Pu De Quebec

  • Notes de terrain pour la toundra alpine Nouv.

    Les discours sur le Nord se caractérisent souvent par une certaine « simplification ». Dans cet admirable recueil, traversé par le silence, mais également par les discours scientifique, littéraire, écologique et anthropologique, la poésie se glisse dans les brèches du discours savant, humanise et complexifie l'étude de l'espace nordique. La poète, temporairement « en résidence » dans la toundra du Yukon, tente de sonder le territoire. Son regard demeure empreint d'une fascination distanciée, mais conscient de sa propre incapacité à cerner la complexité du Nord.
    Un faible remuement chuchoté, comme le ssshhhh de la brise à travers les cimes, dans cet endroit où il n'y a pas d'arbres.

  • Sila

    Lana Hansen

    «?J'adore regarder tourner la planète, voir l'eau se déverser dans la mer, oui, voir l'univers entier?!?».
    Tulugaq veut partir à la découverte du monde et il veut aller loin. Ça ne lui suffit plus de juste voler au-dessus du terrain de jeu et autour de la maison d'Asiaq. Et même s'il a toujours vécu au Groenland, jamais il n'a vu l'inlandsis. Alors, il décide de mettre le cap sur ce grand désert blanc, même si l'idée l'effraie un peu.
    Les langues autochtones sont un formidable réservoir d'idées et de concepts qui peuvent aider l'humanité à imaginer des manières durables d'interagir avec le reste du monde vivant, et ainsi trouver une voie pour survivre. Sila, Sedna et nuna témoignent par leur complexité de la richesse et de l'unité des cultures inuites autour du pôle?: nuna, la territorialité?; sila, la source de tout mouvement et de tout changement?; Sedna, la mère de la mer, coeur d'une mythologie et d'une cosmogonie incroyablement étendues et adaptées aux temps nouveaux. Ces concepts liés, difficilement traduisibles dans les langues occidentales, ramènent les humains au sein d'un tout où ils n'occupent plus le centre du monde, comme le démontre le présent «?conte sur les changements climatiques?», écrit par la Groenlandaise Lana Hansen.

  • Chasseur, pêcheur, trappeur et homme politique, Taamusi Qumaq (1914-1993) est considéré comme l'un des grands penseurs des Inuit du Nunavik. Bien qu'unilingue en inuktitut, ce « personnage exceptionnel », comme le présente ici Louis-Jacques Dorais, a consacré sa vie à consigner, à l'écrit, la vie des siens ainsi que leur langue - et il s'est à ce titre mérité la reconnaissance de plusieurs institutions, dont celle de l'Assemblée nationale du Québec. Son autobiographie, dont on retrouvera ici la traduction en français, ainsi que pour la première fois sous forme de livre le texte original en inuktitut, constitue un document de grande importance, tant pour les Inuit qui trouveront en lui un modèle, que pour les lecteurs du monde entier qui accèdent par ses mots à un univers culturel fascinant.

empty