Sciences humaines & sociales

  • Construire la voûte d'une entreprise humanisée, qui fait tenir ensemble les personnes, les groupes, la société, dont les activités façonnent notre terre, constitue aujourd'hui un enjeu crucial. Il implique de valoriser le développement humain et sociétal, de développer les conditions d'une responsabilité partagée dans l'entreprise, de favoriser l'implication de toutes les parties prenantes dans un contexte de protection indispensable des ressources naturelles.Le livre explore donc huit clés qui traduisent ces orientations: le changement, le service, la stratégie, l'initiative, le management, le développement relationnel et humain, le leadership. Il explicite également les valeurs qui les soutiennent. Il allie concepts, méthodes et illustrations.Il s'adresse à la fois à tous les acteurs de changement du monde professionnel et à celles et ceux qui ont envie de le devenir.L'ouvrage est préfacé par Naji Habra, Recteur de l'Université de Namur (2017-2021).Michel Damar est économiste, maître de conférences à l'Université de Namur et vice-président de l'asbl «Le Beau Vallon, soins spécialisés en santé mentale». Il dispose d'une longue expérience de dirigeant dans le secteur public belge, de consultant et d'accompagnement de responsables dans leur évolution.Joseph Pirson est sociologue et philosophe. Directeur retraité de l'ILFOP, institut d'enseignement de promotion sociale, il a enseigné à Strasbourg et Louvain-la-Neuve, où il conserve des activités de recherche sur les changements organisationnels.

  • Vivre et agir sur Internet demande de s'y dévoiler dans ses opinions, ses goûts et ses comportements . C'est à ce prix que nous existons sur les réseaux sociaux. Est-ce pour autant la fin de la vie privée? En se focalisant sur l'idée alarmiste que la vie privée disparaît, nous oublions de nous poser les questions politiques essentielles de ce qui est en train de disparaître, et de ce que nous devons reconfigurer pour préserver notre vivre ensemble et notre développement personnel.
    Loin des injonctions simplistes invitant chacun d'entre nous dans un combat d'arrière garde à protéger ses données personnelles, ce livre apporte un éclairage essentiel sur ce qu'il nous arrive, mais aussi des réponses pragmatiques pour tracer les voies d'une 'bonne vie' sur Internet dans le respect des personnes et de la démocratie.
    L'ouvrage est basé sur une série d'entretiens d'experts de différents domaines, de fins observateurs de la vie digitale. Chacun apporte un angle d'analyse, une manière d'envisager la société actuelle, sans langue de bois. Les différents points de vue permettent au lecteur de retrouver des prises pour comprendre le monde digital, mieux s'y repérer, et dès lors, développer d'avantage de capacités d'action.
    Experts interrogés : Serge Abiteboul (ingénieur), Pierre-Antoine Chardel (philosophe), Jean-Michel Cornu (ingénieur), Dominique Desjeux (anthropologue), Nicole Dewandre (ingénieure, philosophe), Cécile de Terwangne (juriste), Fanny Georges (sciences de la communication), Nathalie Grandjean (philosophe), Daniel Kaplan (économiste, sciences politiques), Claire Lobet-Maris (sociologue), Jean-Marc Manach (journaliste), Antoinette Rouvroy (juriste, philosophe), Serge Tisseron (psychanalyste, psychiatre), Sophie Vulliet-Tavernier (juriste, sciences politiques, sciences de l'information).

  • Michel Henry démontre, par le biais d'une phénoménologie radicale, que cette vie est un sentiment, ou, mieux, un "pathos" qui ne relève en aucune façon du monde. A partir de là s'ouvrent de toutes nouvelles perspectives sur la destinée humaine et sur notre modernité. Mais des questions surgissent aussi. Trois d'entre elles sont ici explorées. Premièrement la question de la méthode phénoménologique; deuxièmement, le problème du langage et de sa possibilité à partir d'une phénoménologie de la vie qui semble pourtant l'exclure; troisièmement, la question de la culture et de la politique comme affirmations ou négations de la vie originaire. On trouvera dans cet ouvrage une retranscription des interventions de Michel Henry, apportant d'éclairantes précisions sur ces différents problèmes ainsi que sur ses der nières recherches.

  • Lévinas peut-il susciter une réflexion sur l'histoire et nourrir un engagement dans l'histoire ? Pour répondre à ce défi, diverses questions s'entrecroisent dans ce recueil, aux confins de la philosophie, de la théologie, de l'histoire, des sciences humaines, sociales et politiques. Paul Ricoeur en assure la synthèse.

  • Bien plus qu'une simple addition insignifiante, le surcroît s'inscrit sur les lieux d'une soustraction : ajout incalculable, il ouvre un espace et introduit du souffle. Gardant ses racines dans l'excès inatteignable du réel, il s'ancre dans un acte subjectif qui accorde existence à une chance. En deçà et au-delà de l'événement - surgissement, traumatisme, effraction, béance - le surcroît est puissance originaire de l'excès intime, exposition affirmative d'un motif improbable, déploiement du possible en un point antérieurement réputé impossible, et encore, déclaration intempestive d'une vérité qu'aucun savoir n'épuise. La fabrication d'un tel supplément ne peut avoir lieu que selon des voies singulières, propres à chaque champ d'exercice. À chacun ses moyens ! L'ouvrage, reprenant les contributions des journées organisées à Namur les 19 et 20 mai 2006 et inscrites dans le cadre du Réseau Thématique Européen Inter-Universitaire «Cliniques de la Création», en explore quelques modalités, dans les espaces de la clinique, de l'écriture, de la peinture, de la sculpture et de la poésie. De la mise en résonance de ces moyens singuliers, se dégage un éclairage réciproque de l'acte tel qu'il se pose en ces diverses occurrences maintenues dans leurs différences.

  • En Wallonie, selon les dernières estimations, en 2060, une personne sur quatre devrait être âgée de 65 ans ou plus et près d'une sur dix de 80 ans et plus. Soit plus d'un million de wallons et wallonnes pour la première catégorie et plus de 400 000 pour la seconde!
    Face aux défis engendrés par ce que certains n'ont pas hésité à appeler une « révolution grise », il est nécessaire de s'interroger sur l'évolution des dispositifs d'accompagnement des personnes âgées. Plus fondamentalement, la question du bien vieillir en Wallonie est posée.
    C'est en vue d'apporter un certain nombre d'éléments de réponse à celle-ci que l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique a développé un programme de travail prospectif. Il a ainsi confié à une équipe interdisciplinaire de chercheurs universitaires la tâche d'identifier, sur la base d'un examen rigoureux de la situation régionale et des attentes de la population, les scénarios d'évolutions possibles et la mise en évidence des enjeux pour la région en matière de bien vieillir à l'horizon 2025-2045.
    Le présent ouvrage propose les principaux enseignements de cette réflexion prospective. Le diagnostic du présent et les enjeux identifiés, l'élaboration et les résultats de la prospective et les pistes d'action publique envisageables pour répondre aux défis posés par l'évolution démographique régionale sont présentés successivement.

  • Derrière l'image consensuelle d'une petite Belgique unie dans l'adversité du premier conflit mondial, se dessinent des réalités bien complexes. Un des angles morts de ces années de guerre réside dans le sort des patients psychiatriques. Internés dans des grandes structures, tributaires des rations officielles, ceux-ci sont touchés par une surmortalité hors norme. Sans que cela n'émeuve grand monde... L'ouvrage est consacré à l'analyse de ce processus de fragilisation, encore très peu étudié. Des chapitres thématiques alternent avec l'évocation d'une certaine Élise qui a vécu ces événements de l'intérieur.Benoît Majerus est enseignant-chercheur à l'Université du Luxembourg.Anne Roekens est professeure d'histoire contemporaine à l'Université de Namur.

  • La Première Guerre mondiale a marqué le XXe siècle ainsi que ce début de XXIe siècle. Cet ouvrage collectif nous le prouve en rassemblant quinze articles portant tantôt sur les productions de jeunesse contemporaines des événements, tantôt sur les oeuvres de fiction qui ont suivi ces années de guerre, pour des publics de 7 à 77 ans.La diversité des points de vue (historique, littéraire, linguistique, artistique) adoptés pour l'étude de ces productions pour la jeunesse et pour adultes garantit une grande cohérence à l'ensemble de ces contributions. Quant aux lecteurs d'aujourd'hui, ils retrouveront dans ce volume les supports de lecture qu'ils affectionnent (récit de vie, bande dessinée, roman, presse illustrée, photographie, album pour enfants) et ils apprécieront leur grande richesse de signification.Jean-Louis Tilleuil et Louis Vandecasteele ont dirigé l'ouvrage. Le premier est professeur à l'Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) et chargé de cours à l'Université de Lille; il dirige le Groupe de Recherche sur l'Image et le Texte/GRIT. Le second est chargé de cours en littérature de jeunesse à l'Université de Lille et réalise une thèse sur l'écrivain voyageur Sylvain Tesson.

  • Le handicap peut être abordé comme une production culturelle influencée par les environnements géographiques, sociaux, économiques et politiques. Construit au premier abord autour de l'altération et du dysfonctionnement, il reste empreint de symbolique, chargé de représentations et de préjugés. C'est dans cette perspective que cet ouvrage propose d'explorer l'altérité, en mettant à l'épreuve la variété des manières de percevoir mais aussi de traiter le handicap dans différents espaces sociaux et culturels, et plus précisément la sphère francophone. Cette dernière, au-delà de l'illusion socio-historique d'une convergence et d'une homogénéité linguistique, combine indubitablement une variété de représentations et de typologies (partie 1) qui se traduisent par la mise en place de multiples politiques et dispositifs à destination des personnes handicapées (partie 2). À partir de là, l'expérience quotidienne se dessine et la possibilité de pratiquer des activités sportives et culturelles (partie 3) ainsi que l'accès à l'éducation et à l'emploi (partie 4) se déploient de manière tout autant singulière. Au final, les enjeux sont d'observer à la fois le champ des représentations et celui du traitement social du handicap à travers les politiques publiques (internationales et nationales) ainsi que les usages sociaux de la personne, construits par et sur des particularismes, des invariants, des mimétismes, des emprunts, des nouvelles approches scientifiques et innovations technologiques, des conflits, etc. Il a bénéficié du soutien financier de l'Institut d'études avancées de l'Université de Strasbourg (USIAS).

  • Aujourd'hui, le simple fait d'e´voquer la figure de Pie XII conduit souvent a` de´clencher des re´actions e´pidermiques. Ne serait-il pas l'exemple me^me du conservatisme the´ologique ? L'ennemi de la recherche et de l'e´volution ? N'est-il pas ce pape dont les silences durant la seconde Guerre suffisent a` le discre´diter aux yeux de bon nombre de nos contemporains ? Se de´fiant des opinions et des images toutes faites, il convient d'affronter ces questions en leur donnant une re´ponse fonde´e sur des bases historiques rigoureuses. Cet ouvrage collectif, fruit d'une rencontre tenue a` l'Universite´ de Namur entre trois historiens, un the´ologien et deux philosophes, entend revisiter, loin de tout esprit pole´mique, certains aspects fortement discute´s du pontificat de Pie XII et de´crypter l'e´volution des images qu'on a pu, au cours du temps, se faire d'Eugenio Pacelli. Avec un regard critique qui n'esquive en rien les ambigui¨te´s d'une e´poque bouleverse´e, les auteurs mettent en e´vidence la complexite´, mais aussi les richesses de la vie et de la pense´e d'un pape qui ne cadre pas exactement avec les images nai¨ves que certains s'e´vertuent a` donner de lui.

  • Fort de sa longue expérience de coopération Nord-Sud, l'anthropologue Michael Singleton a élaboré, au cours de sa carrière universitaire, une analyse critique, décapante, souvent provocante, du développement. Ses positions sur cette problématique ont une profondeur philosophique qui le dispute en intérêt stimulant à leur ancrage sur le terrain empirique.
    Dans cet ouvrage, Michael Singleton propose un article inédit dans lequel il souligne la nécessité, et la difficulté, de faire face au défi de l'interculturalité inhérent à tout projet de développement, et il soumet la thèse qu'il y défend au tribunal critique de différentes disciplines. Les points de vue de la théologie, de l'économie, du droit, de l'histoire, de l'anthropologie, de l'éthique et de la philosophie, présentés par les différents contributeurs à l'ouvrage, du Nord et du Sud, apportent un éclairage multiple sur les enjeux de son «constructivisme post-développementaliste».

  • Cet ouvrage met en évidence le caractère effectif de la participation comme clé indispensable de bonne pratique du Système d'Information Géographique participatif (SIGP). Il invite positivement à la réflexion en la matière à travers de nombreuses expériences et illustrations. Au départ de nombreuses expériences menées principalement aux Philippines en aménagement du territoire, ce volume tente d'éclairer les notions de géographie participative, d'action citoyenne, de partenariat quadripartite, de partage de pouvoir, dans une recherche orientée action qui met en oeuvre la pratique des Systèmes d'Information Géographique Participatifs (SIGP). Le premier chapitre s'appuie sur la littérature et sur l'expérience de l'auteur et de ses collaborateurs pour retracer l'historique de la pratique des SIGP. Le deuxième chapitre présente une série de contributions spécifiques qui relatent, critiquent et ouvrent des perspectives de collaborations mises en oeuvre par l'auteur aux Philippines. Le troisième chapitre tente d'évaluer les SIGP sur base de leur valeur ajoutée. Il inclut un survol critique des nouvelles pratiques dont notamment les cyber techniques. Cet ouvrage met en évidence le caractère effectif de la participation comme clé indispensable de toute bonne pratique du SIGP. Il invite positivement à la réflexion en la matière à travers de nombreuses expériences et illustrations. Avec des contributions de : V. Aguilar, E.Alarcon, A. Carmona, N. Daix, B. Denil, A. Ignacio, J. Martinez, M. McCall, G. Miscione, E. Olivarez, M. Pandan, G. Rambaldi, R. Teruel, J. Verplanke.

  • Ce livret présente l'outil multimédia « Vie affective, relationnelle et sexuelle des personnes ayant une infirmité motrice cérébrale ». Cet outil est composé de quatre DVD-rom destinés respectivement aux enfants, aux adolescents, aux adultes, et aux proches et professionnels.
    Ce projet d'outil multimédia d'information, de sensibilisation et de formation a été réalisé par le Centre Handicap et Santé de l'asbl ARAPH (Association de Recherche et d'Action en faveur des Personnes Handicapées), grâce à la collaboration de personnes ayant une infirmité motrice cérébrale, de leurs proches et de professionnels de santé.
    Ce livret explique le contexte de création et les objectifs des DVD-rom. Il présente une revue de la littérature scientifique abordant les conséquences de l'infirmité motrice cérébrale sur la vie affective, relationnelle et sexuelle. Il explique comment naviguer dans les DVD-rom et fournit la table des matières de tous les thèmes abordés dans les 4 DVD-rom.
    Finalement, il propose quelques adresses utiles, ainsi qu'une liste de documents intéressants à consulter.

  • Au départ d'une enquête sociologique rigoureuse, le Professeur Paulin Duchesne définit le rôle nouveau des aînés dans la société du 21e siècle.
    Le Président de l'Université du Troisième Age de Namur confie avec passion au lecteur toute la richesse d'une expérience acquise pendant près de 40 ans.
    Ce livre apporte un regard clair et lucide sur le rôle du 3e âge, il dresse une fresque avec générosité et talent. Il est l'oeuvre d'un visionnaire ; une charte pour l'avenir.

  • Le sujet de cet outil d'animation est la différence, thème qui sera abordé à travers diverses thématiques par l'intermédiaire de six courts-métrage et de l'animation accompagnant ceux-ci. Un partenariat avec l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, au Liban, autour d'un projet promouvant l'idée de vie ensemble avec la différence fut le point de départ de la construction de cet outil d'animation. Spécialisé dans le domaine du handicap, le département de Psychologie des Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur (FUNDP) a voulu replacer cette différence souvent stigmatisée comme insurmontable, et méconnue, parmi d'autres différences, afin de démontrer que ce n'est «qu'une différence comme les autres», qu'après tout nous sommes tous différents. Il est important de réfléchir à nos relations aux autres, et de comprendre qu'il est toujours possible d'entrer en relation, avec qui que ce soit, tant que l'on essaie de comprendre l'autre, de le respecter, tout en se respectant soi-même. Nous avons donc décidé de continuer ce projet, sous forme d'outil pédagogique, et d'aborder d'autres thèmes, dont le handicap, sous forme de témoignages. Nous sommes partis à la rencontre de personnes, avant tout, et avons pris soin de recueillir leur témoignage le plus naturellement possible, de faire passer leur message, elles qui connaissent mieux les sujets abordés que personne, les vivant ou les côtoyant au quotidien. Nous avons centré ces témoignages avant tout sur l'idée de relation à la différence, des diff cultés qui peuvent se présenter dans ces relations à l'autre sous diverses formes. Mais nous avons également, et surtout, insisté sur le positif à côtoyer l'autre, sur ce que l'on peut apprendre de chacun. Car il est important de voir et de connaître l'autre tel qu'il est, avec ce qu'il a à nous apprendre, plutôt que de le voir seulement à travers ce qui le différencie. Cet outil se compose d'un DVD comprenant six courts-métrages sur les thèmes suivants : la différence fille/garçon, l'homosexualité, la différence culturelle, le handicap physique, la surdité, l'analphabétisme. Des fiches d'animations accompagnent ce DVD afin de fournir à l'animateur des pistes de réflexion à lancer auprès de ses animés, permettant d'exploiter au mieux les courts-métrages. Un fascicule explicatif accompagne le tout, et comprend des informations supplémentaires sur le projet et l'animation.

  • Le colloque « Littérature et totalitarisme I. Écrire pour témoigner » dont nous présentons ici les actes a incité les chercheurs à aborder la question sous différents angles : l'incursion du politique dans le champ artistique, le pouvoir des mots face au pouvoir totalitaire, l'écriture comme témoignage, la fiction comme un texte de témoignage. Est également évoqué le rôle de l'écrivain dans un contexte totalitaire, que ce soit le régime communiste ou le régime nazi. Plusieurs approches ont été élaborées pour saisir le sujet dans ses diverses manifestations : textes de témoignage, carnets, textes fictionnels destinés ou non destinés à la publication. Tout en se centrant sur le phénomène totalitaire, les questions soulevées mettent en relief en quoi ces textes constituent un défi, une opposition au politique, et incarnent un témoignage singulier.
    La présente publication sera suivie, en 2015, par celle des actes du deuxième colloque : « Littérature et totalitarisme II. Vers une conceptualisation du phénomène ».

  • Le présent ouvrage développe les thèmes consacrés à la vie affective, relationnelle et sexuelle des personnes blessées médullaires qui font l'objet de l'outil enVIE d'amour réalisé par le département de psychologie, le centre Handicap et Santé et le CRETH de la Faculté de Médecine (Namur - Belgique).

  • Connaître avec finesse l'environnement d'autrefois permet de mieux appréhender l'environnement d'aujourd'hui. Ce livre rassemble les interventions du colloque « Premières Rencontres d'Histoire de l'Environnement en Belgique » organisé par les FUNDP les 11-12-13 décembre 2008. Il accueille des communications riches et variées, tant conceptuelles (environnement, développement durable), qu'historiographiques, analytiques ou méthodologiques relatives aux paysages (forêts, jardins, parcs naturels.), aux transformations des milieux urbains ou ruraux, à l'impact industriel, à la pollution et à la gestion des eaux et des sols, à la sensibilité environnementale, ... Il a aussi pour objectif de mieux faire connaître les sources qui s'offrent au chercheur : archives de l'écologie politique, fonds des administrations, sources comptables, traces archéologiques, documents cartographiques, etc. L'ouvrage touche aussi bien l'espace belge actuel que celui des anciennes colonies (Congo, Ruanda-Urundi).

  • Ce manuel d'introduction à la linguistique romane est destiné aux étudiants de premier cycle en langues et littératures romanes et a été conçu pour un module didactique d'une trentaine d'heures d'enseignement, à savoir plus ou moins quatre crédits. L'auteur s'est efforcé d'expliquer la matière de la manière la plus simple possible à l'intention d'étudiants n'ayant aucune connaissance préalable du sujet et n'ayant pas nécessairement étudié le latin auparavant. Le choix et l'ordre des thèmes traités ont été dictés par la volonté de fournir aux étudiants un aperçu à la fois synthétique et systématique des problèmes posés par l'étude des langues romanes - européennes et extra-européennes, dans leurs variétés aussi bien médiévales que modernes - en rapport avec les différentes méthodologies développées par la linguistique générale moderne.

  • La collégiale Sainte-Croix de Liège est édifiée entre le début du XIIIe siècle et le milieu du XVe siècle, selon des choix architecturaux très originaux qui ont de tous temps intrigué les auteurs. Cet ouvrage retrace l'histoire d'une église singulière, depuis ses origines jusqu'aux derniers travaux de restauration du XXe siècle. Il en étudie ensuite les formes dans une perspective plus large, afin d'en chercher l'origine et de mieux comprendre leur adoption par des chanoines liégeois du bas Moyen Âge. Les résultats montrent que, loin de se cantonner à un contexte stylistique et technique régional, l'église Sainte-Croix s'intègre également, à sa manière, dans une histoire de l'architecture plus globale, et bénéficie tout autant des apports et influences de l'architecture du Nord de la France que des expériences menées en terre d'Empire aux XIIIe, XIVe et XVe siècles.

  • Cet outil a comme objectif la promotion de la santé affective, relationnelle et sexuelle des personnes blessées médullaires. Il est destiné aux personnes handicapées, aux professionnels de la santé ainsi qu'à toute personne concernée de près ou de loin par ce handicap. Cet outil multimédia est composé de trois DVD ainsi que d'un livret d'accompagnement qui permet à l'utilisateur de mieux comprendre et utiliser les DVD. Les DVD proposent des informations et des conseils, mais également une série de témoignages de personnes handicapées, de leurs proches et de professionnels de la santé. Ils abordent chacun une problématique spécifique de la vie affective, relationnelle et sexuelle : - " S'ouvrir aux autres et à soi-même " : ce DVD aborde entre autres les représentations sociales, le vécu après l'accident, la confiance en soi, la vie affective et relationnelle, la rencontre amoureuse, la vie en couple et les lieux d'ouverture aux autres et à soi-même. - " Vivre sa sexualité " : ce DVD aborde entre autres les fonctions sexuelles, les répercussions d'une lésion médullaire sur la sexualité, les pratiques sexuelles, les aides sexuelles, la contraception, les difficultés liées à l'hygiène intime, l'orientation sexuelle et la sexualité en institution. - " Fonder une famille " : ce DVD aborde entre autres le désir d'enfant, les spécificités liées à la procréation, la grossesse et l'accouchement, la vie au quotidien avec bébé, l'adoption et la vie de famille.

  • Le temps est une notion éminemment complexe. L'encre qui a coulé sur le sujet a gami bien des pages. Que ce soient les philosophes, les physiciens, en passant par les poètes et les romanciers, tous les esprits curieux se sont intéressés à ce concept en tentant, à défaut de pouvoir le saisir, de l'appréhender pour le décrire et comprendre son lien à l'homme. C'est lorsqu'il s'inscrit dans la langue que le temps éveille la curiosité des linguistes.
    La langue concernée ici est la langue des signes utilisée par la communauté des Sourds de Belgique francophone (LSFB). Cette étude prend pour objet la façon dont le temps est exprimé en LSFB et s'appuie sur des recherches de même type conduites sur d'autres langues des signes (LS). Il est majoritairement entendu que ces langues ne disposent pas de paradigme verbal pour le temps. Par contre, elles présentent un système flexionnel aspectuel extrêmement riche qui semble, dans bien des cas, suppléer la flexion temporelle. Des ressources spécifiques sont par ailleurs sollicitées pour exprimer les informations de temps : des lignes du temps, des items lexicaux de type adverbial, certains marqueurs spécifiques, le recours à des pointés, le rôle de la main passive et celui des composantes non manuelles que sont les mouvements du corps, de la tête et l'expression faciale. Ces multiples facteurs s'articulent sous différentes combinaisons et construisent un système de référenciation temporelle riche et complexe.
    Ce sont ces multiples éléments qui ont été étudiés en LSFB dans un ample corpus composé de trois catégories de discours : narratif, conversationnel et descriptif. La principale particularité observée réside dans le fait que les marques de temps sont pour ainsi dire absentes des narrations, comme si celles-ci étaient ancrées hors du temps, suspendues dans le monde intemporel de l'imaginaire.
    Ce travail représente la première étude discursive menée sur la LSFB et ouvre la voie à de nombreuses questions relatives au temps, à l'aspect ainsi qu'aux critères définitoires des catégories de discours.

  • En quoi la mise en forme audio-visuelle interfère-t-elle sur les contenus, leur perception, leur interprétation ? Comment notre rapport au réel s'en trouve-t-il affecté ? Quelles clés s'offrent au spectateur pour décoder ce qu'il voit et entend ? Comment repère-t-on que nous sommes face à une fiction ? L'un des traits marquants de l'écriture audio-visuelle actuelle est le déplacement des frontières entre le réel et la fiction. On voit des créations fictionnelles utilisant des traits caractéristiques du documentaire et, inversement, des documentaires largement mis en scène. Les différents genres audio-visuels se téléscopent, nécessitant de nouveaux outils pour les aborder. À travers cet ouvrage collectif, des spécialistes de la communication, des sémiologues, des sociologues des médias et des historiens proposent un croisement de regards disciplinaires favorisant la réflexion critique sur l'évolution de l'audio-visuel et l'acquisition de nouveaux outils de compréhension. Cet ouvrage d'éducation aux médias s'adresse aux enseignants, aux étudiants ou à toute personne qui souhaite s'initier au monde médiatique et comprendre les spécificités de l'audio-visuel. Auteurs : Charles Angelroth - Jean-Benoît Gabriel - Annabelle Klein - Emmanuel Murhula - Bénédicte Rochet - Anne Roekens - Sarah Sepulchre - Jonathan Thonon - Axel Tixhon

  • Comment s'ouvrir à la complexité du langage ? Comment interroger réciproquement ses mots et ses maux, dans une perspective clinique ? Comment tenter de distinguer les multiples déterminations sous-jacentes à ce phénomène qui engage tout ce qui nous fait humains ?
    L'objectif de ce document audiovisuel et du livret qui l'accompagne est d'initier à une démarche d'observation et de questionnement cliniques sur le langage en sciences de l'homme.
    Le dispositif didactique proposé implique de la part des étudiants un travail progressif de repérage et de questionnements, à partir de séquences choisies de personnes atteintes diversement dans leurs capacités de parole et de langage. Composé en 8 modules, le film est progressif, conviant, pas à pas, son spectateur-auditeur-acteur à participer à l'élaboration de l'intrigue, à sa remise en cause, à ses développements. L'étudiant est mis et accompagné sur la piste de ce que peut être une construction clinique en sciences de l'homme.
    Livret et document s'adressent aux formateurs oeuvrant dans des domaines de la clinique ou s'intéressant d'une manière ou d'une autre au langage. Sont ainsi concernés aussi bien les psychologues, psychiatres, neurologues, médecins généralistes, que les linguistes ou les orthophonistes.
    L'ensemble du travail ici présenté provient de la collaboration entre un linguiste (Jean Giot), un psychologue clinicien (Jean-Luc Brackelaire), professeurs à l'Université de Namur (Belgique), une linguiste clinicienne (Attie Duval), professeur en sciences du langage à l'Université de Haute-Bretagne (Rennes 2 - France), et une orthophoniste (Christine Le Gac) du Centre Hospitalier Universitaire de Rennes, membres du Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche sur le Langage (Lirl, Rennes 2). Au travail de réalisation du présent livret d'accompagnement s'est jointe Laurence Meurant, assistante en linguistique à l'Université de Namur.
    Le film a été réalisé par Baudouin Lotin et l'équipe du SAVé de l'Université de Namur.

empty