Quae

  • Au XVIIe siècle, Rubens, Vermeer, Rembrandt et bien d'autres utilisaient le bois de chêne de la Baltique, le lin ou le chanvre de Silésie, le pastel de Toulouse, l'indigo des Indes... Chaque oeuvre était « une surface réduite où convergeaient des routes sillonnant le monde entier », nous dit Benoit Daviron, l'auteur de ce livre. La grandeur de la peinture hollandaise témoigne de la capacité du pays à s'approvisionner en produits de biomasse lointaine, cette matière composée ou issue du vivant. La quête de la biomasse d'un ailleurs lointain écrira l'histoire des trois siècles suivants. Avant que, au XIXe, l'exploitation des énergies fossiles - la biomasse du passé - ne métamorphose les rapports à la biomasse immédiate. C'est une autre histoire, et une économie de l'agriculture plus vaste et plus globale, que Benoit Daviron nous propose. L'agriculture n'y est pas seulement alimentaire, ni la seule à fournir la biomasse. Comment, avant et après les énergies fossiles, les sociétés européennes ont-elles maîtrisé la distance et mobilisé le travail pour satisfaire leurs besoins croissants ? Quelles conséquences pour le reste du monde ? Au fil des périodes, nous découvrons que la capacité à mobiliser énergie et matière, et en particulier le vivant, est le miroir de la richesse et de la puissance du pays leader de son temps. Nous voyons se préciser les contours de l'agriculture dite naguère moderne, et aujourd'hui «conventionnelle» et le rôle central qu'a joué l'industrie chimique dans sa genèse. Cette lecture modifie nos interrogations sur l'avenir. Et, si le prochain leader est asiatique, quel rapport à la biomasse annonce-t-il ? S'appuyant sur une littérature abondante, Benoit Daviron nous présente une synthèse au-delà des frontières disciplinaires, dans laquelle se dessine une histoire longue, économique et politique, de la biomasse. S'il vise prioritairement enseignants, chercheurs et étudiants en agronomie et en économie agricole, ce livre intéressera les historiens et économistes, et aussi un public curieux des questions agricoles et alimentaires, de leurs enjeux passés et à venir.

  • Comment modéliser la production végétale en utilisant les concepts de l'architecture des plantes ? À l'interface des disciplines biologiques, des mathématiques et de l'informatique, la modélisation des plantes présentée dans cet ouvrage permet de comprendre comment l'architecture d'une plante se construit, pas à pas, tout en étant le support de la production végétale c'est-à-dire selon le type de plante, d'organes (feuille, tiges, fruits, etc.), faisant parfois l'objet de valorisation économique.

    Pour cela, il faut modéliser d'abord l'organogénèse, issue des bourgeons, qui conduit le développement architectural, avec ses règles botaniques. Il faut ensuite, modéliser la photosynthèse, avec ses règles éco-physiologiques et les relations sources-puits entre organes qui produisent et répartissent la biomasse dans la plante. Les paramètres et les équations, une fois identifiés et établis, permettent, grâce à des programmes informatiques, de simuler la croissance et l'architecture des plantes et des peuplements en fonction des conditions environnementales (température, lumière, eau, densité de plantation). Les simulations 2D ou 3D des plantes reproduites dans l'ouvrage ne sont pas de simples figures, elles reproduisent numériquement et fidèlement le développement et la croissance des plantes étudiées.

    Les applications potentielles de cette modélisation sont nombreuses, impliquant tout d'abord l'estimation des paramètres du développement et de la croissance de la plante cultivée étudiée, l'ouvrage en présente de multiples cas : arabette, maïs, tournesol, cotonnier, caféier, merisier, érable,... Ces jeux de paramètres peuvent être ensuite utilisés dans des schémas de sélection ou d'optimisation de la production des systèmes culturaux (irrigation,...).

    Tandis que l'objectif de l'ouvrage numérique Architecture et croissance des plantes mis en ligne en 2016 par les Éditions Quae était de développer et de détailler toutes les étapes de cette recherche, celui de cet ouvrage plus synthétique est de rendre compte des principaux fondements de la modélisation des plantes, pour mieux la connaître.

    Rédigé par des botanistes, des agronomes, des mathématiciens et des informaticiens, cet ouvrage collectif est le fruit de quarante années de recherches et de collaborations scientifiques entre des équipes en France, en Hollande, en Chine et en Afrique.

    Il s'adresse aux chercheurs, enseignants et étudiants en biologie, en agronomie et en sciences de la vie. Mais aussi aux architectes paysagistes, écologues et aux communautés des sciences exactes (mathématiciens, informaticiens, physiciens) intéressées par la simulation du vivant.

  • L'eau est un enjeu majeur dans de nombreuses régions du monde du fait de besoins en forte croissance, mais aussi de la rareté et de la dégradation des ressources disponibles. L'agriculture étant le premier usager de la ressource en eau, la durabilité de la gestion de l'eau en milieu rural est cruciale. Elle nécessite de dépasser les approches sectorielles, encore largement en cours malgré divers courants appelant à une gestion intégrée, territoriale ou adaptative de la ressource. Prenant acte que la mise en oeuvre des concepts proposés par ces différents courants est rarement effective et qu'il est plus pragmatique de rechercher la meilleure coordination possible entre les parties prenantes de la gestion de l'eau, cet ouvrage collectif analyse les enjeux, outils et démarches permettant de faciliter et d'accompagner cette coordination. En effet, une coordination effective et acceptée nécessite des méthodes et outils pour informer sur l'état de la ressource et des usages, rendre visible l'importance des enjeux, évaluer les effets et les expliquer, structurer les échanges, et élaborer et discuter des actions de gestion. L'ouvrage aborde la gestion de l'eau en milieu rural en termes d'objectifs et de démarche, puis fait un panorama large des outils, des méthodes et des données actuellement disponibles. Enfin, il décrit des exemples de mises en oeuvre dans différents cas d'étude.

    Cet ouvrage de synthèse s'adresse à un public large allant des chercheurs, étudiants et enseignants en gestion de l'eau aux professionnels concernés par sa mise en oeuvre.

  • L'éthologie appliquée s'intéresse au comportement des animaux dans leur milieu habituel et en interaction avec l'homme. Les modèles étudiés sont variés : animal de rente, de compagnie, de laboratoire, de sport ou encore animal sauvage, et même entomofaune. Depuis peu, l'approche s'est étendue aux comportements humains. L'éthologie appliquée répond à de multiples préoccupations sociétales, telles que le respect du bien-être animal, la préservation de l'environnement et de la biodiversité, la durabilité des systèmes de production, l'aménagement du territoire ou encore l'amélioration de la santé humaine.
    Cet ouvrage vise à faire connaître cette jeune discipline scientifique. Il s'adresse à un large public : biologistes, enseignants et étudiants mais aussi professionnels de l'élevage, de l'agronomie, de l'industrie pharmaceutique et vétérinaire, gestionnaires de la faune sauvage, spécialistes du marketing et de l'éducation, et membres d'associations oeuvrant pour le bien-être animal.

  • À l'heure des robots et du numérique, la terre (habitat, agriculture, paysage, planète) et la nourriture (du corps et de l'âme) sont parmi les préoccupations majeures dans les espaces médiatiques et politiques. Le pétrole et l'abondance qui l'a accompagné nous avaient fait oublier qu'elles sont au fondement des sociétés humaines. La "crise alimentaire" de 2008, qui a secoué plusieurs continents, a rappelé aux gouvernements l'enjeu de la sécurité alimentaire.

    Après des décennies d'excédents, de baisse du prix des produits agricoles de base, la question de la valeur de la terre et de l'agriculture est de retour. La question de la santé et celle des droits humains prennent une place élargie tant dans les politiques publiques et dans la production de normes alimentaires. Des mouvements sociaux transnationaux s'emparent de la question de l'avenir de l'agriculture et de l'alimentation, et de celle de la "bonne vie".

    Pour contribuer à cette réflexion sur l'avenir de la terre et de la nourriture, cet ouvrage étudie la socialisation de l'agriculture, c'est-à-dire sa prise en charge tant par les politiques agricoles (essentiellement nationales) que par l'organisation des marchés dans un cadre national et international. Il le fait en prenant un large recul et mobilise trois temporalités. La première est celle de la planète. La seconde, celle des régimes métaboliques, façons dont l'humanité à différents stades de développement, mobilise matériaux et énergie. La troisième est celle du capitalisme, avec la succession de systèmes hégémoniques (ce qui n'exclue pas de multiples polarités).

    Cet ouvrage réunit des recherches récentes d'économistes, de sociologues, d'historiens et d'agronomes, de différents pays, recherches qui ont en commun de concerner la place de l'agriculture dans l'évolution des capitalismes.

  • Première synthèse nationale sur le sol, composante essentielle de notre environnement, cet ouvrage présente l'ensemble des connaissances sur les principales ressources en sols de France métropolitaine. Les données reprennent l'essentiel des travaux d'inventaire, de cartographie et de recherches associées sur les sols, notamment ceux réalisés dans le cadre du levé de la « Carte pédologique de France », coordonnée scientifiquement par l'Institut national de la recherche agronomique. Abondamment illustré par des schémas, des extraits de cartes explicatifs de la distribution des sols et de nombreuses photographies intégrées dans le cédérom associé, ce livre comporte par ailleurs la corrélation entre la taxonomie française utilisée (Référentiel pédologique) et le référentiel international World Reference Base for soil resources (WRB).

  • Le fonctionnement de notre biosphère dépend largement des interactions herbivores-plantes. C'est cette relation essentielle qui est décrite ici. La diversité du monde végétal, celle des phytophages stricts et occasionnels, ainsi que le panel de nutriments fournis aux animaux et à l'homme par les plantes sont également mis en évidence.

    En parcourant le cours de l'évolution, l'ouvrage montre comment les animaux ont adapté progressivement leur comportement et leur système digestif à la consommation des végétaux. Il souligne l'extrême diversité des micro-organismes des microbiotes intestinaux responsables de la digestion des polymères végétaux, la variété et l'originalité des mécanismes microbiens mis en jeu dans les processus digestifs. L'ouvrage propose, en outre, quelques pistes pour optimiser le fonctionnement des écosystèmes digestifs et leur impact sur la santé de l'hôte et sur l'environnement. Il souligne enfin l'absolue nécessité de préserver la diversité des relations plantes-animaux pour le futur de l'espèce humaine.

    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants, enseignants-chercheurs en sciences biologiques et sciences de l'environnement ainsi qu'aux nutritionnistes, médecins et agronomes.

  • One Health, "Une seule santé", est une stratégie mondiale visant à développer les collaborations interdisciplinaires pour la santé humaine, animale et environnementale. Elle promeut une approche intégrée, systémique et unifiée de la santé aux échelles locale, nationale et mondiale, afin de mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique, mais aussi s'adapter aux impacts environnementaux présents et futurs.

    Bien que ce mouvement s'étende, la littérature en français reste rare. Traduit de l'anglais, coordonné par d'éminents épidémiologistes et s'appuyant sur un large panel d' approches scientifiques rarement réunies autour de la santé, cet ouvrage retrace les origines du concept et présente un contenu pratique sur les outils méthodologiques, la collecte de données, les techniques de surveillance et les plans d'étude. Il combine recherche et pratique en un seul volume et constitue un ouvrage de référence unique pour la santé mondiale.

  • Cet ouvrage met en opposition la brièveté et la violence des crues rapides, face à la lenteur et la longueur du processus décisionnel français pour activer une alerte à destination de la population. Les sirènes, outils traditionnels hérités d'une longue tradition régalienne, ne sont pas déployées dans les zones potentiellement sinistrées, et rares sont les cas où elles ont été réellement activées. D'autres outils plus modernes pourraient être utilisés pour associer une information au signal sonore, mais les choix sont plus complexes qu'il n'y paraît. Croire que les moyens d'alerte sont "apolitiques" relève en réalité du mythe. Les institutions les plébiscitent pour expliquer des budgets conséquents, mais sans justifier de leur portée réelle auprès des publics visés. D'un autre côté, ce n'est pas parce que les outils existent qu'ils seront sollicités voire efficaces, et ce constat, observé au début des années 2000, se retrouve encore aujourd'hui, 20 ans plus tard.

    Une réflexion commune est désormais nécessaire. Il faudrait une plateforme unique, multi-aléas et multicanale, qui s'adapterait aux contextes et aux temporalités des dangers ou des menaces en cours. Il faudrait former et entraîner tous les acteurs impliqués, en particulier les populations, pour les sensibiliser à l'impensable. Mais surtout il faut réagir vite : la population méconnaît la diversité des canaux d'alerte, ce qui induit des hésitations et des confusions plus qu'une réelle réactivité. Ce constat est d'autant plus inquiétant que les habitants, en ne comprenant pas ce que l'on attend d'eux, ne peuvent pas adopter les mesures réflexes ou les comportements escomptés.

    Très documenté et argumenté, cet ouvrage est issu d'une recherche de plusieurs années. Au-delà de la communauté scientifique, il pourra être très utile aux gestionnaires du risque et aux acteurs de la sécurité civile.

  • Cet ouvrage regroupe seize chapitres qui présentent et discutent les découvertes récentes sur les sols et les interactions entre plantes et organismes telluriques. L'étude physico-chimique des sols permet de comprendre comment certains de leurs horizons favorisent l'implantation de la faune souterraine (vers de terre, collemboles, acariens...) et, corollairement, comment celle-ci crée de nouveaux espaces, qui seront colonisés par d'autres organismes telluriques, notamment microbiens.

    La caractérisation des microorganismes des sols par des approches métagénomiques révèle que la présence et le type de populations microbiennes dépendent des conditions environnementales ou des types de cultures. Elle facilite la définition de bio-indicateurs, qui dans cet ouvrage sont particulièrement illustrés à l'échelle de la France. Enfin, des travaux de génétique moléculaire montrent que des exsudats de racines de plantes sont capables de sculpter le microbiote racinaire, inhibant ou activant la croissance de populations microbiennes spécifiques.

    De telles avancées scientifiques ouvrent de nouvelles voies pour orienter les interactions plantes-microorganismes. Faire connaître les effets bénéfiques des microbes du sol sur les plantes permettra d'instaurer des systèmes de culture plus durables et plus économes en intrants de synthèse. Ces recherches ont donc un énorme potentiel pour le développement de l'agroécologie.

    Ce livre pluridisciplinaire s'adresse aux agronomes, aux étudiants et enseignants du supérieur en agronomie, ainsi qu'à tout chercheur souhaitant accéder aux bases scientifiques d'une agriculture écoresponsable.

  • En Afrique de l'Ouest et du Centre, les exploitations sont confrontées à des changements importants : accès aux ressources naturelles, intégration aux marchés, concurrence liée à la mondialisation, adaptation aux besoins des urbains, etc. Dans cet ouvrage, la recherche et le développement proposent de nouvelles méthodes d'analyse (fonctionnement, diversité, gestion) des exploitations agricoles africaines et une démarche de conseil aux producteurs. Il s'adresse aux universitaires spécialisés en agronomie et en économie et aux acteurs du développement impliqués en Afrique.

  • Avec pour double objectif d'aider à la décision et de donner un éclairage pédagogique sur les multiples aspects du système alimentaire mondial, cet ouvrage original intéressera l'enseignement supérieur et les responsables d'organisation. Il présente les théories, les méthodes, les concepts fondateurs et les plus récents, ainsi que des analyses empiriques et historiques sur la question très actuelle de l'alimentation d'une population croissante, dans un contexte de crise technologique, économique et sociale. Une prospective des modes de consommation et de production alimentaire à l'horizon 2050 est proposée.

  • Synthèse sur l'état des connaissances concernant la réception et le traitement des messages olfactifs et gustatifs, et étude de leurs implications respectives dans les champs du biologique et du social.

  • Les invasions d'espèces introduites provoquent des nuisances d'ampleur variable sur les écosystèmes concernés et il revient à la société d'en gérer les conséquences. Comment prévenir les invasions biologiques ? Comment évaluer le risque qu'elles représentent ? Que peut-on faire pour lutter contre les invasions en cours ? Sensibilisé à cette problématique, le ministère en charge de l'écologie a sollicité une communauté de chercheurs, issus de disciplines variées, afin d'appréhender ces questions selon des approches biologiques, sociologiques et économiques. Si la réponse unique et universelle aux problèmes que posent les espèces envahissantes dans les espaces naturels n'est pas apportée ici, les avancées indéniables dans la compréhension des mécanismes qui sous-tendent ces invasions permettront d'éclairer les décisions qui seront à prendre par les gestionnaires de l'environnement. Les scientifiques, enseignants et étudiants y trouveront également des résultats et réflexions qui enrichiront leurs connaissances.

  • Cet ouvrage présente la photosynthèse, phénomène complexe qui implique des mécanismes à la fois physiques et biochimiques.?Après une partie introductive (historique et généralités), le livre présente les deux grandes phases du processus : la phase lumineuse (mécanismes de capture et de transformation de l'énergie lumineuse en énergie électronique et chimique, transferts d'électrons dans et entre les photosystèmes) et la phase métabolique (fixation et réduction du carbone atmosphérique et synthèse des molécules organiques nécessaires au déroulement de la vie).?La dernière partie fait le point sur les relations plantes-atmosphère, l'influence des facteurs environnementaux sur la photosynthèse et l'impact écophysiologique de celle-ci.?Pédagogique, largement illustré et muni d'un index indispensable, ce livre s'adresse aux étudiants des premier et second cycles de l'Université, aux candidats aux concours du Capes et de l'agrégation, aux enseignants en agronomie, pharmacie et biologie.

  • Synthèse pédagogique sur les structures des sols et leur rôle majeur dans les fonctionnements hydrique, physique et biologique des sols. L´ouvrage revient d´abord sur la définition du concept de structure et sur les difficultés de sa quantification. Il fait ensuite la synthèse entre des méthodes de laboratoire permettant d´accéder aux organisations microscopiques et des méthodes de terrain caractérisant la dynamique d´évolution des structures, notamment en fonction des systèmes agricoles.

  • L'agriculture, via la conduite des cultures et de l'élevage, est source de polluants atmosphériques : ammoniac, produits phytopharmaceutiques, oxydes d'azote, composés organiques volatils biogéniques, particules primaires et secondaires... Elle est elle-même impactée par la pollution de l'air : ozone, contaminants-traces...

    Cet ouvrage collectif contextualise les relations entre agriculture et qualité de l'air en lien avec les changements globaux et l'évolution de l'activité agricole, et y apporte un éclairage historique et social. Les impacts environnementaux et sanitaires des polluants agricoles sont répertoriés et un bilan des impacts de la pollution de l'air sur l'agriculture est dressé. Ce livre vise aussi à donner les bases et les connaissances requises pour appréhender la complexité des processus d'émission, de dépôt, de transport et de transformation dans l'atmosphère. Un état des lieux des méthodes de mesure et de modélisation des échanges de polluants entre l'atmosphère et les parcelles cultivées, les bâtiments d'élevage, les paysages agricoles, etc., brosse le panorama des outils disponibles pour mieux comprendre l'impact des activités agricoles sur la qualité de l'air et identifier des pistes d'action et de recherche. Les auteurs analysent les enjeux techniques et agronomiques à concilier dans un contexte d'évolution conjointe des conditions de la pratique agricole et du cadre réglementaire et donnent des clés pour définir les actions de réduction des émissions à mener.

    L'ouvrage s'adresse aux étudiants, aux acteurs de la recherche et de l'agriculture ainsi qu'aux décideurs publics.

  • L'agronomie a évolué au cours des trente dernières années, en élargissant ses échelles d'approche, en modernisant ses outils de travail et en renouvelant ses objets d'étude. S'appuyant sur une abondante bibliographie, l'ouvrage s'attache à montrer cette évolution en balayant l'ensemble du champ de connaissances que l'agronomie couvre aujourd'hui.
    L'ouvrage est destiné aux étudiants, aux professionnels et aux chercheurs non spécialistes de l'agronomie, intéressés par une vision panoramique et documentée des évolutions de la discipline.
    Il est accompagné d'un cédérom reproduisant une centaine d'articles de référence en agronomie.

  • Cet ouvrage présente la photosynthèse, phénomène complexe qui implique des mécanismes à la fois physiques et biochimiques. Après une partie introductive (historique et généralités), le livre présente les deux grandes phases du processus : la phase lumineuse (mécanismes de capture et de transformation de l'énergie lumineuse en énergie électronique et chimique, transferts d'électrons dans et entre les photosystèmes) et la phase métabolique (fixation et réduction du carbone atmosphérique et synthèse des molécules organiques nécessaires au déroulement de la vie). La dernière partie fait le point sur les relations plantes-atmosphère, l'influence des facteurs environnementaux sur la photosynthèse et l'impact écophysiologique de celle-ci. Pédagogique, largement illustré et muni d'un index indispensable, ce livre s'adresse aux étudiants des premier et second cycles de l'Université, aux candidats aux concours du Capes et de l'agrégation, aux enseignants en agronomie, pharmacie et biologie.

  • Comment la biodiversité végétale cultivée peut-elle contribuer à la transformation, et à « l'écologisation» de l'agriculture des pays du Sud ? Issues de nombreux travaux de terrains dans les pays du Sud, des avancées scientifiques multiples sont présentées dans tous les domaines qui touchent l'agriculture (agronomie, amélioration des plantes, protection des plantes, systèmes de cultures, etc.), afin d'intensifier les processus écologiques dans les parcelles cultivées et à l'échelle des paysages ruraux.

  • Les plantes transgéniques sont maintenant cultivées dans plus de 90 millions d'hectares dans le monde, mais leur développement est bloqué en Europe. En France, elles sont l'objet de débats fréquents, passionnés, polémiques et de prises de position politiques. En conséquence, il n'est pas toujours facile de bien cerner toutes les facettes de ce dossier. Cet ouvrage rassemble des informations permettant de mieux comprendre les objets des débats en s'appuyant, pour chacun d'eux, sur des références précises. Qu'est-ce que la transgénèse, que peut-elle apporter ? Quels sont les risques éventuels pour la santé et pour l'environnement, comment sont-ils ou peuvent-ils être gérés ? Les raisons du refus des plantes transgéniques sont-elles de nature scientifique, économique, éthique ou politique et quelles en sont les conséquences ? Les auteurs ont examiné la balance bénéfices/risques des plantes transgéniques en considérant les points de vue techniques, scientifiques, économiques et sociétaux. Cet ouvrage s'adresse aux étudiants et aux enseignants en biologie végétale ou en agronomie, aux chercheurs et ingénieurs de la sélection végétale, aux décideurs et à tout citoyen s'intéressant à ce sujet de société.

  • Des mortalités massives d'huîtres sont connues dans le monde entier depuis longtemps, mais sans explication strictement pathologique. Cet ouvrage décrit comment l'environnement, la reproduction, le stress, la génétique, les pathogènes et la température conduisent aux mortalités estivales en France. Les résultats sont rassemblés en un modèle d'interactions et des recommandations données pour prévoir et gérer les risques.

  • Quelles technologies influencent les qualités sanitaires, toxico-nutritionnelles et organoleptiques des viandes ? Comment prévenir les risques d'oxydation et le développement bactérien ? Quels sont les facteurs réels de risque de cancer ? Quels types de production sont développés en France ? Quelles conditions d'élevage améliorent les qualités sensorielles et nutritionnelles des viandes ? Autant de questions auxquelles ce livre, fruit du travail de 39 auteurs, se propose de répondre en s'appuyant sur des articles référencés.

  • La biomasse lignocellulosique des plantes est une ressource abondante, peu onéreuse, renouvelable et largement sous-employée. Composée essentiellement de parois cellulaires, elle constitue une importante ressource de fibres pour l'énergie, les biomatériaux et la chimie verte. Cet ouvrage, destiné à l'enseignement supérieur, s'adresse aux enseignants et étudiants. Il intéressera également les chercheurs et les techniciens en agronomie tropicale ainsi que les industriels de la biomasse.

empty