Parole Et Silence

  • Un regard chrétien sur l'actualité Nouv.

    «En ces temps troublés, il n'est jamais inutile de poser un regard chrétien sur le monde qui avance, sur les libertés qui reculent, sur les événements qui nous font trembler et sur les questions de société qui nous troublent. C'est cette mission qu'a accomplie avec patience, lucidité, pondération et ouverture d'esprit Monseigneur Jean-Michel di Falco Leandri de l'été 2012 à l'été 2016. Chaque dimanche, il partageait ses lumières avec les lecteurs du site du Point. Un regard bienveillant, informé et mesuré ne lasse pas et ne se démode jamais.».
    Jérôme Béglé.

    Alors qu'il était évêque de Gap Mgr di Falco Leandri a fait plus de cinquante vidéos diffusées sur le site du journal LE POINT. Ce livre reprend ces textes à l'écrit. Une parole directe, bienveillante et vraie. Un regard chrétien sur l'actualité. Une démarche qui rejoint l'aventure des «?PRÊTRES?» chanteurs : 2 000 000 d'albums, plus de 500 000 personnes dans les concerts en France et dans le monde, des milliers de lettres.

  • Le prochain pape ; la charge pétrinienne et une Eglise en mission Nouv.

    Au cours de ces trois dernières décennies, j'ai eu le privilège de m'entretenir longuement avec les papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François. Ce que j'ai appris dans ces conversations est la source des réflexions présentées dans ce livre.
    Le prochain pape aura probablement été adolescent ou tout jeune homme à l'époque de Vatican II. Il se peut même qu'il n'ait alors été encore qu'un enfant. Quoi qu'il en soit, il n'aura vécu ni le concile, ni les débats qui ont suivi sur sa signification et son application, comme l'ont fait Jean-Paul II, Benoît XVI et François. Il s'ensuit que le prochain pape ne présidera pas à la mutation engagée par ses prédécesseurs immédiats du même point de vue qu'eux. C'est pourquoi il paraît opportun de se demander aujourd'hui ce que l'Église a appris pendant les pontificats de ces trois papes conciliaires - et d'imaginer ce que le prochain pape pourrait tirer de cet enseignement. Aucun pontificat n'est une complète réussite.

  • Maurice Zundel, prêtre, mystique et théologien suisse du 20e siècle, a laissé derrière lui une oeuvre considérable. Le travail d'édition de ses oeuvres complètes, rassemblant à la fois ses ouvrages, ses articles et une part conséquente de son oeuvre orale, veut permettre de s'approprier la pensée du théologien qui eut une influence incontestable sur la spiritualité catholique de son siècle, bien qu'encore trop peu reconnue.

    Ce 3e tome des oeuvres complètes réunit ses écrits catéchétiques et philosophiques. Ces écrits sont particulièrement riches en ce qu'ils se démarquent de la façon d'inculquer le catéchisme au cours des années 1930 - généralement sous forme de questions-réponses à apprendre par coeur. Dans un respect toujours absolu du cheminement personnel de ses interlocuteurs, Maurice Zundel invite à partir à la découverte du Dieu vivant, creusant pour cela les expériences les plus fondamentales de la vie humaine.

    Ce volume contient ainsi les « notes catéchistiques » recueillies lors de son enseignement aux jeunes filles du pensionnat Bon Rivage, à la Tour-de-Peilz, près de Vevey, au bord du lac Léman, de 1930 à 1933 - publiées plus tard sous les titres de Recherche du Dieu inconnu (1949) et Rencontre du Christ (1951). Au même auditoire, Zundel donna des cours de philosophie, en particulier sur les questions d'épistémologie ; Le Mystère de la Connaissance est publié ici pour la première fois.

    Enfin, sont rassemblés plusieurs documents inédits : le compte-rendu d'une retraite prêchée à Bon-Rivage en 1933 et quelques notes et causeries sur les thèmes de la catéchèse et de l'enseignement religieux, de la grandeur de l'enfance, la beauté et l'exigence de la connaissance et la découverte de Dieu et de l'homme.

  • « Le P. Dominique Bertrand nous fait un beau cadeau. La diversité des approches, dans les textes réunis ici, la vivacité de la pensée : il en ressort une impression vigoureuse et claire de la pensée ou, si l'on peut dire, de la « méthode irénéenne ». Au fond, tout jaillit des Écritures. Elles éclairent notre recherche et dissolvent les objections des gnostiques. On a l'impression que, pour la première fois dans l'histoire de l'Eglise, la Révélation chrétienne tout entière jaillit avec une force et à une hauteur que Hans Urs von Balthasar aimait comparer au jet d'eau de Genève ! ».
    Cardinal Ph. Barbarin.

    Irénée a conçu La Dénonciation et réfutation de la gnose au nom menteur, immortalisée comme Contre les hérésies, face à l'immense danger de chrétiens rejetant déjà comme trop charnel l'Incarnation de Dieu en Jésus. Notre monde se déchristianise sans cesse davantage par une gnose de ce type. C'est là qu'Irénée se dresse à nouveau. Non content de défendre l'Incarnation de Dieu en Jésus, sans hésitation, il manifeste en elle notre gloire d'homme en processus de divinisation.

  • La crise de l'Eglise est indéniable. Il faut réformer. Il est probable que, depuis 2000 ans, le constat soit le même. Chaque jour ! Il nous a valu les Conciles. La réforme était au coeur de Vatican II. On s'accorde à penser que les Cardinaux qui ont élu le Pape François l'on fait pour qu'il réforme. La difficulté commence lorsque l'on veut savoir ce que le mot « réforme » veut dire.
    Ce livre n'a pas la prétention de livrer, clef en main, un diagnostic de la situation actuelle et un mode d'emploi de la réforme. Il veut simplement aider à y réfléchir pour inventer le chemin que nous devons parcourir aujourd'hui. Sa méthode se veut originale : nous allons suivre un réformateur de l'Eglise en son temps, et essayer de comprendre quels furent ses motivations et ses choix. Il ne s'agit pas d'un plaidoyer pour revenir à un passé complètement dépassé. Il s'agit d'écouter un chrétien qui, d'une certaine manière, s'est trouvé dans des situations qui n'étaient pas sans analogie avec les nôtres.

  • Suite à l'Exhortation apostolique du pape François sur La Joie de l'amour, je voulais écrire pour mon diocèse de Toulouse un commentaire sur le chapelet de psaumes que l'on appelle «?graduels?», chants qui rythmaient la route des Juifs vers Jérusalem pour les trois pèlerinages annuels et qui marquaient aussi l'arrivée dans la Ville sainte (Ps 119 à 133). Ils peuvent donner du jour et de la joie à notre marche diocésaine à la suite du Christ, pour entraîner vers Dieu «?les hommes qu'il aime?», comme chantent les anges aux bergers la nuit de Noël.

    Ces chants avancent, avec des hauts et des bas, passant de situations de détresses à des expériences de paix divine, du 119e au 133e : 15 psaumes qui nous font monter ensemble vers la Maison du Seigneur, où l'on veille jour et nuit. 15 chants, comme trois fois la Loi (les 5 livres du Pentateuque), inscrite dans le concret de nos vies?;?15 psaumes, comme la dîme des 150 Psaumes du livre des Louanges. 15 psaumes pour la paix et l'unité, pour entraîner les chercheurs de Dieu à la suite du Christ dans son élan vers le Père infiniment bon.

  • 4 témoins de Nazareth : Ch de Foucauld. Thérèse de Lisieux. Marthe Robin et Madeleine Delbrêl. Témoin sur cette route simple de l'Evangile où nous apprenons au quotidien que nous sommes aimés.
    On peut vivre sans argent, on ne peut vivre sans amis. Il y a les amis sur la terre Il y a les amis dans le ciel. Depuis bientôt 50 ans, Charles, Thérèse, Marthe et Madeleine m'ont soutenu dans ma vie de prêtre et d'évêque. Je leur dois ce que je suis. Ils m'ont accompagné chaque jour de leur présence mais parfois je n'étais pas chez moi. J'oubliais de leur ouvrir la porte de ma vie.
    Ils m'ont fait découvrir Jésus de Nazareth mais surtout ils m'ont aidé à donner sens au quotidien de ma vie.
    Dans ce livre vous allez découvrir quatre témoins de Jésus de Nazareth. Nazareth n'est pas seulement un lieu où Jésus a vécu mais c'est un esprit, c'est une manière de vivre, c'est une spiritualité. A Nazareth l'ordinaire de la vie devient de l'extraordinaire. Le quotidien de Nazareth devient un chemin d'humanité et de sainteté. Nous sommes tous appelés à faire du quotidien de notre vie un chemin de sainteté.

  • Ce texte est l'édition d'une retraite centrée sur le ministère presbytéral.
    - Dieu est Amour et, en ce domaine, il est l'Absolu.
    - Jésus-Christ prêtre souverain et éternel.
    - Qu'est-ce qu'un prêtre ? Un Apôtre du Christ.
    - Les saisons et les marécages sur le chemin de la foi: l'acédie.
    - Engagé au célibat à cause du Royaume des cieux.
    - Le sens de l'Eglise.
    - Le prêtre diocésain dans une Eglise particulière.

  • De son écriture parfaitement lisible, chère à tous ceux qui l'ont côtoyé, Fadiey Lovsky a couvert des feuillets qu'il a intitulés « Notules bibliques ». Il les a réunis en quatre classeurs que Françoise Lovsky, sa fille, a trouvés sur une étagère de son bureau, après son décès.
    OEuvre posthume mais certainement destinée à être diffusée, l'auteur y transmet sa lecture originale de 233 péricopes bibliques, du Premier et du Nouveau Testament.
    Fruit d'une foi vivante, ces brefs commentaires, souvent imagés et humoristiques, très faciles d'accès, peuvent être lus par petites doses, au quotidien, à l'image des livres de piété qui donnent un viatique pour la journée.
    Historien, Fadiey Lovsky s'est beaucoup impliqué dans le dialogue judéo-chrétien et dans la réflexion post-shoah. Sa compréhension des deux Testaments s'en est enrichie. Au fil de la lecture, on découvrira des perles d'interprétation qui renouvelleront subtilement notre compréhension du lien existentiel entre la foi juive et la foi chrétienne.

  • Une initiation à la foi, sous forme de commentaires du Catéchisme de l'Eglise catholique, suivant quatre grandes thématiques : le credo, les sacrements, la morale et la prière.

  • Avec le Père Guillaume de Menthière, nous goûtons la grâce d'une parole prophétique pour conduire nos coeurs à la joie du Christ ressuscité à travers la mort, à travers la Croix. La parole prophétique est un glaive à double tranchant, elle dénonce, et elle annonce. Elle nous invite à la conversion, elle démasque les ombres et chasse les ténèbres. Mais elle est aussi, avant tout, une invitation à l'espérance, elle porte la lumière de la Vie au coeur de la nuit des hommes.
    La Parole de saint Paul retentit comme un appel au milieu de la nuit : « Éveille-toi, ô toi qui dors relève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera » (Eph 5, 14). Ces conférences de Carême nous font entrer dans l'espérance comme on surmonte la tentation du désespoir. Elles sont un baume bienfaisant dans ces temps troublés où la barque de Pierre affronte les tempêtes. Puissions-nous reconnaître, quand «?le soir approche et déjà le jour baisse?» que le Christ est avec nous et que nous n'avons rien à craindre. «?Notre coeur n'était-il pas tout brûlant, au-dedans de nous ??» (Lc 24, 32) «?Reste avec nous, Seigneur !?» † Michel Aupetit Archevêque de Paris

  • À la lecture de Georges Haldas et d'Etty Hillesum nous approchons du lieu mystérieux, plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes, où se libère une énergie de vie insoupçonnée. Ils ont donné forme à leur existence en donnant corps au désir d'Infini qui les habitait. Se sachant radicalement inachevés, ils ont été attentifs - cette forme laïque de la prière ! - à ce qui germait et se passait au plus profond d'eux-mêmes. Ils ont cherché à exprimer le mouvement qui surgissait de leur pôle originaire du plus profond de leur subjectivité.

    Le dynamisme vital que l'on ressent à la lecture de leurs oeuvres provient sans aucun doute de cet adossement à ce lieu sans lieu si essentiel et pourtant si souvent oublié. Les lire nous éveille et nous met en relation à notre propre pôle originaire.
    Notre vie en est alors dynamisée. Interpellée notre liberté - cette capacité de faire crédit à l'autre et au Tout-Autre - est invitée à répondre. À notre tour, par notre consentement à cet Appel à la liberté, d'aborder au sans-rivage de l'Amour.

    FERMETURE À LA VENTE EN SUISSE.
    Outre les exercices spirituels d'Ignace de Loyola, Luc Ruedin sj donne et accompagne des sessions sur divers thèmes (Etty Hillesum, Préparation au mariage, iconographie, jeûne, etc.) et collabore avec Rosette Poletti et Alexandre Jollien à NDR.Travailleur social et théologien, il axe sa réflexion aux croisements de la psychologie des profondeurs et de la spiritualité. Il est aussi membre du conseil de rédaction de la revue Choisir et collabore à la revue Christus.

  • Le présent volume recueille, dans une nouvelle édition, les catéchèses sur l'amour humain prononcées par Jean-Paul II du 5 septembre 1979 au 28 novembre 1984 et qui, ici, sont publiées et remises à jour comme textes authentiques de son magistère. Il est de plus en plus manifeste que ce corpus représente un des fruits les plus caractéristiques de son pontificat. C'est Jean-Paul II lui-même qui a signalé la place toute spéciale de ces textes dans son magistère, en en soulignant le lien explicite avec sa première encyclique : "Redemptor hominis veut être un grand hymne de joie du fait que l'homme a été racheté par Christ : racheté dans son âme et dans son corps.
    Cette rédemption du corps a trouvé par la suite une expression à part dans la série des catéchèses de l'audience générale du mercredi. "Homme et femme il les créa". Il vaudrait mieux peut-être dire : "Homme et femme il les racheta"." "Les lignes essentielles de la spiritualité conjugale sont inscrites "dès l'origine" dans la vérité biblique sur le mariage. Cette spiritualité est aussi, "depuis l'origine", ouverte aux dons de l'Esprit-Saint qui "donne la vie" (2 Co 3, 6)".

  • Chacun des quatre évangélistes a son propre style, ses propres sources, les accents qu'il met personnellement, et les récits qu'il est parfois seul à relater.
    C'est l'ensemble des quatre Evangiles qui nous délivre le portrait de Jésus dans toute sa globalité et son exclusivité. Quelle image aurions-nous de Jésus-Christ si nous n'avions pas le Bon Samaritain ? Comme notre connaissance de Jésus serait incomplète si nous n'avions pas l'Evangile de saint Luc ! Lui seul nous relate les trois paraboles sur l'amour miséricordieux de Dieu qui se met toujours patiemment à la recherche des hommes que nous sommes : la parabole de la brebis perdue, celle de la drachme perdue, et surtout celle du fils perdu, que nous appelons " l'enfant prodigue ".
    Tous ces " trésors " tirés de son Evangile témoignent du désir de l'auteur d'insister tout particulièrement sur la sollicitude de Jésus envers les pécheurs, les pauvres, les malades, les égarés. Le Christ, notre Sauveur ! Voilà en un mot, le message que nous délivre le médecin saint Luc.

  • Evêque d'Ajaccio, Mgr Olivier de Germay s'attache à accompagner familles et paroisses dans la conversion missionnaire demandée par le pape François afin que les communautés deviennent réellement évangélisatrices et annoncent pleinement le Christ.
    Individualisme, écologie, prière, formation des consciences, joie du salut, vie spirituelle, présence des chrétiens dans le monde, Mgr de Germay évoque tous ces points au fil de ses éditoriaux. En les trouvant réunis aujourd'hui, nous entendons la parole d'un évêque qui scrute les signes des temps et qui invite à collaborer à l'oeuvre du Christ agissant ici et maintenant pour faire toutes choses nouvelles.

  • Il y a cent ans naissait à la suite de Madeleine Daniélou la Communauté Saint-François-Xavier, communauté de vie consacrée dans une mission de formation et d'éducation des jeunes . "Un être humain, écrivait Madeleine Daniélou, a des résonances infinies, des profondeurs insondables, une parole à dire qui n'est qu'à lui, quoiqu'elle s'insère dans un choeur immense, une vocation qui n'est rien moins qu'une pensée divine." Une grâce reçue est toujours faite pour être donnée, et porte en elle plus d'avenir que de passé. Aussi ce petit livre voudrait-il rejoindre les éducateurs d'aujourd'hui, parents ou enseignants, et leur offrir, devant les difficultés de leur tâche, quelques raisons de croire davantage et mieux en leur mission.
    Puisse-t-il susciter des vocations d'éducateurs selon le coeur de Dieu.
    Interventions de Christiane Conturie, Frédéric Louzeau, Dominique Paillard, Manuela Rousselot et Marguerite Léna

  • L'auteur, journaliste et théologien, enquête sur un nouveau paysage de laïcité caractérisé par la reconnaissance d'acteurs divers et leur intégration au service public. Il s'interroge sur la place du message de l'Eglise et sur la nouvelle mission d'évangélisation au sein de l'hôpital public.

  • Méditations sur l'humanisme chrétien, à partir de l'Ancien et du Nouveau Testament mais également de textes philosophiques et théologiques.

  • Un outil pour aborder la pensée de Benoît XVI. Se fondant sur les écrits de J. Ratzinger, l'auteur présente ses enseignements et ses réflexions théologiques dans lesquels la figure christique occupe la place centrale. Il souligne la simplicité de la langue et de l'argumentaire qui donne une certaine force de conviction aux dogmes défendus.

  • Sous la direction de Jésus Delgado, secrétaire personnel de Mgr Romero et vicaire général de l'archidiocèse de San Salvador. Mgr Oscar Romero, archevêque de San Salvador, a été tué par un homme payé par la dictature militaire pendant qu'il célébrait la messe le 24 mars 1980. Dans ses derniers écrits, une partie de sa correspondance privée, Mgr Romero évoque le rôle de l'Eglise en période de violence politique et sociale et de répression des droits humains, le rôle de la loi et du clergé, le sens du martyre et de la conversion, la souffrance du pauvre...
    En l'année de la béatification de Mgr Romero, ses écrits les plus personnels et les plus intimes sont publiés pour la première fois.
    />

  • Parmi les visages lumineux de l'orthodoxie que j'ai connus, Ignace IV est l'un de ceux qui m'ont le plus conduit à percevoir un chemin de transfiguration déjà à l'oeuvre ici, dans nos vies. Nous avons rencontré Ignace IV au Patriarcat à Damas ainsi qu'à Balamand, l'Institut de Théologie et l'université qu'il a fermement voulus, façonnés à partir de rien et transformés en foyer de formation pour les prêtres de l'Église et pour tous les jeunes hommes et jeunes femmes du Liban et de la Syrie.
    Plus que tout autre peut-être, ce lieu témoigne de trois choses : la capacité du patriarche Ignace IV de travailler personnellement avec ténacité et sagesse, pour laisser ensuite l'Église entière jouir des fruits de ce labeur ; ensuite, de son renvoi constant à un corps ecclésial qui a besoin de tous ses membres sains et bien assemblés, pour embrasser toute l'humanité, en particulier les plus souffrants. Enfin, de sa façon spontanée d'accueillir en vrai disciple de Jésus l'enseignement de Jean-Baptiste : "Il faut qu'Il croisse et que je diminue." A travers le vécu de cet homme de Dieu, nous espérons aussi que le lecteur pourra expérimenter à quel point notre foi et notre existence chrétienne dépendent de ceux qui nous ont précédés, et continuent de le faire, à la suite du Seigneur ;
    Qu'il mesure aussi quelle route on peut parcourir si on reste docile à la voix de l'Esprit ;
    Enfin, qu'il voie comme il est beau que les frères se "retrouvent" ensemble déjà ici, dans un joyeux prélude à la pleine communion d'amour qui existe depuis toujours dans le coeur du Seigneur et qui attend encore que nous la rendions visible "afin que le monde croie."

  • Seul l'Esprit Saint rend la lettre efficace. L'Esprit seul assure à la lettre son dynamisme pour qu'elle soit reçue non comme un mot du passé mais du présent. Seul l'Esprit permet un rapport juste à la lettre, nous évitant les dérives du fondamentalisme ou de la négligence. L'Esprit Saint assure une interprétation de l'Ecriture dans l'esprit même où elle a été écrite parce que où est la Parole, là est l'Esprit, soit en écoutant, soit en enseignant.
    A partir d'une lumineuse lectio divina de la prophétie d'Isaïe et de l'Evangile de Luce, Enzo Bianchi met en lumière le lien essentiel entre la Parole et l'Esprit, entre le ministère de la Parole et l'action de l'Esprit.

  • Pourquoi une lettre ? Sans doute pour être plus proche de toi qui te poses peut-être la question du sacerdoce ? Il est vrai que tu n'oses pas toujours en parler et surtout tu ne sais pas à qui en parler. Cette lettre est pour toi ; elle t'aidera peut-être à découvrir que le Christ t'appelle à sa suite et que cette aventure est très belle.

    Celui qui t'écrit a trente-six ans de sacerdoce et bientôt soixante-cinq ans. Il a eu de nombreux ministères, mais il s'est surtout occupé de la formation des futurs prêtres. Douze années au service du discernement et trente au service de l'accompagnement des prêtres. C'est dire que je connais les joies de nombreux prêtres qui exercent leur ministère en ville ou à la campagne.

    Je ne suis pas là pour te parler des prêtres, mais d'abord pour t'aider au discernement sur ce désir profond, peut-être encore enfoui. Ce chemin que je te propose sera celui de la liberté. Le Christ n'endoctrine pas et, s'il te choisit, il te laisse toujours libre. Il est vrai que son appel est celui du bonheur et nous serions fous de ne pas y répondre !

  • « La doctrine sociale de l'Église éclaire d'une lumière qui ne change pas les problèmes toujours nouveaux qui surgissent » (Benoît XVI, Caritas in veritate, 12).

    La doctrine sociale n'est plus « le secret le mieux gardé de l'Église ». Depuis plus d'un siècle, un corpus existe, autour de principes doctrinaux solides : dignité de la personne, bien commun, subsidiarité, solidarité... Ces principes ont été sans cesse confrontés à des situations nouvelles.
    Ce colloque veut mettre en lumière les problématiques émergentes, qui, demain, domineront le monde et que la doctrine sociale devra prendre en compte : le déclin des corps intermédiaires traditionnels face à l'émergence d'autres groupes, la question théologico-politique, avec des démocraties « sans vérité régulatrice », et celle des droits de l'homme, droits fondamentaux inscrits dans la nature humaine, face au relativisme et aux droits subjectifs.
    Les domaines socio-économiques constituent un autre champ d'émergence de ces nouvelles problématiques: dans l'entreprise et le travail, bouleversés par la mondialisation et le numérique, la financiarisation de l'économie, la focalisation sur le court terme et l'endettement généralisé, les mouvements migratoires renouvelés, alors que les frontières s'effacent, la crise écologique, pour laquelle la prise de conscience n'a pas mis fin aux débats, tandis que l'écologie humaine est occultée.
    À la lumière des principes de la doctrine sociale de l'Église, définis par le magistère, l'Académie catholique de France se propose d'apporter sa contribution à la réflexion de l'Église universelle, pour discerner les problématiques nouvelles auxquelles ces principes seront confrontés. Il s'agit de mettre en évidence ce qui menacera demain le bien commun et le « plein épanouissement » des personnes et des groupes et ce qui, au contraire, permettra de les défendre.

    S.Ém. le Cardinal Peter TURKSON, président du Dicastère « Pour le service du développement humain intégral ».

empty