Transports

  • Un journal de bord, une formidable aventure, 20000miles en solitaire Méditerranée, Atlantique Nord et Sud racontés par l'une des plus talentueuses navigatrices des courses en haute mer, Alexia Barrier. Derrière son sourire et son énergie, un rêve mais aussi une vraie mission : arpenter en solitaire l'océan Atlantique à des fins scientifiques. En moins de cinq mois, dans son voilier 4myplanet, elle a observé, expérimenté, mesuré. Comme elle le répète : " Nous habitons tous la même Terre, nous devons mieux la connaître afin de pouvoir la sauver. Aujourd'hui, le moment est venu d'inventer un nouveau monde... " Jamais seule pendant son voyage, elle a partagé son expérience avec près de mille enfants qui ont suivi son parcours en direct depuis les écoles de Monaco, Paris, Noirmoutier, Le Cap et Rio de Janeiro " Je souhaitais les sensibiliser à la prévention des océans en leur faisant vivre une aventure en mer. Leur aide et leur soutien m'ont été précieux et je sais qu'en retour, ils ont beaucoup appris. " Par son récit, Alexia Barrier nous permet de plonger dans un monde fascinant et séduisant qu'il nous revient de découvrir et protéger.

  • Déjà. Dix ans de longs déploiements, en Océan Indien, en Méditerranée ou en Atlantique. Dix ans, et toujours la même passion, la même volonté animant l'équipage pour répondre à la vocation de ce bâtiment exceptionnel être déployé sans préavis, souvent en premier, partout où la France souhaite montrer avec force sa volonté d'agir et user habilement de la liberté des mers pour s'affranchir au mieux des contraintes terrestres.
    Alors que débute mon commandement, je ressens beaucoup de fierté à conduire cet outil, son équipage et les savoir-faire déployés à bord. Un ensemble à pleine maturité, en particulier grâce aux performances exceptionnelles et la grande polyvalence apportées par le Rafale. Un ensemble parfaitement taillé pour répondre aux défis géopolitiques et maritimes de demain".

  • Qui se souvient du nom d'Hélène Delangle, alias Hellé Nice, danseuse nue du Casino de Paris, grande amoureuse et pilote de Grand Prix des années folles ? Morte dans une chambre misérable de la Côte d'Azur.
    Qui connaît l'autre visage de Charles Grover, dit "Williams", valet de chambre, danseur mondain et premier vainqueur du Grand Prix de Monaco ? Héros de l'armée des ombres, fusillé par les Allemands en 1943. Avoir en face de lui le meilleur pilote du monde représentait aux yeux d'Enzo Ferrari tout ce qu'il aurait voulu être... Imagine-t-on qu'il ait pu être jaloux de Tazio Nuvolari ? Sait-on que 70 % des pilotes de course se sont tués sur la piste ou sur la route en trois quarts de siècle ? Fangio, Trintignant, Chiron sont les rescapés d'une époque de chevalerie mortelle...
    Ces dernières années, la course automobile a revêtu sa cuirasse de sécurité. Seul progrès à porter au crédit de ces monarques de papier que furent Jean-Marie Balestre et Max Mosley. Le rideau tombe sur une tragi-comédie semée de scandales autant que d'exploits. 2010, bonne pioche ? On attend Jean Todt, mains propres et bel esprit.

  • Dans la lignée de La grande Épopée de la traversée de la Manche, ce livre raconte l'aventure aérienne de l'Atlantique Nord. Un rêve qui s'est transformé en réalité au sortir de la guerre de 1914. En 1919 a eu lieu la première liaison, d'une traite, de Terre-Neuve à l'Irlande, à bord d'un avion terrestre. Quelques jours auparavant un hydravion américain l'avait réussie en plusieurs jours et plusieurs escales. Mais la traversée de l'Atlantique Nord a donné de nombreuses autres " premières ", comme la liaison New York-Paris, par un certain Lindbergh, en 1927. Pourtant, il n'était pas le premier : Alcock et Brown ont été, eux, les premiers à l'avoir effectuée, au lendemain de la guerre de 1914. Cet exploit souvent ignoré a été dépassé en notoriété par celui de Lindbergh. Il y a aussi l'exploit d'une femme, Amelia Earhart, qui traversa un première fois comme passagère puis comme pilote, mais aussi des échecs dramatiques, comme celui de Nungesser et Coli ou celui d'Inchliffe et de sa passagère, ou des tentatives avortée-comme celle de Fonck, l'as français, et enfin celle de Saint-Exupéry, comme passager de Guillaumet... Un livre qui fourmille d'anecdotes dont certaines sont des vraies révélations.

  • Un journal de bord, une formidable aventure, 20000 miles en solitaire - Méditerranée, Atlantique Nord et Sud - racontés par l'une des plus talentueuses navigatrices des courses en haute mer, Alexia Barrier. Derrière son sourire et son énergie, un rêve mais aussi une vraie mission : arpenter en solitaire l'océan Atlantique à des fins scientifiques. En moins de cinq mois, dans son voilier 4myplanet, elle a observé, expérimenté, mesuré. Comme elle le répète : «Nous habitons tous la même Terre, nous devons mieux la connaître afin de pouvoir la sauver. Aujourd'hui, le moment est venu d'inventer un nouveau monde...» Jamais seule pendant son voyage, elle a partagé son expérience avec près de mille enfants qui ont suivi son parcours en direct depuis les écoles de Monaco, Paris, Noirmoutier, Le Cap et Rio de Janeiro : «Je souhaitais les sensibiliser à la prévention des océans en leur faisant vivre une aventure en mer. Leur aide et leur soutien m'ont été précieux et je sais qu'en retour, ils ont beaucoup appris.» Par son récit, Alexia Barrier nous permet de plonger dans un monde fascinant et séduisant qu'il nous revient de découvrir et protéger.

  • Une magnifique fresque où l'histoire des wagons-lits se mêle à celle des grandes inventions technologiques du XXe siècle. Un siècle où désormais le voyage en chemin de fer n'est plus un simple déplacement mais devient un authentique art de vivre. Le Petit Roman des trains est un florilège d'histoires racontant la création des célèbres express, ces trains au luxe jamais inégalé. Ils arpentaient l'Europe de la fin XIXe jusqu'au milieu du XXe siècle. L'ouvrage entraîne le lecteur à découvrir la fabuleuse épopée des express. A la fin du XIXe siècle, tandis que les trains atteignent des vitesses dépassant les 100 km/h, les voyageurs sont encore transportés dans des wagons inconfortables sans chauffage, ni commodités. En 1867, un jeune ingénieur belge, Georges Nagelmackers, découvre au cours d'un voyage aux États-Unis les premières voitures de George Mortimer Pullman : les banquettes du train se transforment pour la nuit en couchettes cloisonnées par de simples rideaux. De retour en Europe, cette innovation inspire Nagelmackers qui souhaite améliorer les conditions de confort des voyageurs du chemin de fer. Il imagine un concept de voitures équipées de compartiments avec lits. Le 10 octobre 1882, un train de voitures-lits effectue à toute vapeur un aller-retour entre Paris et Vienne. Les journalistes invités s'émerveillent et la nouvelle fait grand bruit : c'est le prélude au lancement de l'Orient-Express. Pour la première fois, un train va relier les berges de la Seine à celles du Bosphore sans transbordement de voyageurs. La création de la Compagnie des Wagons-lits révolutionne ainsi l'histoire du tourisme. Un événement qui inspirera la création d'autres trains internationaux de luxe, non seulement en Europe mais dans le monde entier : Transsibérien, Sud-Express, Nord-Express, Flèche d'Or, Train bleu, Malle des Indes, Andalus-Express, The Royal Scotsman... Né à Paris, Jean-Paul Caracalla a préparé un diplôme d'ingénieur à l'école Viollet. Passionné de littérature, d'histoire, de voyages, il trouve l'occasion de réaliser ses souhaits en dirigeant La Revue des Voyages, éditée par La Compagnie Internationale des Wagons-lits. Parallèlement, il accomplit une carrière dans le secteur du tourisme des agences de voyages Wagons-Lits/Cook. En 1976, il rejoint la direction générale de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits comme directeur de la communication du groupe. Secrétaire général du Prix des Deux-Magots, du Prix Sévigné, du Prix Paul Léautaud, président du Prix Cabardès, il a écrit de nombreux ouvrages autour de la vie parisienne et des voyages. Il publie aux Éditions Denoël, en collaboration avec Jean des Cars, plusieurs ouvrages sur les plus prestigieux grands express européens, dont L'Orient-Express, cent ans d'aventure ferroviaire (1995) ou L'aventure de la Malle des Indes (1996). Il est aussi l'auteur du Goût du Voyage, de l'Orient-Express aux trains à grande vitesse (2001).

  • A la fin du XIXe siècle, tandis que les trains atteignent des vitesses dépassant les 100 km/h, les voyageurs sont encore transportés dans des wagons inconfortables sans chauffage, ni commodités. En 1867, un jeune ingénieur belge, Georges Nagelmackers, découvre au cours d'un voyage aux Etats-Unis les premières voitures de George Mortimer Pullman : les banquettes du train se transforment pour la nuit en couchettes cloisonnées par de simples rideaux. De retour en Europe, cette innovation inspire Nagelmackers qui souhaite améliorer les conditions de confort des voyageurs du chemin de fer. Il imagine un concept de voitures équipées de compartiments avec lits. Le 10 octobre 1882, un train de voitures-lits effectue à toute vapeur un aller-retour entre Paris et Vienne. Les journalistes invités s'émerveillent et la nouvelle fait grand bruit : c'est le prélude au lancement de l'Orient-Express. Pour la première fois, un train va relier les berges de la Seine à celles du Bosphore sans transbordement de voyageurs. La création de la Compagnie des Wagons-lits révolutionne ainsi l'histoire du tourisme. Un événement qui inspirera la création d'autres trains internationaux de luxe, non seulement en Europe mais dans le monde entier : Transsibérien, Sud-Express, Nord-Express, Flèche d'Or, Train bleu, Malle des Indes, Andalus-Express, The Royal Scotsman... Jean-Paul Caracalla présente ici une magnifique fresque où l'histoire des wagons-lits se mêle à celle des grandes inventions technologiques du XXe siècle. Un siècle où désormais le voyage en chemin de fer n'est plus un simple déplacement mais devient un authentique art de vivre.

  • Jean-Paul Caracalla présente ici une magnifique fresque où l'histoire des wagons-lits se mêle à celle des grandes inventions technologiques du XXe siècle. Un siècle où désormais le voyage en chemin de fer n'est plus un simple déplacement mais devient un authentique art de vivre.

empty