Dunod

  • Ce guide est un véritable manuel de survie pour tous les professionnels confrontés à des situations qui les dépassent parfois ou qui posent question. L'auteure s'appuie sur les neurosciences pour balayer de nombreuses idées reçues et livrer des outils précieux. Son approche empathique et bienveillante permettra au lecteur de mieux vivre cet accompagnement de tous les instants.

  • Quand l'enfant commence à maitriser le langage, on assiste à une explosion verbale. Saisissant souvent au premier degré les expressions entendues, le petit enfant exprime spontanément le fond de sa pensée, de ses perceptions et surtout de son ressenti, à tous niveaux : familial, social, affectif, émotionnel, intellectuel, etc. Les mots d'enfants ne doivent cependant jamais être pris à la légère - et encore moins raillés - mais au contraire être reçus avec respect. Il convient pour la même raison de prendre conscience de l'impact de nos mots d'adultes. Les enfants en entendent de toutes les couleurs : des mots qui parfois les rassurent, leur font du bien, mais qui parfois aussi génèrent chez eux peurs et pertes de confiance - voire d'estime de soi. Avec son habituel don de conteur Jean Epstein dans cet ouvrage superbement illustré par Zaü nous invite à entendre les enfants et à ré-apprendre à leur parler.

  • Le harcèlement entre pairs touche aujourd'hui un élève sur trois au collège et un enfant sur deux à l'école primaire. Il est urgent de proposer des outils pour agir, prévenir et guérir. En s'appuyant sur l'idée d'une écologie scolaire, on peut en effet prévenir durablement le harcèlement entre pairs. C'est ce que propose le programme "Ensemble", concept associé à une méthode simple, précise et facile à mettre en place.
    Chacun, de par ses agissements, participe au climat serein de la maison ou de l'école. les adultes contribuent activement au bien-être émotionnel des enfants en proposant une éducation basée sur la bienveillance, la confiance et l'autonomie. Inversement, les enfants, sous l'égide de leurs parents et professeurs, apprennent à établir des interactions sociales basées sur l'acceptation de l'autre. Au coeur de ce processus, le respect de soi-même (ou écologie personnelle) et le respect des autres.

  • « Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé. » écrivait Montesquieu. Nous avons tous déjà expérimenté, au moins une fois dans notre vie, le pouvoir réparateur et réconfortant de la lecture. Outre cette « parenthèse », cette « bulle » temporaire que propose un moment de lecture, le livre apporte de multiples bienfaits. On sait qu'il favorise le sommeil, qu'il a le pouvoir de réduire le stress et même l'hypertension. Quiconque a déjà lu une histoire à son enfant peut déjà entrevoir bon nombre de ses bienfaits. En grandissant pourtant, les enfants semblent bien souvent s'en désintéresser. La bibliothérapie, est pourtant en mesure de leur apporter un mieux-être évident. Comment peut-on aider les plus jeunes par le recours à la lecture ? Qu'est-ce que la bibliothérapie ? Comment l'appliquer en tant que professionnel de l'éducation ou du livre ? Quelles actions mener et comment ? Avec quel type de livres ? C'est à toutes ces questions, et bien d'autres, que répond cet ouvrage.

  • La violence dans le couple a longtemps été considérée comme une affaire ne concernant que les seuls adultes. Des études internationales ont cependant prouvé qu'elle avait également de graves conséquences sur le développement physique et psychologique de l'enfant témoin.
    Les agressions physiques, sexuelles, verbales, psychologiques et économiques, créent un climat de vie marqué au quotidien par l'insécurité et l'instabilité. Au coeur d'enjeux familiaux, sociaux et judiciaires, l'enfant se trouve, dès son plus jeune âge, menacé dans son développement.
    Les implications psychologiques et médicales de la violence conjugale posent la question de la protection de l'enfant : faut-il parler d'une forme de maltraitance ? Quelles sont les réponses en France au plan social, judiciaire, thérapeutique et politique ? Comment le problème est-il abordé par les autres pays européens ?
    Conçu pour les professionnels de la santé, de la justice, de l'éducation, du secteur social et médico-social, cet ouvrage fait le point sur les connaissances actuelles et définit des axes de réflexion pour améliorer notre réponse aux besoins de ces enfants.
    Nouvelle édition intégrant les récentes évolutions législatives.

  • La zoothérapie est utilisée comme auxiliaire aux thérapies conventionnelles. C'est une technique d'intervention faisant appel à l'animal, lui faisant jouer un rôle de trait d'union entre l'intervenant (le zoothérapeute) et l'individu auquel doit s'appliquer cette thérapie. Soutenue par la réflexion de médecins sur les effets médico-psychologiques de l'animal de compagnie, elle intervient en appoint des thérapies conventionnelles pour accompagner et dynamiser les personnes fragilisées par le handicap ou la dépendance. Le contact animal réussit et produit des effets, là où la relation humaine semble définitivement bloquée. Les animaux impliqués dans cette thérapie doivent être sélectionnés dans des normes d'éducation et de comportement et doivent être suivis attentivement sur le plan sanitaire. Cet ouvrage est consacré à l'utilisation de la zoothérapie dans la prise en charge de l'autisme, de l'hyperactivité et de la trisomie chez l'enfant.

  • Beaucoup d'enfants présentent une souffrance psychique grave liée à l'incohérence affective de leurs parents.
    Ils tirent peu de bénéfices des divers soins proposés tant qu'ils restent dans leur famille. tous les " professionnels de l'enfance " ont fait cette constatation qu'ils soient travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues, psychiatres, psychanalystes. cependant, l'idée de séparer l'enfant de ses parents, toujours évoquée alors, n'est que rarement mise en application. quelles sont les difficultés émotionnelles, les conflits internes qui, malgré les troubles importants du développement psychomoteur présentés par l'enfant, l'évidente incapacité éducative de certains pères et mères sans mauvaises intentions, les sévices parfois, empêchent les intervenants de demander ou de décider la séparation ? dans quel contexte clinique une séparation semble-t-elle la meilleure solution ? pourquoi une séparation parents-enfant n'est-elle jamais thérapeutique en elle-même, et nécessite-t-elle d'être toujours accompagnée de soins ? cet ouvrage répond à ces questions sans intention idéologique ni polémique.
    Il décrit les dégâts impressionnants dus à des séparations trop tardives ou mal gérées, et montre que de tels destins peuvent, dans une large mesure, être évités ou changés.

  • Fernand Deligny est la figure de référence des éducateurs, mais aussi des psychologues et psychiatres concernés par l'enfant. A l'origine de ce qui est devenu le mouvement de l'antipsychiatrie, il est notamment le fondateur d'un centre pilote de prise en charge des enfants autistes. Son parcours et ses textes ont marqué tout le secteur de l'enfance en difficultés et handicapée mentale depuis l'après-guerre. L'ouvrage regroupe un ensemble de deux textes parmi les plus connus, qui constituent une manière d'anti-manuel de l'éducateur.

  • Une enfant polyhandicapée anorexique qui se met à manger quand l'éducatrice lui chante une chanson qui parle d'elle ; un SDF qui accepte enfin de se laver quand l'AMP lui propose d'aller voir des avions, son ancienne passion ; une jeune autiste totalement absente qui pour la première fois vient toucher l'éducatrice qui fait mine de dormir par terre dans la cour...
    Ces « petits miracles » n'ont pas surgi par hasard, ils ont demandé des choix d'action ajustés.
    Mais les pratiques éducatives concrètes restent, à ce jour, massivement invisibles. Ceux qui interviennent dans la vie même de personnes en difficulté ont pourtant besoin de façons d'être et de faire spécifiques : comment faire du vivant avec les choses de la vie ?
    Ces « atouts » émanent de récits de professionnels : des histoires où ils ont « trouvé quelque chose ». Invitation à « jouer cartes sur table » : dire ce qu'on fait et regarder ensemble ce qu'on pourrait inventer... La recherche reste ouverte.

  • Cet ouvrage présente un dispositif pédagogique innovant, les enfants conférenciers, initié depuis une dizaine d'années et auquel ont déjà participé un grand nombre d'écoles et d'institutions muséales. Dans ce dispositif, les enfants (en cadre scolaire ou périscolaire) sont placés en situation de présenter une série d'oeuvres ou d'objets à des pairs, dans le contexte du musée. De nombreuses interactions s'y font jour et sous-tendent un processus social d'apprentissages formels et informels : le savoir prend vie par le dispositif qui le rend visible et l'activité qu'il suscite. Enfants conférenciers s'inscrit ainsi dans une perspective dite « située » de l'apprentissage. Dans cette approche, les aspects contextuels sont considérés comme partie intégrante de l'activité cognitive : une relation est tissée entre la cognition et son contexte de développement. Ce dispositif contribue ainsi à générer du lien et à fonder une communauté d'apprentissage et d'apprenants.

  • À partir de quand doit-on s'inquiéter lorsqu'un enfant ne communique pas ou ne parle pas ? Le bilinguisme est-il un frein au développement du langage ? Quel est l'intérêt de lire des livres aux tout petits ? Comprennent-ils ce qui est lu ? Ces quelques questions illustrent l'importance de l'attention portée au développement de la communication, de la pensée et du langage en accueil de la petite enfance. D'un nouveau-né sourd, aveugle et ne ressentant pas la douleur en raison de son immaturité neurologique, tel qu'on le concevait naguère, nous avons aujourd'hui l'image d'un tout-petit en capacité de traiter les informations qui lui viennent de son environnement, très précocement. Cet ouvrage décrit les conditions d'émergence de la pensée et du langage du petit enfant à partir de sa capacité originelle, non verbale, à communiquer. Ils donnent les clés pour un accompagnement de qualité de ce processus fondamental du développement.

  • Créativité et petite enfance sont étroitement liées : la création est l'activité principale du jeune enfant, création de lui-même, du monde qui l'entoure, de sa relation aux autres. Pour inventer un accueil respectueux des besoins de l'enfant, l'auteure propose des ateliers de créativité dans la lignée du « jeu de peindre » d'Arno Stern. À la différence de l'atelier artistique où l'oeuvre de l'enfant est exposée, jugée, et envisagée pour sa valeur, les situations créatives, ludiques et gratuites, libèrent l'expressivité de l'enfant et sa capacité à rencontrer le monde qui l'entoure, l'organiser et développer des relations aux autres qui soient sources d'enrichissements réciproques, personnels et collectifs.

  • « Ce livre est consacré à certaines formes de prise en charge réalisées auprès de personnes (enfants, adolescents, adultes) manifestant des difficultés d'intégration sociale en lien avec des difficultés d'ordre psychologique.

    Des institutions construites en dérivation par rapport au modèle traditionnel de l'internat accueillent ces personnes et leur offrent, à côté de traitements spécifiques, un milieu de vie dans lequel elles côtoient des professionnels éducateurs ou soignants qui partagent avec elles le quotidien ou l'ordinaire de la vie.

    Chez les personnes accueillies, cette « présence proche » a des effets importants de changement psychologique quand elle est l'objet d'un travail d'approfondissement clinique qui en dévoile les enjeux, les avatars, et les tâtonnements. La métaphore du « corridor » désigne ces espaces-temps ambigus au sein desquels se déploient, sous une apparente banalité, des échanges complexes qui permettent une reconstruction du lien social ».

    Nouvelle édition entièrement revue par l'auteur et enrichie d'un chapitre inédit.

  • Dans ce livre, Theo Peeters, qui compte parmi les pionniers de la prise en charge éducative, fait constamment le lien entre la compréhension théorique de l'autisme et ses conséquences pour l'intervention pratique. Chacun des cinq chapitres fournit donc les éléments d'une pratique d'intervention organisée autour de cinq concepts théoriques :
    - les troubles envahissants du développement ;
    - le problème de la signification de l'autisme ;
    - la communication ;
    - les interactions sociales ;
    - les problèmes relatifs à l'imagination.

    Constamment étayé par une large expérience clinique, l'ouvrage témoigne de ce que la démarche éducative, loin d'être « répétitive » et d'aboutir à la robotisation, permet de redonner sens à l'environnement de la personne autiste et favorise ainsi les conditions d'accès à l'apprentissage et à l'intégration. Elle s'inscrit dans une complémentarité avec l'approche médicale et associe constamment parents et professionnels dans une relation de réel partenariat.
    C'est pourquoi ce livre s'adresse autant aux praticiens qu'aux psychothérapeutes, aux éducateurs et aux familles concernées.

  • Un tiers des couples mariés divorcent ; chaque année plus de 4 100 enfants sont adoptés à la suite d'un abandon ou d'une déchéance parentale ; 110 000 enfants vivent séparés de leurs parents par décision judiciaire ; deux millions vivent séparés de leur père. Tous ces enfants doivent faire face à une séparation douloureuse dont l'impact sur leur vie psychique laisse des traces persistantes.
    S'appuyant sur vingt années d'expérience clinique, Maurice Berger décrit les principaux processus psychiques propres à l'enfant confronté à la séparation. Une première partie est consacrée aux troubles spécifiques liés au divorce des parents, une deuxième partie se place dans le cadre de l'adoption, la troisième partie étudie les situations liées au placement judiciaire.
    Les enfants qui souffrent de la séparation présentent de nombreux points communs que l'auteur regroupe sous le concept de pathologie du lien, entendu comme mode défectueux d'organisation psychique. La description clinique qui en est faite permet ensuite de définir les diverses prises en charge thérapeutiques à mettre en oeuvre pour, sinon guérir de la séparation, du moins en diminuer les atteintes.
    Véritable somme clinique, cet ouvrage concerne tous les professionnels confrontés à ces situations dans leur travail quotidien : assistante sociale, éducateurs, infirmiers psychiatriques, juge des enfants, psychologues, psychiatres, psychanalystes et l'ensemble des parents touchés par ces problèmes.

  • « Hélène Romano participe aujourd'hui à ce mouvement de recherches praticiennes qui nous expliquent qu'un événement aura des effets différents selon l'âge du blessé, selon son histoire et surtout selon son contexte familial et culturel. Grâce à ces 20 années d'expérience de terrain avec les urgentistes, cette chercheuse praticienne nous propose un tableau clair de ce que sont les enfants traumatisés et comment on peut les accompagner pour les aider à reprendre vie. Elle analyse des tableaux complets ouverts, et évolutifs, à l'opposé de l'esprit sectaire de certaines anciennes publications. Et, ce qui ne gâte rien, ce livre est agréable à lire, bien illustré par des vignettes qui permettent de comprendre aisément des idées que l'on croyait abstraites ! » (Boris Cyrulnik)

  • Pourquoi l'enfant dessine-t-il ? Ses premières traces recouvrent-elles une signification autre qu'un simple indicateur de développement ? Quelles sont les étapes de la représentation de l'être humain, miroir du devenir-soi ? A quelles organisations psychodynamiques renvoient-elles ?
    Comment s'expriment l'angoisse, la dépression, le vécu traumatique, les violences sexuelles à travers les productions graphiques ?
    Autant de questions sur lesquelles cet ouvrage apporte les éclairages de la recherche et de l'expérience clinique de son auteur, qui partage plus de vingt années d'étude et de pratique du dessin avec les enfants et les jeunes adolescents.

  • Enseignants et éducateurs savent mieux que quiconque que la discipline naît de l'organisation du travail et non l'inverse.
    Nombre d'acteurs de l'école s'intéressent aujourd'hui aux pédagogies innovantes et alternatives, en lien avec les découvertes des neurosciences, qui se révèlent d'une plus grande efficacité en termes d'entraide, d'autonomie, de partage et de coopération. Pour mettre en place un tel climat scolaire positif, propice à l'acquisition des connaissances, il importe au premier chef de ne pas exclure de ces dernières la compétence émotionnelle : la capacité à comprendre comment les corps en classe sont le lieu d'une communication non-verbale. La maîtrise de soi, l'empathie et le sens de l'altérité, conditions nécessaires à la « libération des cerveaux pour apprendre », doivent faire partie intégrante des compétences enseignées et transmises à l'école. C'est la conviction des auteurs, appuyée par une rechercher théorique, mais aussi et surtout par une expérience réussie dans un collège en zone d'éducation prioritaire.

  • Le « vivre ensemble » en classe est parfois difficile : les conflits se multiplient, du simple irrespect à la violence la plus brutale.
    Partant de ce constat, l'auteur a mis au point et validé, en partenariat avec des enseignants, un protocole qui consiste à mettre en scène les expériences partagées des émotions pour éduquer à l'empathie. Le coeur des interventions est l'occasion de proposer aux élèves de vivre des situations permettant d'accéder à la reconnaissance de l'autre, de s'ouvrir à l'autre, en passant par la médiation des émotions.

    Cet ouvrage propose des exercices concrets, à mettre en place et à adapter à chaque situation, avec de nombreuses clés pour construire de véritables temps d'échanges et de rencontre nécessaires pour bien vivre ensemble à l'école et ailleurs.

  • Cet ouvrage aborde la période de « fondation » sous l'angle de la vie affective, puisque les sentiments et les émotions du petit enfant, ses besoins et ses tendances, supposent déjà de véritables relations humaines, c'est-à-dire avant tout familiales (besoin de dépendance et d'autonomie, sentiment d'opposition ou d'attachement).

  • L'époque qui suit la première enfance, traitée dans L'Enfant de 0 à 2 ans, est celle où interviennent de manière remarquable les situations dites oedipiennes. L'auteur en montre le rôle prépondérant tout en évitant une schématisation, redoutable dans ce domaine.
    Son ouvrage aborde la vie avec les autres, l'éclosion et l'orientation de la sexualité, la découverte de l'identité par le garçon ou la fille. Cette période d'existence de 2 à 6 ans, bien comprise, apporte aux adultes de nouvelles possibilités d'échanges dans le cadre familial et durant les premières années de vie scolaire.

  • Les missions des EAJE ont changé. Le jeu est devenu central, détrônant la surveillance et les soins. La crèche, qui pourtant reste un établissement de soins géré par le code de la santé publique, a opéré une incroyable mutation ces dernières années. À tel point que l'on pourrait parler de révolution. On attend des professionnels qu'ils participent à l'éducation des enfants.
    De fait cela change véritablement l'ensemble des métiers des crèches, puisque les professionnels doivent se questionner sur les valeurs, les objectifs et les pratiques pédagogiques, ceci non pas à un niveau individuel, mais pour l'ensemble de l'équipe, voire parfois de plusieurs équipes lorsque les gestionnaires souhaitent plus d'uniformisation dans les organisations pédagogiques.
    Cet ouvrage aidera les équipes à mettre en place un véritable projet pédagogique permettant aux enfants d'apprendre dans les conditions signifiées par les dix principes de la charte nationale issue du cadre national d'accueil du jeune enfant

  • La crèche fait partie de la niche sensorielle du bébé. Elle est un lieu rassurant où il trouve des figures supplémentaires d'attachement. Il y découvre aussi la possibilité de s'éloigner de ces figures pour s'aventurer dans les jeux et les apprentissages. Ainsi, à la crèche, les professionnels composent un environnement offrant au bébé ces deux opposés : un port d'attache et la possibilité de le quitter comme d'y revenir à tout moment. C'est le propre du concept de l'Itinérance Ludique.
    L'Itinérance Ludique est une pédagogie mise en place par l'auteure, issue des enseignements de tous les grands pédagogues et des neurosciences. Elle s'articule autour de trois grands principes : la libre circulation des enfants dans la crèche, la création d'univers ludiques et le fait que l'enfant soit auteur de son jeu.

empty