Oskar

  • Qui vole un oeuf vole un boeuf, Rira bien qui rira le dernier, Qui aime bien châtie bien...
    Tu as sûrement déjà entendu une de ces phrases. On les appelle des proverbes. Mais connais-tu vraiment leur sens ? Faut-il être toujours d'accord avec eux ? Tu trouveras dans ce livre les proverbes les plus connus, ainsi que des explications et des exemples te permettant de réfléchir par toi-même et de partager tes idées avec celles des autres, pour mieux décider ce que tu dois en penser.

  • Traité sur le même modèle que les « Proverbes pour réfléchir », cet ouvrage présente 27 proverbes chinois appelés Cheng Yu. Chaque proverbe est suivi du conte chinois dont il résume la « substance », d'une explication, d'une page d'exemples et d'une discussion, le tout sur une double page.
    Ces Cheng Yu sont des condensés de la sagesse chinoise dont la portée est universelle. Mais par leur approche tout à fait particulière ils nous éclairent aussi sur la culture et la civilisation chinoises.

  • « Les garçons ne pleurent pas alors que les filles pleurent tout le temps »
    Par exemple :
    À la récré, si Lola se dispute avec Fatoumata, elle va lui dire : « Tes méchante ! » puis partir en pleurant. Louis, en revanche, dira à Éric : « Tes méchant ! » et se battra avec lui ! De même si la maîtresse gronde Lola, elle va avoir les larmes aux yeux alors que Louis va serrer les poings et faire la tête. Cest ainsi, les filles sont plus sensibles et ont la larme facile, pas les garçons.
    Oui mais?
    Essayons de comprendre doù vient ce drôle de phénomène Souvent, cela vient de léducation : on apprend aux garçons à ne pas pleurer et aux filles à ne pas exprimer de la colère par exemple. Il y a très longtemps, on pensait que pleurer, cétait être faible et un garçon devait être fort. Les filles, elles, devaient rester gentilles alors se mettre en colère, cétait être vilaine. Il en reste des traces aujourdhui !
    Et puis, tout dépend aussi de sa sensibilité. Il y a des personnes qui sont plus sensibles que dautres comme il y en a qui sont plus doués pour jouer au basket que dautres. On est tous différents et on ne réagit pas de la même manière à une même chose. Cest aussi ça le sel de la vie !
    Conclusion
    Que lon soit un garçon ou une fille, pleurer soulage quand on est triste, et ça permet dêtre consolé. Cest une réaction naturelle à une émotion quelle soit de la colère, de la peur, ou de la peine Pleurer ne signifie pas quon est faible, bien au contraire. Montrer ses émotions peut être une force. Si, en fait, ça voulait dire : moi aussi, jai un c½ur ? Et puis, pleurer est une des spécificités de tous les humains. Il ny a donc pas de honte à pleurer.
    Mais il faut savoir pourquoi on pleure. Si cest parce quon éprouve de la colère, il vaut mieux la laisser sexprimer plutôt que de la transformer en pleurs. De plus, pleurer dès quon a une contrariété nest pas une solution. Parfois même, certains problèmes peuvent se résoudre facilement, si on prend le temps de réfléchir et ensuite dagir. Se morfondre naide pas à trouver la solution.
    Et toi quen penses-tu ?
    Est-ce que ça tarrive de pleurer ? As-tu honte de pleurer devant du monde ?
    Connais-tu des personnes qui ne pleurent jamais ?

    Présentation de lauteur et de lillustrateur
    Agnès Aziza est née en 1968 et vit à Paris. Scénariste pour la télévision depuis 1996, elle écrit également pour la jeunesse depuis 2003 : elle a inventé le personnage de Mlle Zouzou que lon trouve tous les mois dans le magazine Les ptites princesses. Elle est aussi auteur de romans pour les 8-12 ans pour le magazine Les ptites sorcières et de récits historiques parus dans Je lis des histoires vraies chez Fleurus Presse. Elle signe ici son premier livre pour Oskar.
    Manu Boisteau est né à Angers en 1969 et vit à Paris. Après une formation en expression visuelle à lÉcole Estienne dont il est sorti diplômé en 1991, il se tourne vers le graphisme et lillustration. Manu Boisteau est surtout connu pour ses illustrations dans les magazines et dans des ouvrages à destination de la jeunesse. Il a, entre autres, publié chez Bayard, La Martinière Jeunesse et Thierry Magnier.


  • Dans cet ouvrage, 26 fables d'Ésope sont racontées et expliquées et permettent aux plus jeunes un premier contact avec la culture et la civilisation antiques.

    En page de gauche, est présenté chaque fable illustrée, et son explication par rapport au monde contemporain et à la vie quotidienne. Ces récits, ancêtres des fables de La Fontaine, mettent en scène des animaux comme le lion, le renard, le loup, etc. pour évoquer les comportements des hommes...

    En page de droite, un débat sur le modèle des ouvrages précédents de la collection aide à prendre de la distance avec les préceptes et à se forger ses propres opinions. On trouve aussi un jeu pour découvrir l'étymologie et s'amuser avec les mots.
    />
    Présentation de l'auteur Isabelle Korda vit à Bernay dans l'Eure. Passionnée depuis toujours par la mythologie et l'Antiquité, elle a fait ses études à Paris et à Rouen. Devenue professeur de lettres classiques, elle enseigne actuellement au collège de Thiberville. Elle signe ici son deuxième titre aux éditions Oskar, après Mythes grecs pour réfléchir.

    Dans la même collection

  • Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

    Par exemple : Tu n'as jamais été aussi heureux de ta vie ! Tu viens de remporter un match de tennis contre Jimmy. 6/4 6/4 7/5 ! Incroyable ! Depuis qu'il a rejoint le club, personne n'avait réussi à le battre. Même pas Paul, qui avait pourtant gagné haut la main le tournoi l'an dernier. Pendant que tu savoures ta victoire, le pauvre Jimmy pleure dans les vestiaires. Il a du mal à digérer sa défaite. Jamais il n'a connu une telle humiliation !

    Oui mais.? Jimmy pourrait aussi se réjouir de te voir gagner. Après tout, une défaite parmi tant de victoires, ce n'est pas grand-chose pour lui. C'est ça aussi l'esprit sportif : apprendre à être fair-play ! On est dans un jeu, il y a forcément un gagnant et un perdant. Participer, c'est prendre le risque de perdre. Et l'essentiel, est-ce de jouer ou gagner ?

    Conclusion : Le bonheur n'est jamais partout en même et pour tout le monde. Il faut parfois savoir se consoler en pensant à ceux qui se réjouissent d'une situation qui nous rend triste, comme la pluie, qui fait le bonheur des agriculteurs mais gâchent les vacances des campeurs. Mais les choses sont-elles toujours aussi simples ? Pas sûr... Que penser du bonheur qui nous envahit quand il arrive malheur à ceux que l'on déteste ? Cette peste de Vanessa est tombée en roller et s'est ridiculisée devant toute la classe. Elle s'est fait drôlement mal mais tu ne peux t'empêcher de penser : " Bien fait pour elle ! Ça lui apprendra à toujours la ramener ! " Tu as probablement déjà ressenti des sentiments comparables, n'est-ce pas ? Un petit bonheur malveillant, mesquin et pervers, à peine avouable tellement il fait honte... Mais peut-on être véritablement heureux quand on est méchant ?

    Et toi qu'en penses-tu ? Trouve le mot manquant et tu découvriras un autre proverbe qui montre combien nous sommes liés les uns aux autres :
    La .... des uns s'arrête là où commence celle des autres.
    Réponse : La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

empty