horizons politiques, la floraison des ordres monastiques, la naissance des universités et l'ampleur nouvelle des grandes cathédrales. C'est aussi le temps des épreuves et des maturations, des crises et des épidémies, des guerres et des luttes civiles. La France passe de l'anarchie féodale à l'absolutisme monarchique, à travers la construction politique des grandes principautés. Et l'on va, dans ce même temps, des chansons de geste aux premiers fruits de l'humanisme en passant par l'aristotélisme de Thomas d'Aquin et l'universalisme encyclopédique du Roman de la Rose.

    Jean Favier est né en 1932. Il est aujourd'hui professeur à l'université de Paris-Sorbonne et directeur général des Archives de France. Il s'est fait connaître par de nombreux travaux sur les finances médiévales et sur l'histoire de Paris à la fin du Moyen Age, notamment sur l'histoire des structures économiques et sociales de la capitale. Le public a fait un succès à ses études sur le règne de Philippe le Bel, sur la guerre de Cent Ans et sur François Villon.

    Texte intégral.

  • Qui a inspiré à "Marianne", figure allégorique de la République, son prénom ? A quelle prédiction de Nostradamus renvoie le cri de Catherine de Médicis : " Saint-Germain...
    Je suis perdue ! " Qui fut couronné roi de Corse au XVIIe siècle ? Comment s'appelle l'unique sainte républicaine de l'histoire de France ? A quel académicien doit-on la notion de protection de la vie privée ? Quel personnage politique a instauré l'isoloir pour les élections ? Laissez-vous guider par Jean-Pierre Colignon au fil de ce voyage ludique et érudit à travers les siècles, à la découverte de ces curiosités et de ces énigmes.
    De Vercingétorix à Nicolas Sarkozy, un parcours libre et buissonnier au coeur de l'histoire et de la langue françaises, ponctué de jeux et enrichi de commentaires... pour s'instruire en s'amusant !

empty