Lyre Audio

  • Gregor Samsa, modeste employé de bureau, en se réveillant un matin dans son lit, se voit transformé en une monstrueuse vermine.
    A ce jour, la métamorphose, reste avec le procès, le plus étudié et le plus connu des textes de Franz Kafka.

  • « Je conçois dans l'espèce humaine deux sortes d'inégalité, l'une, que j'appelle naturelle ou physique, parce qu'elle est établie par la nature, et qui consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du corps et des qualités de l'esprit, ou de l'âme, l'autre, qu'on peut appeler inégalité morale, ou politique, parce qu'elle dépend d'une sorte de convention, et qu'elle est établie, ou du moins autorisée, par le consentement des hommes. Celle-ci consiste dans les différents privilèges, dont quelques-uns jouissent, au préjudice des autres ; comme d'être plus riches, plus honorés, plus puissants qu'eux, ou même de s'en faire obéir. » Dans ce discours à portée réaliste, Rousseau nous livre ici ses idées : il n'est pas question comme le dénoncera Voltaire de retomber à quatre pattes, ni de retrouver un état de nature perdu à jamais, mais d'éclaircir l'enchaînement progressif qui vit un homme né libre être bientôt partout dans les fers.

  • Cette oeuvre magistrale d'Emily Brontë, publiée en 1847 un an avant sa mort sous le pseudonyme masculin d'Ellis Bell, occupe une place à part dans la littérature anglaise du XIX ème siècle. Loin des romances victoriennes aux canons étroits, avec une plume toute de passion, elle nous dépeint ici l'histoire d'une famille des landes anglaises emportée par une tourmente de sentiments d'une violence inouïe.

  • Oedipe roi

    Sophocle

    Oedipe... Aussi orgueilleux qu'opiniâtre, sa clairvoyance, son intelligence ont jadis eu raison de la cruelle Sphinge et de ses énigmes. Porté sur le trône par le peuple libéré pour avoir levé la terreur qui étouffait la ville de Thèbes, il doit encore prouver sa valeur : une malédiction incurable semble frapper sans distinction récoltes, troupeaux et habitants... Résolu à tout faire pour rendre à Thèbes gloire et prospérité, oedipe ne reculera devant rien pour élucider l'Oracle et exiler l'assassin, cause de tous les maux, hors des murs de la Cité.
    Oedipe Roi, représenté pour la première fois vers 430 avant J.-C., est, avec Antigone, la plus célèbre et la plus admirée des tragédies antiques. Portée par la voix de Xavier Béja, cette oeuvre incontournable que l'on croit trop souvent connaître se révèle à l'auditeur sous un jour nouveau.

  • Cette nouvelle publiée en 1877 dans un recueil de trois contes entamés en 1844, peut être considérée comme une oeuvre testamentaire à un double point de vue : dernière oeuvre de fiction achevée par Flaubert, la question de la Foi est y omniprésente et transcende la simple humanité de ses personnages. Un petit chef d'oeuvre de la littérature à (re)découvrir sans attendre.

  • En 1870, après la défaite contre les Prussiens, dix voyageurs quittent Rouen en diligence. La nuit venue, ils font halte dans une auberge. Le lendemain, un officier allemand leur interdit de reprendre la route. En veut-il à leur argent ou Boule de Suif est-elle la raison de ce « caprice »oe Qui cèderaoe

  • « Ce bas-relief était un rectangle grossier de moins d'un pouce d'épaisseur et d'environ cinq pouces sur six, manifestement récent. Les dessins, pourtant, n'avaient rien de récent, ni dans leur harmonie, ni dans ce qu'ils suggéraient. En effet, si les fantaisies du cubisme et du futurisme ont été nombreuses et désordonnées, elles n'ont pas souvent répété la régularité secrète qui se dissimule dans le graphisme préhistorique. Or, pour l'essentiel, ces dessins paraissaient bien être les symboles d'une écriture. Ma mémoire, pourtant, en dépit de la connaissance approfondie que j'avais désormais acquise des papiers et des collections de mon oncle, ne me fut d'aucun secours quand il s'agit d'identifier cette catégorie particulière ou même de deviner ses affiliations les plus lointaines.
    />
    Au-dessus de ce qui, apparemment, était des hiéroglyphes, se trouvait une figure, placée là dans une intention d'illustration évidente, même si l'exécution impressionniste n'autorisait pas que l'on se fît une idée très nette de sa nature. On aurait dit une sorte de monstre, ou de symbole représentant un monstre, d'une forme telle que seul un esprit morbide avait pu le concevoir. Si je dis que mon imagination quelque peu extravagante se laissa aller à y voir tout à la fois les formes d'une pieuvre, d'un dragon et d'une caricature humaine, ce ne sera pas trahir l'esprit de la chose. Une tête molle, tentaculée, surmontait un corps grotesque et écailleux, équipé d'ailes rudimentaires, mais c'était la ligne générale de l'ensemble qui provoquait le choc le plus violent et le rendait plus effrayant. Derrière la figure, à l'arrière-plan, on devinait la vague suggestion d'une architecture cyclopéenne. »

  • Publication posthume du penseur de Genève, les Rêveries tiennent autant du journal autobiographique que de réflexions philosophiques. Ecrites durant les deux dernières années de sa vie, jusqu'à l'ombre des grands arbres du Château d'Ermenonville, Jean-Jacques prend à témoin le lecteur pour régler ses comptes, autant avec lui-même qu'avec ses détracteurs. Un texte poignant de poésie et de sensibilité.

  • La publication de l'Emile, en 1762, restitue au problème de l'éducation sa place centrale en philosophie.
    De ses premiers mois jusqu'à la rencontre amoureuse, Emile est suivi dans chaque étape, à travers des expériences qui attestent d'abord le souci de considérer « l'enfant dans l'enfant », au lieu de le sortir de son âge. Rousseau montre qu'il est possible d'éduquer un homme selon la nature et de quelle façon les vices et l'inégalité caractérisent désormais la condition humaine : double enjeu qui constitue sa « théorie de l'homme ».
    La richesse incomparable de ce maître-livre tient aussi aux tensions qui le parcourent. Rousseau refuse le péché originel mais il doit rendre raison du mal et de la souffrance que ce dogme interdisait d'ignorer; il critique les philosophes de son temps mais il pousse à ses limites leur méthode empiriste; il proclame: «je hais les livres», mais il fournit le panorama le plus juste et le plus instruit de la culture du XVIIIe siècle, en face de l'Encyclopédie et, pour partie, contre elle.
    Parus ensemble, Emile et le Contrat social furent condamnés à Paris puis à Genève: la force du traité d'éducation n'échappa pas aux censeurs, même si Rousseau prétendait ne livrer que « les rêveries d'un visionnaire ». Car la forme même de la fiction arrache l'ouvrage aux circonstances : pas plus que ses lecteurs des Lumières, nous ne sommes à l'abri de ses leçons.

  • Bergson décrit le phénomène du rire comme une « mécanique plaqué sur du vivant ». Avec l'exigence et la rigueur toute scientifique propres à son oeuvre philosophique, l'auteur dissèque le rire avec le plus grand sérieux mais non sans humour. Plus spécialement, le rire provoqué par le comique, en analysant ses causes et ses diverses manifestations pour donner au lecteur une pleine vision d'ensemble d'un sujet, souvent considéré à tort comme mineur par la philosophie en général.
    Membre de l'Académie Française, Prix Nobel de Littérature, Henri Bergson compte parmi les esprits les plus brillants du vingtième siècle.

  • 1537. Alexandre de Médicis, Duc de Florence, règne en tyran débauché et sanguinaire avec la bénédiction du Pape et de l'Empereur d'Allemagne. Orgies, tueries, beuveries illustrent le climat dans lequel baigne alors la ville des Arts. C'en est trop pour Lorenzo ! Idéaliste et pur, il prend à charge de supprimer Alexandre pour libérer Florence et la livrer aux soins des Républicains. A cette fin, il prend la peau de « Lorenzaccio » : un être vil, sournois, méprisé de tous et à l'entier service du Duc... Sur une idée de Georges Sand, inspirée par la réalité historique, ce drame de Musset écrit en 1834 dans un style de feu, nous donne à contempler l'âme humaine où misère et grandeur se côtoient avec passion. Superbement interprété par Xavier Béja.

  • Le Chef d'oeuvre de Lovecraft enfin en livre audio !
    « A l'ouest d'Arkam, les collines sont sauvages et il est des vallées dont les bois profonds n'ont jamais subi la hache. Il est d'étroites et sombres gorges où les arbres s'inclinent bizarrement et où de minces ruisselets filtrent sans avoir jamais réflété l'éclat du soleil. (...) Mais bientôt, ces bois seront abattus ; les secrets de ce diable de temps ne feront plus qu'un avec ceux des profondeurs ; avec le savoir caché du vieil océan, et le mystère de la terre des origines...»

  • De nationalité autrichienne, Sigmund Freud est le créateur de la science psychanalytique. Son oeuvre constitue l'un des événements les plus importants qu'ait eu à enregistrer l'histoire des sciences de l'esprit.
    Cet essai traite des grandes lignes de la doctrine de l'auteur concernant l'Inconscient et le rôle capital dans la personnalité humaine, des trois instances psychiques constitutives de l'esprit humain : Le Moi, le Ca et le Sur-Moi.
    Un ouvrage que toute personne désireuse de comprendre les mécaniques primaires présidant à ses réflexes de comportement ne peut méconnaître.

  • C'était un très savant homme que le docteur Héraclius Gloss. Quoique jamais le plus petit opuscule signé de lui n'eût paru chez les libraires de la ville, tous les habitants de la docte cité de Balançon regardaient le docteur Héraclius comme un homme très savant.

    Maupassant signe ici un conte satyrique sur la quête effrénée de la vérité poursuivie par certains groupuscules de son époque. Ici, le pauvre Dr. Héraclius Gloss finit par sombrer, misérable, dans la folie après être tombé sur un vieux manuscrit de métempsychose...

  • Flaubert reprend ici la légende de Julien l'Hospitalier en un conte flamboyant où le sang et la violence le disputent au mystique de la rédemption. Un texte inspiré dans tous les sens du mot, par le magnifique vitrail de la Cathédrale de Rouen qui retrace le chemin de vie du saint patron des passeurs.

  • L'Education des Femmes. Voilà un sujet qui, dès la Renaissance, agite les cercles scientifiques et philosophiques.
    La Femme... Etre inférieur par Nature ou par manque d'instruction ? Questionnement dont le caractère tumultueux atteint son apogée à la fin du XVIIIème siècle.
    Toute l'éducation des femmes ne doit-elle qu'« être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d'eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce » comme le dit Rousseau ?
    Laclos ne semble pas partager ce point de vue, et ce même s'il commence son discours par une assertion des plus téméraires : « il n'est aucun moyen de perfectionner l'éducation des femmes ! » L'auteur des liaisons dangereuses, en avance sur son temps, nous livre dans ce discours un véritable plaidoyer en faveur de l'émancipation de la Femme.

  • Le vieux Chef Indien Chactas de la tribu des Natchez donne récit de ses jeunes années à René l'Européen.
    A l'aube de ses dix-sept ans, Chactas, fils adoptif d'un ancien soldat français nommé Lopez, tombe dans une embuscade tendue par les Muscoculges au bord du Mississipi.
    Mais Atala la Vierge, ayant embrassé la foi chrétienne et jeune fille du Chef guerrier, s'emprend du prisonnier...
    Ecoutant les élans de son coeur, elle l'aide à s'évader et s'enfuit avec lui...
    Ce texte de Chateaubriand, qui inspira au peintre Girodet « Atala au Tombeau », l'un de ses tableaux les plus connus, forme avec « René » deux magnifiques joyaux littéraires précurseurs du courant des Romantiques.

  • « J'ai dit la vérité : si quelqu'un sait des choses contraires à ce que je viens d'exposer, fussent-elles mille fois prouvées, il sait des mensonges et des impostures ; et s'il refuse de les approfondir et de les éclaircir avec moi tandis que je suis en vie, il n'aime ni la justice ni la vérité. Pour moi, je le déclare hautement et sans crainte : quiconque, même sans avoir lu mes écrits, examinera par ses propres yeux mon naturel, mon caractère, mes moeurs, mes penchants, mes plaisirs, mes habitudes, et pourra me croire un malhonnête homme, est lui-même un homme à étouffer. » Ce dernier volume des Confessions de la collection Lyre Audio Classiques entame la descente aux enfers de Jean-Jacques de 1756 à 1765 : Retiré à l' Ermitage, petite maison construite à son intention par Mme d'Epinay à proximité de la sienne, loin du fast de la capitale, il rédige ses trois oeuvres majeures : « La Nouvelle Héloïse », qui remporte un succès littéraire sans précédent, « Le contrat social », et « L'Emile », qui attire sur lui les foudres de l'Eglise... Dans le même temps, le philosophe voit ses anciens amis conspirer à sa perte... De sorte que bientôt, contraint de s'exiler toujours plus loin, le voici « seul parmi les humains »...

  • Les Contemplations... Recueil de 158 poèmes rassemblés en 2 tomes - Autrefois et Aujourd'hui - 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856.
    La plupart de ces poèmes ont été écrits entre 1846 et 1855. Mais les poèmes les plus anciens de ce recueil datent de 1834. Les 11 000 vers des Contemplations comptent parmi les plus beaux poèmes de la poésie française.
    Victor Hugo y est à l'apogée de son art poétique.

  • Rousseau s'interroge dans cet essai moins sur l'origine des langues à proprement parler que sur le fondement de la parole entendu comme cause historique et sociale du surgissement des langues. Là où beaucoup, à l'époque, imagine dans la naissance du langage la réponse rationnelle à un besoin de communication pratique entre les hommes, Rousseau lui, y voit la pleine expression sociale du caractère sensible de l'être humain soumis aux passions. Sans nul doute cette oeuvre posthume laissée inachevée par l'auteur, trouve toute sa place aux côtés de son discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.

  • Sans cesse à magnifier et honorer la raison), autant qu'un lieu imaginaire, une utopie servant à mettre en scène ses idées philosophiques. best-seller de l'époque, où les libraires étaient contraints de louer l'ouvrage à l'heure pour satisfaire la demande.
    Ce succès inattendu, inspirera à Laclos, quelque peu jaloux, ses " Liaisons dangereuses ".

  • Véritable pièce de théâtre, la Préhistoire relate l'extraordinaire aventure de l'Homme. En l'espace de sept millions d'années, la grande famille des hominidés a mis au monde l'homme moderne...

  • Véritable pièce de théâtre, la Préhistoire relate l'extraordinaire aventure de l'Homme. En l'espace de sept millions d'années, la grande famille des hominidés a mis au monde l'homme moderne...

empty