Pu De Montreal

  • Jacques Derrida est sans contredit le philosophe qui s'est le plus passionné pour la littérature, sous toutes ses formes (impossibles à formaliser) et en tous genres (impossibles à assigner). Dès les commencements de son oeuvre philosophique, il s'est non seulement engagé à penser la question de l'écriture en tant qu'elle avait toujours été marginalisée et abaissée dans la tradition occidentale, il s'est aussi inlassablement tourné vers la littérature pour élaborer ses propres questions touchant le secret, le témoignage, la promesse, le mensonge, le pardon et le parjure, pour en nommer quelques-unes.
    À la littérature, on ne saurait imposer, selon Derrida, des règles, des prescriptions ou des fonctions. Les essais réunis ici s'emploient à examiner plusieurs des propositions du philosophe au sujet de la « littérature sans condition », à commencer par celles qui concernent la souveraineté poétique et qui relient, de manière indissociable, la littérature comme « droit de tout dire » à la démocratie (à venir). Derrida insiste en effet sur la « puissance » du « principe » littéraire, qui permet à la littérature de s'affranchir en interrogeant ses propres règles, voire la loi même, dans une performativité sans précédent.
    L'expérience littéraire s'avère aussi le lieu par excellence pour expérimenter toutes les modalités de la représentation et de la délégation sur lesquelles se fonde la démocratie. La littérature est ainsi associée pour Derrida à une certaine (ir)responsabilité, à une manière singulière de penser la question de l'éthique en la dégageant de toute morale et de toute instrumentalisation et, il va sans dire, de tout préjugé.
    S'appuyant sur Kafka, Bartleby et Abraham, Derrida souligne avec force l'importance que cette question d'une éthique autre revêt pour lui et il n'hésite pas à donner une préséance - préférence encore - à la littérature en ce qu'elle s'avance vers la loi pour en comprendre l'origine. De manière significative, il place la question de l'invention poétique et du langage - de ce qu'il appelle l'idiome, irréductible à toute traduction - au coeur de sa réflexion au sujet de la différence sexuelle et de l'hospitalité. C'est à cette passion de Derrida pour la littérature que sont consacrés les essais réunis dans cet ouvrage.

  • Dans son séminaire « Hostilité/hospitalité » donné en 1995-1996 et en 1996-1997, Jacques Derrida a multiplié les analyses de ce concept énigmatique. Se déplaçant de l'hospitalité universelle promue par Kant et les Lumières à l'Antiquité grecque, il s'est ensuite penché sur l'hospitalité abrahamique. Son analyse de la Genèse l'a conduit à relire la pensée de Levinas, pour proposer ensuite un nouveau déplacement : allant à la rencontre de l'hospitalité islamique, il engage un dialogue avec la pensée de Louis Massignon, qu'il relit à travers celle de Levinas. C'est au coeur de cette rencontre que Derrida associe, de manière essentielle, l'hospitalité et la substitution, dont Massignon avait fait le coeur de son approche de « l'hospitalité sacrée ». L'héritage abrahamique de l'islam se trouve ainsi rapproché de la tradition juive et chrétienne. Ce n'est pas le moindre mérite de cet important séminaire que de rappeler la haute figure de Massignon et de restituer pour le présent un idéal d'hospitalité inconditionnelle que Derrida n'a jamais cessé de promouvoir.

  • Face à la complexité du monde du travail, la société doit pouvoir compter sur une discipline scientifique qui en étudie les différents aspects et qui forme des personnes aptes à comprendre et à solutionner les problèmes qui en découlent. Le champ des relations industrielles occupe cette fonction depuis près d'un siècle en Amérique du Nord. À l'occasion de son 75e anniversaire, l'École de Relations industrielles de l'Université de Montréal a demandé à ses professeurs et professeures de joindre leurs voix pour produire un ouvrage qui mettrait en évidence le riche savoir et l'excellence de la recherche de cette discipline. En acceptant l'invitation, ces spécialistes répondent ici, avec enthousiasme et rigueur, à des questions d'actualité concernant le monde du travail, notamment celles-ci :
    La gestion des ressources humaines est-elle « humaine » ?
    Quel rôle joue l'éthique dans ce domaine ?
    Comment améliorer l'image du syndicalisme auprès des jeunes ?
    Existe-t-il des différences de valeurs entre les générations dans une même organisation ?
    Les programmes d'accès à l'égalité au Québec fonctionnent-ils vraiment ?
    Les entreprises transnationales ont-elles une responsabilité sociale ?
    Que sait-on de la santé et de la sécurité des jeunes au travail ?
    Pourquoi avons-nous besoin de recherches comparatives transnationales en relations industrielles ?
    Comment devenir un négociateur compétent ?

  • La dernière décennie est marquée par la multiplication et l'intrication des modes et des zones de connexion ; avec les villes et les téléphones intelligents, les collectes de données massives ou la connexion internet ambiante, une grande part de l'humanité se trouve interreliée de (presque) toutes parts. On qualifie ici cet état contemporain dans lequel s'hybrident les espaces en ligne et hors ligne de condition hyperconnectée. À partir du moment où cette hyperconnectivité est établie en mode d'existence, que peut-on faire et que fait-on ? Et comment penser au-delà de ce phénomène ?
    Cet ouvrage rassemble différentes perspectives sur l'étude de l'art et des images afin de mieux cerner les (im)possibles de cette condition par le truchement d'un examen critique des matérialités et des représentations produites en son sein. Les dispositifs numériques intégrés à nos quotidiens, les machines autonomes, les corps et les regards sont actifs. Ils organisent, désirent et exacerbent des affects et des politiques - autant d'actions qui expriment les modalités de coexistence en condition hyperconnectée.

  • Dans moins d'une génération, l'ordre géopolitique et géoéconomique mondial sera manifestement différent de celui que nous connaissons aujourd'hui, ces dynamiques à l'oeuvre étant le résultat de la puissance décomplexée de la Chine et des « nouvelles routes de la soie ». Amorcé en 2013, le mégaprojet Belt and Road Initiative (BRI), avec pour objectif le déploiement à partir de la Chine d'un ensemble multiforme d'initiatives économiques, commerciales, géopolitiques, diplomatiques et normatives, suscite spéculations et inquiétudes. Il vise la construction d'importantes infrastructures de transport reliant la Chine au reste du monde, tout en développant des flux commerciaux et en améliorant la connectivité entre la Chine et des régions qu'elle vise pour ce faire. À la fois projet commercial ambitieux, plan « civilisationnel » pour faire de la Chine une puissance d'envergure mondiale, le BRI annonce irrémédiablement un nouveau rapport de force international.

  • À la fois hybride, monstre, cyborg ou mutant, le posthumain est une figure pour le moins paradoxale ; annonciatrice bien souvent de la fin de l'Histoire, elle incarne pour l'homme la possibilité de transcender sa propre mortalité, tout en présentant, à l'instar des utopies, un état figé, final et abouti. Cependant, en replaçant le posthumain dans l'histoire de l'évolution, ne peut-on pas, justement, le faire évoluer ? Il ne serait plus l'idéal à atteindre ou le pire à éviter, mais la représentation des possibles, les branches fantasmées d'un futur arbre évolutif. Les ramifications en sont nombreuses et fertiles, largement irriguées sur le plan du discours et de la narration par les différentes théories de l'évolution des espèces et par celle de la cybernétique, science pluridisciplinaire à l'origine même du posthumanisme. Dans cet ouvrage, l'autrice se demande, en relisant des romans et des nouvelles de science-fiction publiés surtout entre 1948 et 2005, de quelle façon le posthumain littéraire s'inscrit dans la logique de ces théories et dans quelle mesure il en mobilise les signes et les savoirs.

  • Comment caractériser les relations intimes, les discours sur l'amour et la sexualité, les institutions qui les encadrent ou les produits culturels qui les représentent dans les sociétés occidentales contemporaines ? Quels sont les éléments de continuité ou de distanciation quant aux idées et aux pratiques du passé ? Des spécialistes de la sociologie de l'intimité et de la sexualité explorent ici ces questions, notamment par l'analyse des imaginaires amoureux dominants et leurs expressions culturelles, mais aussi en décortiquant les pratiques courantes pour en révéler les transformations récentes.
    Synthèse de l'expertise théorique et empirique internationale, cet ouvrage collectif livre un aperçu des recherches sur les thèmes les plus actuels de l'intimité, tels la non-monogamie, le polyamour, l'adultère, la gestion de l'argent dans les couples, les rencontres en ligne, la diversité sexuelle et bien d'autres. Les auteurs y abordent l'intimité contemporaine amoureuse et sexuelle de manière théorique, sans se limiter aux contenus des représentations dans les médias (miniséries, films, sites de rencontre, publicité) ou aux pratiques concrètes de la sexualité.

  • Dans bien des domaines, la Chine est déjà la première puissance économique du monde et son évolution engage notre propre avenir et celui de son environnement régional. Toutefois, elle semble plus fragile à l'échelle de ses marges territoriales et de ses zones frontalières. Lieux de coopération avec les pays voisins, où la Chine gagne progressivement en influence, ces lieux sont le théâtre de vives tensions qui témoignent d'un sentiment d'inquiétude. Litiges territoriaux - avec l'Inde, en mer de Chine méridionale (Vietnam, Philippines) et orientale, notamment avec le Japon -, proximité avec des régions où règne l'instabilité - Corée du Nord, Myanmar, Asie centrale -, questions épineuses autour de Taïwan, du Xinjiang et du Tibet, voilà autant d'éléments qui ne cessent de remettre en question la puissance et l'unité même de la nation chinoise. Comment celle-ci conçoit-elle ses relations avec ses provinces éloignées et les pays voisins ? Quelles sont ses ambitions diplomatiques, sécuritaires et économiques et comment modèle-t-elle ses politiques à cet égard ? C'est ce que les spécialistes de l'Asie-Pacifique réunis ici analysent sous toutes ses coutures, sur la base de leurs travaux et terrains de recherche. Ils traitent notamment des nouvelles routes de la soie, du désir de domination de la Chine du président. Xi Jinping sur l'Asie et sur le monde et de la crainte qu'un tel objectif peut soulever dans les pays limitrophes.

  • Au début du XXe siècle, la bicyclette, l'automobile et l'avion s'imposent dans le paysage des grandes métropoles occidentales. S'ils sont, pour tous, des symboles de vitesse, de liberté et d'indépendance, ces moyens de transport représentent pour les femmes l'occasion inédite de sortir du cercle étroit de leur existence. Elles peuvent désormais fuir les espaces et les rôles assignés à leur sexe, entrer en rupture avec un certain ordre social et s'offrir, enfin, la possibilité de tracer leur propre chemin.
    Ce livre suit les routes des cyclistes, des chauffeuses et des aviatrices, principales incarnations de la fugitive à l'époque moderne, afin d'en définir l'imaginaire, c'est-à-dire la manière dont elles ont été perçues, pensées et mises en scène par la société. À partir de l'étude des représentations littéraires et iconographiques de ces femmes en mouvement, mais aussi des récits écrits par des auteures ayant elles-mêmes fait l'expérience des transports, il s'agit non seulement de jeter un nouvel éclairage sur un pan de l'histoire littéraire et culturelle largement négligé, mais également de comprendre les liens étroits qui unissent mobilité et émancipation féminine entre 1890 et 1940.

  • Quels facteurs constituent la puissance actuelle de la Chine, qui est apparemment en pleine ascension ? Quelle est cette « menace chinoise » et en quoi ébranle-t-elle les bases de l'hégémonie américaine et celles de l'ordre mondial libéral ? Est-ce en raison des craintes inspirées par sa puissance militaire, comme le voudrait la perspective axée sur le hard power, ou à cause de l'attrait magnétique du rayonnement de sa culture, selon la théorie du soft power ? Ce livre, richement documenté et écrit dans une langue bien maîtrisée, apporte une contribution importante à l'un des plus grands débats contemporains en relations internationales. En présentant un cadre théorique original, inspiré de l'optique symbolique, l'auteur offre une explication à la fois plus intégrale et plus nuancée que celles que proposent les deux perspectives conventionnelles en relations internationales. Il explique avec brio la fascination paradoxale grandissante exercée par la puissance asiatique non seulement sur les pays en développement et ceux anciennement communistes, mais également sur un nombre croissant de pays démocratiques et industrialisés en Occident.

  • Ce livre fait le point sur les avancées et les enjeux de la méthodologie qualitative en contexte numérique. Il offre un panorama des méthodes de recherche les plus récentes pour l'étude des phénomènes en ligne par les sciences sociales - communication, sociologie, anthropologie. Cet ouvrage foisonnant présente des textes allant des fondements épistémologiques aux méthodes visuelles pour l'étude d'objets numériques, en passant par les stratégies ethnographiques, la collecte et l'analyse de traces d'activités en ligne. Au-delà du manuel, l'ouvrage se distingue par son actualité, sa cohérence entre la théorie et la pratique ainsi que par sa résonance interdisciplinaire. Les chercheurs et les chercheuses en sciences humaines et sociales, les spécialistes d'Internet ainsi que les étudiants et les étudiantes intéressés à l'analyse d'un objet ou d'un fait social relié à l'univers numérique seront comblés notamment par la richesse des thèmes abordés, les types de corpus étudiés et les exemples d'enquêtes.

  • Cet ouvrage, qui fait appel à une soixantaine de spécialistes canadiens et européens - médecins, psychiatres, psychoéducateurs, nutritionnistes, kinésiologues et professeurs-chercheurs -, décrit de façon approfondie les caractéristiques clés des troubles des conduites alimentaires (TCA) en s'appuyant sur les informations les plus récentes et les données les plus actuelles. Il dresse un panorama exhaustif des problèmes de santé mentale les plus fréquemment associés aux TCA, et passe en revue l'anxiété, les obsessions ou les compulsions en plus de s'intéresser à l'obésité, à l'anorexie et aux dépendances de toutes sortes.
    Qui sont les gens les plus à risque d'être atteints de TCA ? Les femmes, bien sûr, mais aussi les hommes, les enfants, les sportifs, les victimes de maltraitance durant l'enfance, ceux qui ont une déficience intellectuelle ou des troubles du spectre de l'autisme. Dans ce livre, on examine les particularités des évaluations médicales, nutritionnelles et psychosociales et on présente en détail des interventions efficaces, allant de la thérapie cognitive-comportementale à l'alimentation intuitive en passant par les thérapies corporelles ou familiales centrées sur les émotions. Enfin, l'accompagnement des personnes atteintes de TCA en hôpital de jour, en hospitalisation ou en externe est passé à la loupe pour offrir le portrait le plus complet à jour des ressources accessibles.

  • Au mois de juin 1945, l'Organisation des Nations unies a été créée afin de rassembler tous les États indépendants et d'organiser leurs rapports selon les modalités définies dans sa Charte. Ces modalités servent de cadre à une concertation politique dont la finalité est de maintenir la paix et la sécurité internationales. C'est un des organes principaux de l'ONU, le Conseil de sécurité, qui en a la responsabilité.
    Le Conseil concentre entre ses mains des attributions de plus en plus larges qui permettent à l'ONU d'intervenir dans le règlement des différends par des moyens pacifiques ou, lorsque la paix est rompue, par la coercition. Le Conseil est aussi un organe politique que les cinq grandes puissances - États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni - dominent et parfois manipulent.
    On peut l'aimer ou le détester, mais avant de porter un jugement sur son action ou son inaction, ne vaut-il pas mieux comprendre exactement à quoi il sert ? Ce livre tente de répondre à cette question.

  • Cet ouvrage propose un panorama des littératures francophones d'Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb dans une nouvelle perspective qui fait apparaître toute leur singularité et leur dynamisme.
    La production littéraire de ces trois régions est systématiquement abordée à partir d'un survol de l'ensemble des littératures francophones qui permet de mieux en saisir les enjeux sociohistoriques et esthétiques. Loin d'être des annexes régionales ou exotiques de la littérature française, ces littératures d'Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb en sont devenues des lieux de renouvellement à bien des égards.
    C'est ce que montre cette introduction, par une approche souple qui tient compte à la fois des générations d'écrivains, des mouvements littéraires, des textes essentiels et des dates importantes. De plus, les oeuvres et les auteurs sont présentés dans le cadre des principaux genres que sont le roman, la poésie, le théâtre et l'essai. Cet ouvrage s'adresse tout autant aux étudiants et aux lecteurs qui abordent ces champs littéraires pour la première fois, qu'à ceux qui voudront en connaître davantage.
    Il constitue une référence indispensable et fournit des pistes de lecture judicieuses.

  • Que nous soyons de tradition chrétienne ou sans ancrage religieux, un devoir citoyen s'impose désormais à nous, celui d'interagir harmonieusement avec les personnes de diverses croyances que nous côtoyons tous les jours. Les textes qui forment l'essentiel de ce livre sont ceux d'un chrétien catholique qui a des connaissances théologiques en même temps que ceux d'un spécialiste des religions de l'Inde qui s'intéresse aux questions anthropologiques sous-jacentes à toute rencontre interreligieuse.
    La difficulté d'engager un dialogue semble être la même pour l'athée ou l'agnostique que pour l'individu qui s'inscrit à l'intérieur d'une tradition religieuse ou spirituelle. Respecter l'autre, c'est respecter ses convictions ultimes, l'étincelle qui oriente toute sa vie. C'est refuser de l'amputer de son expérience du spirituel, aussi étrange qu'elle paraisse, refuser de réduire sa foi à un vague dénominateur commun de toutes les religions.

  • Ce livre se penche sur les modes de transmission et d'énonciation de la mémoire dans la littérature contemporaine, principalement dans des récits qui s'interrogent sur la perception du temps présent, passé et à venir. L'esthétique et l'éthique y apparaissent comme les deux côtés d'une médaille, deux dimensions inséparables et inépuisables de l'oeuvre, particulièrement quand celle-ci met en question son propre statut d'oeuvre. Que ce soit par adhésion ou par rejet, elle prend ainsi position à l'égard du monde dans lequel elle s'inscrit, un présent héritier des événements et des constructions du passé. Comment la mémoire crée-t-elle une voie d'accès privilégiée à la façon dont « pense » le texte littéraire ? En fouillant certains récits de Patrick Modiano, d'Annie Ernaux ou de J.M.G. Le Clézio, on peut mettre en évidence les manifestations d'un discours conscient de ses propres limites et qui doit néanmoins rendre compte d'une pluralité d'expériences. Ces récits explorent les paradoxes du langage et de l'expérience et il en surgit un concept inédit, celui de maldicible. Appliqué aux questions d'identité, d'altérité, d'éthique du témoignage, d'inscription sociale ou de conscience historique, ce concept s'avère des plus judicieux pour analyser et mettre en valeur les façons dont les textes étudiés pensent et offrent à penser. Ce que fait l'auteur de cet ouvrage de façon aussi minutieuse que clairvoyante.

  • Voici un petit livre assez différent de ceux que les amateurs de vin peuvent consulter habituellement. Il répond à des questions simples, en apparence seulement, au-delà du snobisme, des anecdotes, des notes de dégustations subjectives ou des arguments de marketing.

    Le professeur Albert Adam se place dans la perspective du vulgarisateur scientifique pour nous faire découvrir, entre autres, les apports de la chimie et de la microbiologie à la culture de la vigne et lélaboration du vin, les rendant moins hasardeuses et moins dépendantes des caprices de la nature. Il sintéresse aussi bien aux processus de la fermentation quaux aspects physiologiques de la dégustation ou aux effets bénéfiques dune consommation modérée sur la santé. Mieux connaître le vin, nous dit-il, cest aussi mieux lapprécier à sa juste valeur.

  • L'Afrique est un immense continent avec de telles disparités entre les pays qui le composent qu'il paraît bien difficile à première vue de l'appréhender sans quelque préjugé. Comprendre et analyser les principaux moments de la politique africaine, comme ceux concernant l'Etat, les conflits, la démocratie et l'intégration continentale, nécessite donc que l'on dispose de bons repères historiques et méthodologiques. C'est avec ce souci de clarté pédagogique que le politologue Mamoudou Gazibo offre, pour la première fois, un panorama des grands enjeux de l'Afrique depuis les années d'indépendance. En privilégiant une approche transversale qui ne saurait nier la diversité des pays mais qui, au contraire, insiste sur les défis communs, cet ouvrage participe aux grands débats sur la nature de l'Etat en Afrique, sur les déterminants des conflits, sur la portée réelle des processus de démocratisation ainsi que sur le caractère novateur des transformations politiques découlant de la construction de l'Union africaine. Cette synthèse est une véritable introduction à la politique africaine, car elle permet de saisir l'Afrique dans toute sa complexité.

  • L'histoire de la pharmacie en Nouvelle-France s'ouvre sur la rencontre avec le Nouveau Monde, ses ressources médicinales et les savoirs qu'en ont ses premiers habitants. Marqué par une double tradition, à la fois française et britannique, le développement de la pharmacie au Québec s'accélère aux XIXe et XXe siècles alors que le domaine du médicament subit d'importantes transformations. Révolution thérapeutique, essor de l'industrie pharmaceutique, transformations économiques et réformes gouvernementales finissent par plonger la pharmacie dans une crise identitaire dont elle ressortira passablement transformée à l'aube du XXIe siècle.
    Malgré son riche passé, qui puise ses sources dans l'Antiquité, la pharmacie est souvent laissée pour compte dans l'histoire de la médecine et de la santé. Cette lacune est brillamment corrigée dans cet ouvrage qui rend compte de l'évolution des conceptions scientifiques et populaires de la santé, allant de pair avec l'évolution des médicaments et de la profession de pharmacien. Celle-ci, qui a vu son rôle et son identité s'altérer puis se recomposer, est racontée ici avec un grand souci du détail qui montre tout l'intérêt qu'il y a à porter un regard historique, et souvent sociologique, sur des phénomènes contemporains.

  • Existe-t-il une culture pédagogique partagée par les enseignants en management au-delà des particularités des contenus à enseigner, des formations disciplinaires et des contextes institutionnels ? L'auteur de ce livre croit que oui, et il en retrace les fondements épistémologiques par une synthèse interprétative critique des livres et des articles les plus cités du domaine. Il propose des « conversations pédagogiques » novatrices et riches de possibilités en ce qui concerne l'enseignement et l'apprentissage de la gestion. De la nature des savoirs en passant par les modèles éducatifs de référence et les transformations des écoles de gestion, il met méthodiquement au jour une expertise particulière au management. Sa rigueur intellectuelle et la capacité qu'il a d'offrir une vision d'ensemble apportent à ce livre très bien documenté un éclairage nuancé sur une question somme toute assez peu analysée. Ces conversations s'adressent aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs en sciences de la gestion et de l'éducation, mais aussi aux conseillers et aux ingénieurs pédagogiques, directeurs de départements et de programmes et, enfin, aux gestionnaires universitaires ou en entreprise.

  • Cet ouvrage expose les méthodes et concepts élémentaires de la logique contemporaine dont la maîtrise est nécessaire pour qui veut aborder l'étude de la métalogique. Véritable manuel d'introduction - sa lecture ne requérant aucune connaissance particulière - il comporte deux parties correspondant à la division classique entre le calcul des énoncés et le calcul des prédicats.

    La première partie présente les connecteurs logiques d'un point de vue purement sémantique par la méthode des tables de vérité et par la méthode des matrices. Une attention particulière est portée aux questions de traduction en langue naturelle. Cet ouvrage pourra donc être utile à tous les étudiants de premier cycle qui amorcent une réflexion sur le langage. Les méthodes syntaxiques de vérification de la validité sont ensuite abordées : algèbre de Boole, méthode des arbres et méthode de déduction naturelle.

    Consacrée à l'étude du calcul des prédicats, la seconde partie en présente les notions fondamentales : modèle, satisfaction, vérité, validité. Sont ensuite développées la méthode des arbres et la méthode de déduction naturelle.

    De nombreux exercices originaux permettront au lecteur de vérifier au fur et à mesure sa compréhension de la matière. Plusieurs de ces exercices sont accompagnés de corrigés qui sont regroupés à la fin de chaque chapitre.

  • Les touristes qui visitent la Cité interdite à Pékin sont souvent surpris d'y trouver un observatoire équipé de sextants, de théodolites, de sphères armillaires et d'autres instruments de l'ancienne astronomie occidentale.
    Malgré leur facture indéniablement chinoise, ces instruments de bronze ont en effet été exécutés sous la supervision d'un jésuite flamand, à la demande d'un empereur Qing qui espérait trouver dans la science occidentale un appui à son pouvoir. Les sextants de Pékin témoignent ainsi de l'intérêt et de la curiosité que les Chinois ont pu manifester à l'égard d'une culture pourtant bien éloignée de la leur, et ce, il y a déjà plus de trois cents ans, à une époque où l'Occident ne montrait pas tant d'ouverture d'esprit.
    C'est au mythe d'une Chine monolithique, refermée sur elle-même, immobile et figée dans sa grandeur antique, que s'attaque ici Joanna Waley-Cohen.
    Cette idée reçue ne résiste pas à l'analyse. Toute l'histoire de l'Empire du milieu montre au contraire que les Chinois ont toujours accueilli avec intérêt les produits, les techniques, les idées, et même les religions des autres cultures, dans la mesure où l'on ne tentait pas de les leur imposer par la force. En s'appuyant sur les résultats les plus récents de la recherche historique, l'auteur montre les relations fructueuses que les Chinois ont su entretenir avec leurs voisins asiatiques et avec les Occidentaux, depuis les temps anciens de la Route de la soie jusqu'à nos jours.

empty