Littérature générale

  • Namur mise en bouche

    Collectif

    Offrant un kaléidoscope de la vie namuroise du 18e siècle et campant onze histoires bien différentes les unes des autres, ces nouvelles ont néanmoins toutes un point commun : elles évoquent le monde des saveurs gustatives, de l'alimentation d'autrefois, des auberges et des cabarets qui faisaient le quotidien du Namur de jadis. Meurtre parfumé de champagne, sacrilège au goût de pimprenelle, empoisonnement aux relents de Hougarde, rencontres improbables aux arômes d'oseille ou de mastelle, quignons de pain partagés, sang, vin. Chacun de ces récits nous entraîne dans un univers particulier et nous dévoile, archives anciennes à l'appui, ce qu'était la société namuroise d'il y a plus de deux siècles. Mais la plume de l'écrivain ne se contente pas de ce que l'on sait, elle va aussi là où elle peut inventer. Historiens de formation, les auteurs ont voulu explorer ici d'autres modes d'expression que la communication scientifique et académique. Les récits littéraires qu'ils proposent résultent d'une démarche à la fois documentaire et créative. Funambules sur la corde de l'historiquement vrai et du délicieusement imaginé.

  • Cet ouvrage développe une analyse rigoureuse du principe d'égalité, qui aborde de manière claire les notions d'égalité dans la loi, devant la loi et par la loi, d'égalité des chances et de non-discrimination.
    Appliquée à une question précise - le droit d'accès du citoyen aux affaires publiques de son pays -, l'égalité semble réalisable, mais est loin d'être effective, y compris dans les textes juridiques des Etats démocratiques.
    Le lecteur trouvera dans cet ouvrage, à côté d'une critique doctrinale habituelle, des références à la jurisprudence du Comité des droits de l'homme, du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale, de la Cour européenne des droits de l'homme et de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples. La jurisprudence de la Cour suprême des Etats-Unis et de la Cour d'arbitrage et du Conseil d'Etat de Belgique a été particulièrement sollicitée.
    Les difficultés d'application du principe d'égalité sont mieux mises à jour dans le contexte socio-politique de chaque Etat. Il en est ainsi du Rwanda, auquel l'auteur consacre la deuxième partie de son étude.

  • Le présent volume rassemble dix-sept articles consacrés à Gérard de Nerval, écrits à la mémoire de Jacques Bony, disparu en 2015. Ils explorent différents aspects de l'oeuvre nervalienne, dont Jacques Bony a montré la singularité dans ses nombreux travaux. L'un de ses ouvrages majeurs, Le récit nervalien, une recherche des formes, est le fruit d'une vingtaine d'années de recherche. Jacques Bony y développe une interprétation des fragments de récits à partir d'une étude minutieuse des manuscrits. Le récit nervalien éclaire le lecteur sur la «méthode Bony»: celle d'un historien de la littérature qui articule une poétique des textes à une scrutation scrupuleuse des manuscrits. Cet ouvrage fondateur, qui a inspiré plusieurs articles du présent volume, montre comment s'estompent les frontières entre prose et poésie. Constamment adossée à l'édition, la réflexion de Jacques Bony sur l'oeuvre de Nerval s'est voulue pragmatique, comme en témoigne sa manière de préfacer les oeuvres, y compris dans les éditions courantes, qui ne sacrifient jamais l'utile érudition à la vulgarisation niveleuse et auxquelles se réfèrent plusieurs articles de ce volume. Redonnant sa juste place au théâtre dans l'ensemble de l'oeuvre de Nerval, Jacques Bony nous rappelle que l'art dramatique est au coeur de la création nervalienne. Au fil des articles se dessine ainsi une poétique nervalienne à la lumière des travaux de Jacques Bony, qui alluvionnent toujours la recherche dix-neuviémiste.

  • Mathématicien, chercheur en physique des particules élémentaires, puis professeur ordinaire au département interdisciplinaire Sciences, philosophies sociétés de la Faculté des sciences à l'Université de Namur qu'il dirige durant douze ans, Georges Thill, né en 1935, a contribué à promouvoir le co-développement durable.
    La science est pour cet intellectuel chrétien une activité innovante et créatrice : on y transgresse les standards admis, on progresse par écart. Soutenue à l'Institut catholique de Paris, sa thèse doctorale La Fête scientifique le révèle comme un précurseur de la socio-épistémologie des sciences.
    La reconnaissance de la techno-science comme une activité humaine, individuelle et sociale l'ont rendu attentif aux limites de l'expertise. C'est dans la critique des sciences et leurs rapports avec la société que Georges mènera ses activités d'enseignant, de chercheur et de militant.
    Il fonde et assure la coordination scientifiquedu réseau PRELUDE (Programme de recherche et de liaison universitaires pour le développement). Cette ONG présente sur les cinq continents contribue à combiner les savoirs locaux ou traditionnels avec les sciences et les technologies avancées et préconise le métissage des cultures.

  • Littérature et totalitarisme II.
    Vers une conceptualisation du phénomène interroge le concept de totalitarisme et s'efforce à dégager les caractéristiques propres aux régimes fascistes/communiste à travers les textes littéraires.

    Sont abordés, par les chercheurs belges, français, géorgiens, les textes de fictions et les récits de témoignages conçus dans diverses circonstances : pendant les régimes totalitaires, au cours de l'exil, dans l'après-événement.
    Le but est de déceler les définitions/conceptions complexes qui s'esquissent dans l'appréhension de ce que peut être appelé le phénomène totalitaire. C'est autour de ce questionnement que se sont réunis les chercheurs pour réfléchir d'une part, comment la littérature aborde, dans ces conditions précises, l'extra-littéraire et comment elle saisit, d'autre part, les signes les plus niais qui peuvent se manifester dans toutes les époques à divers degrés, à travers les stéréotypes antisémites, les préjugés racistes/ethniques, entre autres.
    L'ouvrage est conçu comme une suite aux travaux réunis sous le titre Littérature et totalitarisme I : Ecrire pour témoigner.

  • Le fonds Spoelberch de Lovenjoul de la Bibliothèque de l'Institut de France conserve, de la main de Gérard de Nerval, un document extraordinaire, que l'on a appelé Généalogie fantastique, ou même délirante, et que l'on pourrait mieux qualifier de rêveuse, au sens où dans le cadre essentiellement intime d'un feuillet destiné à un usage personnel, donc libre de toute censure, la rêverie opère un véritable travail psychique sur soi, en vue de métamorphoser des origines reconnues authentiques, mais vécues comme frappées d'inconsistance. Contemporaine de la crise de délire de février-mars 1841, la Généalogie témoigne de l'angoisse de Nerval à l'égard de ses origines, structurellement liée, bien sûr, à l'histoire familiale, mort de sa mère en 1810 en lointaine Silésie, rapports conflictuels avec le Docteur Labrunie, mais conjoncturellement aggravée par les événements de l'hiver 1839 à Vienne, puis de décembre 1840 à Bruxelles. De retour de Bruxelles, alors qu'il vient d'achever son travail sur le second Faust de Goethe, Nerval va entreprendre lui aussi sa descente chez les Mères, dans une enquête sur son propre nom : "Qui osera nommer l'enfant de son nom véritable ?" Au coeur le la page sillonnée de traits plus ou moins appuyés délimitant les secteurs de l'enquête, mais reliant aussi les différentes sections entre elles, comme une tentative de retrouver au-delà du multiple et du proliférant l'unité perdue du moi, l'arbre se dresse, grossièrement griffonné. C'est autour de lui que Nerval va opérer la métamorphose identitaire de sa double ascendance, par la déconstruction des origines réelles pour jeter les bases des origines mythiques. Nous tentons ici de suivre sa main remplissant progressivement le double feuillet, pour en comprendre le fonctionnement. Sylvie Lécuyer, agrégée et docteur en lettres, est professeur en Classes Préparatoires, auteur chez Honoré Champion. Elle a créé un site web en partie consacré à Gérard de Nerval (http://www.sylvie-lecuyer.net, "Des nouvelles de Gérard de Nerval").

  • Treize nouvelles racontant la vie namuroise du 18e siècle. Treize récits où un décor solidement documenté accueille des personnages évoluant au gré de l'imagination des auteurs et des données collectées dans les archives anciennes... Chacun de ces murmures nous entraîne dans un univers particulier et nous offre un regard sur le quotidien namurois d'il y a plus de deux siècles : apothicaire ou sonneur de cloche, notaire ou artisan sculpteur, tanneur ou jeunes filles à marier, chroniqueur, éboueur, chirurgien, soldat, boulanger, etc. Tous se rencontrent, vivent, aiment, oeuvrent quelque part entre les ruelles de la cité mosane, à l'ombre de la citadelle. Disposant d'une formation historique acquise aux Facultés Notre-Dame de la Paix à Namur, les auteurs ont voulu explorer ici d'autres formes d'expression que la communication scientifique. Les récits littéraires qu'ils proposent résultent d'une démarche à la fois documentaire et créative. Funambules sur la corde de l'historiquement vrai et du délicieusement imaginé. Nouvelles rédigées par : Laetitia DE JAEGHER, Marie DEWEZ, Rachel LEBE, Pénélope LEMOINE, Delphine LENOBLE, Guillaume LIBIOULLE, Pauline PAQUET, Isabelle PARMENTIER, Carole PAYEN, Sandra PFOEST, Céline SCHOLLAERT, Nathalie STERNON, Céline TOUSSAINT.

  • Le cinquième congrès de l'Association Internationale de Recherche Scientifique en faveur des Personnes Handicapées Mentales (AIRHM) concerne La déficience mentale dans une perspective interculturelle . Il s'agit d'envisager les différences culturelles en matière de représentations des thérapeutiques dans dans les champs de la déficence mentale.

  • Sur la base d'un adage fameux, les spécialistes de littérature comparée assimilent souvent l'histoire des traductions et de la réception d'une oeuvre étrangère à l'histoire des trahisons successives, et variées, de cette oeuvre, l'examen d'un cas comme celui de Gérard de Nerval montre que l'on pourrait presque en dire autant de la survie d'un écrivain, dans sa propre langue et dans son propre pays.
    L'histoire des trahisons de Nerval, en France même, reste à écrire, et le présent ouvrage voudrait en poser certains jalons.
    Ce manuel bibliographique se propose d'introduire le lecteur à la problématique de l'édition nervalienne. A propos de chacun des oeuvres de Nerval, sont ici fournies l'indication des sources manuscrites (autographes ou non) ainsi que les références de toutes les éditions -articles ou volumes - parues avant ou après la mort de l'auteur.
    L'ouvrage examine également en quels termes se pose la question du " texte définitif " ; enfin, il cherche à retrouver le texte dont s'inspirent les éditions posthumes et le degré de fidélité de celles-ci.
    Publiées sous l'égide du Centre de Recherches Nerval des Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, les Etudes nervaliennes et romantiques accompagnent les oeuvres complètes de Gérard de Nerval, édition chronologique qui rend à l'écrivain sa cohérence, et s'est achevée en trois volumes dans la bibliothèque de la Pléiade.

  • Du neuf sur pandora ? etait-ce possible ? au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, cette nouvelle de gérard de nerval a fait l'objet d'enquêtes philologiques aussi nombreuses que minutieuses.
    Mais celles-ci n'ont pu prendre en compte la récente découverte, à bordeaux, d'un nouveau lot de manuscrits correspondant au début du texte, tel qu'il a paru dans le mousquetaire du 31 octobre 1854. ces autographes, dont l'existence était restée secrète et qui semblent comme surgis du néant, sont ici décrits, transcrits, reproduits et commentés. ils apportent une importante contribution à la connaissance de l'un des récits les plus difficiles de l'auteur ; ils permettent en outre de préciser les hypothèses antérieures sur la genèse de pandora et, surtout, ils éclairent certains traits du processus de la création littéraire chez nerval.
    Publiées sous l'égide du centre de recherches nerval des facultés universitaires notre-dame de la paix, à namur, les etudes nervaliennes et romantiques accompagnent les oeuvres complètes de gérard de nerval, édition chronologique qui a rendu à l'écrivain sa cohérence et s'est achevée en trois volumes dans la bibliothèque de la pléiade.

  • Milieux doivent pouvoir s'exprimer. En accordant notamment une place décisive aux femmes dans la transformation des rapports de pouvoirs. En prenant aussi en compte la reconnaissance, le partage et la valorisation des différents types de savoirs : scientifiques, professionnels, pratiques, d'expérience, et en particulier les connaissances et les arts de faire féminins. Tout au moins si on adopte, parmi d'autres, comme principe directeur pour l'(auto-) soutenabilité des sociétés, que la connaissance constitue un patrimoine commun de l'humanité. Les femmes font notablement preuve de savoirs pratiques et de capacités entrepreneuriales remarquables, singulièrement en Afrique. Par où elles contribuent forte ment à assurer la survie de populations confrontées à la pauvreté et à de graves problèmes économiques. Le colloque international transdisciplinaire de Dakar en mars 2003, met en lumière ces capacités. Il en analyse la dynamique ainsi que l'effective portée de manière critique et transversale en termes de changements de relations de pouvoir et de développement viable sur des plans local, national et international à travers l'examen du déploiement de stratégies qui leur sont propres, tant au niveau économique que familial, social, culturel et écologique.

  • L'enseignant de français se trouve confronté à trois grands types de difficulté dans son objectif de faire acquérir aux élèves la maîtrise de leur langue maternelle. D'une part, l'étendue et la pertinence de sa formation, d'autre part, l'aptitude à la transposition didactique des connaissances qu'il a acquises, enfin la définition d'une politique pédagogique et sa mise en oeuvre. Les trois volumes "Le verbe dans tous ses états" (Diptyque 2), "De la langue au texte" (Diptyque 4), "Des savoirs savants aux savoirs enseignés" (Diptyque 8) sont consacrés à ces questions et contribuent à la réflexion en s'efforçant de relier les trois points de vue. La présente livraison traite plus particulièrement de l'expression linguistique de la notion de "cause", de l'adaptation pour les classes des savoirs savants - en particulier dans l'utilisation des nouvelles technologies - et des stratégies à adopter pour donner du sens aux apprentissages linguistiques et métalinguistiques.

  • L'itinéraire de Camille-Jean Joset (1912-1992) est étonnant à certains égards. Rares sont ceux qui le connaissent dans son intégralité. La force de caractère de l'intéressé n'est pas due au hasard : elle est le fruit d'une éducation donnée par la famille ; elle résulte aussi des épreuves vécues durant la prime enfance, obscurcie par l'absence du père, et pendant les premières années de vie religieuse, marquées par la souffrance. Ainsi se forge une personnalité hors du commun. Résistant à l'occupant, parfois aussi à ses supérieurs, le Père Joset est un professeur d'université au parcours atypique, qui marque plusieurs générations d'étudiants. Il est aussi un négociateur habile et un gestionnaire avisé. Il s'est identifié aux Facultés de Namur, donnant le meilleur de lui-même. En une telle personnalité, l'université jésuite reconnaît un de ses architectes. Ancien étudiant et collaborateur du Père Joset, Paul Wynants est professeur d'histoire politique aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Administrateur délégué des asbl CERUNA et Institut Moretus Plantin, il fait partie du conseil d'administration du Centre de recherche et d'information socio-politiques (CRISP) et du comité de rédaction de La Revue Nouvelle.

empty