Littérature traduite

  • Se fondant sur le récit éloquent de la vie d'un homme, Emma Anderson explore le choc entre le christianisme et la religion autochtone traditionnelle à l'époque coloniale en Amérique du Nord.
    Pierre-Anthoine Pastedechouan est né au sein d'une communauté indigène nomade d'Innus le long du fleuve Saint-Laurent dans ce qui est aujourd'hui le Québec. A onze ans, il fut envoyé en France par des missionnaires catholiques pour y être éduqué pendant cinq ans, puis ramené dans son pays afin de prendre part à la christianisation de son peuple. Le contact de Pastedechouan avec le catholicisme français pendant son enfance suscita en lui une ambivalence religieuse fatale.
    Dépouillé à la fois de son identité religieuse traditionnelle et de ses aptitudes critiques à la survie, il éprouvera de la difficulté à se faire accepter par sa communauté à son retour. Simultanément, ses tentatives de se faire valoir aux yeux des siens amèneront les Jésuites à le considérer avec une suspicion croissante. En suspension entre deux univers, Pastedechouan finira par devenir déconnecté - avec des résultats dramatiques - aussi bien de sa communauté autochtone que de ses mentors missionnaires.
    Le récit de la vie de Pastedechouan vient éclairer des luttes cruciales en vue de conserver et d'imposer son identité religieuse des deux côtés de l'océan Atlantique au dix-septième siècle, tout en étant d'une pertinence frappante pour le contact contemporain entre peuples autochtones et non autochtones.

empty