Jeunesse

  • Les griffes du Dragon : Marc regardait un match de foot à la télé.
    Il fut suffoqué en lisant l'article que son père lui tendit : Sa copine Cathy, fada d'informatique, arrêtée par la DST parce qu'elle a fait du trafic d'armes par Internet ! Il décide d'aller visiter sa chambre où il fait une bien curieuse rencontre... une jeune fille du quartier chinois. Le voilà, lui aussi pris dans une étrange affaire... Arrivera-t-il à sortir tout le monde des " Griffes du dragon " ?

  • Les aventures du p'tit Hugo évoquent l'enfance de toujours.
    Celle de tous les possibles, des instants magiques, de la découverte, à cent lieux des préoccupations du monde des adultes. Le p'tit Hugo est un garçonnet de 8-10 ans. II vit à une époque où Dame Nature est reine de l'environnement des enfants. C'est un bonheur de chaque instant, car l'aventure l'attend au détour d'un chemin; franchir une passerelle instable, passer sous le nez d'un taureau, explorer les ruines d'un château, construire une voiture à pédales...
    On n'est pas très loin de "Jour de Fête" ni de " La Guerre des boutons". Même si les parents veillent, les enfants préfèrent naturellement l'école buissonnière, les jeudis et les vacances. Les saisons s'écoulent au rythme des travaux dans les champs et des petits bonheurs simples. Un univers plein de tendresse qui puise sa source dans les souvenirs des auteurs.

  • Mystère de feu dans les souterrains de Bourges.
    Autrefois, à Bourges, la rue Bourbonnoux s'appelait la rue des Bonnets rouges. Comme étaient dénommés les alchimistes... Alors, excités par les récits étranges du père Lionnet, Sylvie et Laurent ont-ils eu raison de le suivre dans sa cave, puis dans les mystérieux souterrains de Bourges ? D'où vient ce feu étrange qui brûla un voisin au début du siècle dernier ? Entre peur et curiosité, les deux enfants n'ont guère hésité.
    Et vous, les suivrez-vous ?

  • Souvenirs des veillées, un phénomène de société qui a disparu. On peut évoquer comme raison la télévision, la famille qui se déstructure... Jean-Baptiste Luron constate la disparition de la civilisation rurale dont elles étaient le vecteur de communication, de retransmission de la culture. Dans ce dernier ouvrage sur son secteur de prédilection, il regroupe quelques souvenirs du contenu de ces veillées.

empty