Succes Du Livre

  • Imaginez...Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n'êtes pas heureux. Porteur d'une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L'éclairage très particulier qu'il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l'aventure la plus captivante qui soit : la découverte de soi.

  • " C'est l'histoire d'une Emma Bovary des seventies, qui a reproduit lors de son divorce le silence de la génération précédente sur les malheurs des deux guerres. C'est l'histoire d'un homme devenu un jouisseur pour se venger d'être quitté, d'un père cynique parce que son coeur était brisé. C'est l'histoire d'un grand frère qui a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents, et d'un cadet qui a tout fait pour ne pas ressembler à son grand frère. C'est l'histoire d'un garçon mélancolique parce qu'il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l'échec de leur mariage. C'est l'histoire d'un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu'il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne changeait rien à son importance. C'est l'histoire d'une humanité nouvelle, ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés. Telle est la vie que j'ai vécue : un roman français. "

  • A 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère.
    Il s'en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier à travers les Etats-Unis. Très vite, une chasse à l'homme s'organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral. Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d'Adam Kenton, journaliste dangereusement proche du tueur, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu'à un dénouement captivant.
    A l'instar d'un Hannibal Lecter, Thomas Bishop est l'une des plus grandes figures du mal enfantées par la littérature contemporaine, un " héros " terrifiant pour lequel on ne peut s'empêcher d'éprouver, malgré tout, une vive empathie. Au-delà du mal, épopée brutale et dantesque, romantique et violente, à l'intrigue fascinante, constitue un récit sans égal sur la façon dont on fabrique un monstre et sur les noirceurs de l'âme humaine.
    D'un réalisme cru, presque documentaire, cet ouvrage, hanté par la figure de Caryl Chessman, n'est pas sans évoquer Le Chant du bourreau de Norman Mailer et De sang-froid de Truman Capote. Un roman dérangeant, raffiné et intense.

  • " Maman est morte, je suis maman, voilà, c'est simple, c'est aussi simple que ça, c'est notre histoire à toutes les trois. Tu en mets du temps à raconter les histoires, je me disais quand elle me racontait une histoire dans mon lit. Là c'est allé vite, si vite, le regard de maman dans le regard de ma fille, c'est là qu'elle est, c'est là que je la retrouve, et dans ses gestes aussi, dans les gestes impatients, un peu brusques, de ma petite fille doublement aimée. Maman vit en Angèle qui court sur une pelouse interdite. Maman me parle et me sourit quand Angèle lance son regard de défi aux adultes qui la rattrapent et la grondent. Maman est là quand Angèle tombe et se relève aussitôt, les dents serrées, pour ne pas pleurer. Elle est dans le cri qu'elle ne pousse pas, dans sa petite grimace d'enfant crâne qui ne compose pas. Partout, dans mon enfant, ma mère a laissé son empreinte. "

  • " Je voudrais voir quelle force au monde peut détruire cette race, cette petite tribu de gens sans importance dont l'histoire est terminée, dont les guerres ont été perdues, dont les structures se sont écroulées, dont la littérature n'est plus lue, la musique n'est pas écoutée, et dont les prières ne sont pas exaucées.
    Allez-y, détruisez l'Arménie ! Voyez si vous pouvez le faire. Envoyez-les dans le désert. Laissez-les sans pain ni eau. Brûlez leurs maisons et leurs églises. Voyez alors s'ils ne riront pas de nouveau. Car il suffirait que deux d'entre eux se rencontrent, n'importe où dans le monde, pour qu'ils créent une nouvelle Arménie. " William Saroyan.

  • Louise et Juliette sont inséparables.
    Mais lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, les deux soeurs vont se retrouver malgré elles dans des camps opposés. Louise a épousé Charles, un brillant intellectuel juif, directeur d'un journal. Ils doivent changer de nom, abandonner leurs biens et se réfugier en zone libre avec leurs cinq enfants. Juliette, elle, est la femme d'un préfet qui a choisi la collaboration. Tandis qu'à Megève Louise s'engage dans la résistance et vit avec la peur des dénonciations, Juliette découvre une vie mondaine, insouciante des horreurs de la guerre.
    Pour ne pas rompre le fil fragile de leur amour, elles s'écrivent des lettres bouleversantes, tentent de ne pas se juger et de se souvenir des jours meilleurs. La fin de la guerre les réunira mais apportera aussi de nouvelles douleurs. C'est l'histoire d'une famille fascinante que nous raconte Catherine Servan-Schreiber avec ses héros, ses enfants préférés, ses figures tutélaires, qui composent un clan soudé.

  • Levan Arevadzé était beaucoup plus calme.
    - Vous serez venu pour rien, lança-t-il à Marlin Siegwalt. Ne me prenez pas pour un con. Votre mec, je le sèche. Maintenant. Vous allez l'entendre en direct. Tenant toujours le portable dans sa main gauche, il s'approcha de Malko, posa le canon du Makarov sur son front, releva le chien extérieur de l'arme et lança : - Ça va faire "boum", enculé ! Malko ferma les yeux. Il allait mourir.

  • Malko sentit qu'on lui arrachait son pistolet ; la pointe du poignard appuyait toujours sur sa gorge.
    Le chef sortit un stylo à bille et une feuille de papier de sa poche, puis lança à Malko : - Vous écrivez : " les billets étaient faux. Nous voulons trois millions de dollars d'ici trois jours. Sinon, l'otage sera exécuté. " L'otage c'était lui.

  • Au rythme de chapitres brefs et enlevés qui sont autant d'étapes, de Vercingétorix jusqu'à aujourd'hui, Alain Mine nous raconte une histoire de France qui surprend et qui séduit.
    Il s'autorise tout ce qui est interdit aux historiens de métier : rompre les enchaînements de faits ; illustrer le passé par le présent en de saisissants rapprochements (Louis XI était-il mitterrandien ?) ; imaginer ce qui aurait pu se passer différemment. Au terme de ce braconnage sur les terres historiennes, cette vaste fresque objective colorée par un regard subjectif recompose pour le lecteur une histoire personnelle de la France, passionnante de bout en bout.

  • Gisèle Halimi nous livre dans ce témoignage essentiel un " ce que je crois }, qui, tout en éclairant un parcours de luttes - faire du viol un crime, défendre le droit à l'avortement, se battre pour la loi sur la parité, contre la violence faite aux femmes, contre la prostitution - construit une réflexion générale sur le féminisme d'hier et d'aujourd'hui.
    Elle dénonce ainsi le lyrisme convenu sur la maternité (" un piège " ? le " désir d'enfant " (obsessionnel ?) les dérives de la procréation assistée (les locations de ventre, etc...). Un fil rouge dans cet essai unique de l'auteure : le refus absolu de la résignation.

  • Mai tourna la clef dans la serrure du coffre de la Toyota.
    Elle n'eut pas le temps de le soulever. Il se rabattit violemment, sous la pression d'un énorme serpent noir qui se dressa sur près d'un mètre. Un cobra royal. La tête du reptile se tourna vers Malko et se projeta vers lui à la vitesse de l'éclair.

  • Le 3 mai 1987, Yolanda Gigliotti, plus connue sous le nom de Dalida, quittait la vie, loin de la scène et des projecteurs, fatiguée de jouer la comédie du bonheur. Rien que des larmes, encore des larmes, toujours des larmes. Et le souvenir, à jamais, d'une star de lumière hantée par l'obscurité.

  • A l'automne 2007, à Lyon, Victor Lanoux, souffrant d'un problème cardiaque, se voit contraint d'arrêter un tournage.
    Sept heures sur la table d'opération et, au réveil, l'acteur se retrouve paraplégique. Avec une volonté hors du commun, il décide de se battre. C'est d'abord son orteil droit qui bouge. La lutte se poursuit à Garches, jour après jour, pendant des mois, et finalement Victor Lanoux gagne la partie. II a aujourd'hui complètement retrouvé l'usage de ses jambes et a même repris le tournage de Louis la Brocante.
    C'est donc sa lutte de chaque seconde, entouré des siens, et sa renaissance, qu'il nous raconte ici, agrémentée de flash-back savoureux sur sa carrière et sa vie, une vie encore plus précieuse qu'avant.

  • Dans ce roman les amours se croisent, se font et se défont, la passion emporte les êtres et les transformes à jamais. Ce livre n'est pas seulement la rencontre entre un homme et une femme, il est une vision poétique et onirique du sentiment amoureux. Un roman indispensable pour les amatrices de littérature sentimentale et légère.

  • Dans ce récit intimiste et bouleversant, marina Vlady raconte la sortie du coma de son fils aîné, victime d'un accident de la circulation.
    Pendant des semaines elle va aller de chez elle à la chambre d'hôpital où il gît inconscient. Chez elle, elle suffoque de désespoir ; à son chevet, elle parle, elle raconte, elle chante, scrutant le plus infime signe de retour à la conscience.

  • "Je suis mort hier.
    Au seuil de l'éternité, j'ai déjà mesuré le monument de bêtises qu'on édifie à chaque fin d'existence. Moi, le premier. Encore que, par superstition, j'évitais le sujet. C'est à destination des survivants provisoires que j'ai donc décidé de tenir, durant ma première année d'éternité et avant d'être gagné par la routine posthume, mes carnets de mort". Des carnets qui n'ont rien de morbide tant ils manient l'ironie et assènent des vérités, tant la plume qui les trace se baigne d'encre douce-amère et évoque, avec une légèreté propice aux gravités éternelles, un sujet qui - hélas ! - s'adresse à chacun.
    A l'aube de ses 80 ans, Philippe Bouvard offre une formidable bouffée d'air frais littéraire, un texte sincère et hors normes qui possède une âme puisqu'il déborde d'esprit.

  • Le journaliste sportif le plus célèbre de France se confesse.
    Des courts de tennis en passant par les pistes d'athlétisme jusqu'au bord des bassins et des patinoires, il court et questionne les champions avec foi et passion. Nelson Monfort transmet au lecteur la fièvre du direct, raconte des anecdotes pétillantes sur les coulisses des compétitions. Mais ce passeur d'émotions nous livre également ses réflexions intimes sur les médias, le lien entre politique et sport, ainsi que sur les dessous du système sportif français et porte un regard plein d'humour sur ses caricatures et son fameux duo avec Philippe Candeloro.

empty