Entreprise, économie & droit

  • Les faux sont partout dans l'art, dans les musées, les salles d'exposition, les galeries, et cela pour une raison simplissime : ces chefs-d'oeuvre sont réalisés avec la complicité des maîtres eux-mêmes (parfois), de la famille des artistes quand ils sont décédés (très souvent), des experts et des galeristes du monde entier (tout le temps).
    « L'empereur » a réalisé des dizaines de milliers de faux, qui ont permis d'enrichir un grand nombre de marchands d'art. « Tout le monde savait ce que nous fabriquions à Nice, Copenhague, New York, Anvers, Shanghaï... mais tout le monde la fermait, car il y avait beaucoup d'argent à gagner. »

  • « Oui, aujourd'hui, je sais que le lancer de nains, c'est mal, et que c'est mal aussi de partouzer avec quatre putains, et que c'est mal de manipuler le cours des actions. »
    Jordan Belfort nous fait entrer dans le temple de la spéculation mondiale, découvrir ses coulisses mafieuses, ses secrets scandaleux, ses escroqueries énormes. Nul ne les connaît mieux que lui : il n'y a pas si longtemps, tout le monde dans le milieu de la Bourse l'appelait le loup de Wall Street. Comment est-il devenu l'un des hommes les plus riches de New York ? Comment, à force d'excès en tout genre, a-t-il fini arrêté par le FBI ?
    Avec un sens hallucinant de la narration et du rythme, Belfort nous raconte son histoire tragicomique, de ses débuts de trader jusqu'à sa chute vertigineuse, en passant par les sommets de la fortune la plus insolente, les fêtes les plus décadentes, les cocktails de psychotropes les plus fous. Une vie de rock star.
    Cette autobiographie du plus dément des requins de la finance restera dans les annales. Parce qu'elle est authentiquement insensée. Et parce qu'elle constitue le faire-part de décès des exubérantes années Bourse. À moins que tout ne recommence de plus belle demain ?

  • Agente d'élite

    ,

    • Max milo
    • 24 Septembre 2020

    A 25 ans, je poursuivais ma troisième année de philosophie à la Sorbonne, heureuse d'avoir échappé au retour forcé au bled prévu par mes parents. Fière de ma victoire, il ne me manquait qu'un dernier défi pour devenir l'égal de mes pères : pratiquer la boxe, comme tous les hommes de ma famille. Sauf que je ne ferai pas de l'anglaise mais de la Francaise. Je me battrai avec mes pieds et mes poings, avec tout mon corps pour réussir.
    Dès mes premiers cours, je decouvre que mon moniteur est un flic de la BRI, la Brigade de Répression et d'Intercention, une rencontre qui change ma vie. C'est à ce moment que je décide de devenir gardien de la paix. Passé le concours et après une annee d'école decevante, je suis affectée, fin 1999, au commissariat central du 20ème arrondissement. J'y ai découvert le mépris et la defiance, du coté des policiers, comme du côté des délinquants. Mais j'y ai surtout découvert des collègues bienveillants, prêts à se sacrifier pour une belle cause : servir la France.
    Grâce a la Police nationale, pendant 20 ans, j'ai appréhendé le monde dans sa realité, brut, sans concession. J'ai vu émerger progressivement cette nouvelle France qui se dechire aujourd'hui.
    Ce livre n'est pas un simple récit d'expériences policières, ni une éniéme histoire de maghrébine ayant réussi grâce à la République. C'est un temoignage inédit du vécu d'une femme qui a choisi de risquer sa vie, au sens propre, pour ses convictions et pour la République. Ce récit propose de renouveler la compréhension des problématiques actuelles de sécurité, de délinquance, de cohésion sociale ou d'Islam en France.

  • Juriste et politologue tout autant qu'avocat pénaliste renommé, passionné de philosophie politique, il a été l'élève de Jean-François Mattei à Science-Po, Gérald Pandelon connait parfaitement les arcanes du milieu du grand banditisme et en particulier du milieu marseillais aujourd'hui. Un milieu dangereux tiraillé par la lutte que se livrent les gangs souvent issus des vagues d'immigrations successives pour le contrôle des divers trafics, notamment celui du cannabis.
    Il a conduit et guidé le journaliste Paul-François Paoli du Figaro, natif de Marseille, à la rencontre de ces voyous dont certains restent discrètement « en activité ». Il lui a ouvert les portes de quartiers comme La Castellane ou Félix Pyat où la police n'entre que précautionneusement et où le trafic de drogue (cannabis, cocaïne...), qui se déroule au sus et au vu de tous, rapporte aux dealers des quartiers des sommes faramineuses tandis que la classe politique regarde ailleurs.
    A la fois témoignage d'un avocat, reportage de terrain et enquête sociologique, ce livre contient des portraits et des entretiens terrifiants sur la dérive de quartiers en France, de zones de non droit, ainsi que des histoires inédites de voyous sur leurs activités. Il dresse un état des lieux plus qu'alarmant sur la démission de l'Etat et la corruption d'une classe politique locale qui accepte l'emprise des mafias en échange d'une prétendue « paix sociale ». La peur, résignation, l'intérêt à court terme, ont-ils définitivement gagné les Politiques ? C'est la question que pose ce livre qui fera date.

  • À partir du XXème siècle, la politique s'est déplacée et concentrée sur des questions purement techniques d'ingénierie des comportements et d'optimisation de la gestion des groupes. Ces pratiques regroupent et appliquent différentes sciences dites de gestion tels le marketing, la cybernétique, le management, la PNL, le storytelling. Leur usage sur une population reconfigure les individus dans le sens d'une standardisation afin de prévoir leur comportement et d'opérer une prise de contrôle sans que ces derniers en aient conscience.
    La traçabilité des personnes est une réalité : vidéosurveillance, portables (téléphones et ordinateurs), cartes de fidélité, cartes à puces, contrôle Internet (du contenu des e-mails pour gmail), instituts de veille informatique - toutes nos activités sont identifiées et alimentent des bases de données dans lesquelles nous sommes fichés. La collecte de ces informations poursuit un but : le remodelage de notre pensée et de nos comportements.

  • Votre permis, vous le préférez à points ou saignant ? Verbaliser plus pour gagner plus : aujourd'hui, en France, 40 millions d'infractions au code de la route sont constatées chaque année.
    Un chiffre en hausse. Pas parce que les automobilistes sont moins civiques. Mais parce que dans les coulisses des préfectures, le mot d'ordre est désormais : faire du chiffre. Chaque année, on fixerait même aux policiers des quotas à atteindre. De plus en plus d'agents sont chargés des contraventions, de moins en moins assurent la sécurité. Les PV, un business juteux, une industrie avec ses réseaux et ses abus.
    Révoltant ? Ce que les citoyens ignorent, c'est qu'ils peuvent contester systématiquement leurs contraventions : la deuxième partie de l'ouvrage donne des conseils très précis, au cas par cas, pour contester efficacement les infractions abusives. Vous saurez tout sur les feux de circulation, les places de stationnement, la fourrière, le téléphone au volant, le refus de priorité et les permis à points...

  • À cause de la grande distribution, en soixante ans, la France a perdu 300 000 « points de vente », alors qu'elle aurait pu en gagner 800 000 !

    A 47 ans, Martine Donnette perd son commerce et se retrouve endettée. Dans sa caravane, seul logis qui lui reste, elle va mener un combat acharné contre les responsables : les grandes enseignes commerciales.
    Depuis trente ans, elle sillonne la France et fédère des centaines de commerçants chassés par les politiques déloyales des grandes surfaces. Elle mène procès sur procès, empêchant les constructions et développements illégaux de la grande distribution, militant pour des lois en faveur des petits exploitants.
    Elle nous raconte son refus courageux de se plier au pouvoir des grandes enseignes et sa lutte de chaque jour pour que le commerce de proximité retrouve sa place au sein de la société.

  • Ce thriller est un regard fascinant sur les coulisses de l'industrie bancaire mondiale. Bradley Birkenfeld travaille pour la plus grande banque du monde, UBS, où les ultra-riches cachent leurs millions aux yeux des autorités fiscales dans un réseau secret et complexe de comptes numérotés et de sociétés offshore.
    En 2007, sentant le vent tourner, UBS tente de se couvrir en lâchant ses banquiers et secrètement les compromettre. Bradley Birkenfeld voit rouge et décide de dénoncer l'ensemble du fonctionnement de la banque aux autorités.
    Plus de 15 milliards de dollars ont ainsi été récupérés sur la base des informations sans précédent de Bradley Birkenfeld. Il brise le secret bancaire suisse et dévoile la plus grande fraude fiscale de l'histoire.
    Cependant, le ministère de la Justice américain veut le faire taire et l'accuse de complot. Birkenfeld est arrêté et doit purger trente mois de prison.

    Bradley Birkenfeld, 53 ans, diplômé de l'université de Norwich, est aujourd'hui un retraité de la finance. Il vit en Europe et parcourt le monde pour venir en aide aux lanceurs d'alerte.

  • Le véritable héros de la mondialisation a un corps d'acier.
    Son père se nomme Malcolm McLean. Sa date de naissance ? Avril 1956. Ce jour-là, 58 boîtes en métal furent transportées dans un bateau de Newark à Houston, premier acte de l'histoire du conteneur, étincelle fondatrice du boom des échanges internationaux...

  • Qui est capable aujourd'hui de donner une définition valable et globale de WikiLeaks ?
    Comment est née cette organisation ? Avec quels moyens ? Qui est vraiment son créateur, Julian Assange ? Comment travaille son équipe ? Peut-on considérer WikiLeaks comme un nouveau modèle journalistique ? Quelles questions pose-t-il aux gouvernements ? Quelle est son influence réelle sur le monde ? Quelles sont ses limites ? Olivier Tesquet, en contact avec les équipes de Julian Assange et qui suit WikiLeaks depuis ses débuts, répond à travers ce petit guide simple et complet à nos interrogations, et nous permet de comprendre l'histoire et le fonctionnement d'une telle organisation, ainsi que les nouvelles questions qu'un tel site pose en terme de démocratie, de journalisme et de législation.

  • La dette est pointée comme une faute dont il est impossible d'éponger l'exigence sans frein. Elle se rembourse selon une soumission devenue infinie et une vision du travail totalement dérégulée. Les États sont progressivement démis de leur légitimité, soumis à une gouvernance aussi inhumaine que l'ont été les Régences à travers l'histoire. Dans cette suspension de l'État se déchaînent toutes les violences et toutes les usurpations pour réduire l'homme à un sujet sans droit, déchu de sa citoyenneté.
    Mais la fin de l'histoire n'est pas pour aujourd'hui...

  • combien de fois vous êtes-vous senti impuissant face à votre banquier ? daniel richard est le premier avocat en france à avoir attaqué les grands établissements financiers.
    ses procès gagnés depuis 1987 lui ont valu dans la presse le surnom de " zorro de la défense des épargnants ". les plus grandes banques françaises, le crédit lyonnais, la bnp ou encore la poste, gardent toutes un souvenir cuisant de leur confrontation avec l'avocat. contrairement à beaucoup de ses confrères, daniel richard n'a pas choisi de servir les grandes puissances économiques, mais de dénoncer leurs abus et d'aider les clients à se défendre.
    mais qui est l'homme derrière le masque de zorro ? quelles sont ses méthodes ? comment est-il devenu en vingt ans la bête noire des banquiers ? sur le ton de la confession, voici le récit d'un courageux parcours, une plongée dans les coulisses des grandes affaires gagnées par daniel richard. mais l'ouvrage est aussi un guide précis pour mieux démasquer les excès de votre banque et mieux placer son argent.

  • Le quotidien peut être exaspérant : un voisin trop bruyant, un propriétaire abusif, des frères et sœurs qui se disputent l'héritage, un mari prêt à tout pour ne pas payer une pension alimentaire, des policiers incivils... Face à ces problèmes, souvent, nous baissons les bras, frustrés et impuissants. Pourtant, des solutions existent. Depuis quelques années déjà, le commissaire Philippe Vénère, riche de ses connaissances juridiques et de son expérience sur le terrain, apporte des réponses pratiques et concrètes à des centaines de Français. Il analyse ici les cas les plus caractéristiques et les plus courants de vos ennuis journaliers, pour fournir à chacun un guide pratique efficace contre le fatalisme.

  • Pauvres en droits

    Irene Khan

    « Le présent ouvrage nous rappelle que la croissance économique, bien qu'indispensable, reste à elle seule insuffisante. La pauvreté ne résulte pas exclusivement de privations, mais tout autant de ces autres menaces, ces autres épreuves qui se dressent contre ses victimes ». Kofi Annan Analphabétisme, insécurité, exclusion: la pauvreté est l'illustration du pire en matière de droits humains. Pour Irene Khan, il est nécessaire, possible - et urgent - de sortir les populations pauvres de ce cercle vicieux en leur offrant la possibilité de s'automiser.??
    L'auteur témoigne de ses propres luttes menées sur le terrain. Chiffres et exemples à l'appui, elle critique les solutions adoptées par les organisations internationales qui ne prennent pas assez en considération les quatre facteurs combinés qu'elle considère comme fondamentaux si l'on veut, à terme, éradiquer la pauvreté : le droit à la protection, le respect de la liberté d'expression, des besoins élémentaires et de l'identité culturelle.
    Un document clair et rigoureux qui apporte non seulement des pistes de réflexion mais surtout d'action.


    Irene Khan est née au Bangladesh. De 1980 à 2001, elle a occupé plusieurs postes à haute responsabilité au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Elle a été secrétaire générale d'Amnesty International de 2001 à 2009.

  • Le notariat, véritable oligopole, est devenu progressivement non pas un Etat dans l'Etat mais un Etat au-dessus de l'Etat. Les notaires opèrent aujourd'hui un véritable dévoiement du statut d'officier public à des fins purement mercantiles. Il existe un triangle d'or reliant le notariat latin, les hommes politiques et l'Etat. En contrepartie des services rendus à la classe politique, l'Etat, qui a renoncé à contrôler la profession notariale mais lui assure une protection indéfectible, rend par là même possibles toutes les dérives. Ce manifeste examine toutes les facettes de la profession et révèle comment la présence du notariat latin dans un pays est un puissant vecteur de corruption de celui-ci. Seul le maintien de ses privilèges, hérités d'un autre temps, offre au notaire la possibilité de gagner 20 000 euros par mois en moyenne au détriment du respect des règles de droit, de leurs clients et plus généralement de la collectivité. Du notariat, il est désormais plus qu'urgent de supprimer le statut et de retrouver le service.

  • C'est la fin d'une histoire de 250 ans : 110 cols-rouges de la célèbre salle de vente de Drouot viennent d'être mis en examen, pour association de malfaiteurs, complicité de vol et recel de vol en bande organisée, assorties d'un contrôle judiciaire à compter du 1er septembre 2010 et interdiction d'exercer. Les cols rouges forment l'Union des commissionnaires de l'Hôtel des ventes Drouot. Ils ont pour tâches le transport et la manutention : préparer les lots, les installer pour les expositions, les présenter au public lors de la vente, les redistribuer après règlement, et les stocker. Leur organisation a tout d'une confrérie : tous viennent de Savoie et de Haute-Savoie depuis que Napoléon III a confié l'exclusivité de ces missions à ces régions, le recrutement se fait par cooptation et de père en fils. Chaque année ils transportent 800 000 pièces lors des 2000 ventes annuelles à Drouot. En décembre 2009 et août 2010, deux vagues d'arrestation parmi les cols blancs brisent le prestige de la plus grande salle des ventes aux enchères de France. Il leur est reproché d'avoir détourné des oeuvres au cours des ventes, de s'être grassement servis en débarrassant les demeures des particuliers. Le début de l'affaire remonte à 2004 avec le vol d'un tableau de Gustave Courbet. Quelques mois plus tard, un Savoyard propose l'oeuvre à un expert, dans l'arrière-salle d'un café du 9e arrondissement de Paris ! La justice décide alors de mettre le nez dans les affaires, jusque-là très secrètes, de la confrérie. Une série de perquisitions est lancée, et point d'orgue symbolique de l'intrusion de la justice dans les affaires de Drouot, une descente de police a lieu le 1er décembre dans l'hôtel des ventes. Ensuite, les découvertes s'enchaînent: un Chagall au domicile d'un Col rouge, des diamants dans leur entrepôt à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Et des comptes bancaires bien trop fournis par rapport aux 4.000 euros mensuels touchés par les Savoyards. On apprend ainsi comment un Savoyard a pu s'offrir une brasserie en plein Paris grâce à la revente de meubles Art déco rares qu'il avait volés. Comment tableaux signés et lingots d'or disparaissent lors d'une succession. Ou encore comment on peut subtiliser un diamant de 1,8 carat en pleine salle des ventes. Dirigée par deux juges d'instruction, cette enquête à tiroirs, qui se poursuit en ce moment même, va obliger l'hôtel Drouot à se réformer en profondeur. et dans la douleur.

  • En matière de réglementation de la prostitution, les autorités cultivent le paradoxe : tolérer, mais réprimer. La prostitution ouvertement consentie et assumée n'est pas un danger pour la société. Au contraire, comme toute catégorie socioprofessionnelle, elle est assujettie a un régime fiscal. Les putes paient des impôts. Les putes contribuent à l'essor économique de la France. Les putes jouent un rôle sanitaire et social de premier ordre en désengorgeant les voies publiques de façon non discriminée : jeunes et vieux, pauvres et riches, beaux et repoussants, célibataires et bons pères de famille... A bien des égards, le plus vieux métier du monde est un métier comme les autres. Ou presque. C'est du moins le plus indispensable. L'histoire de Gaby Partanza, prostituée depuis l'âge de 16 ans nous le rappelle.

  • À la fin du XVIIIe siècle, Adam Smith a prévu la nouvelle émergence économique de l'Orient et l'équilibre des pouvoirs avec l'Ouest. Dans cet ouvrage magistral et à contre-courant de la pensée dominante, Giovanni Arrighi démontre comment l'extraordinaire ascension de la Chine nous invite à relire La Richesse des nations avec un regard neuf. À la faveur d'une déconfiture de l'hégémonie américaine, la République Populaire pourrait proposer l'alternative au capitalisme du XXe siècle.

    Peut-on se fier au modèle chinois actuel pour refonder l'organisation économique mondiale ? Giovanni Arrighi répond à partir de trois idées fortes : la voie de développement chinoise est essentiellement différente du néolibéralisme ; la montée de la puissance chinoise est déjà en train de modifier la structure de l'économie politique à l'échelle internationale ; l'un des aspects majeurs de la voie chinoise, contrairement à l'image que les médias occidentaux en donnent souvent, pourrait être porteuse d'un modèle plus égalitaire et plus écologique de développement.

  • Comment faire pour que le fonctionnement de l'économie européenne, sous l'égide de la BCE, infléchisse sa trajectoire pour enfin se redresser après une crise qui ne semble jamais finir ? Comment repenser la BCE pour revenir à ce qui n'aurait jamais dû cesser d'être le fondement de la construction européenne, l'intérêt des citoyens ?
    Jean-François Bouchard démontre que la BCE agit :
    En dehors de toute légitimité démocratique ; Sans contre-pouvoir ; Hors règles de responsabilité ; Sans autorité sur des monstres de la finance internationale.

    L'auteur préconise la mise en place de réels contre-pouvoirs en imposant à la BCE des objectifs économiques chiffrés, l'obligation de rendre des comptes et en soumettant les responsable au suffrage.

  • Qui était Monique Piffaut ? Chef d'entreprise brassant des milliards, petite femme au physique ingrat, elle a passé son existence à entuber des banquiers pour bâtir une des premières fortunes de France. Sa disparition, en 2016, après trois quarts de siècle de mensonges, laisse en héritage un vertigineux mystère. Elle n'a autorisé que quelques photos et n'a jamais parlé aux journalistes. Cette femme s'est dissimulée derrière une légende qu'elle a façonnée de toutes pièces. Ses origines et la plupart des étapes de son parcours sont si secrètes qu'aucune investigation ne saurait rendre compte d'une vie tellement étrange. Était-elle une comédienne hors norme, une sociopathe, un génie des affaires, une pilleuse de banques ? À partir des rares témoignages de ceux qui l'ont côtoyée dans l'intimité, Pierre Maraval a romancé sa vie comme elle le faisait elle-même en permanence. De l'enfance au trépas, entrez dans la tête de Monique Piffaut pour découvrir son extraordinaire saga.

  • L'affaire Rambla Nouv.

    Jean-Baptiste Rambla apparaît dans une affaire criminelle alors qu'il n'est âgé que de 6 ans. Le 3 juin 1974, Il est le témoin de l'enlèvement de sa soeur aînée, MarieDolorès qui sera assassinée. Christian Ranucci, arrêté, jugé et condamné à mort, est l'un des derniers criminels guillotinés en France. Mais est-ce une erreur judiciaire ? L'affaire Renucci inspirera Gilles Perrault qui écriera le livre devenu un best-seller, Le Pull-over rouge . Trente ans plus tard, de la position de victime, JeanBaptiste Rambla passe à celle de tueur. Il tue deux femmes en 2004 et 2017. Purgeant sa peine à quelques encablures de là pour le premier meurtre, il avait obtenu une libération conditionnelle qui lui permettait enfin de retrouver le fils qu'il avait laissé 12 ans plus tôt, alors seulement âgé de 8 ans. 8 ans c'est exactement, l'âge qu'avait ma soeur MariaDolores, lorsqu'elle fut enlevée devant lui. Aurélie Joly et Frédéric David raconte l'itinéraire sans balise ni secours, qui conduit une victime à devenir un bourreau.

  • Les émirats arabes unis à la conquête du monde Nouv.

    Les Émirats Arabes Unis ont surgi en quelques décennies, pour se vendre comme un phare éclairé, moderne, libéral au milieu d'un monde arabe sombre et chaotique. 1er pays de la région à mettre en place une « Vision » (Abu Dhabi Vision 2030), les EAU purent rapidement afficher leur succès au-delà de leurs frontières. C'est le côté lumineux.
    Le côté sombre : les EAU contribuent à l'étouffement des démocraties et au bruit de bottes pour étouffer la « rue arabe ». Quand ils ne font pas la guerre, ils s'ingèrent, comme jamais aucune puissance arabe ne l'a fait avant, dans les affaires d'une autre : Tunisie, Yemen, Soudan et probablement dans d'autres pays à l'avenir.
    Abu Dhabi n'a cure des démocraties et des révolutions arabes : c'est à une véritable politique de la poudrière que le pays se livre depuis dix ans et qui annonce de nouveaux dangers pour les équilibres de la région.

empty