Christianisme

  • L'histoire et l'oeuvre des Servantes du Coeur Immaculé de Marie,dites Soeurs du Bon-Pasteur de Québec, et de leurs oeuvres sociales et éducatives qu'elles ont léguées à la collectivité. Un héritage social d'une ampleur certaine. À l'heure où les communautés religieuses traversent une étape inédite de leur histoire, marquée notamment par le vieillissement de leurs membres, il convient d'examiner le patrimoine qu'elles nous lèguent. Cet ouvrage propose un survol de l'histoire des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec. Il convie le lecteur à la découverte d'un patrimoine marqué du sceau de l'intervention sociale, un patrimoine dont les fondements sont toujours vivants de nos jours, en société.

  • Le concile Vatican II (1962-1965) est certainement un épisode marquant de l'histoire de l'Église catholique. On lui reproche toutefois d'avoir laissé de côté « l'autre moitié de l'Église », les femmes. Or, ce n'est pas le cas. En prenant pour exemple les centaines de femmes actives au sein des communautés religieuses de l'archidiocèse de Montréal, l'auteur démontre que ces dernières se sont lancées dans un processus de réception conciliaire en espérant redéfinir leur héritage, vivre une expérience libératrice et poser les jalons d'un nouveau projet collectif. Grâce à des sources inédites, cet ouvrage permettra aux lecteurs de mieux saisir le processus d'appropriation de l'événement et des textes conciliaires par les religieuses et de revisiter une période riche d'espoirs et de turbulences.

  • Quelle est la philosophie du non-croyant, de l´athée, du défenseur de la laïcité? En guise de réponse, l´auteur nous propose de remonter à Lucrèce et à la tradition des atomistes, pour qui l´âme et le corps sont constitués de la même substance matérielle.

  • Tout regard vers le passé, même proche, se prête à une réinterprétation des faits et des courants d'idées qui répond à la prégnance des enjeux actuels.
    Comment se prémunir alors de tout anachronisme ? Par une remise en contexte et une restauration des étapes successives d'un processus historique aux configurations changeantes. Cette démarche peut adopter la forme d'une relecture des travaux de recherche qui ont accompagné pareille évolution. C'est un tel parcours qui est proposé dans cet ouvrage. consacré à la transformation des relations - des échanges croisés ? - entre l'Eglise catholique et le système politique québécois depuis les années 1970.
    Sur la base de textes qu'il a publiés au cours de ces dernières décennies, .Jacques Palard donne à voir ce qu'un observateur étranger a été en mesure de saisir des moments importants du repli de l'institution catholique. Une attention particulière est portée à la déconfessionnalisation du système éducatif, désormais portée à son terme. Ces textes éclairent le chemin parcouru et retrouvent ici une nouvelle actualité.

  • Dès la Renaissance, à l'aube de la réforme spirituelle que suscite déjà le concile de Trente, les Français découvrent les relations missionnaires. Ces lettres, récits ou écrits serviront de lectures édifiantes, de marque d'espoir face au renouveau catholique, mais également de support au dialogue avec l'altérité. La mission n'est pourtant pas une entreprise qui s'est improvisée ou qui s'est fondue dans l'esprit du colonialisme. Les articles du présent recueil, reflets des discussions qui se déroulèrent au colloque de 2007 organisé par l'Université de Waterloo au Musée de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons, montrent que le genre de la relation missionnaire dans le monde francophone a une genèse complexe, a été façonné avec art, s'est modifié au cours des siècles et a tout de même favorisé, avant la lettre et à sa manière, ce dialogue des cultures religieuses que l'on souhaite tant aujourd'hui. De l'Orient à la Huronie, du récit de pèlerinage au martyrologe, de l'Amérique à l'Extrême-Orient, ces déclinaisons de la relation missionnaire sous l'Ancien Régime permettent de découvrir un passé littéraire, culturel et religieux trop souvent oublié ou mal compris.

  • La récente " crise " des accommodements qu'a connue le Québec aura mis en évidence la nécessité d'appréhender l'expression et la gestion du fait religieux dans l'espace public en tant qu'objet de connaissance scientifique.
    Réunissant des experts et des jeunes chercheurs s'exprimant à partir de prismes disciplinaires, analytiques et théoriques variés, ce livre décortique les multiples dimensions de cette problématique. II comprend notamment des analyses sur la laïcité, la prise en compte par l'État des pratiques et des normes religieuses, les tensions entre l'affirmation religieuse et l'égalité des sexes, les modalités d'expression de la ferveur religieuse, ou encore l'impact des écoles ethnoreligieuses séparées sur l'intégration.
    Cet ouvrage fournit des analyses rigoureuses et critiques sur les fondements philosophiques, juridiques et sociologiques de la reconnaissance de la diversité religieuse dans les sociétés actuelles.

  • Se fondant sur le récit éloquent de la vie d'un homme, Emma Anderson explore le choc entre le christianisme et la religion autochtone traditionnelle à l'époque coloniale en Amérique du Nord.
    Pierre-Anthoine Pastedechouan est né au sein d'une communauté indigène nomade d'Innus le long du fleuve Saint-Laurent dans ce qui est aujourd'hui le Québec. A onze ans, il fut envoyé en France par des missionnaires catholiques pour y être éduqué pendant cinq ans, puis ramené dans son pays afin de prendre part à la christianisation de son peuple. Le contact de Pastedechouan avec le catholicisme français pendant son enfance suscita en lui une ambivalence religieuse fatale.
    Dépouillé à la fois de son identité religieuse traditionnelle et de ses aptitudes critiques à la survie, il éprouvera de la difficulté à se faire accepter par sa communauté à son retour. Simultanément, ses tentatives de se faire valoir aux yeux des siens amèneront les Jésuites à le considérer avec une suspicion croissante. En suspension entre deux univers, Pastedechouan finira par devenir déconnecté - avec des résultats dramatiques - aussi bien de sa communauté autochtone que de ses mentors missionnaires.
    Le récit de la vie de Pastedechouan vient éclairer des luttes cruciales en vue de conserver et d'imposer son identité religieuse des deux côtés de l'océan Atlantique au dix-septième siècle, tout en étant d'une pertinence frappante pour le contact contemporain entre peuples autochtones et non autochtones.

  • Comment concilier l'exigence du « spectacle médiatique » avec la nature hautement intérieure de l'expérience religieuse ? Peut-on imaginer la présence de dimensions spirituelles dans une ambiance purement ludique ? Sous le couvert du jeu et du divertissement, serait-ce pensable que l'on se retrouve face à face avec des vécus médiatiques qui ouvrent les humains à des potentialités « illimitées », vers des perspectives spirituelles ?

    Dans cet ouvrage unique en son genre, l'auteur commence par esquisser un bref historique des tensions entre le christianisme et le divertissement médiatique. Il interroge ensuite la capacité du jeu à devenir porteur de signification pour les récepteurs médiatiques que nous sommes. Il aborde le jeu et le divertissement en se laissant guider par des penseurs tout à fait « sérieux » : un historien, un cinéaste, un philosophe de la communication, un sociologue de la culture, un spécialiste du marketing, un philosophe du ludique, des sociologues des communications, un critique marxiste et quelques anthropologues qui ont poussé la réflexion sur le jeu et le plaisir, tous des penseurs appelés par les soins de l'auteur à une sorte de dialogue éclairant.

    La dernière partie du livre entend tirer les conséquences de ces réflexions en ce qui concerne plus directement la foi chrétienne. Elle dégage un langage commun aux médias et au christianisme, soit la narrativité, et fait ressortir les implications spirituelles, éthiques et esthétiques qui en découlent, pour un témoignage de foi chrétienne inculturé dans le monde médiatique actuel.

empty